• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Pour une sagesse moderne : je suis pour docteur…

Pour une sagesse moderne : je suis pour docteur…

Ce billet m’est inspiré de la lecture du livre «  Pour une sagesse moderne  » du Docteur Yasmine Lienard. Je commençais à en faire une petite news et j’ai été emportée par l’inspiration, impossible de faire abstraction de mon histoire personnelle et de ce qui fait véritablement échos en moi dans ce livre.

Véritable coup de cœur donc, le livre du Dr Lienard est un trésor pour toutes les « Combattantes » qui ne pourront qu’être touchées de se sentir écoutées mais surtout entendues. Véritable outil de travail il offre des pistes concrètes pour quiconque veut comprendre ou accompagner les personnes souffrant de TCA. C’est pour moi un ouvrage de référence en la matière et concerne toutes les névroses : le recours à la thérapie cognitive, la théorie des schémas, les outils sur les émotions, la méditation comme accès à l’esprit… Beau programme non ?

J’ai découvert ce livre avec émotion : une spécialiste parlant des thèmes qui me sont chers et qui formule mieux que je ne le fais des choses que je tente d’expliquer dans L’âme en éveil… Un médecin qui comprend cette soif d’amour et d’authenticité qui – selon moi – n’a jamais été véritablement entendue par les professionnels qui ont croisé mon chemin pendant près de 15 ans… Certes ce n’est plus le cas et je suis heureuse de connaître à présent une armée d’anges pour qui « Un corps, un esprit, une âme » fait sens. On parle de « parcours du Combattant » pour trouver l’aide appropriée et en tant que présidente d’association je suis en contact avec des personnes souvent démunies, perdues, et parfois lassées ou simplement fatiguées de chercher. Cela vaut la peine pourtant et tout le monde s’entend pour dire qu’il faut parfois frapper à la porte de plusieurs spécialistes avant de trouver celui qui nous convienne.

Le docteur Lienard revient sur ce qui nous fait souffrir : les relations aux autres douloureuses, la solitude (une blessure contemporaine) et bien sûr les conduites autodestructrices que l’on met en place pour « cesser de souffrir ». Elle cherche à mieux comprendre la névrose, dont la définition médicale ne permettait pas à la psychiatre qu’elle est de venir à bout de toutes les maladies de l’âme auxquelles elle a été confrontée dans son service. De ses études et ses recherches mais aussi de son expérience de psychiatre et psychothérapeute, elle constate qu’aujourd’hui nous avons des outils concrets et efficaces, des techniques qui permettent d’abandonner ses fausses croyances, ses fausses interprétations et « de ne pas se laisser engluer dans des émotions destructrices ».

Le véritable enjeu pour elle est de penser l’individu et son lien avec son monde. Elle propose donc dans ce livre de développer une sagesse résolument moderne et invite l’homme à progresser sur 2 axes, le développement de l’individu et la vie en communauté, afin que la dignité, l’amour et la compassion reprennent un peu leur place dans notre époque… On comprend facilement en quoi ce livre me parle tout particulièrement !

On peut définir la névrose de différentes manières. Ce qui est sans doute le plus important de retenir c’est en quoi elle nous empêche de mener une vie pleine de sens. Pour le Docteur Lienard « elle nous détourne de notre bon sens et de l’idée de mener au mieux sa vie ». Pour mieux comprendre cela, elle propose l’image d’un bateau :

« Vous décidez de traverser l’océan.

Il vaut mieux admettre que traverser l’océan va impliquer d’affronter des vagues, voire de grandes tempêtes. Si vous voulez que ce soit calme comme un lac, vous serez souvent frustré inutilement.

Eh bien l’océan c’est la vie : vouloir que la vie soit paisible et sereine, sans difficultés est totalement irrationnel. Si on prend l’océan et qu’on s’énerve à chaque vague, à chaque tempête, on va perdre son énergie pour rien. Le préalable est donc de considérer qu’il va y avoir des difficultés mais qu’il vaut mieux y faire face le plus efficacement possible. Pour cela, il faut savoir naviguer d’une part, et définir son cap d’autre part.

Prendre l’océan sans cap revient à dériver en permanence et finir par sombrer ».

Cette illustration de la vie est parfaite. J’explique en quoi l’épreuve de l’hôpital (une expérience d’éveil ?) m’a permis de donner un sens à ma vie. J’ai trouvé le cap pour reprendre les termes du docteur Lienard. Et je comprends ce qu’elle veut dire en mentionnant les vagues ou les tempêtes. J’ai parfois un peu le mal de mer mais je ne m’en sors pas si mal je crois. Mon côté provoc me pousse à dire que si la mer était parfaitement calme je m’ennuierai d’ailleurs…

Ainsi il convient d’être vigilant et d’avoir une grande présence pour « ajuster les voiles au vent » et ne pas lâcher le gouvernail sous l’emprise de la névrose qui obscurcit notre esprit et nous fait suivre des pensées automatiques confuses engendrées par la situation qui sont contraires à une vraie réflexion.

Ce qui me plaît tout particulièrement c’est l’invitation qu’elle fait aux thérapeutes à changer d’attitude selon ce que nous enseigne la troisième vague des psychothérapies : ne plus chercher de solution pour soulager le patient et le faire changer mais au contraire lui apprendre à être véritablement et à traverser ses émotions douloureuses comme des interactions nécessaires avec son environnement. Le thérapeute qui se fixe comme but unique de guérir le symptôme (est-il nécessaire que je précise que ce fut le cas pour moi ?) n’est pas suffisamment ambitieux. Je suis d’accord : « une thérapie est terminée lorsque les patients sont guéris du symptôme qui les a amenés à consulter, mais aussi lorsqu’ils sont authentiquement eux-mêmes et qu’ils sont de véritables êtres humains, le cœur ouvert, acceptant leur part de vulnérabilité et sachant être en relation avec les autres de manière adéquate ».

Les outils qu’elle propose sont les mêmes (du moins la plupart car je ne les connaissais pas tous) que je suggère dans L’âme en éveil… Je suis la première à parler de la Méditation comme porte de sortie et pour moi travailler sur l’acceptation et la recherche du calme mental est synonyme de salut pour mon âme. Je suis d’ailleurs passée de la théorie à la pratique, on y travaille donc.

Mon cas n’est pas à généraliser. Je suis obligée de parler de mon année à l’hôpital psychiatrique dans mon propre ouvrage mais bien sûr toutes les hospitalisations ne se passent pas toujours ainsi. Je me définis comme une écorchée vive et j’utilise souvent l’humour pour parler de ma colère. Je m’efforce de travailler sur elle pour m’en servir comme moteur plutôt qu’elle ne me desserve. J’ai toutefois parlé de « mort psychologique » et je ne peux fermer les yeux sur le traumatisme de cette année noire. L’hospitalisation est parfois inévitable et je suis heureuse de voir que les progrès en matière de prise en charge sont indéniables. Qu’elle est aussi limitée à son minimum et que le suivi peut se poursuivre efficacement même après un moment d’isolement nécessaire. Le recours à la sonde peut être évidemment être salvateur, la sonde est acceptée par la patiente qui adhère à la démarche de soins.

J’ai encore du mal à comprendre pourquoi je ne suis pas morte en 2007. Je sais que jusqu’à mes 30 ans, je n’ai pas vécu. Survie mais pas vie. Et que quoi que je fasse, la colère, la souffrance de ces années ne s’effacera pas. C’est long. Et si j’essaie de faire des choses par rapport aux TCA c’est parce que j’estime que ma vie est un énorme gâchis. Je n’espère qu’une chose : éviter à d’autres de reproduire mes erreurs. Les médecins qui m’ont soignée et à qui je n’en veux pas plus que ça car avec le recul et un regard objectif sur ce qu’il s’est passé je comprends qu’ils ont fait ce qu’ils ont pu avec les moyens du bord et leurs propres limites pourront peut-être reconnaître une erreur :

Celui d’avoir cru me nourrir alors qu’en réalité ils m’ont gavée de colère pendant de longs mois.

Le docteur Liénard ne néglige pas le symptôme ni le diagnostic initial qui permet de savoir ce sur quoi il va falloir travailler au cours de la thérapie mais elle va plus loin, c’est un médecin capable de nourrir les êtres d’amour.

C’est donc un honneur pour moi de la connaître, un ange de plus dans les rangs de l’armée d’anges qui m’entourent et j’espère qu’elle ne m’en voudra pas de m’être inspirée de son livre pour partager quelques états d’âme…

Sabrina


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Sabrina Palumbo Sabrina Palumbo 27 septembre 2014 12:59

    En tombant de la vulgarité je crains que vous ne vous soyez loupés.

    Les lecteurs de ces échanges se feront leur propre idée. 

    • Sabrina Palumbo Sabrina Palumbo 27 septembre 2014 16:16

      Je vous l’accorde. Je ne suis pas « fâchée » mais il y a des sujets sur lesquels je suis sans doute plus sensibles que d’autres. Ou bien est-ce parce que je viens de terminer un article sur l’isolement en psychiatrie pour les anorexiques...

      Sans rancune espèce de vieux gros macho.

    • vesjem vesjem 29 septembre 2014 12:13

      @sabrina
      gros macho te donne des pistes pour juguler les pb psychologiques ( l’anorexie ou autres ) ; ce sont des suggestions (bonnes ou fausses) guidées par le bon sens ; ne te « braque » pas ;
      moi , je te dirais par exemple , fais du sport d’endurance pour libérer les hormones du plaisir ; c’est une des thérapies ; tout comme écouter de la musique ; ( tout comme lire et appliquer les préceptes du livres dont tu nous parles ) , tout comme écrire ...
      il semble qu’il faille occuper l’esprit et ses tourments inconscients , par des artifices intellos ou chimiques ( sous différentes formes , naturelles ou non )


      • Sabrina Palumbo Sabrina Palumbo 29 septembre 2014 12:53

        Bon je vous remercie et je sais que c’est difficile au final de donner des conseils ou avis lorsqu’on n’a que des « extraits » de textes ou morceaux choisis.Je vous invite à lire cette interview : http://www.sabrinatca92.com/2014/09/11/sport-tca-interview-juliette-coach-sportive-ancienne-malade/

        Il s’agit de celle de l’une de mes coachs.Je suis une ex athlète et je donne une conférence sur le sport et les TCA (la prochaine le 4 octobre prochain en belgique), voici un extrait : http://bit.ly/YEZyKI J’explique entre autre chose les bienfaits du sport, mais aussi les dangers (nombreux athlètes souffrant de TCA), ma plongée dans l’anorexie mais aussi ma reconstruction (en grande partie due à la reprise du sport que je pratique de manière addictive).Loin de moi l’idée de me braquer. Je suis déçue sur la forme employée par Gros Macho mais il a sa réputation de macho à défendre sur la toile, ce n’est pas un problème pour moi...Merci de vos conseils en tout cas. J’espère qu’il seront utiles aux lecteurs. Me concernant ne vous inquiétez pas, ça va plutôt bien  smiley
         Malgré la colère...   smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès