• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Une leçon de géographie et d’économie

Une leçon de géographie et d’économie

Segpa ... Sérieux

Le football et sa prétendue dimension universelle

JPEG - 72 ko

Cette fameuse kermesse mondiale qui s'approche valait bien une bonne leçon de géographie. Tous ces pays dont les médias vont nous rebattre les oreilles, ne doivent pas rester inconnus de mes chers élèves. Ils ont déjà bien assez de mal à faire la distinction entre villes et pays ; l'aventure est périlleuse de leur faire comprendre que Lionel Messi ou Cristano Ronaldo que tous connaissent bien mieux que Victor Hugo ou Wolfgang Amadeus Mozart, évoluent dans des clubs mais aussi dans des équipes nationales qui ne sont pas au même endroit.

Ne compliquons pas les choses pour commencer mais contentons-nous de faire la liste des nations qualifiées. Pour les principales, pas de soucis ; les grandes formations du ballon rond sont connues de tous. Ajoutons à celles-là les pays africains dont les parents de certains sont originaires et nous avons sous le coude une bonne moitié des trente-deux qualifiés.

C'est alors le début des complications, d'autant que ce professeur qui veut gâcher le plaisir des élèves, leur demande de faire un tableau par continent. C'est encore une curieuse idée pour quelqu'un qui, si ça se trouve, ne regardera même pas cette immense manifestation planétaire. Les élèves en effet n'en reviennent pas quand je leur dis qu'elle ne m'intéresse vraiment pas du tout.

Ce qui me passionne c'est de leur faire comprendre la réalité de cette incroyable supercherie. Le tableau finit par éveiller quelques soupçons. Il émane de sa lecture comme une injustice flagrante, une volonté de ne pas être ce que les organisateurs prétendent que cette compétition sera : une manifestation à l'échelle de notre globe.

Même s'ils n'ont pas toutes les cartes en main, les élèves découvrent qu'il y a 13 qualifiés qui viennent de la vieille Europe, 10 du continent américain. La part du lion pour les anciens et les actuels maîtres du monde, car, fort heureusement pour la démonstration, les USA sont dans le lot. L' Afrique, ce continent fou de foot, n'a droit qu'à 5 visas pour le Brésil. C'est bien plus que pour l'Asie, immense continent en devenir qui avec ses 3 représentants, n'est pas près, semble-t-il, de vendre des maillots et des ballons (quoique …).

Nous ignorerons superbement le dernier continent, si loin et si dispersé qu'il n'a pas sa place dans le concert du football. Seule l'Australie participe à ce grand raout. Il est vrai que les îles du Pacifique se sont données corps et âmes au Rugby, ce jeu qui demande bien trop de qualités et de réflexion pour satisfaire la masse immense.

Cette inégalité de la répartition interroge. Elle n'est pas en corrélation avec la population ni avec le nombre de pays et encore moins avec la popularité réelle de ce sport. C'est bien une question d'argent et d'histoire et non d'équité sportive. Le football est toujours la machine à déplacer les meilleurs Africains, à expatrier les virtuoses d'Amérique du Sud et à intégrer de gré ou de force les plus doués d'entre eux dans les nations riches.

Plus immoral que ça, ce n'est guère possible. De notre place d'Européens, nous avons toutes les raisons de nous enthousiasmer pour une épreuve qui fait encore la part belle à notre ancienne puissance économique. Mais bientôt, à l'instar de ce qui se passe dans d'autres disciplines, des équipes en Asie ne tarderont pas à se constituer à coup de pétrodollars. Ce n'est pas là l'idée que l'on peut se faire de l'esprit sportif.

En attendant, c'est bien encore la compétition du fric que celle qui s'annonce prochainement. L' Afrique méprisée, l'Afrique humiliée, l'Afrique vidée de ses meilleurs éléments au profit d'une Europe qui n'a pas toujours un regard aussi bienveillant pour les ressortissants de ce continent. Le sport ne fait pas bon ménage avec la logique et la dignité. Des furieux xénophobes applaudiront les exploits de joueurs de couleur pourvu qu'ils chantent avec ferveur l'hymne national.

Bien sûr, il n'est pas possible de pousser aussi loin la réflexion en classe mais il est encore utile de leur faire comprendre pourquoi les joueurs choisissent de jouer plutôt pour un pays que pour un autre. S' il est possible d'opter pour le pays dont sont issus les parents et même les grands-parents, la naissance n'est pas le seul critère dans un sport où les frontières de la nationalité sont plus floues que celles des budgets. Ce choix n'est pas toujours celui du cœur, il est bien plus souvent celui de l'argent et de la gloire. C'est alors que se lézarde la belle façade et que la compétition en prend un bon coup dans les tibias.

Voilà qui est fait. Ils regarderont peut-être un peu différemment cette épreuve, fondamentalement inégalitaire, radicalement biaisée, indubitablement falsifiée. La glorieuse incertitude du sport n'existe pas, les dés sont pipés ; l'Afrique et l'Asie auront encore droit à des miettes au nom d'un pragmatisme qui n'est que purement économique. C'est insupportable et c'est ce que j'ai voulu montrer au cours de cette activité scolaire ! Rassurez-vous : cette façon de procéder n'est pas au programme et vous pouvez vous plaindre de ma parfaite mauvaise foi , vous serez écouté.

Footballophobement vôtre.

la-coupe-du-monde-de-football-image-333880-article-ajust_930.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 3 juin 2014 14:16

    Pas à dire, vous avez mis les pieds dans le plat avec vos jeunes.

    Ce que représentent les pays dans le concert des nation ne les intéresse pas.
    Pas à dire, vous êtes un bon professeur, d’avoir relevé la correspondance avec à propos, que j’ai appris à connaitre.
    Le sport c’est bien. En faire c’est mieux.
    Ils vont en faire un jaunisse. smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 3 juin 2014 16:57

       L’enfoiré


      Et la réflexion du jour fut encore plus pertinenteencore à mes yeux
      Ils ont dit des choses passionnantes qui brisent l’image du sport roi
      Quel bonheur

    • Stof Stof 3 juin 2014 19:49

      Un petit lien contre cette monstruosité : http://brazilhomelesscup.wesign.it/fr


      • C'est Nabum C’est Nabum 3 juin 2014 21:35

         Stof


        Merci
        J’aipartagé votre lien
        Terrible

      • Hervé Hum Hervé Hum 3 juin 2014 21:05

        Vous êtes un bon prof à ce qu’il me semble, c’est injuste pour les élèves qui ne vous ont pas !!!

        Quoiqu’il en soit, ce n’est pas la faute au football, ni à ceux qui le pratique, mais à ceux qui s’en servent pour manipuler les foules.
        p
        C’est un système pervers, le sport est basé sur l’aristocratisme, les meilleurs sont récompensés pour leur talent. Le fait que les émirs du Qatar ou des milliardaires, achètent pour des millions de pétrodollars les meilleurs footballeurs, ne leur confère pas le talent de ces joueurs, ni qu’ils jouent pour eux. Messie, Ronaldo et autres Ibrahimovic, ne jouent pas pour ces gens là, mais pour la gloire et l’argent. autrement dit, ce n’est pas ces riches qui font le sport ce qu’il est, mais la nature humaine tournée vers l’élitisme, l’aristocratisme. Rien n’empêche dès lors de supprimer ces ploutocrates nuisibles sans supprimer l’aristocratisme.

        Au contraire, ce que ces joueurs rappellent, c’est que l’argent doit aller au mérite personnel, prouvé par le talent et non par une situation opportuniste ou hérité. Le talent de ces joueurs est incontestable, leur récupération par ces parasites de la société l’est et elle seule doit être dénoncé, en utilisant ces mêmes talents.

        Interrogez vos élèves, tous ou à la grande majorité, vous dirons qu’ils trouvent normal le salaire exorbitant de ces joueurs, parce qu’ils sont les meilleurs dans leur discipline.

        Mais quid de ceux qui les achètent ? De que talent peut se revendiquer un émir du Qatar ou un milliardaire pour détenir autant de richesse ? Celui de n’avoir aucune morale ni éthique, sinon de sacrifier ces mêmes valeurs pour s’enrichir.


        • C'est Nabum C’est Nabum 3 juin 2014 21:38

          Hervé Hum


          Comment mes élèves pourraient-ils avoir une idée de leurs salaires ? C’est impensable.

          Personne ne êut avoir une réprésentation cohérente de cet argent et je ne crois pas que les sommes soient liées au talent. Qu’est-ce que ce terme veut dire ? 

          D’autres talents valent tout autant pour l’humanité et souvent bien plus et pourtant, ils ne sont pas associés à des sommes délirantes.

          Merci 

        • Hervé Hum Hervé Hum 4 juin 2014 09:08
          Personne ne êut avoir une réprésentation cohérente de cet argent et je ne crois pas que les sommes soient liées au talent. Qu’est-ce que ce terme veut dire ?

          Si, on peut contester l’énormité des sommes en question, mais elles sont liés au talent car de celui ci découle l’impact médiatique auprès des supporters. Mais avant de contester ces sommes, il faudrait d’abord contester celles de ces émirs et autres ploutocrates, parfait parasites de la société.


          D’autres talents valent tout autant pour l’humanité et souvent bien plus et pourtant, ils ne sont pas associés à des sommes délirantes.

          Nous sommes bien d’accord... Le principe du talent et de l’aristocratie en général, c’est qu’il est personnel, attaché à la personne. Un scientifique, un sportif ne peut pas déléguer son talent ou l’acheter. Pourtant, c’est exactement ce que font les dirigeants économiques.

          Donc, avant de vous en prendre à ceux qui peuvent justifier à minima de leur salaires par leur talent, combattez ceux qui les exploitent sans avoir l’ombre d’un seul talent, sinon celui de s’approprier celui des autres... Ce qu’on appelle des parasites de la société. Et ce n’est pas le SDF du coin, mais son opposé, le ploutocrate.



        • C'est Nabum C’est Nabum 4 juin 2014 19:44

           Hervé Hum 


          Je n’ai pas votre talent pour distinguer ainsi la bonne cible mais rassurez vous, je ne vaux rien et ça me coûte !

        • tf1Groupie 3 juin 2014 22:12

          Je ne comprends pas votre discours : au foot les joueurs ne choisissent pas le pays pour lequel ils jouent ; cela dépend de leur nationalité ... contrairement au Rugby.

          Et les joueurs brésiliens sortent souvent des favellas, mais bon...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires