• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Rapport du « Rapport de la CIA »

Rapport du « Rapport de la CIA »

En 2005, Alexandre Adler s’intéressait au rapport de la CIA et à ce qui serait le monde en 2020. Vision à l’américaine en suivant le rapport NIC 2020 (2003). Nous sommes 4 ans plus tard. Cette vision tient-elle toujours la route ?


Le rapport du Rapport de la CIA.jpgJe me proposais récemment de revenir sur des exemples de futurologie en fin de l’article "Futurologues en goguette".

Adler affirme que les Américains ne seraient pas ce que l’on croit des antidarwiniens avec des préjugés tel que le décrivait Michael Moore en réaction à l’ère de G.W. Bush. Ce sont des diplomates, des officiers du renseignement de la CIA qui possèdent leurs propres organismes de recherche et d’évolution mais qui sont, eux aussi, très peu tournés vers le futur et l’extrapolation du passé sur le futur. Un rapport établit par 25 experts indépendants de milieux divers, entre autres, par les futurologues comme Ted Gordon, Jim Dewar et Ged Davis.

"Vers une mondialisation plus malheureuse" reconnaissait Adler d’entrée de jeu dans une titre évocateur. Pas plus, la doctrine de James Moore avec son panaméricanisme ni l’idéalisme naïf de Woodrew Wilson, mais une Amérique très ou trop pragmatique que l’on retrouve au travers de ses présidents et cela pendant deux cents ans de puritanisme et de compétitions acharnées. Ce serait plutôt contre un passé de "containement" (d’endiguement) de la puissance soviétique contre un dynamisme idéologique avec l’argent comme arme et comme outil et l’appui massif d’universitaires compétents entre "conservatisme" et excès dits "démocrates". Pas de géants abouliques, seulement un américain instrumentalisé par les milieux financiers britanniques et antisémitisme. Une économie en voie d’expansion et d’intégration mais avec les États-Unis comme rôle pivot, une révolution technologique toujours plus envahissante, des inégalités sociales persistantes, une montée de l’Asie, des émergents comme les BRIC et des puissances vieillissantes, des politiques identitaires, une insécurité omniprésente porté par une transmutation du terrorisme international, une démocratisation en marche arrière résumeraient les constatations du rapport. Tout cela, sous une cartographie du futur, avancée par l’intermédiaire de 4 scénarios alternatifs et qui, d’après l’auteur, n’arriveraient jamais ensemble.

  1. Le maxima par la "Pax americana", style GW Bush, en pilotage automatique et bienveillant 

  2. Le "monde selon Davos", style Bill Clinton, simple à concevoir par la liberté de s’associer avec des avantages comparatifs

  3. Le "nouveau califat", style Ben Laden, sans véritable stratégie pour contrer efficacement la montée de l’intégrisme avec une urbanisation brutale du monde musulman, qui devient la source de l’islamisme idéologique en différentiel avec l’Asie.

  4. Le minima par le "Cycle de la peur" de style ou conception plus européenne avec le chaos mondial final qualifié de simple et léger.

 20090115Ben Laden retour.jpgDes lettres, plus ou moins imaginaires, sont présentées par l’auteur pour en sortir des leçons à méditer.

Une stratégie de secours par multipolarisme tempéré seule pour minimiser l’impact des deux derniers avec une idéologie du même droit à la vie et au bonheur et avec une imagination qui ferait changer la chenille en papillon par les moteurs de la démographie, des ressources naturelles, de l’environnement, de la science, de la technologie, de l’économie mondialisée. Prédictions qui rendraient la mondialisation irréversible mais moins occidentalisée dans une économie plus vaste avec des entreprises privées de taille mondiale propageant les nouvelles technologies. Une montée en régime de l’Asie, une population vieillissante généralisée, de l’énergie suffisante et même en croissance, un pouvoir grandissant mais non étatique, un islam politique puissant mais avec les États-Unis toujours en un acteur unique et puissant, se retrouvent dans les certitudes relatives présentées. C’est donc de la "prédiction" avec une vision dites "dynamique" des futurs possibles pour sortir des pensées conventionnelles.

La crise mondiale dont on voyait les prémisses en 2007, avec la perte d’achat comme initiatrice et des subprimes comme révélateur ; en 2008, avec la crise des banques, et financière comme catalyseurs à la perte de confiance irrationnelle, qui ont bouleversé ces prévisions et mis en déroute les populations du monde de manière brutale et non contrôlable dans son ampleur et sa brusquerie, sont sortis du chapeau de l’histoire. Les certitudes relatives se sont effondrées sur plusieurs plans dans une démonstration par l’absurde. Un déséquilibre entre production et consommation s’est produit, insidieux. Les technologies informatiques misent en oeuvre par le rapport NIC pour analyser le futur n’avaient manifestement pas tous les paramètres disponibles. Alors, l’idée d’être au service des citoyens, ce n’était pas gagné d’avance. La mondialisation, vue aujourd’hui, est en phase rétrograde et un "néo-protectionnisme" est mis en avant par Manuel Baroso, président de la CE, comme le danger ultime. "Le monde sous la menace protectionniste" titrait le Nouvel Obs dans un de ces derniers chapitres. L’économie restreint ses objectifs et s’oblige un chômage technique ou complet, de plus en plus énergique, poussé à son point limite de la fermeture des entreprises souvent hors les murs de la maison mère des multinationales en premier ressort, à la source, ensuite.20090107Prix baissent.jpg

Celles-ci grincent de toute part et éjectent les produits qui ne font pas partie du "core business". Les stocks explosent et ne trouvent plus acheteurs.


20090201Davos Belem.jpgDavos était mentionné, mais les altermondialistes au Brésil ne l’étaient pas.

L’énergie et les matières premières subissent des fluctuations chaotiques en dehors de l’entendement et de la logique primaire. L’énergie nucléaire poussée vers une sortie honorable, revient en force avec de nouvelles centrales même chez ses précurseurs anti-nucléaires scandinaves. Une controverse éolienne freine clairement les espoirs et minent les élans les plus écologiques. Alors, on se retourne en premier vers les freins de la consommation d’énergies.

Les États, poussés par l’obligation de soutenir leur économie et l’emploi, par les ONG et les lobbies, reprennent parfois les miettes des entreprises privées ou privatisées, en crise de liquidités.

Le "durable" est, désormais, préconisé et encouragé dans le monde occidental pour préserver l’environnement. Les produits bas de gamme se retrouveront, tôt ou tard, repoussés, de fait, aux frontières, les copies radiées pour sauver les économies locales et les marques pour s’épargner un écrasement total et fatal. Les fusions de sociétés ont ralenti de manière drastique. Des rachats de sociétés stagnent dans la peur du lendemain. Ils pourraient être remplacés par des échanges de bons procédés sous forme d’échange d’actions. Une autre technique de l’histoire, en vue ?

Un scénario où seul le jeu en commun serait devenu l’agent liant ou le retour aux cases de départ se dessine, à coup sûr, dans une sorte de recherche forcée de "L’argent du beurre" au plus juste prix. La création de nouveaux blocs alliés tels que celui de l’axe Moscou-Téhéran-Pékin opposé à celui des États-Unis-Israël-Japon ; ceux des deux axes eurasiens, avec au Nord, les Britanniques et les Scandinaves contré au Sud par la France, l’Allemagne et la péninsule Ibérique étaient préprogrammés dans le rapport, sont beaucoup moins d’actualité. Plus aucun bloc économique ne peut en sortir sans la concertation avec les autres et le concours coopératif ou solidaire des voisins. Unir l’ensemble est devenu le défit majeur. Alors, on s’observe. Des plans de relance de plus en plus chers donneront-ils le ressort sans aller aux sources du mal ? La compétition acharnée et suicidaire par la concurrence fait partie de la partie avant "schisme" et la charnière de ce siècle. La peur et la sécurité tout azimut ont dégradé l’économie et miné la production de manière plus accélérée au cours de cette dernière décade. Une dévaluation générale des monnaies se retrouve dans une érosion de la consommation.

L’Europe, ce dit "vieux continent", grâce à sa diversité de cultures n’a pas encore dit son dernier mot, si elle s’en rend compte. Une spécialisation naturelle en fonction des compétences de ses ressources humaines disponibles en éliminant les redondances d’efforts trop régionaux pourrait aider. L’éducation et l’immigration ne seraient plus considérées comme un mal mais, au contraire, un élargissement des potentiels. Ce serait une adaptation de la main d’oeuvre confrontée à une longue période d’immobilisme, disait Adler avec raison. L’OTAN reprend du gallon contrairement aux prévisions du rapport. La France se met sous son ombrelle. Nicolas Sarkozy vient d’en conclure l’accord, en faisant table rase de la volonté d’autonomie de Charles De Gaulle.

 20090114Gaz Russie Ukraine.jpgUne reprise en main de la Russie s’est produite, hier, en Géorgie, pays qui s’était formé plus ou moins artificiellement sans l’accord de toutes les populations de liens différents qui la composent et qui avait surpris par son réveil soudain. Hautement improbable, disait le rapport.

La Chine et l’Inde ne seront que les acteurs qu’ils voudront dans, semble-t-il, un même jeu de l’autarcie forcée.

Ce qui veut dire, aussi, pour la Chine que le pouvoir d’achat intérieur devra s’élever de manière importante et passer à la consommation "old style" occidentale avec une classe moyenne démocratisée et éduquée sous peine d’asphyxie. Elle devra absorber, très vite, les frais démesurés qu’elle s’est imposée pour les JO de 2008. La surchauffe y a vécu. Le ralentissement de la création d’emploi est dès lors programmé tout en repoussant une nouvelle fois son propre problème du vieillissement de la population. Cela pourrait entraîner une instabilité par le crime, le trafic et l’immigration illégale. Le prix des matières premières soutenues par l’expansion chinoise, oui, si l’expansion s’y poursuit.

L’Inde, par contre, toujours sous le joug de l’idéologie des castes, subit toujours un frein des responsabilités non égalisées sur sa population globale, rythmée par de trop nombreuses vitesses de développement. Une population en augmentation constante avec des eaux en surface de plus en plus polluées, se verra imposer des choix draconiens dans la haute technologie dans les villes en maintenant les campagnes de force, hors course. L’outsourcing massive n’assure plus la sécurité à ses clients comme espéré à la naissance de ce mouvement d’externalisation. Sa population reste seulement locataire de travail temporaire, à bon marché et, donc, non responsable sur le long terme. Il n’y a pas que le prix et la langue anglaise poussée comme véhicules d’une rotation durable.

Le vieillissement des populations, l’environnement sont les problèmes généraux. La moitié de la population mondiale devait vivre dans des pays avec un taux de fertilité inférieur à 2,1 enfants par femme pour maintenir une stabilité et assurer une retraite aux seniors. Comment les pays vont s’y atteler déterminera la sortie ou l’incrustation dans la durée des problèmes. Une cartographie mentale du monde de 2020 avec un changement radical d’optique du progrès hors caricatures pourrait stopper l’hémorragie ou l’inverser par une guerre catastrophique comme ce fut le cas au début du XXème siècle suivie par une dépression mondiale, rappelait Adler. La vraie guerre pourrait devenir plus virtuelle que réelle par la déstabilisation cybernétique paralysant les réseaux d’Internet sources du savoir. Une hausse durable, inscrite dans le rapport NIC, s’il apaisait certaines tensions sociales consolide, dans le même temps, des régimes autoritaires. L’image des Etats-Unis comme modèle, comme gendarme du monde avait, pour longtemps, été remisée à l’ombre des espoirs déçus suivi d’un esprit anti-mondialiste sévère. L’arctique qui dévoile ses profondeurs, à cause du réchauffement climatique, n’a pas été envisagé dans ses conséquences qui peuvent se révéler positives pour les pays limitrophes.

20080626Séniors au boulot.jpgNon, la crise "totale", que nous connaissons, n’avait pas été prévue dans le rapport. Elle a fait sortir du cartésianisme pour devenir systémique. Un profond déséquilibre entre offre et demande en ressort, dans les liquidités nécessaires ou superflues. Après une inflation galoppante de 2007, une récession mondiale fait naturellement baisser la demande en 2009. Rationnaliser tout cela pour retrouver un équilibre et effacer les laxismes et les inégalités du passé à trouver dans l’urgence.

Les risques inflationnistes, les populismes d’Amérique Centrale, les changements de cap à gauche en Amérique du Sud, la conjoncture post 2001 sont peut-être déjà un lointain souvenir.

Le mérite de ce rapport est d’en avoir analysé les changements majeurs sans en avoir décelé l’ampleur et la rapidité dans les espaces et dans le temps. Il avait constaté les déséquilibres de l’endettement des ménages américains, des déficits budgétaires croissants de la balance des comptes mais tout devait continuer si l’infection n’était jugulée sur place, à son origine. Un refus de la hausse des impôts et la chute du dollar ralentirait inexorablement l’économie américaine, disait-on. On sait ce qu’il en est advenu. On parle de régulations, de réformes dans des cycles excentriques pour réguler ce qui était considéré comme automatique. 

Aux États-Unis, un nouveau "Messie" est donc là pour changer le pays de fond en comble. Pas besoin de le nommer pour le reconnaître. Messie, pour les uns, Satan, très probablement, pour d’autres. "Après quelques six semaines, des impôts qui servent à réduire les inégalités, des polluleurs devenus payeurs, l’Etat de non-droit bannis, la santé accessible au grand nombre", comme l’écrivait récemment le Nouvel Obs. Loin d’un ravallement de façades.

Ca n’était pas dans les tablettes du rapport évidemment.

De toute manière, l’euphorie de la puissance est un peu passée et n’aurait pas été reproductible d’après le rapport.

Des plans de relances, un nouveau protectionnisme industriel en accord avec un nationalisme renaissant et autarcique.

L’impression de déclin pour les anciens est manifeste. Certains chercheurs pensent déjà à faire machine arrière.

20080213Or.jpgDes mutations géopolitiques, dépendantes des approvisionnements énergétiques, pour les autres. Les marges de manœuvre restent étroites pour les gouvernements endettés. Le domaine publique, forcé, reprend de la vigueur dans le soutien de l’économie. Les levées du secret bancaire, les évasions fiscales, les corruptions et les scandales financiers sont en passe de corrections pour récupérer les fonds de tiroir. Peu importe les techniques utilisées dans ce grand chambardement. Le renversement de tendance a eu lieu, c’est entendu. Le Monde a eu son 11 septembre en plusieurs couches successives. Nous vivons des années charnières à la recherche de consencus. Un monde plus volatile, moins stable, donc.

Entre temps, la France se retrouve avec un soulèvement de ses territoires d’Outre Mer, souvent oubliés. Le Système du Capitalisme suite à la crise est même remis en question par plusieurs analystes pour sortir de l’ornière. 

"Des mutations profondes, sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, à la recherche des aiguillages pour ne pas sortir des rails avec peut-être des effets bénéfiques pour l’éradication de la pauvreté", concluait Adler. Qui dirait mieux ?

Vu le retournement de situation dans ces quelques derniers mois, la difficulté de comprendre cette actualité, prédire ce qui va se passer dans 15 ans, n’est, décidemment, pas chose facile même pour la CIA.


Le rapport du rapport de la CIA 2025.jpgJe m’apprêtais à terminer ici, quand je suis tombé nez à nez avec la version 4 de ce Rapport qui vient de sortir de presse et qui, cette fois, veut allonger les prédictions jusqu’en 2025. Il est vrai que sa conception a été étendu à des experts de tous les continents et non plus américains.

Cette version inclu la crise, l’arrivée d’Obama et des corrections non négligeables. 

Nouveau film catastrophe ? Pas vraiment, quoique de nouveaux problèmes surgissent. La pénurie d’eau, d’un côté ou le trop plein dû au réchauffement climatique se sont invités dans la danse. Le Sahel, le Darfour crèvent par la sècheresse tandis que Wall Street doit déménager pour échapper à la montée des eaux. Les hydrocarbures qui s’"évaporent" des rêves de consommation à bon marché. Donc, un futur qui suit plus environnemental que prévu précédemment.

Plus multipolaire encore, aussi, et moins américanisé. L’Afghanistan et le Pakistan deviennent des points névralgiques. La réconciliation entre les continents sont au programme. L’association Taïwan, Hong Kong, Macao, Singapour font la nique, économiquement du moins, à la Chine étatisée du pouvoir central. La Corée et le Vietnam sortent leur épingle du jeu. L’Afrique est courtisée par la Chine, l’Inde et le Brésil.

Mais, si 2020, était encore très loin, 2025 rend les prévisions encore plus hasardeuses. Un rapport ne serait rien s’il n’était pas suivi de corrections. Les économistes, eux, ont toujours pu expliquer les erreurs du passé. 

Alors, un nouveau rendez-vous dans 5 ans, dans 4, 3, 2 ou 1 an comme l’espace temps se rétrécit ? "L’Histoire n’est pas encore en voie d’achèvement" constatait justement Adler dans sa préface.

20081108Crise en thème.jpg

Bernard Maris de Charlie-Hebdo en parlait lors d’un interview, suite à son livre "Capitalisme et pulsion de mort". Il proposait : une économie verte plus sociale, coopérative avec des indicateurs de bien-être, budgetiser en remplissant les caisses de l’Europe, effacer les créances par l’inflation et en épongeant ainsi les dettes par ceux qui peuvent le faire, vivre avec une sobriété plus ajustée par une croissance en fonction des besoins plutôt que de suivre le marqueting, se rendre compte que l’argent n’est pas commestible (mythe de Midas), taxer la spéculation et éradiquer les paradis fiscaux. Une utopie ? Non, un changement de mentalité. Très certainement. 

Suite à l’écran de nos jours du moment qu’on garde la santé entre temps.

 

L’Enfoiré,

Citations :

  • « Je préfère un futur imprévisible à un futur imposteur. », Maurice Schumann 

  • « Ne t’écarte pas des futurs possibles avant d’être certain que tu n’as rien à apprendre d’eux. », Richard Bach

  • « Le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire. », Friedrich Nietzsche


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 11 mars 2009 12:32

    Ce rapport (public smiley ) est un chef-d’oeuvre de désinformation et de niaiseries ... La preuve, c’est qu’il fait les choux gras d’Adler. Prévisions jusqu’en 2025, non mais je rêve, c’est déjà de la haute voltige d’essayer d’entrevoir les choses à un ou deux ans. De la merde à gogos, tu penses que si la CIA savait ce qui se passerait dans 10 ou 15 ans, ils l’étaleraient sur les toits.


    • John Lloyds John Lloyds 11 mars 2009 12:34

      J’oublais : très bon article, le sujet est bien fouillé.


    • TALL 11 mars 2009 15:23

      Johnny Cybion .... force pas trop avec les votes .... ça se voit ... smiley


    • Jordan Jordan 11 mars 2009 16:11

      @John Lloyds
      Vous êtes d’une logique implacable.

      Un étasunien, très européanisé


    • John Lloyds John Lloyds 11 mars 2009 18:34

      MDR smiley

      Tal, si j’accordais le moindre crédit à ces conneries de votes, j’irais pas provoquer la susceptibilité des prudes sur un post féministe, pour attirer les hordes de femelles en folie et leurs courtisans. Mais puisque toi, tu y portes attention, tu devrais plutôt songer à poster des commentaires plus recherchés smiley


    • TALL 11 mars 2009 18:54

      je te rends service en disant que ça se voit ...
      des posts + élaborés ? à l’oeil ?
      non, mais ça va pas la tête ? smiley


    • John Lloyds John Lloyds 11 mars 2009 19:16

      "à l’oeil" smiley

      Evidemment, suis-je crétin, la logique du capital, j’oubliais ton milieu social et tes qualités d’affairistes ... Dis, quand je serais plus RMIste, tu m’apprendras à gagner des sous, comment on joue en bourse et tout ...  smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 11 mars 2009 19:20

      John,

      Si tu veux devenir expert boursier, j’ai ce qu’il te faut.
      Sous le lien ci-dessous, 2 articles à te farcir, mais prépare tes graphiques.. smiley
       


    • TALL 11 mars 2009 22:32

      L’enfoiré
      Intéressant "le spéculte" ... d’autant que c’est écrit au début de l’an dernier
      Je plains ceux qui ont commencé à ce moment-là ... smiley
      Personnellement, j’ai commencé en octbore, après le 1er krash de la RBS
      L’intervention de Gordon Brown m’a impressionné
      En quelque sorte, c’est sur l’Angleterre que je parie
      Ils en ont pris plein la trocnhe, les roasbeefs, et c’est pas fini, mais ils réagissent très bien, je trouve


    • TALL 11 mars 2009 23:39

      Un tel article était inconcevable il y a 3 mois ...


    • wesson wesson 12 mars 2009 02:52

      @Tall,

      bonsoir mon triste ami,

      j’en viendrai à vous plaindre. Songez que votre beau pays compte modifier sa législation afin de faire sauter le secret bancaire qui est la règle chez vous !

      Bon, en même temps il y a peu de chance que ça aille au delà d’une simple déclaration d’intention non contraignante, mais qui sait, l’affaire peut trainer un peu histoire de donner le change médiatique.

      Et là ça va pétocher sec chez tous les petits millionnaires qui sont venus échapper à l’impôt chez vous à Bruxelles.



    • L'enfoiré L’enfoiré 12 mars 2009 09:12

       Version:1.0 StartHTML:0000000168 EndHTML:0000001654 StartFragment:0000000499 EndFragment:0000001637

      Wesson,

       

      En France, c’est pas triste non plus d’après ceci

      Vous en arriveriez à nous plaindre ?

      Nous avons au moins quelques parapluies, si pas paratonnerre.

      Si vous n’avez pas entendu parler de notre indexation automatique des salaires, de barèmes de taxation et de beaucoup d’autres points.

      Juste pour info.

      Le secret bancaire, les parachutes dorés, ... qu’il faut faire sauter ne vient pas de chez nous. Regardez de l’autre côté de l’Atlantique. Les autres suivront même la Suisse. Mais c’est un problème a régler au niveau mondial. Il y a ceux qui traineront les pieds mais cela est programmé.


    • TALL 12 mars 2009 09:18

      Bonjour Wesson

      Mais je trouve ça très bien que le fisc soit efficace, à condition que la législation favorise une moins mauvaise répartition des richesses Car contrairement à ce que vous croyez, économiquement, je suis de gauche, et je ne suis pas millionnaire.
      Car n’importe qui peut acheter des actions par internet aujourd’hui, et avec 250 €, on a déjà mis 1000 actions RBS au cours actuel.
      Mais je ne crois pas aux solutions de l’extrême-gauche non plus.
      Mon option idéologique personnelle est de maintenir la compétition économique, car elle est un moteur de dynamisme humain inégalé. MAIS en s’assurant que les + grands perdants du cette compét’ puissent quand même vivre tout-à-fait décemment, grâce à une redistribution humainement acceptable des richesses via l’impôt.
      C’est bien une vision de gauche ça, non ?


    • wesson wesson 12 mars 2009 11:02

      @Tall,

      Bonjour Tall,

      "grâce à une redistribution humainement acceptable des richesses via l’impôt.
      C’est bien une vision de gauche ça, non ?
      "

      Et bien je ne sais pas si c’est une vision de gauche - je ne me sent pas qualifié pour mettre une telle estampille de manière tout à fait définitive.

      En tout cas, c’est une vision que je partage. L’impôt, c’est effectivement ce que l’on a inventé de mieux pour faire preuve de solidarité d’une part, et pour éviter les accumulations invraisemblablement importantes de capitaux d’autre part.

      De plus, nous avons un exemple historique qui montre que tout ceci a très bien fonctionné. Il me sembleque dans les années 1960, les tranches hautes de l’imposition étaient à plus de 70%, et cela dans tous les pays. Et finalement il y avaient des riches qui ne s’en portait pas plus mal. Les boursicoteurs effectivement, c’était moins interessant, mais finalement, qu’est-ce qu’on s’en fout ?

      Pour parler d’impôt, et d’Europe d’ailleurs, je crois effectivement que si on voulait réellement en faire une qui plairait à son peuple, on pourrait imposer les marchandises en provenance de pays pratiquant le dumping social en fonction de la différence existante entre les systèmes sociaux.

      Par exemple, si dans un pays le taux de prélevement social sur les salaires est de 10% alors qu’il est de 50% dans le pays importateur, et bien on pourrait prélever une taxe de 40% correspondant à la différence, sur l’entrée de tel produit, ce qui à mon sens est la meilleure manière de se prémunir contre le dumping social, sans pour autant formellement imposer une politique au pays exportateur.

      Proposez-moi cette Europe là, et je vous la signe de suite !


    • TALL 12 mars 2009 11:42

      C’est effectivement là qu’est le problème de fond : le pouvoir de l’argent a aujourd’hui une longueur d’avance sur le pouvoir politique, car celui-ci est affaibli par les frontières nationales. Frontières concrétisées par les communautarismes, ce qui n’est pas facile à surmonter. Cette crise est donc une bonne occasion pour une prise de conscience.
      Je ne développerai pas + ici car ce sujet vaut bien + qu’un échange de posts, ça mérite un livre ...

      A +


    • L'enfoiré L’enfoiré 12 mars 2009 11:49

      Tall,

      Et puis, il faut bien qe nos écrivains d’occasion puissent faire leur beurre.
      Combien t’en veut de bouquins sur le communautaire "à la belge".
      Juste avant les élections, cela fait très bien d’être informé sur ce que l’on ne vous dit pas de manière "officielle". Les amoureux de la France, les rattachistes, se bousculent au portillon, cela en est amusant.
      Et, eux, avec leur bouquin, ne sont pas inquiétés par le droit de réponse on-line. 


    • TALL 12 mars 2009 12:55

      L’enfoiré

      Si j’avais compté rester en Belgique ( la cybernétique va me faire partir ) j’aurais fondé mon propre parti : le PIB ( Parti Indépendantiste Bxlois ) avec une "idéologie" axée sur le portefeuille des brusseleirs ( PIB /hab double de la Flandre => fiscalité moindre avec services publics et sécu mieux nantis ) et sur le respect des flamands et de la diversité culturelle ( 3 langues officielles : fr - nl -en )

      J’ai un peu tâté le truc dans les forums du Soir et dans mon entourage pendant quelques mois, il y a + d’un an... et bien, ça mordait pas si mal... c’est surtout les Wallons qui gueulaient contre, naturlich.
      Les Flamands trouvaient ça correct, et les Bxlois aussi pour peu qu’on montre bien le caractère non-anti-belgicain de l’idée, car ça s’inscrit dans une réac à l’indépendantisme flandrien qui s’avance sans annoncer clairement la couleur.
      Donc, c’est pas que je souhaite la fin de la Belgique, mais je n’y crois plus, ou alors, au détriment grave des Bxlois face à l’attitude de la Flandre. Et donc, c’est une réac préventive.

      Il y a un mouvement bxlois qui se dessine d’ailleurs. Et Picqué en prend conscience, mais je le trouve trop mollasson, lui. Bien trop inféodé au PS dominé par les Wallons.


    • L'enfoiré L’enfoiré 12 mars 2009 13:22

      Tall,
       

      La Belgique subit aussi une fuite de cerveaux ?
      Sur Le Soir, j’ai donc dû lire ta prose sans m’en rendre compte. Je n’y apporte pas souvent de contribution. Sur La Première, un peu plus.
      Nous avons eu nos échanges dans le passé au sujet de la Belgique. Je n’y reviendrai pas.
      Picqué et les autres se sont rendus compte que la population ne comptait plus pour des prunes.
      Les Wallons ressortent un peu de la morosité. Avec la crise, ils redescendent probablement comme le nord, mais dans le nord, on en avait perdu l’habitude et cela c’est toujours plus difficile à comprendre.
      Monter c’est toujours plus facile que descendre. Le Nord va peut-être connaître, par l’automobile, ce que le le Sud à connu par les charbonnages. Au fait, je t’ai plussé. smiley


    • TALL 12 mars 2009 15:49

      on verra en juin, men ...
      difficile de pronostiquer précis car les casseroles volent dans tous les sens maintenant
      pour l’instant, je donnerais un avantage à l’opposition avec boost d’Ecolo au sud, et De Decker au nord.
      il se pourrait même qu’on ait des élections fédérales couplées si les Flamands bidouillent un coup pour faire tomber Van Rompuy
      suite à l’écran

      a +


    • L'enfoiré L’enfoiré 11 mars 2009 12:44

      Salut John,

       Merci, pour l’appréciation. Oui absolument.
       Mon article qui était l’annonciateur de celui-ci déblayait le terrain pour dire que prédire l’avenir est une affaire de tous les dangers.
       Je venais de lire la version 3, quand je suis tombé, ce lundi, sur la version 4, qui avait reculé de 5 ans, le point de contact. Reculer pour mieux sauter trouve son antidote. Mais on tombe également dans le même trou.
       En période de crise, le citoyen qui ne sait plus où il va, cherche à savoir où il va.
       La presse officielle se lance dans ce créneau.
       J’y reviendrai. Sujet sans fin.
       Quand on parvient à comprendre le passé avec certitude, c’est déjà très bien. Le présent se cherche dans l’errance des événements. Alors, pour le futur, c’est de la haute voltige.
       Mais ce futur fait vivre même en goguette. smiley
       


      • TALL 11 mars 2009 13:26

        Bien vu l’enfoiré

        Sujet parfaitement d’actualité, car on, vit, à mon avis, et en live, un bon exemple de mauvaise prédiction qui est celle de nombreux experts économistes actuels qui pensent que la reprise économique mettra plusieurs années...

        Déjà qu’on connaît la propension naturellement commerciale des médias à amplifier les émotions basiques ( la peur ici en l’occurence ), mais s’ajoute ici, l’inévitable confiance aux experts qui, eux, n’ont pourtant dans la situation actuelle, plus aucun modèle fiable pour prévoir l’évolution de l’économie, même à court terme.
        Pourquoi ?
        Parce que leurs modèles prédictifs ne peuvent inclure efficacement, faute d’expériences passées, un phénomène de grande ampleur sans précédent historique : celui de l’intervention très énergique des pouvoirs publics dans le monde entier. Car ce sont des milliers de milliards $ qui sont mis sur la table par le banques centrales, le Fmi et les grands Etats. Du jamais vu !
        Alors, quel impact ? A quelle vitesse ? Ils n’en savent rien ....

        Alors, pour le socio-géo-stratégique à 10 ans ... smiley smiley


        • boris boris 11 mars 2009 13:29

          Toi tu rêves !


        • L'enfoiré L’enfoiré 11 mars 2009 13:55

          Salut Tall,

           Tu as problablement entendu les prévisions du FMI pour la Belgique, ce matin à la radio.
           Que disaient-elles ?
           Il faudra attendre 2014 pour atteindre l’équilibre.
           L’Echo remettait cela en plus fort.
           La Belgique part pour 10 ans de déficits.
           Plus loin, il faudra attendre jusqu’en 2020 pour anticiper le vieillissement et donc épargner pour les pensions.
           On travaille en système décimal ou binaire ?
           Je sens qu’on va mettre les bits côte à côte bientôt.
           Les choses évoluent tellement vit et de manière soudaine que faire des prévisions deviendra le cauchemar de la ménagère, du travailleur, mais pas de l’écrivain futurologue.
           Je peux te citer des noms. Attila comme dirait un copain en fansant un mélange des lettres. 


        • TALL 11 mars 2009 13:55

          non, je mise ... pendant que toi tu pleurniches et que Johnny truque les votes
          à chacun son p’tit plaisir smiley


        • TALL 11 mars 2009 14:02

          c’était à boris ...

          oui je sais, l’enfoiré, je lis l’Echo et la presse financière tous les jours
          et justement, sur quels modèles se basent-ils, les gourous qui disent ça ?
          je crois qu’ils ne peuvent pas paramétrer ce qui se passe actuellement, car c’est sans précédent

          à propos de l’Echo, ça me rappelle le Paris-Turf avec sa rubrique "Tuyaux confidentiels" ... smiley .. smiley


        • Yohan Yohan 11 mars 2009 23:48

          Faut jurer de rien. La Suisse par en sucette, les pays nordiques ne sont pas au mieux. Moi je prédis que la Belgique va damer le pion à tout le monde sous peu


        • TALL 12 mars 2009 09:26

          Yohan
          En juin, la Belgique risque de subir un autre genre de crash. Le crash communautaire avec des élections régionales qui pourraient booster les partis populistes, surtout en Flandre. Suivi du retour de BHV que les Flamands voteront en force, toutes les procédures de retardement ayant été épuisées.
          Mais bon, c’est un autre sujet, et comme je sais que l’Enfoiré n’aime pas lire ça, j’arrête ici... smiley


        • L'enfoiré L’enfoiré 12 mars 2009 09:36

          Tall,

          « Je n’aime pas lire cela »

          Si tu ne me reconnais pas au travers des commentaires à la suite de cet article, je veux bien manger mon chapeau. (enfin, je ne sais pas vraiment si j’en ai un)  smiley


           


        • TALL 12 mars 2009 10:19

          L’enfoiré
          J’ai toujours perçu ce Rudy comme un bouffon, ce qui confirme que Reynders n’est finalement pas une flèche.
          T’as vu le cirque de la commission avec le mec qui ne prête pas serment, et l’autre qui balance sa lettre à la presse ?
          Ils vont payer ça cher en juin.



        • TALL 12 mars 2009 11:00

          A propos de Medium4you ..... mais je n’ai pas trouvé qui c’est BJL ?


        • boris boris 11 mars 2009 13:28

          Je dirais mieux, entrevoir les perspectives à un où deux mois est de le haute voltige, alors 25 ans c’est encore plus fumeux que les déclarations de reprise de J.C TRICHET.


          • jc74 11 mars 2009 13:37

            A propos d’Adler :

            Alexandre Adler, portrait d’un omniscient

            http://www.monde-diplomatique.fr/2005/06/REYMOND/12563

            Ca fait longtemps que je n’accorde plus le moindre crédit à ses élucubrations.


            • L'enfoiré L’enfoiré 11 mars 2009 14:19

              Merci pour les liens JC14.
              Je ne connaissais pas vraiment Adler avant d’avoir lu son bouquin.
              Sur cette antenne, en citant son nom et ma volonté de le lire, on m’avait dit qu’il avait beaucoup de détracteurs.
              Cet article avait été refusé une première fois, parce que, volonté d’être le plus objectif, j’avais pompé un extrait de ce qu’on en disait en Wikipedia à ce sujet.
              Il y a des choses que l’on n’aime pas lire. C’est clair.
              Ce n’est pas triste. Le lien est dans le chapeau de cet article.
                smiley


            • Mouche-zélée 11 mars 2009 13:43

              Houlà, ils mangent quoi comme champignons ces gens ?
              Des hallucinogénes ?

              En 2009 tout le monde ressort sa vieille boulle de crystal façon Nostradamus, ça occupe les gogos à ne pas avoir les yeux ouverts sur ce qui est actuel.


              Pendant que des types jouent les futurologues en goguette, les citoyens ne réflécissent pas à ça :
              Un simple chèque sans provisions de 30$ peut te conduire droit en prison pour le peu que tu ne puisse pas payer 700$ de caution pour sortir ...

              Dans le même temps, un Madoff peut rester en liberté avec une caution de 1 million de dollars pour avoir détourné 50 milliards de $.
              Pour avoir une peine équivalente au citoyen lambda, Madoff aurait du être redevable d’une caution de 1150 milliards de $.... (hé oui)

              C’est parfait, Madoff a pu organiser son insolvabilité et léguer tous ses biens à sa famille .
              La plaider coupable du personnage permet à la justice yankee de ne pas faire de véritable enquête sur la chaîne de responsabilités dans l’escroquerie du siècle ...

              Il ne vaut mieux pas, tant les complicités sont très très très bien placées et tant un nombre important d’arnaques sont connues du gouvernement Yankee depuis 2000, en se préparant à l’éventuel bugs informatique planétaire ...

              Depuis 2000 ils sont bien embêtés pour cacher la poussière sous le tapis, alors ils nous ont inventé quelques originalités ...(Irak, 11 septembre, armes de destruction massive etc...Techniquement ils nous prennent pour des australopithèques )

              C’est le deal : "Madoff, on te laisse en liberté jusqu’au procès, tu fais disparaître les preuves de la complicité des élites financières juridiques et politiques.
              En contre-partie on te permet de rester libre et d’organiser ton insolvabilité tout en préparant l’avenir de ta famille.
              T’inquiêtes pas Bernie, on te placera dans une prison VIP pour que même en prison tu sois ne sois pas traité à égalité des autres citoyens.
              On dira à l’opinion publique que c’est pour des raisons de sécurité, ha ha ha les connards de pauvres ! God bless América " .


              Madoff pas un criminel . Il suffit de penser aux conséquences : Des gens ayant travaillé toute leur vie sans retraite, des enfants qui ne pourront pas financer leurs études, des gens qui se suicident, des entreprises ruinées, des gens à la rue, des nouveaux sans emplois etc...
              Si nous punissions la famille entière pou recel dans une affaire d’escroquerie ce serai le minimum .


              150 ans de prison, qu’est-ce qu’il en a à faire le Madoff, il a 71 ans, sa vie est derrière lui .

              Il faut dire que ces ordures comme Madoff en savent des vertes et des pas mûres sur nos chers "élites", ceci explique cela ....
              Le premier escroc pauvre et "blanc" prendrai proportionnellement une peine 100 fois plus sévère. (s’il est noir et fauché 1 000 fois plus sévère)

              Non, ils ont raison, mieux vaut spéculer sur l’avenir comme des Nostradamus du dimanche afin de leur laisser continuer les petits arrangements entre amis escrocs, ha ha ha


              • L'enfoiré L’enfoiré 11 mars 2009 14:06

                Salut La Mouche aux ailes d’acier,  smiley

                 Je vais te donner un peu d’expérience personnelle.
                 J’ai fait partie pendant un temps de ce qu’on appelle du "middle mamangement" loin du sommet.
                 J’avais des jeunes de différents origines et motivations avec moi.
                 L’un d’entre eux, pour être motivé et capable, c’était un as.
                 S’il me lit, il se reconnaitra très facilement.
                 Lui voulait savoir ce qu’il allait devenir et faire dans un an si pas deux.
                 Moi, je ne savais même pas ce que j’allais devoir assumer le mois suivant.
                 Si tu savais le nombre d’orages que cela a créer.
                 Voilà, une autre approche parallèle mais qui dit bien l’ampleur du problème.
                 Est-ce dû à la paresse du top management ?
                 Pas vraiment, on nage de plus en plus à vue dans le court terme. 
                 Voilà la vérité.
                 Alors faire des prévisions sur la comète ? 
                 

                 


              • L'enfoiré L’enfoiré 11 mars 2009 14:06

                Salut La Mouche aux ailes d’acier,  smiley

                 Je vais te donner un peu d’expérience personnelle.
                 J’ai fait partie pendant un temps de ce qu’on appelle du "middle mamangement" loin du sommet.
                 J’avais des jeunes de différents origines et motivations avec moi.
                 L’un d’entre eux, pour être motivé et capable, c’était un as.
                 S’il me lit, il se reconnaitra très facilement.
                 Lui voulait savoir ce qu’il allait devenir et faire dans un an si pas deux.
                 Moi, je ne savais même pas ce que j’allais devoir assumer le mois suivant.
                 Si tu savais le nombre d’orages que cela a créé. Un pilote d’avion a réaction mais sans siège éjectable.
                 Voilà, une autre approche parallèle mais qui dit bien l’ampleur du problème.
                 Est-ce dû à la paresse du top management ?
                 Pas vraiment, on nage de plus en plus à vue dans le court terme. 
                 Voilà la vérité.
                 Alors faire des prévisions sur la comète ? 
                 

                 


              • L'enfoiré L’enfoiré 11 mars 2009 15:24

                La Mouche-zélée,

                 Je reviens à ta "Madoff story".
                 Evidemment, il vaut mieux se faire "prendre" à la fin de sa vie qu’au début.
                 Madoff a simplement jouer avec la cupidité des autres en montant son affaire.
                 L’occasion fait le larron, dit-on.
                 Nous sommes dans un monde divisé entre marionnettes et ceux qui tiennent les fils des marionnettes.
                 Les marionnettes, cette fois, sont remontées très haut et c’est pour cela que l’affaire a explosé. 
                 Même les banques se sont fait prendre alors qu’elles jouent avec les principes.
                 L’arroseur arrosé, nouvelles version. Mais elle n’est plus muette la séquence.  smiley


              • Mouche-zélée 11 mars 2009 16:47

                L’enfoiré

                Si tu savais comme je m’éclate à le placer partout ce commentaire, ha ha ha  smiley
                Surtout sur des sites made in USA ou des sites d’expatriés .

                Il est beau le pays "au meilleur système de justice au monde" ha ha ha
                Leur souci c’est que des fuites commencent à se répandre, bientôt tout le monde aura accès aux documents détournés avant le bugs de l’an 2000 .

                Le lien entre ce que les documents ont révélé à l’administration Bush et les "événements" d’après deviendra une évidence pour la terre entière .
                les Faucons sont au mieux des Faux-cons ou de véritables criminels nationaux et internationaux .


              • L'enfoiré L’enfoiré 11 mars 2009 18:20

                La Mouche,

                « tu t’éclates en plaçant le commentaire »

                J’en suis sûr. Les documents détournés avant le bug de l’an 2000, salés et poivrés, ça va faire les lecteurs pour les longues soirées d’hiver. smiley

                 

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès