• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Une mémoire trop encombrante

Une mémoire trop encombrante

Ma centième fable ...

Gaston, dit le flibustier.

Gaston, encore jeune homme, était de ces mariniers qui, un soir de beuverie, avait croisé des recruteurs de la Royale. Quelques chopines plus tard, il avait signé ce que beaucoup de ses camarades plus vieux et forcément raisonnables, pensaient être son arrêt de mort. Nous étions en 1778 au moment où la France venait ouvertement d'entrer en guerre contre nos meilleurs ennemis, les Anglais, pour aller prêter main-forte aux insurgés américains.

A peine le temps de se dégriser que Gaston avait déjà quitté sa Loire et ses bateaux pour embarquer à bord du vaisseau : « Le Palmier », gouverné d'une main de fer par le baron d'Arros. Ce fut un Ardéchois, le capitaine André Amblard qui remarqua le garçon pour son adresse à manier les bouts et son agilité de singe. Il faut avouer que Gaston, quoique minot sur la rivière, avait déjà acquis une grosse réputation de gabier expert.

Le Capitaine Amblard savait reconnaître les hommes de valeurs et se moquait de leurs origines. Lui qui avait également franchi tous les échelons de la hiérarchie, voyait en ce Ligérien intrépide, un soldat qui allait suivre son parcours. S'il se trompa sur l'envie de Gaston de faire une carrière militaire, il n'eut pas à regretter la confiance qu'il avait placée en lui.

Après trois années de haute mer, de batailles et de blocus, la bataille décisive allait mettre en pleine lumière Gaston et André. En ce début de septembre de l'an de grâce 1781, François Joseph Paul de Grasse était à la tête d'une armada de vingt-quatre vaisseaux accompagnés de corvettes et de frégates. Face à eux, le redoutable amiral Thomas Graves.

independance-4.jpg

Le choc eut lieu le 5 septembre et, de cette bataille furieuse, André fit un morceau de bravoure, rédigeant ces cahiers de guerre rassemblés dans « es mémoires d'un Capitaine ». Gaston quant à lui en serait marqué toute sa vie ; au milieu de cette bataille gigantesque, perché dans le grand hunier, notre gars se bouchait en vain les oreilles pour atténuer les gueulements épouvantables des soixante-quatorze canons de son navire.

Gaston et André furent des héros anonymes de l'une des trop rares victoires françaises sur la Royal Navy ; avoir participé à la bataille de Chesapeake, était leur grand titre de gloire. Heureux de rentrer entier au terme de cet épisode qui avait laissé deux cent trente de ses compagnons au fond, Gaston, après ses cinq années d'engagement, ne songeait plus qu'à retrouver sa Loire et la tranquillité de ses chalands .

A son retour, auréolé de cet exploit, il n'eut de cesse de raconter et d'enjoliver sans cesse, ce fait d'armes qui avait décidé de la victoire des insurgés en 1783. Bien vite pourtant ses collègues, les oreilles saturées par cette aventure exotique : cette bataille navale qui tournait en boucle dans la bouche du héros, le boudèrent et le tinrent quelque peu à l'écart.

Le pire pourtant pour lui furent les revers qu'il essuya du côté des jupons. Lui qui savait la gent féminine sensible au prestige de la guerre et de l'uniforme, s'imaginait charmer les demoiselles par son récit sanglant et haletant. Résultat catastrophique : le grand guerrier se retrouvait à chaque fois le bec dans l'eau, les petites s'empressant de tourner les talons à son approche.

Le pauvre Gaston sans rien comprendre à ces rebuffades qu'il prenait pour de la jalousie ou de l'indifférence de femmes fragiles, en rajoutait à chaque fois un peu plus dans la noirceur de sa bataille, s'imaginant plus que jamais séduire celles qui passaient à proximité de son bavardage belliqueux. Les dames s'envolaient aussi vite que les oiseaux au premier coup de canon.

Serapis_and_Bonhomme_Richard.jpg

Le pauvre garçon devint aussi malheureux que les pierres. C'est qu'il avait pris de l'âge à bourlinguer ainsi sur la mer océane et, tandis que beaucoup de ses compagnons avaient convolé, lui restait vieux gars et en éprouvait, au fil du temps, une grande amertume. Il s'enfonçait dans son récit, précisément celui qui le rendait insupportable à ceux et celles qui n'avait pas quitté la douceur de la Loire.

Ainsi se morfondait notre pauvre Gaston. Quand trouverait-il une gentille petite femme qui ne relèverait pas ses jupons pour s'enfuir à son approche ? Cependant tout n'était pas perdu pour le cœur en détresse : une demoiselle, redoutant de coiffer bientôt Sainte Catherine, aurait bien trouvé à son goût ce diable de bavard s'il n'était pas flanqué de cette histoire à dormir debout. Prénommée Agnès, elle était donc destinée à épouser un Gaston.

Agnès, un jour, se donna le courage de supporter, toute une soirée, le récit sans cesse répété du pauvre Gaston. Au terme d'une bataille qui n'en finissait pas de se gagner, le marinier lui avoua, enfin, une passion folle et la pria de revenir le voir le lendemain ; ce que fit Agnès qui avait bien de la patience.

Gaston ne lui susurra que deux ou trois mots gentils avant de recommencer sa litanie navale. C'est alors que, sans lui permettre d'aller plus loin dans l'horreur des canonnades, Agnès en lui touchant délicatement le bras, déclara : « Mon cher Gaston, vous dites me trouver charmante et avoir un peu d'amour dans votre cœur pour moi. Je n'en crois rien. En réalité, c'est de ce guerrier, resté sur les navires de sa majesté, que vous êtes follement épris. Cessez de parler de votre guerre et vous découvrirez l'amour ! »

Sans un regard pour le bavard, Agnès s'en alla. Gaston passa la soirée, seul, à ressasser cette incroyable réflexion. Amoureux du soldat qui persistait dans son souvenir, amoureux de ce passé glorieux qui le rendait aveugle à son présent de simple batelier ! Elle n'avait pas tort ; jamais personne ne lui avait tenu pareille parole de vérité.

De ce jour, si sa mémoire resta indemne, sa langue n'évoqua plus jamais cet épisode qui lui avait mis toute la Loire à dos. Gaston, redevenu charmant compagnon, ne laissa pas son Agnès coiffer Sainte Catherine et fut pour elle le meilleur des maris. Ils passèrent bien des années ensemble, eurent des enfants et des petits-enfants.

800px-Washington_Crossing_the_Delaware.png

Agnès sur le tard cependant, demanda à Gaston de transmettre aux siens le souvenir de son passé lointain mais il n'en voulut jamais rien savoir. Il garda à jamais, dans la gibecière de sa mémoire, ce récit qui se perdit dans les sables de la Loire. Il en avait trop parlé à son retour et désormais, la Révolution puis l'Empire avaient appris aux gens raisonnables à se défier des aventures guerrières.

Quand il mourut, au terme d'une belle vie de marinier et de bon mari, il emporta dans la tombe ce qui avait fini par être oublié de tous le long de la rivière. Il fallut qu'un Capitaine, quelque part en Ardèche, couchât sur le papier son récit picaresque, pour que je puisse ici vous restituer une part bien mince de l'aventure de cet incroyable flibustier de Loire.

À trop parler, on finit par ne plus être écouté. Gaston, grâce à Agnès, l'avait compris à temps. Il est possible que votre serviteur n'ait pas la sagesse de ce brave garçon. Je vais me taire pour que vous ne me tourniez point le dos. J'entends le canon qui tonne, je vois la mer qui se couvre de sang ; il est plus que temps que je ferme mon clapet …

Belliqueusement vôtre.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 3 février 2014 12:57

    Gaston l’Ardéchois ferraillant entre les boulets pour la gloire d’un instant...Joli conte


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 février 2014 16:39

      CLaude Michel


      L’ardéchois se nomme André mais qu’importe ! Merci 

    • auguste auguste 3 février 2014 17:03

      @ C’est Nabum

      Avec l’âge, les souvenirs s’accumulent, au point de générer des faits imaginaires qui n’ont rien à voir avec le vécu réel.

      Informatiquement parlant, il s’agit d’une sorte de http://bases-hacking.org/buffer-overflow.html

      Promis, je recompile tout pour savoir ce qu’il me faut occulter et ce je peux raconter.

      En attendant, je me tais.

      Hacker’sement vôtre.


      • C'est Nabum C’est Nabum 3 février 2014 17:08

        Auguste


        Vous auriez tant à dire, écrive-le ...

      • Prudence Gayant Prudence Gayant 3 février 2014 21:07

        Que d’eau, que d’eau.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires