• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Soumis mais libres ?

Je me suis souvent demandé cher ami : « Où commence la liberté ? » Où est la source du libre arbitre ? Quand un individu lambda reçoit un mail d’un riche héritier congolais lui promettant 1000€ s’il est dans la mesure de lui en envoyer 100, personne ne force l’individu à se faire escroquer, il le fait de son plein gré. Était-ce un exercice du libre arbitre ? Quand Giselle entre dans un magasin pour profiter d’une promotion, est elle réellement libre de ses actes ?

Pour pousser Ysengrin à vous donner de l’argent par exemple, il existe plusieurs méthodes :

  • La contrainte : Vous mettez un pistolet sur sa tempe et lui demandez de l’argent. C’est une technique assez efficace mais mal perçue par les plus prudes d’entre nous.
  • La persuasion : Vous arrivez à convaincre grâce à une habile démonstration que ce don est une très bonne idée. Dans ce siècle du pathos je déconseille tout exercice de la rhétorique qui est encore plus mal perçu que le flingue.
  • La manipulation : En utilisant une faille dans le cerveau d’Ysengrin, vous allez le pousser à avoir envie de vous donner de l’argent. Et en plus il pensera que c’est son idée.

Comme vous le voyez ces trois méthodes ont le même résultat sur votre portefeuille mais pas sur le cerveau d’Ysengrin. Dans la première Ysengrin n’a pas été convaincu. Dans la seconde Ysengrin a été convaincu mais il sait qu’il a été convaincu. Dans la troisième Ysengrin ne sait pas qu’il a été convaincu et pense être à l’origine de l’idée. Personnellement j’aime la seconde, mais elle nous force à parcourir les méandres de l’éthique en dialectique, et je trouve la première particulièrement honnête. En ce qui concerne la troisième cher ami, vous pensez peut-être que seul des maîtres sont capables de pratiquer la manipulation et que l’improbabilité d’en rencontrer un justifie de ne pas s’armer contre cette méthode. Combien avez vous tort.

« Le petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens » s’intéresse à une branche de la manipulation bien connue des sphères du management, de la pédagogie et de la vente : « les mécanismes d’engagement ». Aujourd’hui des valeurs telles que la constance, et la stabilité sont perçues comme très positives. Inconsciemment nous avons donc tendance à nous accrocher à nos décisions et à nos actes. Si un homme dans la rue vous demande l’heure, puis vous demande de l’argent, il augmente ses chances de voir sa seconde requête acceptée. Pourquoi ? Parce qu’ayant tout d’abord accepté de rendre service en donnant l’heure (et qui aurait refusé ?), l’esprit a du mal à refuser le second service (de manière significative, certaines expériences annoncent des multiplications par 2 ou 3 des résultats en utilisant ces méthodes)

Le coté le plus vicieux de ce que les auteurs appellent « L’effet de gel », c’est que plus le contexte dans lequel vous prenez vos décisions vous donne l’impression d’avoir été libre, plus vous associez ces actes à vous même, et plus vous vous engagez.

Alors ou est la liberté dans tout ça ? Je pense que pour que nous soyons libre nous devons être libre des contrainte évidentes comme un couteau sous la gorge, mais aussi des contraintes invisibles telle que la manipulation. De deux choses l’une, soit nous interdisons la manipulation, mais je n’aime pas la répression, soit nous éduquons les gens afin que la manipulation ne fonctionne plus sur eux. Il est essentiel que nous soyions au courant de cette faille béante dans notre psyché qu’est l’effet de gel. Ce phénomène serait d’ailleurs enseigné à l’école si l’état avait intérêt à ce que nous ne soyions pas influençables.

Nous proclamer libre parce qu’il est interdit de nous forcer physiquement à agir contre notre gré, dans un monde ou la manipulation est omniprésente, est une farce dont je goutte assez mal l’humour.

Lisez ce traité cher ami, et faites un pas de plus vers le libre arbitre.

Studieusement vôtre 
Renart


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • AntoineR 30 juin 2011 11:51

    Ce petit traité est à lire pour effectivement se libérer un peu plus.
    Malheureusement, je l’ai trouvé un peu répétitif. J’aurais préféré que les auteurs soient plus synthétiques.
    Il est aussi très orienté commerce. La manipulation politique ou des médias n’y ait pratiquement pas abordée. Il faut lire Choamsky pour compléter.
    Je pense que c’est aussi un bon outils pour nos chers commerciaux (Malheureusement)


    • Giordano Bruno 30 juin 2011 14:14

      Le domaine des travaux de Beauvois et Joule ne concerne qu’une tout petite partie des moyens d’influence. Attention à ne pas considérer le contenu du livre comme un tour d’horizon relativement complet. Ce n’est pas le cas. Toute action pouvant avoir des conséquences sur le comportement d’autrui peut être considérée comme ayant un potentiel de manipulation.

      Cette idée a été poussée assez loin par les membres de l’Ecole de Palo Alto (Paul Watzlawick, Gregory, Bateson, Dick Fish, John Weakland, ...). Dans le livre ’Une logique de la communication’, ils proposent comme axiome de la communition : ’On ne peut pas ne pas communiquer’. Sachant que ces auteurs considèrent que toute communication implique une influence (même si elle n’est pas désirée ou inconsciente), cela implique la conclusion ’On ne peut pas ne pas influencer’.

      Cyril


      • Louise Louise 30 juin 2011 18:27

        Je vais acheter ce livre !

        Peut-être suis-je moins libre que je ne le crois ! Enfin, dans certains domaines...


        • Giordano Bruno 30 juin 2011 21:03

          Pour se libérer, le mieux est de lire de bons livres de psychologie (e notamment de psychologie sociale). Celui-ci est bien fait, mais pleins d’autres sont également très utiles.


          • Renart De Maupertuis Renart De Maupertuis 30 juin 2011 23:06

            Ça je suis d’accord avec vous ce livre n’est pas la panacée répondant à tous nos soucis d’objectivité. Mais il en attaque tout de même un angle bien sombre ! 


            Je vous promets que je ferai des compte rendus de mes autres lectures libératrices :)


            • Giordano Bruno 1er juillet 2011 00:49

              Attention, je ne dis pas que le bouquin n’est pas bon. Il est excellent au contraire. Mais son titre pourrait laisser penser qu’il couvre un champ bien plus large que celui qu’il traite réellement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires