• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

L’onde de choc

Le sable ne les effraie plus.

Je passe quelques jours en compagnie de la multitude estivale. Non pas que j’y prenne plaisir : je fuis la plage et les corps alanguis, les vagues et les rouleaux. Je vis en marge d’une société à l’horizontale, crémée et bronzée à souhait. J’observe parfois à distance ce monde étrange, ce monde oisif et heureux. Il faut de tout pour faire un monde et il me semble assez curieux que les moutons préfèrent désormais le sable aux jolies prairies de nos campagnes.

Mais tel n’est pas là le sujet principal de mon étonnement. Le mouton ne bêle plus, le mouton ne vient plus sur la plage équipé d’un transistor survitaminé pour imposer à tous sa musique assourdissante. Non, le mouton a évolué vers une intériorité qui le coupe du monde de ses proches, de ses voisins pour être en permanence en communication avec l’ailleurs.

Le téléphone portable tient lieu désormais de crème solaire, de serviette et de livre de l’été. C’est un tout-en-un : l’indispensable compagnon de route et de sable, le tout-terrain de l’indifférence aux autres. Les moutons sont en groupes, forment cercle et chacun est plongé dans son écran, loin des autres pourtant si proches, si proches de tous ceux qui sont restés au loin. L’ailleurs est toujours avec eux et l'ici n’a désormais plus de sens.

Les moutons ne bêlent plus, ils pianotent : le pouce agile court sur un clavier imaginaire. Ils communiquent en langage codé et en oublient de se parler entre eux. Drôle de sensation que ces gens côte à côte qui s’ignorent et feignent de ne se préoccuper que d’amis restés loin d’eux. Je redoute le monde qu’ils sont en train de construire : un monde d’indifférence et de mépris.

Hier soir, le ciel promettait un joli coucher de soleil. J’eus envie d’assister à ce spectacle dont je ne me lasse pas. Je reconnais céder aux clichés et à ce plaisir d’un autre temps. Les archaïques sont ainsi faits qu’ils ne songent pas à partir à la chasse aux Pokémons et préfèrent jouir des merveilles de la nature ; on ne peut se refaire.

J’arrivai sur les lieux de la représentation céleste. Une douzaine de personnes avaient pris place sur les fameux escaliers qui dominent la dune. En rang d’oignon, ces gens devaient être là pour le spectacle à venir. Que nenni, ils étaient tous penchés sur leur écran, sans exception aucune. Ils étaient de tous âges, de toutes origines mais tous unis dans cette contemplation étrange d’un écran minuscule alors que le ciel s’embrasait devant eux. Pauvre monde en perdition, pauvres gens sans émotion ! Je ne savais plus ce qu’il fallait admirer ou bien détester dans cette scène hallucinante.

À l’instant fatidique du plongeon de l’astre solaire dans le néant du lointain, ils daignèrent tous sortir de leur frénésie communicante pour immortaliser l’instant et l’envoyer immédiatement aux autres, les lointains, qu’il fallait faire bisquer. L’admiration n’a de sens que si elle permet de transmettre un message, de montrer à tous que le mouton broute une herbe plus belle et plus grasse. Puis, l’envoi du cliché attestant de son présent illusoire effectué, chacun de replonger les yeux sur ce petit appareil diabolique.

Le lendemain matin, je tentai de tremper les pieds dans les vagues, profitant de ces heures matinales où la multitude est encore en sommeil. Malgré tout, je trouvai sur le sable des gens assis avec, devant eux, le même petit écran qui les rend aveugles au monde extérieur. Le sable n’est plus un obstacle : le monstre de technologie ne craint plus rien et il est désormais en territoire conquis entre dunes et océan.

J’attends le premier noyé en communication directe. Les moutons ne peuvent plus se passer de leur appareil. Ils en sont esclaves. Ils ne se rendent même plus compte du ridicule de la chose ; ils sont tous ainsi. Le nombre rend normal ce qui est parfaitement absurde et bêtifiant. Il n’est plus rien à attendre d’une société où les individus se sont ainsi transformés de leur plein gré en ectoplasmes niaiseux, en méduses de la pensée, en invertébrés décervelés. Les opérateurs se frottent les mains et les futurs candidats dictateurs se disent que le temps est venu de prendre le pouvoir sur ce peuple de veaux et de moutons.

Exaspérément vôtre.

le_chat_t_l_phone.jpg

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • jmdest62 jmdest62 8 août 2016 10:59

    Excellent !

    Perso j’adore voir l’hébétude dans les yeux du mouton quand je lui dis que je n’ai pas de portable  smiley

    @+


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 12:08

      @jmdest62

      Le risque est grand que nous devenions hors la loi à refuser ce maudit portable

      Nous sommes des délinquants de la liberté et ils ne peuvent comprendre


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 8 août 2016 12:48

      @C’est Nabum

      Nous sommes des délinquants de la liberté et ils ne peuvent comprendre

      C’est beau comme du BHL !
      Vous devriez faire du spectacle... Y’a un public pour les pensées plates comme une bordure de trottoir...


    • Auxi 8 août 2016 14:57

      @Robert Lavigue
      Aussitôt qu’il y a une connerie à dire, Robert Lavigue répond « présent » !


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 16:54

      @Robert Lavigue

      Pourquoi ce mépris
      Je suis médiocre, n’en rajoutez pas


    • Virrrr (---.---.13.38) 8 août 2016 11:46

      « Et la mairie qui ne fait même pas le wifi gratuit sur la plage ?
      Et d’abord, pourquoi mon portable n’est pas étanche ? »

      L’enfant se noie à 5 mètres du bord tandis que les parents pianotent sur leur portable et d’autres moutons filment la scène sans bouger de leur chaise longue !!!
      Au bout d’une demi heure, le pseudo père réagit  : "Est - ce bien mon enfant d’abord ? Faut que je vérifie en comparant avec les photos sur mon portable !"
      Pour finalement porter plainte contre le maître nageur, la mairie, et le voisin de chaise longue. "Ben oui quoi , vous pouvez pas vous occuper de mon gosse ! Tiens au fait où est passée ma femme ?"


      • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 12:09

        @Virrrr

        Votre femme est dans mes bras

        Nous n’avons pas de portable et nous pouvons nous cacher ...
        Elle est merveilleuse


      • Virrrr (---.---.13.38) 8 août 2016 16:31

        @C’est Nabum
        Faites gaffe, même dans les dunes ou dans les endroits reculés, on peut vous filmer. Ben oui quoi, sait on jamais, si un pokémon y est caché, tout le monde rapplique !
        Je vous surprends donc en pleine action dans les dunes, je vous filme, j’envoie la photo sur face de bouk (mouton, face de bouc hum hum très proches ?) à tous mes « amis », on vous retrouve parce que les moutons aiment se sentir utiles en dénonçant de telles futilités et savent se montrer très performants dans le genre et surtout n’ont tellement rien d’autres à faire !
        Puis je vous fais du chantage à la sex tape !
        Il y a le ciel, le soleil et la mer....de !


      • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 8 août 2016 11:48

        Toujours ce mépris hautain pour vos congénères traités ici comme des veaux et des moutons.Vous devriez remercier les fabricants de claviers qui vous permettent de vous différencier de la masse que vous méprisez tant, et du vulgaire.
        Vous n’ êtes finalement pas si exaspéré que ça.
        Tous ces comportements collectifs et ces modes vous permettent de vous différencier et de dire :
        J’ EXISTE vraiment, je ne smartphone pas donc je suis...
        Tant mieux pour vous d’ ailleurs...
        Moi aussi je n’ aime pas les concentrations de masse sur les plages mais je regarde mes congénères avec un oeil amusé et attendri...ils ont des addictions que je trouve superficielles mais moi aussi je dois probablement avoir les miennes qui ne valent guère mieux.
        Sur le fond vous avez probablement raison mais c’ est votre regard qui gêne...un regard narcissique et sans amour.


        • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 12:11

          @ALEA JACTA EST

          Le pamphlétaire doit avoir cette posture

          Il ne faut surtout pas dénoncer les travers d’une époque qui se voue à la pratique moutonnière.
          Ce que vous prenez pour des mépris est un regard attentif et critique

          Je n’ai certainement pas le talent pour échapper à cette critique


        • Robert Lavigue Robert Lavigue 8 août 2016 12:54

          Le pamphlétaire doit avoir cette posture (...) un regard attentif et critique

          Tout dans la posture... BHL fait des émules dans les comices agricoles...


        • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 16:55

          @Robert Lavigue

          Monsieur qui se pense grand, je vous prie d’éviter mon modeste trottoir
          Je ne suis pas digne de recevoir vos pas


        • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 16:59

          @Robert Lavigue

          Monsieur, j’ai beaucoup de mal à répondre au quidam de base, toujours prompt à critiquer et qui n’a aucun texte à son compteur.

          Seriez vous en panne de sujet. À lire vos commentaires, j’en serais surpris. Osez le regard critique des autres, un peu de courage. Même dans les comices agricoles, il y a de la place pour vous comme pour moi.


        • chantecler chantecler 8 août 2016 17:02

          @C’est Nabum
           smiley
          No comment .


        • Robert Lavigue Robert Lavigue 8 août 2016 22:44

          @Monsieur C’est Nabum

          Vous êtes smartophonophobe, je suis posturophobe... Je vous laisse vos phobies, je ne vous demande pas de partager les miennes !
          L’abstinence critique vaut bien la polygraphie égotiste.

          Le quidam de base qui n’a aucun texte à son compteur a cependant le privilège de ne pas avoir écrit « À l’instant fatidique du plongeon de l’astre solaire dans le néant du lointain ».
          Même Poncif du Terrail n’aurait jamais osé une telle posture pamphlétaire...

          Il en va des comices agricoles comme des salons littéraires. On ne les fréquente jamais sans conséquences pour sa réputation ! Je vous laisse donc le lectorat de médiapart, l’obs, agoravox, etc...

          Bien à vous.


        • Fisspair 8 août 2016 23:16

          @Robert Lavigue
          Les prétentions littéraires de Nabum sont anciennes .
          Pour lui une seule règle : toute critique est une faute de goût...
          Je ne sais si vous fréquentiez Avox au temps de ses tourments pédagogiques.
          À ce sujet .......Il a le même niveau de compétence.


        • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2016 07:04

          @Robert Lavigue

          Poncif du Sérail vous eut mieux convenu
          Quant à moi, il n’est rien à espérer


        • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2016 07:06

          @Fisspair

          J’aime les critiques par ricochet
          Vous ôtez un caillou de mes berges


        • j.michel j.michel 10 août 2016 15:21

          @C’est Nabum
          La comparaison avec BHL (2 fois) n’est pas méprisante. C’est vrai que sur Botul, c’était pas terrible, et qu’on peut ne pas partager ses goûts autres que celui pour les femmes, mais pour écrire avec fougue il n’est quand même pas mauvais. Alors Nabum, prenez le comme un compliment smiley


        • JL JL 8 août 2016 12:01

          Je crois que vous êtes tombé sur un lieux où il y avait des Pokémons’s.


          • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 12:12

            @JL

            J’avoue ne pas savoir ce que c’est !

            Mais on va encore me dire que je suis méprisant ..


          • JL JL 8 août 2016 12:56

            On voit en ville des attroupements de jeunes et moins jeunes les yeux rivés sur l’écran : c’est une application de réalité augmentée qui utilise le GPS du zinzin pour afficher des pokémons virtuels dans le cadre de l’image fournie par la caméra. Le jeu consiste à les trouver et les capturer.


          • Abou Antoun Abou Antoun 8 août 2016 15:27

            @JL
            Le jeu consiste à les trouver et les capturer.
            Avant, pour les jeunes adultes mâles, le jeu consistait à repérer les chouettes nanas et à les séduire.
            O tempora o mores !


          • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 16:56

            @JL

            J’ai marché en bord de Loire et j’ai croisé un tel phénomène
            Je l’ai prié de m’excuser de marcher dans sa cabine téléphonique


          • juluch juluch 8 août 2016 12:22

            A la plage prenez un bouquin ou jouez à UNO avec les gosses.....


            Sinon au pire jouez sur le web avec votre portable......................je déconne !!  smiley

            Jouez aussi au ballon.....j’adore !

            A bientôt Nabum

            • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 17:02

              @juluch

              Je déteste la plage !


            • chantecler chantecler 8 août 2016 17:03

              @C’est Nabum
              Voyou !
              Euh , moi aussi !
               smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 18:17

              @chantecler

              Alors retrouvons au troquet du port

              https://www.youtube.com/watch?v=TFwIWjDhVfc

              à la votre
              et buvons une bouteille

              https://www.youtube.com/watch?v=Nlu-jOaozzQ


            • chantecler chantecler 8 août 2016 18:51

              @C’est Nabum
              Volontiers !
              Paroles Cnabum !
               smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2016 07:05

              @chantecler

              Rendez-vous à bientôt


            • Shopi 8 août 2016 14:55

              Ça me rappelle un moment absolument magique lors d’un trekking que je guidais en Jordanie :

              Ambiance fin de journée, avec le soleil qui se couche sur les sables rouges du wadi Rum.
              Notre guide bédouin aperçoit au loin des chameaux et nous dit, « ce sont les miens ».
              Il les appelle et voilà ces majestueux animaux qui avancent vers nous de leur pas ample et tranquille.
              Ils s’approchent, on les distingue de mieux en mieux et on peut presque palper le lien profond qui attache ces bêtes à leur maître.
              Cela a duré quelques minutes jusqu’à ce qu’ils arrivent sur Mazied (le guide bédouin), comme plusieurs lignes qui pointent, très tranquillement, sur une seule cible, pour récolter leur petit câlin.
              Le tout dans le silence du désert avec les magnifiques couleurs du coucher de soleil, personne n’a parlé, on a « bu » ces minutes, elles nous ont portées dans une extrême sérénité...
              Quand ce moment fut passé, je me tourne vers ma voisine et lui dit : « C’était beau ! »
              Que me répond t’elle ?
              Ben non, j’avais pas mon appareil photo !


              • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2016 17:03

                @Shopi

                Merci !

                Quand j’écris que cet appareil à modifier notre appréhension du monde ... vous me confortez dans ce terrible sentiment

                Que faire ?


              • Shopi 8 août 2016 17:14

                @C’est Nabum
                Que faire ?

                mais rien mon général ! 
                Si les gens sont assez idiots/conditionnés pour ne pas profiter pleinement du moment présent, d’un instant magique, c’est LEUR problème.
                Ce sont eux qui ratent la beauté !
                Si il y a bien une chose que j’ai appris dans la vie, c’est qu’on ne peut pas aider les gens contre leur gré...



              • Shopi 8 août 2016 19:01

                @C’est Nabum
                À la tienne (dit-elle en dégustant son petit ballon quotidien de Merlot) !


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2016 07:05

                @Shopi
                Buvez du vin de Loire


              • Auxi 8 août 2016 15:10

                Je n’ai jamais eu, je n’ai pas et je n’aurai jamais de portable, c’est une vérole absolue. J’assume pleinement mon mépris pour le troupeau de zombies perpétuellement accrochés à ce boulet. Et que ça reste planté dans le passage comme si c’était seul au monde, et que ça raconte sa vie en en faisant profiter le bus entier, et que ça coupe la parole pour un message d’une importance planétaire, et que ça s’impose jusque dans l’intimité comme si c’était une place publique, et que ça vous noie dans la pub…


                Les cons, ça téléphone tout le temps, c’est même à ça qu’on les reconnaît.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires