• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Une biographie de Judas

Le nom " Judas " est empoisonné, il est attaché à l'espion de la porte de prison, au ver à soie sans soie qui pend, mort, d'un arbre, l'animal dépecé par le chasseur comme appât... 

Le nom " Judas " est empoisonné, il est attaché à l'espion de la porte de prison, au ver à soie sans soie qui pend, mort, d'un arbre, l'animal dépecé par le chasseur comme appât et la chaise à clous utilisée pour infliger des tortures sexuelles aux hérétiques, c'est un libelle politique, une accusation chantée par un chanteur populaire qui trahit ses racines, une malédiction collée à un ami qui retourne sa veste. Personne, aujourd'hui, c'est certain, ne souhaiterait appeler son enfant Judas. Susan Gubar vient de publier une "bio graphie" qui porte ce nom. Ce n'est pas une tentative quichotesque pour écrire la vie d'un homme que le nouveau testament n'évoque que douze fois. Ce n'est pas l'étude de sa vie mais de son appréciation, dans l'art, la littérature et l'histoire de l' Ouest. L' histoire de 2.000 ans de nombreux Judas, apôtre anomale, traître et paria, l'embrasseur homophilique du Christ, le Zélote irritant et l'homme tombé sans joie pour la rédemption. De manière plus dérangeante ; c'est l'histoire d'un Judas au nez crochu, roux, jaune qui hante tant de peintures de la dernière cène, assis de l'autre coté de la table dans un isolement torturé. C'est la représentation du totem antisémite monstrueux incarné dans le Judas-Juif. Il n'avait pas commencé carrière comme monstre. Les écrits bibliques les plus anciens ne font même pas allusion à son nom, d'ailleurs, ils ne parlent pas de la résurrection non plus. Paul ne semble pas en avoir entendu parler, notant simplement : "Jésus fut trahi" La question n'intéresse guère Marc qui ne fait que s'indigner sur son gaspillage de l'huile sainte déjà si chère qui donne à Jésus son baiser infâme et disparaît de l'histoire. Pendant toute la durée du premier siècle, les relations entre les chrétiens et les Juifs se détériorèrent, Les évangiles commençaient à rendre responsable de la crucifixion, les prêtres et les pharisiens plutôt que les Romains et leur nécessaire agent double. Judas devint "l'apôtre juif" solitaire avant que l'apparition de Jésus et ses siens. D'autres générations allèrent plus loin et les historiens nazis sont aller jusqu'à écrire que Jésus, venait, en réalité d'une tribu galiléenne non juive. en résumé Judas grandit en danger et en importance. le Judas de Matthieu est un intrigant déguisé, mais il se pend de remord. Le judas satanique, possédé, de Luc n'arrive pas à donner le baiser à Jésus car il est écarté et finit ses jours prosaïquement de telle manière qu'il s'ouvrit du milieu et que ses tripes en sautèrent A l'époque ou Jean rédigea son évangile, Judas étais devenu le trésor de guerre des apôtres et un démon sous forme humaine de plein droit. Gubar souligne laborieusement que la nature de Judas a subsisté au travers de nombreuses périodes l'histoire. Mais elle indique aussi une large progression de la disgrâce à la dignité. La première fut profonde. Dans l'art médiéval Judas devient le démon lycanthrope qui mord autant qu'il embrasse, caricature boursouflée, aux taches de sang, exécrable avec une bourse qu'il traîne comme un utérus distendu suivi d'avatars aussi divers que Shiloh ou le Dracula de Bram Stocker. Son ascension finit par atteindre un affreuse apothéose antisémite dans l'extraordinaire jaculation de Martin Luther. Comme le tripes de judas commence à danser, Luther imagine les juifs attendre au pied de la potence avec des vases d'or et d'argent afin d'attraper l'explosion. Et luther ajoute : qu'ils prirent aussi son urine la mélangèrent aux excréments, qu'ils partagèrent ce repas en buvant, raison pour laquelle ils développèrent un regard si perçant. La Renaissance essaya encore un peu plus loin. Les artistes se focalisèrent sur le baiser de Judas avec une telle attention aimante, qu'il fit moins peur. Comptes-rendus tourmentés, sophistiqués et même érotiques en lisant la virtuosité de Carracci, Caravage et les autres, Gubar nous convainc que Judas peut aussi apparaître comme une silhouette sexuelle trahissant son ami et pris dans les bras de la loi et non ceux de son amant, finalement bannie des cieux. L'auteur est très douée dans ce type de relecture de l'art et de la littérature et a passé au moins la moitié de ses livres à fureter les poèmes, les pièces, les films représentant Judas qu'elle utilise pour calligraphier son contrepoint. Sa démonstration nous explique comment la sympathie pour Judas s'est accrue pendant les Lumières et comment les écrivains commencèrent à remettre en question le justice divine qui demandait tant de souffrances non seulement de Jésus mais aussi de Judas. L' essayiste opiomane Thomas De Quincey dit que c'était son coeur brisé qui se répandit et le Méthodiste Charles Wesley remercie son Seigneur de libérer non seulement le juste mais aussi "Judas, Esau, Cain, et moi". Susan D. Gubar couvre un terrain qui coupe le souffle, de Dryden à Thomas Hardy en passant par la propagande nazie et " La Dernière Tentation du Christ" de Nikos Kazantzakis’s en 1960 qui fait de Judas l'homme de paille du plan divin. Elle privilégie l'art et non la théologie ou l'histoire des idées, ce qui rend ses écrits un peu glissant sur la surface. Le chapitre final, néanmoins récollection de l'ouvrage, n'en est pas moins magnifique parce que Judas compte aujourd'hui et chaque réinvention de son personnage reconfigure Jésus puis il n'est pas L'antéchrist mais une figure spéculaire, par qu'il évoque l'évolution de l'attitude du christianisme à l'égard du judaïsme et qu'il nous réfléchit. Il incarne notre nature la plus sombre, notre capacité pour la misère, le désespoir et l'égoïsme. Il n'est pas seulement le négatif ultime mais aussi l'ennemi intérieur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 juin 2014 11:23

    On dirait un régurgité de Da Vinci Mode il est si simple de définir l’origine de ce mythe ancestral. Il y a six mille ans autour des premières pyramides en construction, s’échafaudait aussi un discours public sur une constitution humaine. Ces francs maçons qui décidaient oralement des règles à observer pour réussir de tels monuments et détenaient leurs secrets de longévité, discutaient aussi toute la journée de ce plus grand mystère après l’univers : La femme. C’est parce que l’une d’elle trompa son homme avec un frère que toute les générations issues de cette liaison furent maudites jusqu’à Judas, et aujourd’hui Srauss Khan...
    allez en paix mon fils !


    • OMAR 7 juin 2014 18:14

      Omar33

      @jean pierre  : « C’est la représentation du totem antisémite monstrueux incarné dans le Judas-Juif. »

      Mais non, mais non, Judas n’a jamais trahi Jésus.
      C’est Mahmoud Ahmadinejad, le traitre...
      Et ce sont les palestiniens qui ont préféré Barabas à Jésus..



        • claude-michel claude-michel 8 juin 2014 09:07

          bof............

          Judas ou Jouda est une graphie (avec Juda) de la translittération du prénom hébreu Yehoudah (YHWDH) : Juda « rendre grâces », comparé à un lion dans l’Ancien Testament/Bible hébraïque, est un prénom glorieux pour les Juifs ; la graphie Judas est employée en français pour désigner des personnages historiques ou bibliques.

          Dans le Nouveau Testament on le retrouve sous la forme grecque Ἰούδας, parfois traduit Jude pour éviter la ressemblance avec l’Iscariote.


          • jean pierre pellet jean pierre pellet 8 juin 2014 10:06

            merci pour vos lumières, mais que signifie « Iscariote » quel est son étymologie ? smiley


            • claude-michel claude-michel 8 juin 2014 12:02

              Par jean pierre pellet...Vous avez le net à votre disposition pour une recherche.. !


            • claude-michel claude-michel 8 juin 2014 12:06

              bis...Selon les évangiles synoptiques, Judas Iscariot, l’un des Douze, assurait le rôle de trésorier. La signification du surnom d’Iscariot n’est pas claire. Il a été avancé qu’il pourrait signifier « de la population de Qeriyyot », localité du pays de Juda, dont parle le livre de Josué 15. Ce nom pourrait aussi venir du mot « sicaire » (sikariot en araméen dans la Peshitta ou du latin sicarius, le porteur de dagues), les sicaires étant un autre surnom des Zélotes. Les explications théologiques de certains Pères de l’Église en font « l’homme du salaire » (Issachar) (שָׂכֹר, SKR, Sakar), qui suit Juda dans la liste des fils de Léa et de Jacob....C’est dimanche...c’est gratos sur Wikipédia.. !


            • jean pierre pellet jean pierre pellet 8 juin 2014 12:03
              eh oui ma chère Lison, merçi de votre bénédiction mais à mon age, occroyez moi plutot le Nihil Prostat et si Susan Gubar fait dans les caves du Vatican il faudrat lui demander ses impressions vous-méme à cette adresse. Si on traduit Strauss kahn en autrichien on peut avoir quelque chose genre « autruche cainique » ou « colère de Cain »

              • jean pierre pellet jean pierre pellet 8 juin 2014 12:06

                oui, en effet, mais j’ai le réflexe ancien et je crois dans la connaissance de mes interlocuteurs, réflexe de vieux sans doute, la réponse est là sortie de wikipedia, pratique mais un peu froid. A+


                • christophe nicolas christophe nicolas 8 juin 2014 13:03

                  Nimporte quoi ! Juda est celui qui veut faire triompher Jésus par la puissance, c’est à dire faire triompher son ambition à travers Jésus qui cherche à émanciper les esprits dans la vérité pour leur bien.


                  Juda se croit plus grand que Dieu, c’est un orgueilleux et il se suicide. personne ne pleure Juda, tout le monde pleure ou hais Jésus. Le traître ne vaut qu’à travers Jésus, personne n’a fait des religions de Juda, non ? Il faisait de la nécromancie, c’est à dire qu’il faisait tourner les tables au lieu d’interroger les prophètes. Il tenait les cordons de la bourse, c’était lui qui manipulait l’argent, ce n’est pas anodin.

                  Juda n’est pas une brute, c’est un orgeuilleux qui souhaite faire triompher sa vision de la royauté et non celle de Dieu. Il souhaite le tyran, celui qui se rend un culte à lui même au lieu de Dieu. Jésus échappe au culte de lui même par l’aspect trinitaire, il n’a aucun pouvoir, tout lui vient du père auquel il est relié par l’esprit sait d’une façon parfaite. « pourquoi m’abandonne tu ? » prouve qu’il n’a aucun pouvoir, il faut le comprendre en revanche il rend un témoignage parfait au Père créateur et créer étant l’acte d’amour par nature, le Père fait donc des miracles de guérison et la justice s’accomplit sur le Golgotha à sa mort où certains sont un peu secoués.

                  On voit que Jésus échappe au culte de lui même ce que Juda ne comprend pas, il souffre d’une absence d’humilité de cœur car il trahit en pensant aider Dieu ce qui montre une parfaite arrogance. L’amour consiste à respecter les principes d’une personne, c’est la moindre des choses. Transformer une personne à son insu s’appelle du dressage et cela n’est pas émancipant, cela ne sauve pas les âmes.

                  Il faut comprendre que Dieu se fait humble pour venir sur terre, il vient sans pouvoir et le prince de ce monde le juge incapable, fainéant, fou, menteur et le tue.

                  Vous croyez que l’humanité a évolué ? Je vous assure que non., c’est pire.... parce que maintenant on ment, on fait de la psychologie, c’est moins douloureux mais c’est beaucoup plus lent et torturant...

                  Comme ils sont deux, Dieu le Père et Jésus reliés par l’esprit saint, comme la rédemption est passée, parfaite et sans raison d’être refaite, Ce serait Dieu le Père qui s’incarnerait, il ferait des miracles de rédemption par la vérité pour ceux qui ont de l’esprit et par les maladies pour ceux qui ne sont pas mauvais mais qui ne comprennent que ce langage. Le caractère de dieu Père serait différent, c’est l’amoureux de Marie, c’est le créateur, la pensée, la justice, parfois la colère toujours par désespoir de voir le manque d’amour... ce n’est pas le fils qui demande de croire, il prouve, il fait connaître... forcément Satan attaquerait par la femme.... il tenterait de discréditer en transformant tout en chose malsaine... car on serait en pleine hypocrisie sociale, la religion ayant dérivé pour devenir sa propre fin alors que ce n’est pas ça...Le couple passe avant la chose sociale et doit être le plus haut lieu d’amour et donc de vérité. Le but de l’église est de former la forme intentionnelle de la jeunesse, c’est la levure et si elle opère bien, cela forme des couples heureux en amour qui vont être enrichissant socialement et vont créer des richesses matérielles en progressant dans la vérité. Si le social s’impose dans le couple de façon abusive et hypocrite, vous partez à la destruction de l’amour et du social. C’est ce qui se passe... 

                  Le but de Dieu est de créer de vrais couples d’amour, lieu de communion de l’esprit en vérité, ces couples sont faciles à voir, ils ne se manipulent pas et sont épanouis. C’est le but de la religion, aligner les esprits dans la vérité pour faire de beaux couples car toute l’énergie altruiste part de là et non l’inverse. La nation puis le social ont pour but de créer les bonnes conditions mais ne sont pas le but en soi... Tant que l’esprit coiffe le corps vous n’êtes pas dans la pornographie, vous l’êtes dans le cas contraire et notamment lorsqu’il y a des échanges d’argent ou des visées inavouables. Comme on vit et on fait des enfants avec une seule personne, ceux ou celles qui allument les cœurs avec hypocrisie pour des buts sociaux sont coupables au yeux de Dieu. Vous avez intérêt à bien choisir votre âme soeur mais si vous vous êtes trompés, vous avez intérêt à opérer une rédemption et à ne pas vous mentir.

                  Forcément Dieu le Père connaîtrait les épreuves de l’hypocrisie sociale en amour, en vie et en vérité.... par la femme qui laisse le serpent persifler et sacrifie la vérité pour les habits du social. L’orgueil de penser le social plus important que le couple, l’impudicité ou la gourmandise qui se transforme en culte de l’argent, telle est la trajectoire à inverser. C’est de la stratégie céleste...Vous croyez quoi ! Que Jésus s’est sacrifié pour que vous finissiez en Conchita Wurst ! Lamentable sociale démocratie... laissez moi rire... vous allez tout perdre, en plus le pauvre Pierre a un peu choppé le Sida de l’amour social, il a même couché avec Carlo Rubbia et Hawkins, c’est la partouze.. sa mission consiste à ensemencer avec les évangiles pour faire des esprits de vérité, après vous allez de l’avant dans la connaissance avec bon esprit. Si vous sortez de l’amour, vous sortez de la vérité, vous vous croyez supérieur à Dieu, vous ne ferez pas le poids... et je vous préviens, Star trek, c’est de la rigolade comparé à ce qui vous attend. Lucifer existe bien... mais il n’a toujours rien compris à la théorie de l’intrication, il a volé le savoir, a fondé un empire démoniaque et tombe sur les civilisations qui oublient Dieu. Evitez sa compagnie.

                  Sinon, bonne Pentecôte... J’espère que Pierre est guéri...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès