• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > « Iran, la prochaine guerre » par Bruno Tertrais

« Iran, la prochaine guerre » par Bruno Tertrais

Voilà un petit livre bien utile pour faire le point sur la crise iranienne. Composé dans un style clair et nerveux, il a l’immense mérite de reprendre point par point, en les ordonnant, les données parfois trop confuses livrées par les médias traditionnels. Car la marche de l’Iran vers la possession de l’arme nucléaire est l’un des grands facteurs déstabilisateurs à court terme qui nous menace.

L’auteur, qui plus est, n’est pas vraiment le premier venu : spécialiste de stratégie nucléaire, il a notamment écrit deux ouvrages sur le sujet, La France et la dissuasion nucléaire, ainsi qu’un Que sais-je ?, L’Arme nucléaire [1]. C’est donc un connaisseur averti qui nous met en garde, mais en termes clairs et avec la volonté affichée de s’adresser à tous.

Son argumentaire est le suivant : l’Iran est techniquement en mesure, si le régime le souhaite et fait fi des pressions diplomatiques, de fabriquer sa première arme dès 2009 ; cet état de fait entraînera une escalade prolifératrice dans la région, voire achèvera toute l’organisation bâtie autour du TNP, ouvrant ainsi la voie aux pires incertitudes ; la République islamiste ne peut en aucun cas être comparée à Israël ou à l’Inde et sa quête de l’arme ultime ne repose sur aucun fondement sécuritaire valable ; les éléments « modérateurs » qui pourraient exister en Iran, et sur lesquels certains, en Occident, fondent tant d’espoirs ne le sont pas tant que ça ; le régime, persuadé que les Américains sont trop occupés ailleurs pour intervenir militairement, est tout à fait prêt, politiquement et psychologiquement, à forcer les choses ; ceux qui pensent que l’adage selon lequel « l’atome rend sage » est juste se trompent sur le fond et plus encore lorsqu’il s’agit de l’Iran révolutionnaire, marqué par une « culture de mort  » et l’exaltation du martyr ; Israël ripostera de toute façon à l’annonce par Téhéran de sa possession d’armes atomiques, d’une part en dévoilant officiellement l’existence de son propre arsenal, d’autre part en procédant à des frappes aériennes, avec ou sans les Etats-Unis (quoique l’auteur émet de forts doutes sur l’efficacité des bombardements menés par le seul État hébreu).

À ce noir constat, Tertrais propose comme seules issues possibles deux scénarios tout aussi sombres : le premier verra les Américains se lancer dans une campagne aérienne brève, mais intense qui, au mieux, retardera autant que possible l’effort iranien « en espérant que des changements politiques puissent avoir lieu dans le pays d’ici-là » (ce qui semble un peu mince et aléatoire comme objectif…) ; le second prévoit une escalade nucléaire généralisée, l’agonie du TNP et, au final, un échange atomique entre Téhéran et Tel-Aviv.

L’argumentaire est assez implacable, fondamentalement pessimiste, et l’auteur condense en fait dans son ouvrage les réflexions qu’il a pu livrer au cours des nombreuses interviews données sur le sujet. Bien sûr, le lecteur pourra y discerner quelques éléments contestables : le caractère inéluctablement suicidaire du régime iranien ou la négation absolue du principe qui veut que la possession de l’arme ultime pousse à la sagesse (le général Claude Le Borgne signe d’ailleurs une chronique assez critique du Que sais-je ? mentionné plus haut dans le numéro d’avril 2008 de la revue Défense nationale ; il y dénonce notamment le pessimisme excessif de Bruno Tertrais ainsi que ses positions sur ce principe). De même, son argumentation sur le refus d’accorder à l’Iran le droit au nucléaire militaire, si elle est juste dans l’ensemble (objectivement, aucune menace d’anéantissement ne justifie l’impérieuse nécessité pour l’Iran de se munir en urgence d’un arsenal de ce type), se trouve amoindrie par une saillie comme « un tel régime a-t-il véritablement droit à la sécurité ?  »

On peut détester le soutien iranien au terrorisme et être révulsé par les appels incessants de ses dirigeants à la destruction d’Israël, mais contester à tel ou tel régime, internationalement reconnu, le droit à la sécurité revient à ouvrir une porte bien hasardeuse qui montre le flanc à la critique. Dommage, car, pour le reste, on se prend assez vite à partager les angoisses de l’auteur sans aller jusqu’à acter l’échec inéluctable de la voie de la négociation et les frappes aériennes comme la seule issue possible à moindres frais (si l’on peut parler ainsi).



[1] A lire sur le web, pour se familiariser avec les réflexions de Bruno Tertrais, un article de l’auteur : « La dissuasion nucléaire française après la Guerre froide : continuité, rupture, interrogations ».


Moyenne des avis sur cet article :  2.55/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    



  • Djanel 11 juin 2008 06:17

    Bon vous avez l’air d’’être pour un bombardement nucléaire de l’iran, ce qui serait un crime contre l’humanité. Vous ne semblez pas avoir compris ce que le mot dissuasion veut dire.

    Vous avez le toupet de vous définir comme un expert en stratégie nucléaire mais je remarque dans votre article que vous n’êtes qu’un partisan pour l’utilisation d’une arme de destruction massive contre un peuple qui ne la possède pas.

     Forcément que si les USA emploient une arme nucléaire contre l’Iran préventivement ceci troublera les relations mondiales entre chaque pays pour longtemps et la riposte adéquate à une telle agression serait selon la loi du tallion ... serait quoi ? j’attends votre réponse.

    Vous vous définissait comme étant un expert en stratégie mais votre reflexion ne s"élève pas au dessus de celle d’un gamin habitué des jeux vidéos. Vous phantasmez Monsieur François Duran et allez pondre votre propagande nauséabonde ailleurs.

    Et puis, il y a le pétrole Iranien. En controllant le pétrole du moyen orient les états unis controlerait 72% des ressouces mondiales.
    Or notre approvisionnent en pétrole est absolument vital. Les économies européennes ne pourraient pas survivre sans pétrole. Alors Monsieur l’expert en géostratégie incluez donc le pétrole dans vos résonnements lorsque vous réfléchissez sur l’emploi des bombes atomique en période de paix.

    Pour l’instant présent l’Iran n’est pas en guerre et n’a agressé personne jusqu’à maintenant et ne le fera pas dans l’avenir parce que l’Iran est Chiite et les Chiites ne s’entendent pas avec les Sunites donc l’iran ne peut pas exporter sa révolution dans le monde musulman qui est à 90% sunites.

    Il n’y a pas de crise Iranienne mais une crise provoquée par les américains qui veulent controler le monde : de nos besoins en énergie jusqu’aux organismes génétiquement modifié, Monsieur l’expert vous avez encore oublié çà car controler les semences, c’est controler l’agriculture, controler l’agriculture, c’est vous controler car vous dépendez de ce que vous avez dans votre assiette.



    • Lino Pralino La Praline 10 juin 2008 15:35

       Installations nucléaires : une frappe contre l’Iran revient sur le tapis

       
      Une frappe d’Israël ou des États-Unis contre les installations nucléaires de l’Iran est à nouveau dans l’air. Les spéculations fusent dans la foulée de la réunion de l’AIPAC, le puissant lobby israélien, à Washington.
       
      Le vice-premier ministre israélien Shaul Mofaz les a renforcées vendredi. « Si l’Iran poursuit son programme nucléaire, nous l’attaquerons », a-t-il dit au journal Yediot Ahronot.
       
      Tout en notant qu’une telle opération nécessiterait le soutien des États-Unis, le ministre du Transport a ajouté : « Les autres options disparaissent. Les sanctions semblent inopérantes. Nous n’aurons pas d’autre choix que d’attaquer l’Iran ».
       
      Les propos de Mofaz ont été désavoués par la classe politique.
       
      « Propos irresponsables qui ne représentent pas la position du gouvernement », a déclaré une source du ministère de la Défense parlant sous couvert d’anonymat et cité par la radio publique.
       
      Pétrole et guerre mondiale
       
      Le vice-ministre (travailliste) de la Défense, Matan Vilnaï, a dénoncé « l’usage cynique que fait Shaul Mofaz des intérêts stratégiques israéliens à des fins de politique intérieure », dans une déclaration à la radio.
       
      La presse israélienne est unanime à condamner les déclarations de l’ancien chef d’état-major et ex-ministre de la Défense (2002-2006), aujourd’hui en charge de la coopération stratégique avec Washington.
       
      « Mofaz a provoqué une hausse sans précédent du prix du pétrole, alors que les primaires de son parti ne sont même pas commencées. C’est impressionnant, mais effrayant. Que prépare-t-il ? Une guerre mondiale ? » ironise Haaretz.
       
      Le même jour, l’ancien ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer a sonné l’alarme. Dans un article mis en ligne par Project Syndicate, l’ancien chef des Verts allemands écrit qu’Israël se prépare à bombarder l’Iran avec l’approbation des États-Unis.
       
      Fischer était en Israël pour les 60 ans de l’État juif. Il affirme qu’à cette occasion, le président George W. Bush a négligé le dossier palestinien pour se concentrer sur l’Iran. Il a ajoute que ses renseignements l’ont convaincu qu’il « il est minuit au Moyen-Orient ».
       
      Obama s’engage
       
      « Je ferai tout en mon pouvoir pour empêcher que l’Iran ait l’arme atomique », a affirmé le candidat démocrate Barack Obama, très applaudi par l’assemblée d’AIPAC à Washington. « Nous devons stopper la menace iranienne par tous les moyens possibles », a déclaré de son côté le premier ministre israélien Ehoud Olmert.
       
      « Chaque jour qui passe nous approche de la fin du programme nucléaire de l’Iran », a renchéri Olmert après une rencontre avec Bush à la Maison-Blanche.
       
      Rappelant que ni Bush ni Dick Cheney n’ont accepté le rapport conjoint de 16 agences de sécurité affirmant, en décembre, que l’Iran a abandonné son projet nucléaire militaire en 2003, Jim Lobe écrit sur Asiatimes Online que Liz Cheney, fille du vice-président, a démoli devant l’AIPAC la secrétaire d’État Condoleezza Rice et sa concentration sur le dossier palestinien.
       
      Une frappe contre l’Iran, dit Lobe, pourrait avoir lieu entre le scrutin de novembre et l’inauguration présidentielle en janvier. Cela lierait les mains du nouveau chef de la Maison-Blanche, quel qu’il soit, ajoute-t-il. On sait qu’Obama a affiché sa volonté de parler aux dirigeants iraniens.
       

    • Jean-Paul Doguet 10 juin 2008 14:01

      Merci pour cet article. Personnellement je pense que Bruno Tertrais se trompe et qu’il adopte un catastrophisme pessimiste qui est dangereux et irrationnel. J’ai eu l’occasion de publier sur ce site un article sur cette question. Le général Le Borgne a raison. J’ajoute que Tertrais s’est associé à une campagne de pétitions qui vise plus ou moins à pousser à la guerre contre l’Iran, même si ce n’est pas dit ouvertement. Je pense que l’Europe peut suivre une troisième voie, fort heureusement.


      • sisyphe sisyphe 11 juin 2008 11:10

        J’imagine que l’auteur du livre possède le même genre de preuves que celles de l’existence des armes de destruction massive en Irak

        Après l’Irak, l’Iran et puis.  ????

        La Sirye ? Le Liban (encore !!)

        Bref ; exterminons tous les pays autour d’Israel ; un genre de "cordon sanitaire" qui offrira, en outre, l’avantage de posséder tous les puits de pétrole de la région. D’une pierre, deux coups !

        C’est pas beau, l’impérialisme ??


      • Iren-Nao 10 juin 2008 14:11

        @ Duran

        Vous ecrivez sans rire que l"Iran ne saurait etre compare a Israel et n’a pas de motif d’inquietude militaire...

        Vous croyez peut etre que l’attaque de notre vieux pote Saddam contre l’Iran n’etait pas teleguide par les USA et nous meme.....au pretexte de quoi au fait ?

        Vous trouvez peut etre qu’etre entoure de bases US de tous cotes ce n’est pas une menace ?

        Vous trouvez peut etre qu’etre mis au ban des nations depuis 30 ans ce n’est pas une menace.

        Vous trouvez peut etre que personne ne menace l’Iran ?

        Que reproche t’on a l’Iran si ce n’est d’avoir vire un clown qui vendait son pays a l’Amerique pour le remplacer par une bande de barbus pas tres sympa il est vrai et de voiler leurs gonzesses.

        C’est quand meme aux Iraniens qu’il appartient de gerer leur pays d’une facon que nous pouvons trouver discutable certes, mais alors il faut faire la police partout.

        Pour le moment les bombes atomiques du coin sont entre les mains des USA qui n’en excluent pas l’usage et d’Israel qui des temps qui courent n’a certainement pas un comportement exemplaire.

        Ah, j’oubliais, Ahmadinejad souhaite la destruction de l’Etat d’Israel (ce qui ne veut pas dire du peuple, mais de l’entite sioniste) le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’est pas le seul dans la region, mais pour le moment l’Iran a toujours fait preuve de retenue et reflexion dans ses actes et le soit disant gout du martyr que vous leur pretez vaut bien l’incroyable militarisme US.

        En tout cas rappelez moi qui L’Iran a attaque depuis que vous etes sur terre ?

        L’Iran soutient le terrorisme etc...Rappelez vous que tous les dirigeants israeliens d’il y a encore peu ont ete terroristes dans le passe et que Arafat etait prix Nobel de la paix.

        Par ailleurs il n’existe pas de preuves que l’Iran prepare des bombes atomiques, c’est un proces d’intention, et ils sont parfaitement dans leur droit souverain quant au nucleaire civil.

        Il y a a coup sur une puissance nucleaire infiniment plus dangereuse et instable dans le coin, c’est le Pakistan.

        Quelqu’un fait qq chose a ce sujet. ???

        Shalom

        Iren-Nao

         


        • François Duran 10 juin 2008 14:40

          Bon, on se calme...

          "Duran" (qui a un prénom, soit dit en passant, on n’est pas obligé de se parler comme des chiens vous savez...) ne fait que repércuter l’opinion émise par un expert dans le domaine, opinion qu’il (Duran en l’occurence) ne partage pas dans son ensemble, loin de là. Donc, pas de procés d’intention : vous n’êtes ni télépathe, ni mon confident, vous ne savez donc pas ce que je pense. Dans le cas présent, je me contente de soumettre au public, et aux critiques, un point de vue afin qu’il serve à l’information générale. Point barre.

          Libre à vous de le contester en termes plus ou moins contrastés, pertinents et sympathiques. C’est à ça que sert ce forum. Pour le reste, ne tirez pas sur le messager sous prétexte que la missive vous déplaît. Un peu moins d’invectives et de certitudes assénées comme autant de vérités intangibles, et un peu plus de nuances et de réflexions ne nuiront surement pas à la qualité du débat, même si le sujet est polémique, j’en conviens.

          Bref, on se calme parce qu’on est entre gentlemen (et women) . Merci.

          Bien cordialement à vous.

           

           


        • millesime 10 juin 2008 19:25

          je ne saurais être plus clair, je confirme cette attitude...qui à "osé" lancer la bombe jusqu’alors ?


        • millesime 10 juin 2008 19:49

          La crise Iran/USA doit être traitée comme un moment clé de la crise générale du système international actuel et de l’obsolescence de la politique de non prolifération nucléaire pratiqué depuis 1945. (TNP)

          La crise actelle est une confrontation directe entre deux logiques désormais archaïques : celle des dirigeants iraniens qui ignorent l’intéret collectif mondial pour se focaliser sur leurs intérets nationaux à court terme, et celle des dirigeants des Etats-Unis qui identifient leurs intérêts propres avec ceux du reste du monde.

          La politique de Non Prolifération Nucléaire héritée de l’après-guerre mondiale est en crise comme l’illustre le nombre croissant de puissances nucléaires qui n’ont pas signé le TNP (alors que l’Iran l’a signé)

          les Etats-Unis développent de nouveaux types d’armes nucléaires comme les mini bombes, et ont passés un accord récent avec l’Inde ignorant complètement le Traité ; !

          Ainsi la crise ne peut être traitée comme un cas particulier, elle doit être gérée en l’inscrivant dans un vision de long terme, fondée sur de nouvelles méthodes adaptées au XXIème siècle.

          Une des solutions serait une dénucléarisation générale du Moyen-Orient .Elle est hélas illusoire à l’horizon des prochaines décennies du fait du refus de puissances comme Israel et le Pakistan (puissances non signataires du TNP) de se débarrasser de leurs armes nucléaires, ou des Etas-Unis et de la Russie de cesser d’intervenir dans la région ou sur les frontières directes. (illusoire)

           


        • millesime 10 juin 2008 19:55

          je parle de la réponse de Iren-nao bien sûr, je ne saurais être plus clair.


        • millesime 10 juin 2008 21:25

          @ Duran

          vous le dites vous-même, vous êtes un citoyen engagé..et vous n’êtes pas neutre...la lecture de votre article le laisse transparaitre.. !


        • Iren-Nao 11 juin 2008 02:53

          @ Monsieur Francois Duran

          Vous me pardonnnerez de vous repondre un peu tard, mais nous avons 12 heures de decalage horaire....

          Monsieur Duran vous me semblez avoir la couenne un peu fragile, j’ai relu mon post et je l’ai trouve calme et civilise et denue d’invectives.

          Monsieur Duran en publiant cet article vous faites, ce qui est votre droit, de la reclame pour l’auteur en question Bruno Tertrais, donc il est legitime de penser que vous partagez en gros ses opinions, libre a vous.J’ai lu plus bas un certain nombre de choses fort interessantes au sujet de ce miserable. Devons nous vous considerer de la meme obedience ?

          J’ai visite votre site, pas mal, mais effectivement ca sent la pensee neo con et la croyance beate en la technologie militaire de pointe de la plus mauvaise armee du monde les USA.

           Monsieur Duran ce n’est pas parce qu’on ecrit des livres sur un sujet qu’on est necessairement devenu competent en la matiere.

          En tout cas merci d’avoir amene ce sujet de discussion fort interessant, et vu notre centre d’interet partage, nous aurons surement a nouveau l’occasion d’echanger.

          Salam Aleikoum

          Iren-Nao


        • Philippe D Philippe D 10 juin 2008 14:29

          Sur de tels sujets il peut paraître assez illusoire d’en appeler à la sagesse des hommes, ni de celle de leurs dirigeants.

          Y a-t-il encore une chance que l’Iran ne s’arrête si près de son but ? Les démonstrations de force des USA ont-elles la moindre chance de faire fléchir Ahmadinejad ? Sommes-nous tous piègés dans un infernal compte à rebours que nous devons suivre en spectateurs sans aucune possibilité d’intervention sur le déroulement ?

          On aurait envie de se dire que le pire n’est jamais sûr, sans y croire tout à fait.


          • el bourrico 10 juin 2008 14:40

            Jacob, tu reprends ton commentaire, tu remplaces Iran par Israël, mollah par sioniste, et personne ne vois la différence. Bref, tu es un extrémiste, et tu n’as donc aucune crédibilité car ton jugement est biaisé à la source.

            Iren-nao, je suis assez d’accorddans l’ensemble. D’autant qu’il est assez facile de condamner un régime que l’on a nous même contribué à mettre en place, c’est une habitude. On barratine sur la démocratie, mais on traite avec des dictateurs, on parle de développement, mais quand des pays tentent de se prendre en main, on met en place un régime qui nous est favorable a nous, et pas au pays d’origine, on nous surine avec cette fois l’exportation de la démocratie, mais quand les gens votent pour quelqu’un qui ne nous plait pas, on déclanche un blocus. Il serait peut être temps pour l’occident, dont je fais partie, de cesse d’afficher un cynisme écoeurant, en clair, d’arrêter d’être con, ça évitera beaucoup de problème, et surtout, ça otera pas mal de légitimité à tous ceux qui nous détestent.... non sans raisons.

             


            • ZEN ZEN 10 juin 2008 14:44

              Qui veut l’affrontement. ?

              Qui y a intérêt ?

               

              Quelqu’un cherche vraiment la guerre avec l’Iran... ?


              « Une réunion du Conseil de la Sécurité nationale a approuvé les plans d’attaque par missiles Cruise contre une base Al Qods (la Garde révolutionnaire iranienne) où seraient entraînés les militants irakiens engagés dans la guérilla contre les troupes d’occupation », dans article journal The American Conservative.

              "There is considerable speculation and buzz in Washington today suggesting that the National Security Council has agreed in principle to proceed with plans to attack an Iranian al-Qods-run camp that is believed to be training Iraqi militants” .

              "...Gary Leupp (professeur d’histoire et orientaliste) est on ne peut plus pessimiste sur l’éventuelle opposition de l’opinion publique étasunienne qui serait prise dans une grande flambée patriotique de soutien à « nos boys au front » ; quant aux deux candidats démocrates à la présidence, tant Hillary Clinton que Barak Obama ont déjà assuré que, contre l’Iran, « toute option est valable » ; sans parler du républicain McCain, qui a même été décrit par un de ses partisans comme « un Bush aux stéroïdes ». Une grande guerre moyen-orientale rendrait certaine sa déjà probable victoire en novembre ; elle aiderait les Etats-Unis à dépasser leur plus grave crise économique depuis celle des années Trente ; et dans le projet insensé des neocons, l’interruption des flux énergétiques moyen-orientaux vers la Chine, l’Inde et l’Europe, ainsi qu’une utilisation possible d’armes nucléaires tactiques contre l’Iran, renforcerait l’hégémonie politique militaire du grand empire d’occident sur le monde entier."


              Olmert propose aux USA de décréter un blocus aérien et maritime de l’Iran :
              « Le premier ministre israélien Ehud Olmert a proposé aux Etats-Unis de mettre en place un blocus aérien et maritime destiné à isoler l’Iran du reste du monde, annonce mercredi le quotidien israélien Haaretz. » Olmert ne peut méconnaitre la portée symbolique d’une telle mesure. En 1967, c’est à la suite du blocus du Golfe d’Akaba décidé par l’Egypte, qu’Israël a déclenché la guerre des six jours. 

              Lors d’une rencontre avec une délégation constituée de membres du Congrès américain conduite par la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, M. Olmert a laissé entendre que de son point de vue, les sanctions économiques décrétées contre l’Iran étaient épuisées, et a appelé les Américains à envisager des mesures plus "agressives" afin de faire face au problème iranien, considéré comme la menace numéro 1 par l’Etat hébreu."

              -Zbigniew Brzezinski and William Odom - A Sensible Path on Iran


              • Hermes Hermes 10 juin 2008 15:07

                Un article de pub pour un livre de propagande pro-guerre (le titre parle de lui-même). Les racines de la violence sont en chacun de nous, pas quelque part, ailleurs sur une carte du monde !

                 


                • Jean-Paul Doguet 10 juin 2008 17:05

                  @thierry jacob

                  Le régime de Téhéran n’est certainement pas "ce qui se fait de mieux" en matière de dictature, vous le surestimez beaucoup à mon humble avis.

                  Vous vous trompez aussi en ce qui concerne Obama. Ce qui m’intéresse et me fait plaisir, c’est que sa position est très proche de celle que je défends dans mon article sur ce site. Cela signifie que s’il était élu, il y aurait sans doute une importante entente entre les Etats-Unis et l’Europe.


                • leréveur 10 juin 2008 16:33

                  Tertrais et ses obsessions

                  Les connaissances de ce Duran là ne vont pas jusqu’à nous expliquer que le Tertrais en question est bien connu des spécialistes comme membre des neo-cons français, l’autre étant sa copine Delpech. Ce Duran nous dit "on se calme ...". Brillant conseil à prodiguer à cette sordide équipe. Assis à la droite de Bush-Cheney, ils relaient sans l’ombre d’une preuve les messages de leurs maîtres yankees depuis 2001.

                  En 2002 la Delpech était sur tous les plateaux télé pour expliquer qu’il n’y avait aucun doute sur l’existence des WMD chez Sadam. Renversant sans vergogne la charge de la preuve.

                  Et d’ailleurs ce n’est pas parce qu’on n’a pas découvert qu’ils sont des bandits de grand chemin, qu’ils n’en sont pas. Tu parles d’experts !!

                  Au fait : au nom de quoi l’Iran n’aurait pas accès à l’armement nucléaire ? Quelqu’un aurait peur qu’ils s’en servent ? La raison les a quitté ...


                  • Iren-Nao 11 juin 2008 02:59

                    @ lereveur

                     

                    Merci mon cher pour cette info O combien interessante !

                    kenavo

                    Iren-Nao


                  • Lino Pralino La Praline 10 juin 2008 16:45

                    (...) Cette évolution donne aussi des ailes à Michel Miraillet, un ancien collaborateur de Gérard Araud, deuxième conseiller à Tel-Aviv en décembre 2000 qui travailla, naguère avec le socialiste Charles Hernu… Evolution néo-con typique, ce brillant sujet a été bombardé, il y a un an, directeur des affaires internationales et stratégiques (AIS) au Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), un job où il est sensé faire une synthèse des différents télégrammes et notes de nos services secrets afin d’éclairer les grandes orientations diplomatiques de la France éternelle. Et, depuis que ce grand diplomate est arrivé, les plus hautes instances du SGDN, s’étonnent régulièrement de le voir et l’entendre prôner sans réserve une guerre juste et salvatrice contre l’Iran, l’empire du mal qu’il faut absolument rayer de la carte. Il faut dire qu’il est conscieusemment aidé dans cette tâche de haine quotidienne par une autre héroïne, baptisée par ses collègues « fifi-brin-d’acier », la nouvelle philosophe du mal absolu, Madame Thérèse Delpêche qui répète – elle-aussi – quotidiennement : « cette fois… si les Israéliens ou les Américains attaquent l’Iran, j’espère que nous serons à leurs côtés ».

                    http://www.bakchich.info/article1422.html


                    • ZEN ZEN 10 juin 2008 17:46

                      Thérèse Delpech est directeur des Affaires stratégiques au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) depuis 1997.

                      Elle est chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI), membre du conseil de direction de l’Institut international d’études stratégiques (IISS), un think tank de recherches géostratégiques basé à Londres, et membre du comité consultatif pour l’Europe de la Rand Corporation. Elle a été invitée au Bilderberg [1] en mai 2005. Elle écrit aussi dans la revue Politique internationale de Patrick Wajsman....

                      Une dame bien objective , quoi...La Rand Corporation cela mérite le détour...


                    • Iren-Nao 11 juin 2008 03:00

                      @ la Praline

                      Tres interessant, souffrez que je vous plus !

                       

                      iren-Nao


                    • Lino Pralino La Praline 10 juin 2008 17:46

                       @ Thierry Jacob

                      la Syrie négocie avec Israel depuis un bon moment déjà !


                      • leréveur 10 juin 2008 18:02

                        merci pour ces précisions la praline , vous êtes bien informé

                        petit rappel : l’iranien est allé à Bagdad, ce ne pouvait être qu’avec l’accord des américains, l’irakien est allé à Téhéran, ce ne pouvait être qu’avec l’accord des américains

                        les délires tertrais-delpech n’ont aucun intérêt mais ils sont repris ; la preuve

                        quand on pense qu’ils étaient dans la commission du livre blanc sur la défense !!

                        Bush est tenu par les roubignoles par les potes à Jacob, les guignols de l’info ; manquent les bretzels ...


                      • katalizeur 10 juin 2008 18:54

                        @ jacob

                        c’est toi qui essayes de nous endormir avec les memes , mais alors toujours les memes contines a deux balles.

                        qui ecoute encore tertrais et les trois vieilles de chez "calvi.si"


                      • ASINUS 10 juin 2008 18:59

                        heu une petite hypothese en rendant le sinai israel a obtenu la paix et une frontiere sure et reconnue

                        en rendant le golan a votre avis qu obtiendrait il ?sinon la meme chose

                         

                        les gains territoriaux gagnés lors d un conflit non d interet que comme monnaie d echange

                        les annexer indefiniment ne fait que prolonger le conflit d autant.


                      • Daniel Topper 10 juin 2008 18:57

                         

                        Savoir, par exemple, qu’Abdul Qadeer Khan, ancien chef du programme nucléaire militaire pakistanais, a confessé publiquement en 2004 avoir coopéré clandestinement avec la République islamique, c’est un peu plus que de lui faire, à cette « république », un procès d’intention ! Vouloir la paix est une chose, le pacifisme en est une autre. Il substitue à l’auto-critique un délire de culpabilité, celui des belles âmes qui gémissent parce que prendre les choses en mains, c’est au fond se salir. La meilleure façon pour ne pas agir : exiger l’impossible : la démocratie comme un tapis de roses ou rien. Donc rien. Posture de la prostration mélancolique (au sens psychopathologique) dont le regard vide ne connaît plus que la répétition de la plainte — la plainte de soi — comme dernière attache à un réel qui ne lui dit plus rien. Règne du dégoût de soi. Il n’y pas plus rien à faire car plus rien ne peut arriver : fin de l’histoire — occidentale. Le dégoût est ici, autrement dit, la satisfaction de l’angélisme qui contemple le vide dans le miroir (son unique horizon) d’une plainte qu’il s’adresse à lui-même et retombe indéfiniment sur elle-même. Il s’interdit donc de voir ce qui, par exemple se prépare en Iran : la configuration d’un déploiement de la destructivité sur une ligne de fracture entre un mysticisme préurbain et une hypermodernité. Une configuration comparable, par exemple, à celle des années 30 en Europe…

                        • katalizeur 10 juin 2008 19:09

                          @ topper

                          vous etes un vrai poete,a la lecture de votre prose j’ai eu la larme a l’oeil..........droit

                          mais .......... le gauche encore sec  vous demande humblement de quelles democratie parlez vous ?

                          j’attend avec impatience votre reponse pour enfin fondre en larme ...........


                        • Daniel Topper 10 juin 2008 19:22

                           

                          Souffririez-vous de névralgie faciale ?

                        • katalizeur 10 juin 2008 19:29

                          non seulement vous etes poete mais aussi medecin

                          quel honneur pour moi ,je vous prie toucher donc ma bosse mon seigneur

                          revenons a nos questionnements, vous n’avez pas repondu a ma modeste question ?

                          ou bien cherchez vous a vous derober petit canaillou ; je suis d’assez bonne humeur se soir je me surprend/


                        • Jean-Paul Doguet 10 juin 2008 19:47

                          @daniel topper

                          Il est tout à fait vraisemblable que l’Iran cherche à se doter de l’arme nucléaire effectivement. Mais contrairement à ce que vous laissez entendre avec un pathos paresseux cela ne signifie pas nécessairement que l’alternative soit entre la déclaration de guerre et la capitulation. Il y a beaucoup de possibilités intermédiaires raisonnables et efficaces, comme un riche jeu de sanctions accompagnées de carottes. Essayez d’être rationnel.

                          Les années 30 ? Toujours le même cliché écoeurant qui a déjà servi avant la guerre en Irak. C’est trop facile, et c’est saugrenu.


                        • Daniel Topper 10 juin 2008 19:57

                           

                          En toute honnêteté, je ne suis pas sûr de bien saisir le sens de cette question à laquelle je serais tenté de me dérober. Si c’est pour me dire que les démocraties qui invectivent l’Iran ne sont pas les démocraties qu’elles paraissent être, alors (malgré ma bonne disposition) je vous arrête tout de suite : vous me verriez las de rappeler des données partagées par le sens commun…

                        • Daniel Topper 10 juin 2008 20:05

                          Le dialogue n’est possible qu’entre des individus qui TOUS admettent au moins implicitement qu’ils veulent bien entendre "raison"...


                        • Jean-Paul Doguet 10 juin 2008 20:10

                          Je dis que vous ne produisez pas d’analyse sérieuse de ce qu’est l’Iran, et surtout que vous avez une complaisance morose qui consiste à plaquer magiquement sur une situation contemporaine le prétendu précédent des années 30. C’est une facilité et une paresse, très au gout des néo-conservateurs américains. Aucun rapport entre ce qu’est l’Iran en 2008 et ce qu’était l’Europe en 1935, c’est tout. 


                        • Daniel Topper 10 juin 2008 20:25

                          J’ai évoqué les années 30 comme j’aurais pu évoquer d’autres événements. Ce n’est pas parce que les contextes ou les temps sont différents que leurs "formes" ne peuvent pas présenter des convergences.


                        • Jean-Paul Doguet 10 juin 2008 21:01

                          Non non. Vous n’avez pas évoqué les années 30 comme vous l’auriez "fait d’autres événements", vous l’avez fait pour une raison bien prècise, parce que c’est le véritable pont aux ânes de tous ceux qui veulent de donner l’air lucide et avantageux en comparant l’Iran à l’Allemagne hitlerienne. Cela dispense d’argumenter et d’y regarder de trop près, et c’est une manière de sataniser comme Munichois tous ceux qui ont le culot d’être réservés vis-à-vis des appels à la guerre contre l’Iran de gens comme Tertrais.


                        • katalizeur 10 juin 2008 21:04

                          @ daniel topper

                          "Le dialogue n’est possible qu’entre des individus qui TOUS admettent au moins implicitement qu’ils veulent bien entendre "raison"...

                           oui monsieur le dialogue est possible si nous admettons TOUS qu’ici sur vox nul besoin de propagande ou de desinformation comme sur les medias classiques que se soit télé ,radios ou presse ecrite, sur vox j’ai cru avoir a faire a des personnes bien informés,qui cherchent une autre approche de l’information,proche de la realité,laissons a madame ’michu’ l’habillage terroriste,democratique des divers interventions d’ou qu’elles viennent ;

                          nous pouvons echanger sur le bien fondé de l’intervention us en iran ou ailleurs,echanger sur les retombées pour nous et pour nos enfants pour ceux qui en ont,mais nul besoin de broderie securitaire,exenophobe pour ne pas dire raciste ;

                          il est legitime pour une nation de defendre ses interets,et en l’occurence la FRANCE defend les miens

                          il est legitime qu’elle cherche des alliances que cela me plaise ou pas

                          il est aussi legitime d’en parler en toute franchise entre personne interessés,mais en tangentant au plus prés la verité

                          pour etre bref m’etant pas un litteraire mais maçon je crois que nous en sommes a :

                           ceux qui savent et comprennent ne doivent pas dire ou expliquer

                           car cela pourrait freiner le lavage de cerveau qui s’opere un peu partout et partout un petit peu.

                           

                           

                           


                        • Djanel 11 juin 2008 07:03

                          Daniel Topper est enseignant et posséderait un diplome de philosophie.

                          Je vous ferais remarquer que la trés sainte philosphie est souvent employée par les crétins qui ont échoué partout ailleurs. C’est facile de se définir philosophe, il suffit d’être bavard en utilisant des mots savants et à contre sens. Comme les connards qui l’écoute n’en savent pas plus que lui, il se fait passer pour un savant.

                          Monsieur Topper quand vous dites çà vous ètes un menteur : Abdul Qadeer Khan, ancien chef du programme nucléaire militaire pakistanais, a confessé publiquement en 2004 avoir coopéré clandestinement avec la République islamique,

                          L’industrie nucléaire est une industrie lourde qui ne peut pas se reposer sur des relations clandestines et aléatoires comme vous le sugerrez par cette déclaration. Il faut un tissus industriels et des ingénieurs compétant à tous les niveaux, c’est à dire avoir de gros moyens alors les confidences clandestine Abbul Qadeer Khan, c’est du pipi de chat de propagandiste en mal d’inspiration. Pour avoir toutes les informations nécessaires à la construction d’une bombes atomiques, il suffit de suivre des courts dans les universités ou dans les grandes écoles en devenant ingénieur.

                          A ce niveau, il ne peut y avoir que coopération d’état à état, si Adduk Qadeer Kahn est le pére de la bombe Pakistanaise, je ne vous crois pas lorsque vous dites qu’il a coopéré clandestinnement avec l’Iran. Ce n’est pas possible car cette cofession reviendrait à dire qu’il a communiqué des secrets d’état à une nation étrangère. Un traite peut-il se vanter d’être un traite. Du pipi de chat votre commentaire.

                          Si vous êtes enseignant, c’est au niveau de la maternelle que vous devez proffesser car vous écrivez trés mal et raisonnez comme une cafetière.

                           Topper : un con de plus parmi les rédacteurs


                        • Lino Pralino La Praline 11 juin 2008 10:50

                          Suisses, trafiquants nucléaires et agents de la CIA

                           

                          Pendant plus de vingt ans, les Tinner, père et fils, ont travaillé pour le réseau d’Abdul Qadir Kahn dont ils rapportaient les agissements aux services secrets américains.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FD


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires