• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Avale-Loire : en guise de bilan

Avale-Loire : en guise de bilan

La fin du voyage

Ce n'est surtout pas un exploit …

P1020596.JPG

Je veux ici préciser à tous ceux qui font des gorges chaudes sur mon périple que nous sommes bien loin de l'exploit physique dont on me parle. D'autres ont fait beaucoup plus long que moi. Il existe des parcours bien plus compliqués que celui-ci et quiconque se lance dans l'aventure est en mesure de la mener à bout. La Loire fait l'essentiel du travail, il suffit de se laisser mener par son onde et vous allez votre train parmi un décor de rêve.

P1020637.JPG

Mes grandes marches furent bien plus difficiles à mener à terme. La fatigue était chaque jour plus violente, les matins plus douloureux. Se déplacer en kayak n'a strictement rien de comparable avec une randonnée de 3 semaines, c'est un fait certain. Pourtant, la dimension aquatique a rendu à bien des égards plus pénibles les aspects de la vie pratique.

P1020706.JPG

En tout premier lieu, la tenue de déplacement n'est pas de celles qui vous ouvrent les portes. À chaque étape, si vous ne voulez pas provoquer une réaction de rejet, vous devez vous vêtir de manière plus conforme à la décence. Chaque fois, il faut ouvrir le bidon, se changer pour aller affronter vos frères terriens.

P1020738.JPG

Autre difficulté importante, le kayak lui même. Il n'est pas toujours sûr de le laisser sans surveillance. Les mauvais esprits sont nombreux, il faut l'attacher pour éviter un stupide acte de malfaisance sans être à l'abri du vol de vos affaires qu'il est impossible de faire suivre contrairement au sac à dos du randonneur. Ce sont là des préoccupations bien matérielles et je vous prie de m'en excuser.

P1020785.JPG

La maintenance du kayak et des bidons prend un temps fou. Combien d'allers et venues pour ranger tout ça ? Que de précautions longues et fastidieuses pour attacher tout le barda ! C'est la partie la plus pénible et la moins glorieuse de ce mode de locomotion au long cours. Heureusement les rituels viennent vite et vous finissez par devenir plus rationnel au fil du voyage.

P1020830.JPG

Tout ceci prend temps et énergie. Au final, contrairement à la marche, je disposais de beaucoup moins de temps pour me consacrer à mes billets quotidiens. Et c'est bien là, et là seulement que mon périple relève de l'aventure compliquée. Si vivre le déplacement au jour le jour sur l'eau est plus facile, toute la logistique qui entoure ce moyen de locomotion rend délicate la partie narrative qui fait partie intégrante de mon voyage.

P1020855.JPG

Combien de fois j'ai écrit fort tard, à la va-vite même, mon compte rendu journalier. À la lumière d'une frontale, dans des conditions sommaires, en économisant au maximum l'électricité, c'est dans ce domaine que j'ai eu le plus de mal à remplir le contrat moral que j'avais établi avec ceux qui me font l'amitié de suivre mes écrits.

P1020859.JPG

Tous les jours, j'étais tendu à l'idée de n'avoir pas encore trouvé le temps de me poser pour écrire. J'ai rédigé des billets dans des conditions extravagantes et je crains que cela se soit remarqué. J'étais loin du confort des chambres d'hôtes qui abritaient mes jambes endolories lors de mes grands raids pédestres. À chaque plaisir, ses contraintes finalement.

P1020886.JPG

La canicule fut encore une compagne redoutable. Il me fallut trouver des solutions pour échapper aux morsures du soleil. Je n'ai jamais autant consommé de crème solaire que lors de ces quatorze jours de navigation. J'ai dû faire preuve d'inventivité pour me protéger tout en m'aspergeant régulièrement. J'ai mis en place un stratagème que j'appelais mon air conditionné qui me permit de m'en tirer sans dommage.

P1020910.JPG

Par ailleurs, la Loire est une merveilleuse carte de visite. Elle m'a ouvert bien des portes qui se refermaient quand j'allais à pied à travers le pays. Jamais cette fois on ne me refusa de l'eau ni un renseignement. Celui qui va au fil de l'eau ne rentre pas dans la catégorie des trimards et des chemineux douteux. Les sourires étaient de mise cette fois. Mes amis mariniers ont fait en sorte de me recevoir dignement, rendant ce périple des plus agréables.

P1020942.JPG

On m'a reçu, invité, nourri. On m'a proposé des hébergements flottants, des coups de main, on m'a fait rencontrer des gens de qualité, des amoureux de la Loire. J'étais attendu, choyé par une vraie confrérie ligérienne même si le départ, en région Centre ne fut pas aussi chaleureux qu'en Anjou, véritable patrie de la marine de Loire. Non, décidément, ce voyage ne fut pas le calvaire dont on me parle parfois.

P1030105.JPG

Bien sûr tout ne fut pas facile. Des difficultés se dressent parfois en travers de votre route. Des ponts dangereux, des barrages redoutables. Ce ne sont que de mauvais moments à passer qui sont vite oubliés. Car, la beauté du paysage, la qualité des gens de Loire font vite oublier ces petits épisodes délicats qui font au final le sel du voyage. Chacun peut se lancer dans l'aventure, elle n'est ni très difficile, ni très compliquée. Elle est si belle que je vous invite à vous y lancer à votre tour.

P1030142.JPG

La Loire vous attend. Petits ou grands, jeunes ou plus âgés, sportifs ou pas vraiment, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec cette belle dame pour des vacances hors du commun. Je me tiens à votre disposition pour quelques conseils pratiques et de belles adresses tout au long du parcours. Les clubs de canoë-Kayak seront des recours bien plus utiles encore. À vous de jouer et de nous raconter votre aventure.

P1030192.JPG

Misaupointement vôtre.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • C'est Nabum C’est Nabum 30 juillet 2013 10:38

    Lyon67


    Enigmatique message ! 


  • C'est Nabum C’est Nabum 30 juillet 2013 10:46

    Lyon


    Je vous espérais simplement touché par mes récits quotidiens ! 

  • Dwaabala Dwaabala 30 juillet 2013 10:15

    Tout au fil de la Loire et au premier coup d’oeil sur la page je savais que C’était Nabum, rien qu’au parfum de la photo.


    • C'est Nabum C’est Nabum 30 juillet 2013 10:39

      Dwaabala


      Un style sans doute ou bien une touche personnelle ?

    • C'est Nabum C’est Nabum 30 juillet 2013 10:47

      Lyon


      Fraichin ?

    • Vipère Vipère 30 juillet 2013 17:30

      Bonjour Nabum

      Pour répondre au post d’hier, pas d’embrassade. Que dirait la Reine ? des bonimenteries font l’affaire !

      Au placard, le grand bleu, jusqu’à l’été prochain ?

      Et maintenant que va faire le Marin d’eau douce ? smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 30 juillet 2013 19:47

        Vipère


        Le marin d’eau douce s’en va bientôt du côté de la Saöne avant que d’aller voir quelques temps l’Océan. Toujours le pied en l’air même si je n’aime pas trop bougé. Le paradoxe est le propre de l’humain

      • C'est Nabum C’est Nabum 30 juillet 2013 19:48

        elenaOndirignee


        Quel joli compliment !

      • Radix Radix 30 juillet 2013 22:21

        Bonjour Nabum

        Jolie conclusion de votre périple.

        Vous allez dire que je chipote encore mais ce que vous appelez kayak est un canoé, seules les pagaies sont celles d’un kayak.
        Ayant pratiqué les deux et j’ai, pour la randonnée, une nette préférence pour le canoé plus stable et surtout permettant de s’arrêter de pagayer sans se mettre immédiatement en travers du courant.

        Radix

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès