• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Une savonnette aux airs de Berlusconi

Une savonnette aux airs de Berlusconi

Le quotidien italien La Repubblica évoque une œuvre d’art bien étonnante : une savonnette fabriquée à partir de graisse humaine.

Rappelez-vous le personnage de Tyler Durden dans Fight Club, représentant en savon, allait se fournir en graisse humaine (la meilleure) dans les poubelles des cliniques de chirurgie esthétique.

C’est dans une grande exposition d’oeuvres contemporaines à Bâle que l’on peut admirer la curiosité née des mains de l’artiste d’origine italienne résident en Suisse Gianni de Devises. Celui-ci a « sculpté » une savonnette à partir des graisses issues du lifting de... Silvio Berlusconi. Le président du Conseil italien avait subi une opération dans une clinique suisse il y a plus d’un an. D’après les déclarations de Gianni des Devises, la graisse lui aurait été fournie par un membre de la clinique.

L’oeuvre d’art a été nommée Mani Pulite, c’est-à-dire « mains propres ». Elle est exposée ces jours-ci à la 36ième édition de l’Art Basel, .

Il est possible d’acquérir Mani Pulite pour quelques 15000 euros.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • meusesurmeuse (---.---.169.254) 16 juin 2005 12:32

    Comme quoi les idées qu’on avait dans les camps de concentration peuvent encore être recyclées aujourd’hui :

    « Un des pires crimes commis par les nazis eu lieu au camp de Stutthof. Le professeur Rudolf Spanner, officier et »scientifique« SS, était propriétaire d’une petite usine de fabrication de savon près de Dantzig. En 1940, il inventa un procédé pour obtenir du savon à partir de la graisse humaine. Ce »produit« fut appelé R.J.S. - »Reines Judische Fett« - ce qui signifie »Pure graisse juive« . Des centaines de prisonniers furent ainsi exterminés pour la »production« de savon. » Consultable à http://www.jewishgen.org/ForgottenCamps/Camps/StutthofFr.html


    • nico 16 juin 2005 13:26

      Merci pour ce commentaire. J’ai songé à évoquer cela, mais j’ai opté pour la légereté en utilisant cette référence du cinéma.


      • Ben Ouar y Villón Brisefer 16 juin 2005 14:38

        Tel qu’on connaît le bonhomme, il se pourrait qu’il intente un procès bientôt, non pas pour préjudice moral mais pour toucher un droit sur la propriété !... blague à part, je suis profondément choqué par la provocation de cet « artiste ». Il y a une limite à tout, à l’humour comme à la barbarie. On ne peut pas ne pas songer à l’ignoble entreprise nazie à propos de la graisse humaine. Quiconque, Berlusconi y compris, a droit à un respect de sa personne (et dieu sait que cette personne ne m’est pas très sympathique). On ne peut pas efficacement dénoncer un dictateur en se comportant comme le pire des fachos.


        • (---.---.205.229) 18 juin 2005 00:58

          Voila encore une fois les chercheurs de nazis paranoiaques qui arrivent a trouver Hitler caché derriere chaque coin. Arretez de faire un drame d’un situation plutot comique. Personne a tué Berlusconi pour faire du savon avec. Un chef d’oeuvre a mon avis.


          • Brisefer (---.---.37.216) 19 juin 2005 17:23

            c’est bien français les lettres (commentaires) anonymes...


            • (---.---.9.213) 26 juin 2005 15:00

              de toutes les façons berlusca merite plus que ça... lui qui vient d’insulter les finlandais et de se vanter d’avoir draguer leur présidente. franchement !!! en plus lorsque les finlandais n’apprécient pas ces propos il repend par « Il y a un manque d’humour en général »

              rira bien qui rira le dernier !!!


              • Lunaba (---.---.51.5) 8 juillet 2005 23:45

                *no comment*

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès