• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > La France n’est pas entrée dans le XXIe siècle

La France n’est pas entrée dans le XXIe siècle

Cela apparaît comme une évidence, en parcourant la toile internet francophone, où l’on se traite abondamment de fasciste, de stalinien, de collabo, de nazi, de colonisateur, de pétainiste, voire d’esclavagiste, ou de néo-cons, etc. À savoir, un fatras de dénominations et de termes datant du siècle dernier.

Les Français ne sont pas entrés dans le XXIe siècle.

On se déclarera ainsi « résistant », à tout ou à n’importe quoi ou à quelque épouvantail décharné datant au moins de trente ans. Estampillant les sites de photos de de Gaulle, d’un Che Guevara ou bien pour faire plus lettré d’un Voltaire, on se revendiquera de l’esprit de 1968, de la France libre et combattante, ou bien des Lumières.

Des sésames de la mémoire ! On placardera sur les écrans ces poncifs magiques tels que : laïcité, tolérance, résistance, liberté d’expression et vérité. On se proclamera, non sans fierté et buste bombé « anti » quelque chose de totalitaire, seul contre tous, et contre la pensée unique et le politiquement correct. Cocorico !

C’est le panthéon-bazar des idées d’un modernisme moribond, et l’on s’y battra, becs et ongles, pour la préservation de ces valeurs passées.

Que cela se sache : rien de nouveau ne sera dit au XXIe siècle !

Ce constat ne se limite pas au net, la France vit dans le passé et cultive d’une manière névrotique sa nostalgie. Commençons l’inventaire de cette brocante.

De gauche à droite

Bien que se présentant comme jeune et frais en politique, Olivier Besancenot nous annonce la création d’un « grand » parti anti-capitaliste. Un parti anti-capitaliste ? Pourquoi pas un comité de résistance contre la machine à vapeur ! Constatons que toutes les références de son programme datent de Mai-68, bref des idées de quarante ans, du recyclé « à la mode » anti-globalisation.

Culte passéiste qui ronge le PS aujourd’hui, tiraillé entre ses lacunes programmatiques et sa guerre des chefs, le parti n’arrive pas à trouver un second souffle. Restant embourbé dans la commémoration éternelle d’un Front populaire ou dans les années mitterrandiennes idéalisées. Refusant de sombrer dans un blairisme, refusant de rejeter un socialisme désuet, c’est une névrose, oscillant entre prostration et agressivité. Et cela, quitte à surprendre mes lecteurs de droite, est malheureux, pour ne pas dire inquiétant pour le fonctionnement de notre pays.

On radote aussi à droite !

Avec cette dernière décennie un « revival » gaulliste, clamant l’indépendance nationale, se voulant à la fois anti-américain et eurosceptique, nous sommes bien ici dans les années 60.

Dans les années 80, les idées libérales ont conquis certains, surfant sur la déferlante Reagan/Thatcher, leur tentative d’application fut un échec. Les rangs des libéraux furent plus que décimés jusqu’à l’explosion de l’UDF. On a ici raté le coche et nous sommes encore en train de nous tâter. Cette question est obsolète alors qu’avec la globalisation, les flux économiques mondiaux sont régis par les marchés.

On peut toujours sortir du chapeau le « communautarisme », mais là aussi on est en retard. La problématique des droits des minorités dans le monde anglo-saxon date de la fin des années 60, avec Martin Luther King pour les Afro-Américains ou bien avec la naissance des mouvements féministes, bref il y a environ quarante ans. Dans ce domaine, encore, nous sommes en retard.

Comme si le 11-Septembre n’avait jamais existé

Nous sommes dans le XXIe siècle, et cela définitivement depuis le 11-Septembre 2001. Vingt-cinq années de mitterrandisme et de chiraquisme nous ont rendu aveugles à toute réalité du monde actuel. Et nous voilà terrifiés à l’idée de sortir de notre cure de sommeil politique.

Depuis vingt-cinq ans, on nous a administré des antidépresseurs politiques, nous avons vécu avec la certitude que la France était encore un grand pays, nous avons fermé les yeux sur notre propre déchéance et célébré un monde du passé en nous agrippant à des rituels désuets. Mais la vérité est là : deux avions, pulvérisant des tours, et cela nous a projetés dans un siècle nouveau et dans un monde inconnu.

On ne s’étonnera pas alors que la France soit le nid des théoriciens du complot en tout genre. Un univers où l’on confond allègrement le « droit légitime à l’information » et la propagation d’intox afin de satisfaire des buts mercantiles. Ce ne sont que des coups médiatiques, manchettes de rumeurs, buzz-internets ou best-sellers.

On peut y voir ici un des symptômes de ce refus de la réalité. Si le 11-Septembre n’a jamais eu lieu, nous sommes alors toujours dans le XXe. Quel soulagement ! À ce stade, nous sommes prêts à admettre tout pour préserver notre quiétude. Sous couvert d’une certaine ouverture d’esprit, on donne une honorabilité au plus criminel des talibans ou l’on décèle chez un dictateur une sensibilité humaniste !


Les problématiques du XXIe siècle

Sans volonté exhaustive, quelles sont les problématiques de notre siècle ? 

Sachant que nous vivons d’ores et déjà dans un village global où les interconnexions se démultiplient à la vitesse de la lumière, avec l’émergence de nouvelles super-puissances comme la Chine, l’Inde ou bien le Brésil. Avec la résurgence inquiétante et menaçante de totalitarisme religieux ou nationaliste, comment allons-nous assurer notre sécurité tout en préservant nos libertés individuelles ? Nous abordons là, le débat autour du fichier « Edvige », mais aussi le fichage ADN des immigrés. Pour plus de sécurité, combien de libertés allons-nous concéder ? Pour le moment ces limites restent inconnues.

Deuxième question relevant de la globalisation, c’est la gestion et la maîtrise des flux migratoires, question importante pour les pays du bassin méditerranéen. On ne parle plus ici d’immigration brute, comme dans les trente dernières d’années, avec des immigrés travaillant et faisant souche, il s’agit aujourd’hui de travailleurs nomades et de leurs tribulations qu’il va falloir gérer.

Enfin, question essentielle : la conservation de notre nature, aussi bien humaine, avec le risque de dérive de la génétique, qu’environnementale, avec l’essor de nouveaux pays industriels. Je n’évoque pas seulement ici l’écologie ou la bioéthique, mais une question plus large découlant de la nature même du modernisme.

Allons-nous perdre tout contact avec notre nature originelle ?

Le débat dépasse bien ici toute politique ou écosystème, c’est un débat réel axé sur nos propres valeurs morales, philosophiques ou religieuses.

De ce paradigme à quoi pourrait bien nous servir un bric-à-brac passéiste ? Ils appartiennent au siècle dernier, à l’histoire de France.

La France est-elle prête à entrer dans le XXIe siècle ?

Est-elle prête à assumer sa vocation historique ?

Ou bien est-elle morte ?

Ou endormie pour l’éternité comme la Belle au Bois Dormant ?









Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (84 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 septembre 2008 11:50

    On a ici chez agoragagavox le plus gland résitant du monde dentier , un génie du vol plané , sous-marinier de la narine Nationale , décréteur officiel de qui est nazi , nazillon , gourgandine , fachiste , vichyste , en la personne de Monsieur Morice , informaticien , ancien directeur de journal journalistique , professeur désagrégé de géographie gesticullaire , copié-colleur première classe , ancien neu-neu , et plusse si infirmité .

    Il nous vient en direct d’ un autre siècle , le siècle des obscurités sombres .


    • Annie 12 septembre 2008 18:52

      Haddock, vous n’avez pas fait avancer le smilblick, mais vous m’avez fait bien rire !!


    • Ronny Ronny 12 septembre 2008 12:06

      @ auteur

      Ah.... Parce que vous le trouvez souriant vous le 21ème siècle ? Vous auriez voulu que l’on s’y jetât tête baissé ? 

      Ne prenons pas les Français que pour de cons... Les Français savent bien que nous ne sommes pas une super puissance comme nous le fumes au 19eme siècle. Reste que la France n’est pas un pays "mineur" non plus, et que ses indices de développement n’ont rien à envier à d’autres. Nous avons toujours "et pour combien de temps ?) un des meilleurs services de santé au monde. Nous avions jusqu’à ce que le petit Nicolas débarque un assez bon système de protection sociale. Notre productivité est excellente, contrairement à ce qui est claironné sur la soi-disant paresse des Français, champions des grèves, passant pus de temps au troquet qu’au boulot, et pourtant au top mondial en production horaire, et dans le peloton de tête en production annualisée. Sans compter l’incontournable PIB, qui nous classe parmi les 5 ou 6 nations les plus riches.

      Alors qu’est ce qui ne va pas ? Et bien c’est justement ce que nous propose le 21eme siècle qui ne va pas ! Les Français ne sont pas prêts à gober les propos fallacieux des sirènes libérales qui ne jurent que par le commerce et la marchandisation. La mondialisation ne les fait pas bander, les Français, contrairement aux anglo-saxons, car ils ont bien compris que ce modèle de société n’était pas en aucun cas favorables aux individus en général, à la société, mais seulement à quelques personnes morales et physiques, à l’oligarchie qui nous gouverne.

      Vous rigolez du parti anticapitaliste de Besancenot. Pourtant, sous son appellation "excessive" il a le mérite de poser les vraies questions. Le capitalisme industriel a permis sans aucun coute une amélioration du niveau de vie en Occident. Ce capitalisme industriel en revanche n’a été productif et bénéfique à tous que pour deux raison : le premier c’est l’exactitude de l’analyse marxiste du mode de fonctionnement de la société capitaliste, qui a permis de dégager des contre pouvoirs, syndicaux par exemple, et surtout étatique. C’est cette régulation qui a permis le progrès social, pas le capitalisme en lui même.

       

      Or depuis 30 ans, nous dérivons du capitalisme industriel, productif et bénéfique parce que fortement régulé, vers un capitalisme financier, non régulé, mondialisé, dans lequel les Etats ont abandonné toutes velléité de contrôle. Du coup, tous les excès sont permis : on observe donc une recrudescence des pressions sur les personnes, un non respect des règles et du droit du travail, et au-delà un accroissement des inégalités en France mais aussi au niveau mondial, avec une surexploitation des ressources entrainant une crise écologique et humaine sans précédent.

       

      Que faire : tout d’abord ne pas rentrer dans le 21eme siècle tel qu’il nous est proposé. On peut et on doit refuser les privatisations, se battre contre la mondialisation en exigeant l’instauration de taxes écologiques (le transport n’est jamais payés à son vrai coût), il nous faut aussi convaincre de taxer très fortement les transactions financières, lutter contre le blanchiment d’argent, l’existence de paradis fiscaux, mettre en place des minimum sociaux mondiaux etc. Tout cela malheureusement ne sera jamais possible tant que des gens comme Bush, McCain, Aznar, Berlusconi ou Sarkozy seront au pouvoir. Ces gens là sont de fait les représentants de l’oligarchie ploutocrate qui nous gouverne. Ils n’ont aucun intérêt à défendre nos intérêts, ils ont tout intérêt à défendre les leurs. C’est d’ailleurs ce qu’ils font efficacement depuis qu’ils sont élus....  

       

       


      • Phil__ Phil__ 12 septembre 2008 14:54

        Avec des commentaires comme celui-là,on peu etre sur que la France sera le Bangladesh de l’europe dans 50 ans.
        C’est avec des gens comme vous que le monde recule.
        L’industrie est aujourd’hui dans les pays asiatiques.
        Fini ce temps là en Europe ! Oui le monde est régit par les flux financiers, alors adaptons nous, comme au IXXé nous l’avons fait pour entrer dans le XXé.
        A cette époque il y avait aussi des passéistes qui refusez le modernisme et l’essor industriel venant de l’Angleterre. Heureusement que les dirigeants de l’époque n’y on pas prété attention.


      • Gilles Gilles 12 septembre 2008 16:38

        Ok Phil

        Le but selon vous étant alors de ne surtout pas se retrouver hors du club des dominants. N’hésitons pas à sacrifier ce qui peut l’être, toutes ces conneries sociales, une certaine indépendance & originalité, les libertés individuelles, à l’aune des raccourcis toujours court termistes des grands managers de notre temps, ces grands créateurs de richesses internationaux

        Trève de connerie, votre discours atteint positivement forcément les "gagnants" de ce jeu, mais pas les perdants. Ors, et c’est là toute la contradiction de ce système "mondialiste", les perdants, nombreux, plus nombreux, eux s’enfèrent à lutter surtout que maintenant ils n’ont plus trop d’espoir........


      • Phil__ Phil__ 12 septembre 2008 18:19

        Ils y en a encore qui croient, que les gagnants sont arrivés là ou ils sont les mains dans les poches !
        Tout le monde doit se battre pour avoir quelque choses, même se qui sont au sommets.
        La reussite ne tombe pas du ciel, il faut bosser dur pour y arriver.
        Alors, oui, il y en a qui non pas les moyens d’y arriver, (leur couche sociale,leur niveau intelectuel,etc...)et heureusement !! vous imaginez une société ou tout le monde a le pouvoir, l’argent, ?!! mais se serait encore pire qu’aujourd’hui !!.
        Celui qui pense qu’il est un perdant, sera toujours au bas de l’echelle, on peu rien faire pour lui.
        De tout temps il y a eu des faibles,des pauvres,des asservis.
        Ce n’est pas avec les belles idéologies de 68 qu’on va changer tout ça, le mieux est d’aller de l’avant,avec les sacrifices qui s’imposent, et ce n’est pas nos gouvernants qui pourront aller a l’encontre du mouvement,que se soit un Sarko(riche et dominant),une Royale(idéologue et sainte vierge) ou un besancenot(petit facteur qui se fait mousser).
        Les humains font partie du regne animal, comme dans toutes société il y a un dominant et les faibles.


      • sisyphe sisyphe 12 septembre 2008 20:00

        Ca, c’est de la vision couillue, de winner !
        Ah, mon bon monsieur, pourquoi tous les français ne raisonnent-ils (résonnent ?) pas avec cette saine et franche vigueur ? 
        Nous ne serions pas dans cette triste décadence !
        Vivent les riches, et mort aux salauds de pauvres !
        Vivent les mâles dominants !
        (J’espère que, comme le docteur Folamour, vous conservez votre semence, pour ne pas la dilapider bêtement )


      • pierce 13 septembre 2008 00:03

        La reussite ne tombe pas du ciel, il faut bosser dur pour y arriver.

        tenez, au hasard : le fils Sarkosy :)



      • COLRE COLRE 12 septembre 2008 12:31

        Bonjour l’auteur,
        Et s’annoncer conservateur ET catholique, ce n’est pas être passéiste ? Quel drôle d’oubli dans votre bric-à-brac…
        Où vous voulez en venir ?


        • Julius Julius 12 septembre 2008 12:39

          Je remercie l’auteur pour cet article rafraîchissant qui analyse très bien le climat intellectuel de certains pseudo-inteligence français (et européens).


          • Radix Radix 12 septembre 2008 13:13

            Bonjour

            On ne devrait plus tarder à se croiser car avec la crise économique qui se prépare vous n’allez pas tarder à entrer directement dans le 19ème siècle !
            Vous savez celui de l’industrialisation et des mines de charbons.

            Toujours amusant de lire la prose d’un ressortissant de notre ancienne colonie !

            Radix


            • LE CHAT LE CHAT 12 septembre 2008 14:43

              maintenant ,il faut insulter les gens de bushistes , putiniens , alquaidiens , talibans ,chavezistes et autres mugabistes ! vive la modernité ! smiley


              • Jacques 12 septembre 2008 15:13
                L’agoravoxien et ses obsessions : refus des privatisations, de la dérégulation, de la mondialisation au nom de la défense du social, le tout pimenté de préoccupations écologiques avec un soupçon de principe de précaution.
                Pourtant cette défense du social est bien suspecte : dans les faits, elle se traduit surtout par le bétonnage des avantages acquis de quelques catégories professionnelles privilégiées comme les fonctionnaires et les salariés des entreprises d’état. Le reste n’ayant aucune chance d’échapper à la mondialisation, mais chaudement appelé à continuer à financer par ses impôts ces avantages acquis au nom de la sacro-sainte défense du service public.
                Tout compte fait je préfère encore le libéralisme économique à cette attitude pseudo-vertueuse de l’agora-français moyen éclairé à qui on ne la fait pas avec la honteuse mondialisation anglo-saxonne.

                • Jean-paul 12 septembre 2008 15:42

                  @ jacques

                  Tout a fait d’accord .Certains commentaires resume bienl’article .
                  J’ajouterai les fonctionnaires sont ceux qui font greves pour garder leurs privileges , voulant rester dans une france du XXe siecle.


                • sisyphe sisyphe 12 septembre 2008 15:55

                  Tiens !
                  Un discours poujadiste !
                  Ca ne nous rajeunit pas... 
                   smiley


                • faxtronic faxtronic 12 septembre 2008 16:36

                  @ jacques.


                  Mon dieu que certain ont une courte vue.


                • nephilim 12 septembre 2008 17:00

                  et les connards comme toi pour conserver leur vie de petit bourgeois de merde pret a ecraser tout ce qui passe....mentalité plus qu’ancienne se situant au niveau de l’epoque feodale.....................alors nous parler du XXI em siecle lol charlot


                • nephilim 12 septembre 2008 17:02

                  Ce commentaire s’adressait à Jean paul et jacques biensure !!


                • Jean-paul 12 septembre 2008 21:48

                  Je prefere etre un connard qu’etre un looser ,et etre traite de connard par toi est un compliment .
                  Je suis simplement pour le liberalisme .


                • Annie 12 septembre 2008 16:37

                  Cela pourrait être un débat intéressant, mais non, cela faisait tellement longtemps que l’on n’avait pas parlé de ces salauds de fonctionnaires qui ont tellement de privilèges !!!


                  • Claude Simon Tzecoatl 12 septembre 2008 16:42

                    Désolé, mais néo-con, c’est très XXIème, hélas, même si le con ne date pas d’hier.


                    • Gilles Gilles 12 septembre 2008 16:44

                      L’histoire ne se répète t-elle pas....ou bégaie ?

                      Je crois que les préocupations sociales, éthiques de moeurs seront toujours au rendez vous dans ce siècle, comme de tout temps.

                      L’auteur veut dire que se sont les réponses à ces questionnements qu’il faut changer et éviter de radoter. D’accord en partie, mais cela ne peut en aucun cas signifier que ce "changment" doit à tout prix être un ralliement inconditionnel à ce qui est proposé en ce début de siècle..... par une minorité d’ailleurs


                      • sisyphe sisyphe 12 septembre 2008 16:57

                        Bon. 
                        Alors, on attend les solutions de l’auteur pour nous aider à entrer dans le XXIème siècle. 

                        Probablement :

                        - renoncer à notre fichu système social, qui nous coûte une fortune : après tout, que chacun se démerde

                        - aligner les salaires sur la Roumanie (ou la Chine ?), pour attirer les investisseurs étrangers

                        - supprimer toutes les taxes sur les entreprises (pas pour créer des emplois, parce que, de toutes façons, elles ne le font jamais), pour attirer les riches chez nous

                        - se persuader que nous sommes bien en guerre, et participer à la guerre contre l’Iran

                        - participer à tous les conflits sur les sources d’énergie, parce qu’on en a besoin

                        - supprimer les fonctionnaires : tout revendre au privé (même et surtout l’éducation, la santé, les transports)

                        - admettre, une bonne fois pour toutes, que la vie, surtout de ceux qui ne sont pas riches, c’est pas pour rigoler ; c’est une vallée de sang, de larmes, et de sueur.

                        - apprendre à louer des appartements en commun, à plusieurs familles

                        - vélo pour tous les travailleurs

                        - plus d’indemnité pour les chomeurs, les rmistes, les rsaistes : qu’ils se démerdent

                        - contrôle absolu de tous les médias par un gouvernement fort

                        - surveillance accrue de tous les citoyens, dès l’âge de 3 ans (edvige, et toutes ses petites soeurs)

                        - la justice aux ordres du pouvoir politique

                        - plus de prisons, mieux surveillées

                        Il doit y en avoir d’autres ; je vais chercher...

                        Bienvenue dans le XXIème siècle !

                         smiley




                        • sisyphe sisyphe 12 septembre 2008 17:25

                          je sais ; j’en oublie....


                          - dépénalisation du droit des affaires ; pas de raison d’entraver la libre entreprise par de bêtes considérations de justice tatillonne...

                          - immigration zero, et tolérance zero pour la petite et moyenne délinquance

                          - transformation de la France en paradis fiscal ; pas de raison de perdre tout ce pognon chez ces abrutis de suisses, de luxembourgeois, et de monégasques

                          - que l’état ne s’occupe plus que de ses domaines réservés ; l’armée, la police, la justice, et basta

                          - pour la politique étrangère ; s’en remettre à l’OTAN, qui est bien mieux armé que nous, et qui sait ce qu’il faut faire, pour notre bien

                          - bouclier fiscal total sur tous les revenus d’au moins 50 fois les revenus les plus bas

                          - évidemment, suppression du smic, des congés payés, du code du travail ; qu’on laisse les entreprises travailler, et au boulot les fainéants...

                          Je continue, et je vous tiens au courant...


                        • Jean-paul 12 septembre 2008 19:49

                          @ sysiphe

                          Ca c’est du changement !!!!


                        • drapeau noir 12 septembre 2008 17:26

                          Plus les choses changent, plus elles restent les mêmes....


                          • Forest Ent Forest Ent 12 septembre 2008 17:30

                            C’est bien vrai tout ça mon bon monsieur. Allez barman remettez nous une pinte.


                            • Emmanuel Goldstein Pedro 12 septembre 2008 17:48

                              Costanzo : votre article est un article d’ignard qui ne connait pas son Histoire, qui se complait dans la position de l’amibe a la mémoire courte, un crétin qui ne voit pas les logiques historiques de puissance à l’oeuvre, aujourd’hui comme hier, un individu stupide qui prone l’oubli, la méconnaissance, l’inculture, pour une sorte de société futuriste fantasmée qui n’existe pas. 

                              Résistants de tous les pays, UNISSEZ-VOUS, et apprenez votre Histoire pour mieux agir demain !


                              • J.L.J di Costanzo 12 septembre 2008 18:32

                                Pour lire d’autres articles de J.L.J di Costanzo, suivez ce lien,


                                http://ladroitelibre.com/authors/19-JLJ-di-Costanzo

                                Bon Week End à tous,

                                J.L.J di Costanzo


                                • Radix Radix 12 septembre 2008 18:36

                                  Non merci !

                                  Celui là suffit à mon bonheur !

                                  Radix


                                • sisyphe sisyphe 12 septembre 2008 20:05

                                  Je voulais juste poser une question à Monsieur J.L.J. Di Costanzo (tel qu’en lui-même sur cette superbe photo) :
                                  comme on dit chez moi, "l’as paga lou capeù ?"
                                   smiley


                                • Annie 12 septembre 2008 18:50

                                  Cela me fait mal de l’écrire, mais je dois avouer J.L. ... que vous dîtes des choses sensées. Entrez au 21e ne veut pas dire souscrire à la mondialisation, mais trouver une alternative viable. La question du compromis entre notre sécurité et nos libertés individuelles est capitale. Les changements climatiques vont-ils changer nos modes de consommation, de transport, de travail, d’alimentation ? Le village global ne va-t-il pas provoquer des replis nationalistes ?
                                  Et au niveau français, les choses vont changer par la force des choses, mais on ne peut pas en vouloir aux français de recourir à un passéisme linguistique qui est le seul à leur offrir quelques repères. Mais je crois qu’ils sont tous assez intelligents pour comprendre ce qui se passe. Cela m’étonnerait que j’adhère à vos solutions, mais vous avez au moins le mérite de poser les bonnes questions. 


                                  • J.L.J di Costanzo 13 septembre 2008 08:52

                                    Chére Annie, merci d’avoir lu mon article en entier, apparament certains sont resté fixé sur "catholique et conservateur".

                                    Ma conclusion est claire, je ne fais que poser des question pour ouvrir un débat. Des solutions ? j’en ai pas, si ce n’est la défense des libertés individuelles primordiale, comme la liberté de conscience.

                                    bien à vous
                                    jdc


                                  • jaja jaja 12 septembre 2008 18:58

                                    Rien qu’à regarder l’avatar de l’auteur "conservateur et catholique" on imagine déja la gueule de sa "modernité"... Ces pseudo-modernes qui se réclament d’un livre écrit il y a plus de deux millénaires me font toujours doucement rigoler...

                                    "Olivier Besancenot nous annonce la création d’un « grand » parti anti-capitaliste. Un parti anti-capitaliste ? Pourquoi pas un comité de résistance contre la machine à vapeur !"

                                    Personne ne hurle contre la machine à vapeur ni contre les machines en général. Par contre ceux qui prétendent les posséder (les capitalistes) ont toujours été combattus par les dépossédés spoliés des bienfaits que leur utilisation devrait procurer à tous.
                                    D’où la necessité toujours actuelle d’un grand parti anticapitaliste.

                                    Chacun son camp, Monsieur l’auteur, et vivement que ça pète...




                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 septembre 2008 19:20

                                      Capitaliste est un mot vieux de 6172 siècles .

                                      Jaja l’ a perdu ...


                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 septembre 2008 19:18

                                      J.L.J di Costanzo

                                      Faut pas dire des choses pareilles , ça les leur énerve les ceux des certitudes certaines qui sont sûrs et certains de certainement détenir la vérité en transes et en sandales .
                                      Les agogoraneuneutes sont tous des mecs qui ont fait leurs preuves , ayant créé des centaines voire des milliers d’ emploi , participant à l’ essor de l’ économie verbale et parlante de notre pays . Ils ont des solutions pour tout , pour tous les cas de figure , d’ ailleurs depuis qu’ Ago est né on voit la France entière les yeux rivés sur les solutions Sisyphantes et Foufouillesques pour ne parler que de deux de nos plus vaillants avanceurs et créateurs de concepts audacieux permettant à l’ ornière dans laquelle nous sommes de lorgner vers des jours de plus en plus blablatants . ;
                                      A ces deux là un est plus meilleur que l’ autre . On sait pas lequel est le plus lugubre pendant que l’ autre est encore plus sinistre .

                                       J.L.J di Costanzo
                                       vous allez voir fuser des qualificatifs du 12 ième ou du 13 ième siècle là .

                                      Vous avez le Smog , eux ont le Smig , le Rsa comme sujet de consternation .

                                      Avec de pareils acrobates du verbe le pays avance dans les contrées les plus reculées de l’ arrière-gardez tout en l’ état , ne bougeons plus , pas un geste , rien l’ immobilité statuaire .

                                      Par ailleurs j’ ai de nouvelles Rolesques spéciales Foufouille , on garde les mains dans les poches et on voit l’ heure à travers les fouilles . 38000 euros . 25000 sans les heures ...








                                      • sisyphe sisyphe 12 septembre 2008 20:13

                                        Merci, mon brave roclarinette, dit "lou ravi de la crèche" !
                                        Je savais que je pouvais compter sur votre sobre et néanmoins solide admiration !
                                        Et vos solutions à vous, alors, pour entrer dans le XXIème siècle ? 
                                        Rollesque pour tous ? 
                                        Euphorisants à gogo ? 
                                        Anti-dépresseurs gratos ? 
                                        Clowns à tous les étages ? 
                                        Abonnements gratuits et d’office à l’Almanach Vermot ? 
                                        Allez, ne soyez pas chien : allez y de quelque bonne vieille recette de grand-mère ; je suis sûr que vous êtes un véritable trésor d’idées pas piquées des verres...
                                         smiley


                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 septembre 2008 20:51

                                        Je commencerai à mettre tous les Sisyphes et Foufouillles sur les champs à la campagne en guise d’ épouvantails à gogols ....

                                        Ensuite devant les épouvantails j’ inviterai Fidel Castré tenir des discours pendant douze heures d’ affilée sur comment rouler des Havanes sous les aisselles cubaines .

                                        Je rescuciterai le petit père du peuple pour venir parler du rapprochement entre les hommes et du comment exterminer les gens tout en leur faisant construire des statues érigées .

                                        Je ferai venir l’ ami Pot leur expliquer comment faire avancer la civilisation ...

                                        Et comme il y a trois siècles en arrière ils auraient droit chaque soir à la ration de soupe aux chataignes, pour se souvenir du bon temps où tout était si bien .

                                         


                                      • sisyphe sisyphe 12 septembre 2008 21:17

                                        Diantre !
                                        Que voilà de recettes passéistes pour une entrée dans l’avenir !
                                        Back to the future ! smiley
                                        Et un spectacle de marionnettes avec Adolf, Benito, George W., Pinochet, la mère Thatcher, Sarko, sa clique à claques, que Guignol pourrait rosser à loisir ; ça serait pas de la bonne poilade, ça, pour sourire à l’avenir du futur ? 
                                         smiley


                                      • Jean-paul 12 septembre 2008 21:27

                                        @ rocla
                                        Vous avez bien que sysiphe n’a pas d’humour !!!!Mais ils auraient ete bien a ecouter les discours de Fidel Castro pendant des heures sur la place de la revolution .Quoique sysiphe adore les discours de Chavez (le fils spirituel de Castro ).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès