• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

La théorie du tout

En ce mois de décembre, les physiciens s’agitent. Le livre de Stephen W. Hawking "Petite histoire de l’Univers" vient appuyer les thèses d’aujourd’hui. Le "Sciences et avenir" présente un dossier complet sur "Nouvelles applications de la Physique quantique" sur les remises en question dans la mécanique quantique en tentant de l’expliquer au citoyen lambda.

 
Il n’y a pas si longtemps, j’avais écrit un article dans lequel je démarrais par une observation scientifique pour finir dans l’humour le plus débridé "Ne bosons pas, mais si...".

Cette fois, j’ai pris le dernier chapitre du livre de Hawking et pris son titre pour mien dans cet article. L’Univers et son mystèrela science du chaos ?

La Science a toujours cherché une théorie unifiée. Hors, on se trouve le plus souvent face à une ensemble de théories cloisonnées et forcément partielles. Où est le temps où on parlait des atomes sous forme de protons, de neutrons et d’électrons ?

Einstein avec sa formule E=MC2 avait tenté de rassembler en une expression unique pour éclaircir le champ des investigations. Sa théorie s’est pourtant dès l’entrée en matière, opposée à la théorie quantique. On parle depuis de la deuxième révolution quantique, dite, elle, bien simple, qui se verra pourtant bousculer dans ces théories par les scientifiques dont on peut lire les réflexions dans ce "Sciences et avenir" de décembre. On semble chercher un nouveau Galilée prédictif pour reconstruire les Sciences.

Les présomptions ne se vérifient qu’avec les tests postérieurs. Faire coïncider prédictions et observations n’est pas aussi aisé et nos yeux nous trompent souvent.

Alors, on a pensé au Principe d’incertitude.

La Relativité Générale représenterait la somme des théories qui tournent autour de la gravitation, des interactions, des forces fortes, faibles et électromagnétiques dans un esprit de grande unification sans tenir compte de la gravitation elle-même ? Les trous noirs sont, en fait, moins noirs qu’il n’y paraitrait. Mais rien que le nom fait rêver.

L’Univers serait sans frontières et autonome, pour le moment en expansion. Le processus de renormalisation est aux antipodes de la théorie unifiée.

L’infini n’est pas utilisable mathématiquement parlant. Pourtant, il doit exister.... à l’infini. Il ressemble au "NULL" utilisé en informatique. Intangible, impalpable, non controlable.

La courbure de l’espace-temps (avec 3 dimensions plus le temps) s’expliquerait par la Supergravité dont on parlait déjà en 1976 grâce aux nouvelles particules. En suivant le principe des forces gravitationnelles suivant la courbure de l’espace-temps avec ce nombre de dimensions, ferait diminuer plus rapidement la distance et entraînerait la terre dans une spirale en s’éloignant ou en se rapprochant du soleil pour former un trou noir. Bonjour, les dégâts, pour nous.

La Théorie des cordes vient à la rescousse. Théorie qui ne donnerait plus qu’une dimension, la longueur, une ligne d’Univers. Deux chiffres seuls pour la définir : le temps et la position sur une des cordes. Des vibrations entre elles équilibreraient leur interactions. En 1974, Joseph Scherk et John Schwarz se lancent dans cette théorie. Mais celle-ci s’éteint temporairement faute de combattants. Une interaction forte, produite par une tension de la corde, équivaudrait à 10 exposant 39 tonnes. L’espace-temps se positionnerait dès lors avec entre 10 et 26 dimensions dont seulement les 4 premières visibles, aplaties, les autres, non visibles, à cause de leur taille trop infime. Théorie qui met à mal l’idée de visiter d’autres galaxies et qui permet difficilement de garder les planètes autour du soleil. LePrincipe Anthropique serait-il l’intégrateur. Car, l’anthropie de l’Univers a aussi sa vérité dans ses tablettes.

Le quantique apportait de l’eau au moulin par son degré d’incertitude. 

Le Monde quantique qui se dit non continu, qui se quantifie dans l’intrication et la décohérence, disait l’article. Les inégalités d’Heisenberg et le chat de Schödingercomme alliés de la théorie. 

Alors, théorie unifiée ou non ? Existence d’une Théorie de l’Univers ou non ? Réponses dans un futur plus ou moins éloigné.

Les super cyclotrons comme le LHC ne seront probablement jamais suffisant pour recréer la solution originelle. Il faudrait théoriquement qu’il atteigne une dimension plus grande que celle du système solaire. Alors, les vingt kilomètres du LHC pour découvrir la fameuse "particule de Dieu", ce ne sera peut-être pas suffisant.

L’ordinateur quantique n’a pas vraiment d’avenir car il n’intéresserait que les scientifiques. Une solution de "simulateur" est plutôt envisagée dans le bouquin. Donc oublions, surtout quand les budgets sont érodés.

Le philosophe Wittgenstein du 19ème siècle osait avancer "le seul domaine qui reste à la philosophie est l’analyse du langage". Ce qui serait manifestement une véritable dégringolade depuis Aristote et Kant comme il était constaté ailleurs.

L’archéologue Israël Finkenstein écrivait dans son best seller "La Bible dévoilée" : "Dans la recherche scientifique, la vérité est au dessus de tout’, sous-entendu des théologies, idéologies et propagandes et cela avec l’intégrité comme ciment. Le site de Megiddo, où il travaille et le lieu du combat final entre le Bien et le Mal situé dans la l’Apocalypse, n’a pas encore livré tous ses secrets.

La théorie du tout_Noël.jpg 

Beau petit livre que cette "Petite histoire de l’Univers" qui pose beaucoup de questions et qui pourrait se retrouver sous le sapin bien qu’il n’ait rien avoir avec un conte de Noël. Est-ce vraiment le moment du conte et pas plutôt celui des comptes ? Question de savoir si nous ne sommes pas face à la Théorie du KO ?

Respiration de l’Univers dans des cycles qui ne seraient jamais bouclés entre expansion et beaucoup plus tard, rétrécissement ? Science fondamentale ou humaine. Faudra choisir.

Bien loin, tout cela, du divin enfant qui vient de naître, donc. Un lendemain de réveillon, encore sous les effets de la divine bouteille, ai-je trop osé bousculer trop de neurones ? Je me le demande encore...

Vous n’avez pas tout compris ? Je n’aurais pu signer un contrat de vous en assurer la compréhension. Suis-je peut-être passé trop vite au dernier chapitre du livre ?

Dans les dernières lignes du livre, l’auteur espérait que la théorie arriverait simplement en temps voulu, mais ajoutait "La science devrait être compréhensible par tous et pas seulement par quelques spécialistes". Le "pourquoi l’Univers existe" pourrait permettre d’aborder ainsi un esprit de Dieu.

Qui se souvient encore des films "Cosmos" de Carl Sagan qui faisaient rêver à la télévision ? Les vulgarisateurs comme Hubert Reeves sont encore là pour nous tenir en haleine. Le créationnisme reprend du poil de la bête aux États-Unis. Cela demande probablement moins d’heures de cours pour l’enseigner, moins d’investissement pour le développement général. 

Mais pourquoi chercher l’existence de ces fameuses particules ? La réponse était dans le Science et vie de décembre. D’où vient la vie ? Comment cela a commencé ? Vers où allons-nous ? Les questions de toujours.

Les traces les plus anciennes de vie remontent à 3,5 milliards d’années dans les fossiles. Elles sont aussi détectées dans les stromatolites en Australie.

Pas de génération spontanée. En 1953, Stanley Miller reconstitua une vie avec des acides aminés dont les trois premiers (glycinealamine et acide aspartique) font partie de la vie. L’APN (acide peptido-nucléique) a été associé à l’ADN, découvert lui aussi en 1953. Le scénario de la vie est une continuelle adaptation aux événements.

Depuis, on cherche, à relativement "petite distance" sur Mars, le "pourquoi de la vie" et non pas à la recréer à part, peut-être encore, chez les Raéliens.

Il y a un indice de vie sur Mars. Bien.

Des petits hommes verts ? Non, pas vraiment.

Photos à l’appui, il est, par contre, de plus en plus évident que la Planète Rouge a été chaude et humide dans un passé lointain de plus de 3 milliards d’années. Sans atmosphère, cette eau s’est évaporée à cause d’une gravité trop faible. Des météorites auraient bien pu être envoyées sur Terre à partir de Mars pour nous apporter des rudiments de vie.

Il n’est pas question de se lancer dans une lutte telle que l’écrivait Dan Brown entre "Anges et démons" avec un style de thriller. Depuis, le 28 octobre 1996, Jean-Paul II avouait que l’évolutionnisme était plus qu’une hypothèse.

Pour changer de 2006, du père Noël qui n’en avait rien à cirer, j’ai seulement essayé d’ouvrir une voie, lactée ou non à vos lectures. 

Alors, certains imaginent une vie ailleurs ou, même, avec un support numérique comme dans "Second life".

La théorie du tout_Politique.jpgTant qu’il reste le rêve et l’imagination, tout reste possible.

 

L’Enfoiré,

 

 

Citations :

 

  • « Dans les sciences, le chemin est plus important que le but. Les sciences n’ont pas de fin. », Erwin Chargaff

     

  • « On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n’est pas plus une science qu’un tas de pierres n’est une maison. », Henri Poincarré

     

  • « Ce n’est pas dans la science qu’est le bonheur, mais dans l’acquisition de la science. », Edgar Allan Poe


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Halman Halman 1er janvier 2009 12:37

    "Alors, certains imaginent une vie ailleurs ou, même, avec un support numérique comme dans "Second life"."

    On dirait du Morice, un amalgame de connaissances dénaturé de son véritable sens.

    La phrase qu’il ne fallait pas dire et qui n’a rien à voir avec la recherche en astrophysique, c’est réduire les astrophysiciens à ces bobos qui recherchent un ersatz de vie sur Second Life, alors qu’au contraire ils recherchent la Vie, pas celle lobotomisante du quotidien, mais celle qui créée la Vie dans l’Univers, celle à l’origine de notre Univers, partie infime du Multivers, île univers qui a donné les caractéristiques physiques propres capables de donner les conditions de la vie telle que nous la connaissons.

    Toujours cette pseudo morale de celui qui se croit plus malin que les scientifiques, celui qui s’imagine pouvoir tout comprendre et tout relativiser avec le recul du soi disant bon sens du citoyen qui s’imagine stupidement que la sagesse (biblique), c’est se contenter de son quotidien.

    Alors si c’est ça, pourquoi l’Univers, pourquoi la conscience, pourquoi la connaissance ? Pourquoi ne sommes nous pas restés de simples bactéries dans les mares du Précambrien ? Dieu et le bon sens commun ne sont pas des explications valables !

    Le genre "à quoi bon aller chercher là haut alors qu’on peut se contenter de ce qu’on a sur Terre, ha ha ha ha ha !"

    Tout à fait la morale du film Croisière Sidérale de André Zwoboda de 1942 avec le saoulant Carette. L’histoire d’un ballon stratosphérique qui se retrouve propulsé dans le système solaire à des vitesses relativisteS à cause d’une erreur de manipulation. Ils visitent des planètes avec des civilisations, reviennent sur Terre 40 ans plus tard, des voyages commerciaux sont organisés, mais finalement au retour des voyages le "bon sens populaire" fait dire aux acteurs qu’on est bien mieux sur Terre.

    Avec ce genre de morale, on ne fait RIEN. On ne regarde même pas dans un télescope, on invente même pas la lunette, on ne découvre même pas les lois de la mécanique qui vous donnent votre technologie actuelle qui fait votre petite vie si confortable.

    "Einstein avec sa formule E=MC2 avait tenté de rassembler en une expression unique pour éclaircir le champ des investigations"
    Surement pas.
    La relativé restreinte, puis générale, sont le fruit parfaitement logique, une déduction logique sans faille des lois de la mécanique. Einstein n’a pas fait comme Poincaré, il ne s’est pas arrêté à des considérations philosophiques (les particules ne font pas de philosophie) comme une croyance à un univers statique qui n’évolue pas. Il a eu le courage de remettre en cause ses paradigmes personnels (aujourd’hui encore rares sont les scientifiques capapables de le faire, il suffit de les lire). Ce qui lui a permi de continuer ses calculs avec une parfaite logique. La relativité lui a montré que l’univers évoluait, n’était pas statique. Il a bien tenté d’y introduire une constante cosmologique pour satisfaire à ses idées, mais a reconnu son erreur à la fin de sa vie.
    La relativité générale a permi de découvrir la matière noire, qui elle pourrait expliquer les variations de l’expansion de l’univers.



    L’expérience de pensée du chat de Schrodinger date des années 1920 et à fait les choux gras jusqu’à aujourd’hui des scientifiques et philosophes de salons. Mais ne leur est il pas venu à l’esprit que depuis 80 ans la physique à fait de légers progrès et que ce paradoxe a été bien résolu ?

    "Einstein avec sa formule E=MC2 avait tenté de rassembler en une expression unique pour éclaircir le champ des investigations. Sa théorie s’est pourtant dès l’entrée en matière, opposée à la théorie quantique. On parle depuis de la deuxième révolution quantique, dite, elle, bien simple, qui se verra pourtant bousculer dans ces théories par les scientifiques dont on peut lire les réflexions dans ce "Sciences et avenir" de décembre. On semble chercher un nouveau Galilée prédictif pour reconstruire les Sciences."
    Non, la relativité générale n’est pas opposée à la théorie quantique, relativité générale et gravitation quantique ne sont que des expressions d’une théorie physique de l’univers unique dont nous avons d’excellentes voies de recherche pour la découvrir.

    Vous voyez, vous faites référence à Science et Avenir, hors il faut lire cette revue mensuelle avec énormément de recul, même les revues scientifiques les plus célèbres ont leurs préjugés et leur manque de recul, leurs modes de pensées un peu particulier qui leur font choisir leurs articles avec disont, des choix assez personnels. Sans compter leur gueguerre de publications entre elles qui leur font publier des articles contradictoires sur un même sujet à un mois d’intervalle.


    « Seul ce qui est mesurable est objectif,
    Seul ce qui est objectif est scientifique,
    Seul ce qui est scientifique a une existence réelle,
    Seul ce qui est mesurable est réel. »
    Lord Kelvin.


    « La logique n’est pas une fin en soit ni le but ultime de la connaissance, mais le début de la sagesse, une passerelle vers la connaissance ultime. »


    « Cependant, si nous découvrons une théorie complète, elle devrait un jour être compréhensible dans ses grandes lignes par tout le monde, et non par une Poignée de scientifiques. Alors, nous tous, philosophes, scientifiques et même gens de la rue, serons capables de prendre part à la discussion sur la question de savoir pourquoi l’univers et nous existons. Si nous trouvons la réponse à cette question, ce sera le triomphe ultime de la raison humaine - à ce moment, nous connaîtrons la pensée de Dieu. »
    Stephen Hawking, « Une Brève Histoire du Temps », 1988.

    Phrase complète que vous aviez tronquée.

    "Tant que l’univers aura un commencement, nous pouvons supposer qu’il a eu un créateur. Mais si réellement l’univers se contient tout entier, n’ayant ni frontières ni bord, il ne devrait avoir ni commencement ni fin : il devrait simplement être… Quelle place reste t’il alors pour un créateur ?"
    Stephen Hawking.


    Oui, ces livres d’astrophysiciens comme L’Univers dans une Coquille de Noix" de Stephen Hawking que l’on met sous le sapin de Noël.

    Sont ils vraiment si bien compris, leur volonté de vulgarisation scientifique est elle si efficace ?

    Quand on en voit ce qu’en font les cinéastes avec leurs films pratiquement totalement faits d’images de synthèses ridicules et d’a prioris scientifiques faux qui font rigoler même les collégiens.

    Quand cela ne choque personne un film comme Armagedon avec le bruit dans l’espace, les navettes qui s’arretent quand les moteurs stopent.

    Quand les discussions de fin de repas de reveillons se limitent à des "oh la la on est si petits dans cet univers".

    Malgré les publications des Stephen Hawking, Reeves, Luminet, et autres astrophysiciens.


    • L'enfoiré L’enfoiré 1er janvier 2009 18:25

      Cher Hadman,

      Je crois que nous ne nous sommes pas compris sur le but de mon article. On va rectifier. D’abord en ce qui me concerne, plus « esprit scientifique » que moi, c’est difficile à trouver. Mais comme on le sait et surtout en période de crise, les religions prennent du galon par rapport à la science. Celle-ci coûte très chère. Donc il faut des incitants. Morice, je ne le lis que trop épisodiquement pour pouvoir me comparer à lui. Ma « culture » est informatique. Anti-religion et pleinement évolutionniste. L’amalgame avec « Second life » est plus un gag qu’autre chose. Je me destinais il y a peu à retourner sur les bancs de l’école du 3ème âge pour me lancer dans l’étude de l’astrophysique. Ce sont loin de "bobos" les astrophysiciens, mais ils sont moins bien payés qu’ils ne devraient en fonction de l’investissement dans les études qu’un médecin spécialiste. Oui, des jeunes d’une dizaine d’années rêvent à l’espace. Je l’ai fait. Carl Sagan, c’est mon époque. Alors quand il y a perte de vitesse des études scientifiques vu qu’elles sont longues et qu’elles coûtent chers pour tout le monde, il faut en trouver plus de raisons d’y aller. Que manque-t-il ?
      Premièrement : Oublier l’argent que coûte les expériences. Comment ? En oubliant les Etats qui veulent faire leur popote chacun de leur côté. Les Thaiconautes, les Cosmonautes, les Astronautes, fini tout cela. Tout cela dans le projet mondial puisque cela n’a plus rien à voir avec un pays.

      Deuxièmement, l’amalgame existe bien dans la nomenclature des objets de l’espace. On semble mélanger l’astrologie avec l’astronomie. On parle de signe du Zodiaque pour définir des galaxies mélangés à des galaxies qui ne portent plus que des numéros. Est-ce pour noyer le poisson ? Nous sommes à l’ère du numérique, alors c’est fini de faire des références d’un autre siècle avec les vieilles notions de Crabe, d’Ourse & Co.

      Je viens de voir un film « L’avenir du Cosmos ». Comment finirait notre galaxie ? Voilà, la technique adéquate qui intéresserait un étudiant en le présentant avec du tangible. La compréhension par la pratique. La vulgarisation scientifique non ésotérique. Bien sûr qu’il y a la vie, ce qui l’a fait et ce qu’elle deviendrait dans le futur, qui intéresse un jeune. Encore faut-il ne pas sortir une armada de vocables parfaitement non communs comme on les trouvent aujourd’hui dans les définitions des particules. Ce serait presque rechercher comment faire simple, quand il y a moyen de faire compliquer.

      Faire rêver de la science n’est pas de la petite bière. Alors autant s’assurer d’un maximum de chance. Mon article précédent sur les bosons, particules de Dieu, n’était qu’un précédent à celui-ci et allait plus loin dans la dérision débridée. L’objectivité m’oblige à parfois jeter un coup de pied dans la fourmilière pour faire réveiller les consciences. Je m’en excuse si cela a été mal interprété. Je reste avec un esprit d’enfant. Laissez-moi rêver. Je suis en droit de l’exiger en tant que citoyen.

      Sciences et avenir, Science et vie ont tapissé ma jeunesse. Du recul ? Bien sûr. Je le dis souvent avant d’écrire un article quelconque il faut chercher des sources les plus diverses pour combler les trous. Wikipedia, je le prends souvent en référence car il se rectifie progressivement et en real time.

      Le bouquin de Stephen King m’avait servi de fil rouge. Puisque nous sommes en 2009 dans l’année de l’astronomie. Cherchons l’attraction par la connaissance. On n’aime bien que ce qu’on connaît bien. Autant que le message passe avec le plus de clarté.  smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 2 janvier 2009 09:08

        @Huhuhuhu,

         En effet, Bernard pourra donner un éclairage différent. Je viens de l’informatique, donc, je sais très bien ce qu’est avoir un langage "parallèle" pour initiés. Mais ma discipline avait un besoin de recherche de logique que l’on voulait pointue au besoin avec des versions qui touchaient aux décimales pour catégoriser ce qui était nouveau par rapport aux précédentes. Un suivi est essentiel. Un lien manque souvent ailleurs.
         Les théories qui sont présentées dans les sciences spatiales me semblent souvent décousues, antagonistes et sans rapprochement entre elles. Est-ce une volonté d’avoir une vérité propre, concurrente des autres, au besoin plus commerciales et attirantes pour le commun des mortels ?
         Tout est dans tout. Il faut souvent trouver les liens dans ce tout et cela est souvent bien plus profitable pour la Science elle-même.
         Mon article attaché se voulait encore plus critique dans ce sens. 
         Dénigrer la presse n’est pas la manière d’en sortir surtout que celle-ci n’est pas étrangère aux scientifiques eux-mêmes. Le droit de réponse démocratique existe dans les premières pages de chacun de ces magazines. 
         Même le magazine "Nature" a dû subir des erreurs magistrales (mémoire de l’eau, par ex)
         La vision de ce qui s’est passé dans ses milliards d’années, est la source d’informations en astrophysique.
        L’ordinateur de l’informaticien devient le télescope (comme Hubble) qui voit de plus en plus loin jusqu’au big bang.
        La vitesse de la lumière qui n’est pas instantanée permet de voir dans le passé.
        Infiniment petit et le macro se ressemblent étrangement dans la gravitation universelle.
        L’image qui aurait dû accompagnée mon article a disparu ici, mais se retrouve sur mon site.
        Le bigbang a 15 milliards d’années. Le film que je viens de voir « L’avenir du Cosmos » extrapolait sur notre système solaire, se qui se passe dans les autres galaxie.
        Des hypothèses de fin ont été décrites. Mélange d’énergie et de matière. H2+Fe+C et des forces multiples comme ingrédient.
        100 milliards d’étoiles, 100 millions de galaxies, des millions de trous noirs répertoriées dans l’Univers. 300 millions d’années pour faire le tour de la Voie lactée. Supernova, étoiles noires trop lourdes pour rester sans tomber sur elles-mêmes, géantes rouges, naines blanches. Andromède, la plus proche, qui fonce vers la Terre à la vitesse de 500.000 km/h. Cataclysme en spirale infernale si notre galaxie entrait en collision dans un feu d’artifice cosmique comme un autre.

        Fred Adams, Paul Woodward entre autres pour guides scientifiques.

        L’intérêt dans l’espace est bien réels : téléphonie, télécommunication, GPS...et bien d’autres), c’est pour cela que si la mondialisation a sa raison d’être dans son unité des besoins vis-à-vis de l’Espace.

         


      • L'enfoiré L’enfoiré 2 janvier 2009 12:00

         @Huhuhuhu, 
        "un article scientifique ou un primaire comme moi ose s exprimer merci l auteur"
        Va lire l’article en URL, 
        Je ne sias si je l’enverrai ici, mais cela devrait te plaire. smiley


        • Liberty 2 janvier 2009 12:36

          Hawking, j’adore !
          Je te conseille ses DVD, je ne suis pas du tout un collectionneur mais tous ses DVD sont conservés comme les meilleurs de mes livres . (cadeau à se faire, on les regarde de multiples fois)

          Tout ce que je sais du sujet c’est que nos théories se font et se défont continuellement.
          Nous en sommes aux balbutiements de cette science.
          Les naines rouges, tendraient à prouver que les soleils ont une durée de vie bien supérieure à ce que nous pensions (aux dernières nouvelles).

          Le voyage dans le futur ce n’est pas possible et cela je le maintiens, le voyage dans le temps se fait tous les jours : Lorsque un scientifique regarde une constellation au télescope, il la voit telle qu’elle était il y a des centaines d’années . (c’est déjà du voyage dans le passé !)

          Si nous avions la technologie pour voyager à X fois la vitesse lumière nous pourrions aller observer la terre telle qu’elle était il y a X années .

          Théorie mais réaliste .
          Le souci c’est qu’en l’état de nos connaissances notre corps ne supporterai pas le voyage, ni aucun solide d’ailleurs ...
          Pourtant d’éventuels autres le peuvent peut être déjà :

          http://www.dailymotion.com/Agrippa66/video/x56yyt_ovnis-soiree-themapartie1_tech
          (voir les 5 parties)

          il existe jusqu’à ce qu’il soit réalisé, qui est il ? (réponse : l’impossible)
          "Au delà du possible" est une jolie devise...

          La théorie des dimensions n’est pas idiote mais je ne suis pas tant rêveur, la vérité est peut être plus simple :
          Imagine que notre univers empli de vide soit contenu ou voisinant un ou des univers gazeux (ou autre)...
          Hé bien là à cause de l’effet miroir de certains gaz, liquides, densités, cela expliquerait que nous ne puissions voir TOUS les univers.

          Cela expliquerai pourquoi de la lumière envoyée à un point donné de l’univers en ressorte à l’opposé, un miroir sphérique donnerai cet effet ...

          (Liberty théorie, tout est un et un est tout, Leibniz parlait lui d’imbrication des mondes, de changements d’échelle des mêmes mondes, pourquoi pas dans ce domaine également ? )

          La bible, le plus beau roman du monde oui, une réalité historique certainement pas !
          La fin du monde est vieille comme l’homme, toujours les hommes ont prédit la fin du monde pour se rassurer, se sentir moins insignifiants.
          Ce qui caractérise l’homme par rapport au règne animal c’est son individualisme et son égo : Son moi, son ça, son surmoi .

          C’est bien un des effets secondaires de cette caractéristique, après nous tout est fini, l’infini ne peut exister car nous ne sommes pas infinis . (pas finis, certainement !)

          D’où vient la vie :"We are all made of stars"
          Sans crash de météorite sur terre pas d’oxydation du fer, sans oxydation du fer pas de végétaux, de gaz, pas d’atmosphère, pas de vie ...
          Nous sommes tous des "extra terrestres" en somme ...
          (je n’ai pas dit martiens)

          Dans le domaine, je sais que nous ne savons rien.

          La preuve : Qui peut donc réfuter à 100% ma théorie selon laquelle notre univers serait une sphère contenue dans un ou plusieurs univers mitoyens, qui nous renverraient notre propre lumière. (sphère ou bulles de savon entassées).

          La différence de structure (densité, gaz, pourquoi pas même liquides, etc...) de tous ces univers en feraient des barrières réfléchissantes à la lumière .
          D’où notre incapacité à percevoir les autres univers...
          La question que tu risques de me poser : "Pourquoi la lumière envoyée vers la direction X reviens de la direction Y sans que nous la voyons traverser tout notre univers ?"

          Ma réponse sera : "juste parce que notre univers est rempli de vide, il faut un support à la lumière pour devenir visible (gaz, matière, liquide, atmosphère ).

          J’aime beaucoup utiliser le phénomène des mirages qui prouvent que la lumière se courbe dans certaines conditions gazeuses .

          Sujet passionnant, j’ai bien du mal à ne pas croire en l’altération voire les distorsions et effets d’optique de nos super télescopes spatiaux .
          Sur la distance de la lumière à leur parvenir, cela en fait des possibilités d’altérations et d’effets en tous genres .

          Une réponse qui me tiens à cœur, est-ce qu’une masse solide complexe est capable de résister à la vitesse lumière sans altération ? (même avec une vitesse en augmentation très progressive)
          J’ai quelques soucis avec les théories des distances vues par les spécialistes actuels.
          Ils oublient que la lumière ne nous parviens pas en ligne droite surtout sur de telles distances, d’où mon allusion aux mirages (c’est près ou c’est loin ?) .

          L’homme est un gaz, pas mal !
          Nous ne sommes qu’un tas de particules coordonnées pour être un corps complexe et solide .
          Nous sommes éternels, nous ne faisons que changer de forme (gaz, liquide, particules dissociées) .
          Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme .

          La lumière nous en connaissons le spectre sur terre, qui prouve qu’ailleurs son spectre ne soit pas très différent ?
          Nous en sommes encore aux balbutiements des expériences spatiales .
          Toutes nos connaissances sont à utiliser avec d’infinies réserves avec la mention : "En fonction de ce que nous connaissons actuellement" ...
          Souvenons nous que la terre a été limitée à l’horizon, puis à un continent, puis à un disque plat pour finir par être ronde, puis plus tout à fait aussi ronde etc...

          Lumière source de vie ?
          Oui et non, l’énergie sous toutes ses formes est source de vie .
          Les animaux abyssaux en sont la preuve, pour moi la lumière n’est pas ma quête vers d’autres formes de vie, l’énergie l’est.
          Si une planète est invisible car non éclairée pourquoi ses habitants ne vivraient pas d’autres sources d’énergie ?
          D’accord c’est moins simple à observer mais soyons ambitieux !

          Pour l’EPR c’est l’occasion d’être l’homme le plus rapide du monde, et vu les dégâts, le plus couteux, bien plus fort qu’un banquester. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès