• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > La bonne fée et les deux célibataires

La bonne fée et les deux célibataires

Bonimenterie Dominicale

Une pierre dans la rivière.

JPEG - 140.6 ko

Il était une fois un humble pêcheur de Loire nommé Robert qui vivait isolé au bord de la rivière. L'homme était apprécié de tous, il avait le cœur sur la main et des lumières plein les yeux. Mais il vouait sa vie à son métier, se levait de très bonne heure, se couchait bien tard quand il ne passait pas les longues nuits d'hiver sur l'eau à la saison des anguilles d'avalaison.

Quelle femme aurait accepté pareille vie d'autant plus que la pitance était bien maigre ? Le pauvre se trouvait bien seul et supportait de moins en moins cette situation. Il rêvait de partager sa passion avec des enfants, chair de sa chair. Le célibat dont il ne voyait pas comment se départir, le rendait très malheureux C'était un temps où la foire aux célibataires n'était pas au goût du jour.

Un matin, notre brave homme, n'en pouvant plus, décida de se mettre en chemin, à la recherche de celle qui redonnerait des couleurs à son existence. Il laissa filets et nasses, bateau et cuissardes pour s'en aller à l'aventure, trouver une bonne épouse, une femme simple, désireuse tout comme lui, de fonder une famille.

Dès qu'il sortit de son refuge, il rencontra sur le chemin une vieille femme qui ramassait des fagots de bois. Robert se moquant de ce qui l'avait mit en branle, se mit immédiatement à aider la femme courbée par le poids des ans et son fardeau. Bien vite, les fagots furent faits et portés dans la chaumière de la vieille.

Celle-ci, heureuse de ce service, invita Robert à partager sa soupe. Tout en dégustant un simple brouet, ils tinrent conversation. Après quelques balivernes et bien vite, des confidences lâchées, nos deux personnages en vinrent au fond de la question. « Où vas-tu ainsi sur le chemin ? Tu ne me sembles pas être un chemineux habitué à la rudesse de la route ! » s'enquit l'hôtesse. « C'est vrai, vénérable femme. Je viens de quitter ma cabane de pêcheur. Je la trouve bien vide ; je me languis et suis parti à la recherche d'une bonne épouse pour la rendre heureuse », lui répondit sans pudeur le gentil pêcheur. « C'est la destinée qui t'a fait passer devant ma demeure. Tu es un brave garçon. Si tu suis mes conseils, tu seras comblé », lui répondit la vieille, de la malice dans les yeux.

1275571_230406070448669_1246290140_o.jpg

Naturellement, Robert avait trouvé sur son passage une bonne fée. Comment pourrait-il en être autrement au pays des fables ? Il n'a pas lieu de s'en étonner quand on aime la Loire et qu'on y connaît ses légendes. Qu'elle fût Morgane ou bien Mélusine, la vieille dame avait plus d'un tour dans son sac à délices. Mais pour en bénéficier, il fallait avoir le cœur pur et les intentions louables. C'est bien la difficulté de nos jours, ce qui explique que nous rencontrons si rarement des fées et des mages.

« Après ce repas, mon garçon tu poursuivras ta quête. Au bout de quelques heures de marche, tu déboucheras à nouveau sur la rivière et, sur la rive, une barque t'attendra. C'est toi qui décideras de ton avenir et de la direction à prendre. Tu prendras les rames et poursuivras ta route sur les flots. Tu dois rester ferme sur tes convictions. Sache cependant que pour obtenir ce que tu espères, il te faudra fournir quelques efforts ... ». La vieille avait une voix douce ; elle semblait vouloir montrer la bonne direction à ce Robert si brave .

« Après deux heures d'effort, tu découvriras deux toues cabanées. Ne te fie pas à leur allure. C'est ton intuition qui te fera choisir la bonne. Tu y pénétreras et découvriras à l'intérieur ce qui te sera nécessaire pour combler ton vœu. Ne te laisse pas attirer par les illusions et les vaines promesses et rapporte-moi bien vite ce que tu auras choisi ! » Robert écoutait respectueusement la fée, comprenant à demi mot ce qu'elle cherchait à lui faire passer. Il partit bien vite vers son destin.

En fin de soirée,ayant trouvé une barque, il remonta le courant bien qu'il fût en cet endroit puissant et tempétueux. Ce qu'il désirait valait bien cet effort, il était près à y mettre toute sa peine. À la tombée de la nuit, il découvrit deux bateaux qui semblaient l'attendre. Il y avait une toue rutilante, portant une cabane neuve et magnifique en pin encore tout clair. Elle avait à n'en point douter, toutes les commodités pour y séjourner confortablement mais aucun charme ni personnalité. L'autre plus vétuste, rustique et même en piteux état, avait pourtant cette patine des objets qui ont vécu . Elle était faite en chêne et même si le bois en était abîmé, on devenait qu'elle avait été construite pour durer très longtemps.

Robert n'hésita pas un seul instant, il entra dans la cabane plus ancienne et sur la table y trouva un joli coffre brillant et une simple et grosse clef comme on en faisait en ce temps- là . Il prit la clef et s'endormit du sommeil de celui qui avait grosse fatigue, avant que de retourner voir la vieille en sa demeure.

Effectuant le chemin à l'envers, il retrouva la fée qui l'attendait devant sa fermette. « Montre -moi ce que tu as rapporté mon garçon » lui demanda-t-elle. Robert lui tendit la grosse clef et la fée lui dit alors : « Va donc ouvrir le cabanon au fond du jardin. Tu verras si tu as fait le bon choix ! »

1267302_234803373342272_879339460_o.jpg

Robert s'exécuta avec la confiance qui sied à ceux qui sont certains d'avoir choisi en toute conscience. La porte s'ouvrit et il découvrit au milieu de la pièce une humble couturière qui filait sa laine. Elle leva les yeux vers ce curieux visiteur et lui offrit le plus beau des sourires. Ni très jeune, ni très belle, elle était simplement celle qu'espérait notre bon Robert. Ils se plurent aussitôt et bien vite monsieur le curé célébra la noce.

Au mariage fut convié le cousin de Robert , Oscar, un encombrant personnage . L'homme n'avait toujours vécu qu'aux crochets de ses parents, se plaisant à ne rien faire et à profiter de toutes les occasions pour faire la fête et trop boire. À vivre ainsi, lui non plus n'avait pas trouvé femme à marier et , fort jaloux du succès de son cousin, il insista tant et tant, se montrant si pénible, que Robert pour avoir la paix et se débarrasser de l'importun, lui bailla son secret.

Bien vite la vieille vit surgir un malotru peu soucieux de l'aider à finir l'ouvrage qui l'occupait alors. Fort exalté, il voulait sur le champ qu'elle lui indiquât le chemin. Elle n'eut pas le temps de lui tenir le discours qu'elle avait distillé à Robert quelques mois plus tôt. Ce vil chenapan avait déjà filé à grande enjambées.

Quand il arriva à la barque, Oscar se laissa glisser au fil du courant. Il n'était pas homme à fournir des efforts quand ce n'était pas indispensable. Il trouva pourtant lui aussi, deux bateaux sur la rive et pénétra sans hésiter sur le plus récent. Il y avait pareillement un coffre et une vieille clef et il s'empara de la boîte si attirante.

Ayant laissé filer la barque qu'il n'avait même pas pensé à attacher, il rentra à pied, profitant de l'aubaine d'un chariot qui passait par là en proposant à son propriétaire un coup à boire dont jamais il ne s'acquitta. Il arriva si vite devant la vielle femme que celle-ci n'avait pas fini son ouvrage. Elle le félicita de sa promptitude et lui confia une petite clef dorée pour ouvrir le coffre. Le cousin trop méfiant , s'en alla vite chez ses parents pour ouvrir à l'écart des regards ce qu'il espérait en secret.

1039811_207074909448452_665647425_o.jpg

Au fond de ce coffre il découvrit une bague somptueuse. Il se dit que le message était clair, qu'il avait là de quoi attirer la plus belle des femmes de la région. Il fit grand tapage dans la contrée pour annoncer qu'il offrirait le plus prestigieux des bijoux à la femme qui voudrait bien l'épouser. Devant la porte de sa masure, la vieille fée riait sous cape ….

Les demoiselles du village connaissaient le lascar. Aucune ne se laissa prendre par ce miroir aux alouettes. Un beau bijou pour prix d'un fainéant et d'un mauvais homme, il fallait être bien sotte pour accepter ce marché de dupe. Il se trouva pourtant une fille d'une lointaine ville, attirée par l'aubaine. Elle n'était pas vilaine et le terrible cousin accepta sur le champ de la prendre pour épouse.

La noce eut lieu dans un curieux climat. On sentait comme une sourde tension entre les deux époux. Au sortir de la messe, la femme arborait fièrement cette bague à vous faire retourner toutes les têtes. La fête se passa dans une morosité pesante. Puis au moment de consommer ce que l'église avait sanctifié, la nouvelle épousée prétexta un malaise et finit par disparaître …

Oscar, déconfit et grugé resta sans femme le reste de ces jours. Sa dulcinée avait pris la poudre d'escampette pensant pouvoir tirer bon prix d'un bijou qui tomba en poussière lorsqu'elle passa à toutes jambes, la robe retroussée, devant une vieille femme sur le pas de sa chaumière. C'est ainsi qu'un couple malheureux ne se constitua pas et ce fut bien la seule bonne nouvelle de cette pauvre histoire.

Quant à Robert et sa douce femme, ils connurent tout le bonheur dont les deux autres avaient été justement privés. Ils convièrent souvent la vieille femme à partager leur table et cette félicité à laquelle elle avait apporté sa pierre. Que celle-ci ne fût ni brillante, ni coûteuse, prouve bien que les vrais trésors sont dans les cœurs. C'est bien la seule morale de cette histoire que je suis allé pêcher au bord de la rivière. Vous pouvez ne pas la croire, je ne vous en tiendrai nullement rigueur.

Précieusement sien.

1294280_234408273381782_1006211932_o.jpg

Merci à Christian Beaudin pour ses merveilleuses photographies ....

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Prudence Gayant Prudence Gayant 7 octobre 2013 14:54

    Si j’osais, je dirais que ce n’est que du plagiat.

    Mais je n’ose pas, car il faudrait alors que j’écrive pourquoi. Pourtant à bien y regarder, c’est du plagiat pur et simple. Mais tout cela n’engage que mes souvenirs d’enfance du primaire. Bien sûr il n’était pas question d’un quelconque Robert cherchant une ménagère à domicile ne voulant se contenter que d’un infâme brouet de surimi et d’un peu d’eau de Loire croupie.
    Mais le fond de l’histoire y est.

    • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2013 16:26

      Prudence


      Curieux que vous soyez surprise

      La Fontaine se servait chez Ésope et le Nabum, pauvre rien devrait tout inventer ....

      La fable est de tradition orale, elle se transforme en fonction de ceux qui se l’approprient.
      Où est le mal ? 

      Il y a un fond commun et bien des variations. Et c’est un acte totalement gratuit ! 

    • Prudence Gayant Prudence Gayant 7 octobre 2013 22:49

      Nabum

      Connaîtriez-vous à tout hasard l’adresse de cette fée ? Le coup du « choisir tout ce qui est moche et vieux pour obtenir ce que l’on veut » est éculé.
      Je crois bien que dans le film « la Belle et la Bête » on reprend le même effet de manche.
       

    • Shawford Shawford42 7 octobre 2013 22:51

      Tins une pitite sardine.


      Nabum est il rassasié ce soir ? 

      Je laisse passer un ange. smiley

    • Shawford Shawford42 7 octobre 2013 22:58

      Prudence ne m’en voulez pas à nouveau pour mon intrusion ici, mon cœur s’est envolé de lui même vers le plus virginal trait d’innocence qui est apparu dans l’agora.


      Pour ma part je sais les pensées de Na Boom sont parées de la même générosité, et peux donc vous répondre sans doute permis que ce n’est pas qu’un effet de manche mais bien la pierre philosophale de nos existences.

    • alice au pays des merveilles alice au pays des merveilles 7 octobre 2013 16:06

      Pas interressée, j’aime pas les tâches ménagères et la soupe d’eau de Loire croupie me donne la nausée .....


      • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2013 16:27

        alice au pays des merveilles


        La nausée ?

        Lequel des deux vous a mis enceinte ?

        Je devine à vos remarques que c’est le second ...

      • alice au pays des merveilles alice au pays des merveilles 7 octobre 2013 16:37

        Tout faux, j’aime pas les hommes obscènes ...ni les écrivains fallacieux


      • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2013 16:39

        alice au pays des merveilles


        Pour le falacieux, je vous l’accorde c’est pourquoi je me déclare écriveur et jamais écrivain.

        Pour l’obscénité, je vous trouve très sévère mais puisque tel est votre jugement, je vous invite à passer votre chemin.

      • Bernie Bernie 7 octobre 2013 23:24

        Il aurait mieux fait de se taper la vieille, le cousin. En plus, aucun risque de polichinelle dans le tiroir non désiré, tout bénef.


        • Shawford Shawford42 7 octobre 2013 23:26

          Kes t’as fait d’ER ?


        • Bernie Bernie 7 octobre 2013 23:39

          Euh... dans la de lorean avec les buddys.

          Kamoulox ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 8 octobre 2013 06:05

          Bernie


          Ce n’est pas un théâtre de marionnettes ! 

        • Shawford Shawford42 8 octobre 2013 09:04

          Salut Na Boom,


          c’est mon dernier passage sur AV (du moins si vos voyez ce que je veux dire) je ne pouvais partir sans vous saluer. Peut être un jour, aurai-je le plaisir d’entendre vos boniments ligériens, mais de vive voix cette fois-ci.

          @bernie

          What ? Kamouloxland ? keskéturacontela ?
          Yep j’y arrive avec ma Dolorean et ma Delorean et tout et tout, j’espère que tu y a bien garé la soucoupe. smiley smiley

          Bisous à tous

        • Shawford Shawford42 8 octobre 2013 09:19

          Oups un dernier de chez dernier


          Ça (re)commence bien à Kamouloxland, j’ai déjà dû mal à pénétrer la première enceinte.
          En plus y’a une Trinity, je sais pas si c’est du lard ou du cochon.
          En tout cas la madone m’y a déjà fait un gros sourire, et ça c’est cooooooool
          On va arranger ça rapidement smiley

        • paco 7 octobre 2013 23:48

           Bernie, mon vieux, ne parlez plus à ce malfaisant, feignant de surcroit.
           Oubliez le DeLorean, matez plutot " un jour sans fin’


          • Prudence Gayant Prudence Gayant 7 octobre 2013 23:56

            Nabum

            C’est bien le conte de Perrault « les fées » ; 
            C’est amusant comme les souvenirs d’enfance nous restent imprimés dans la tête.


            • C'est Nabum C’est Nabum 8 octobre 2013 06:09

              Prudence


              Curieusement je ne le connaissais pas !

              Mais je n’en suis pas non plus un recréateur magique

              Je puise parfois dans des scénarios traditionnels et j’ai repris là une trame dans laquelle Perrault lui même avait puisé. C’est la grande tradition du conte qui se joue en appropriations nouvelles

            • Prudence Gayant Prudence Gayant 8 octobre 2013 14:56

              Curieux de constater que vous ne lisez guère les commentaires de vos lecteurs !

              Vous commentez dans le vague ? à l’âme ?
              Cette référence au conte de Perrault, je l’ai reprise suite à la lecture d’un de vos liseurs à qui vous avez répondu.


            • C'est Nabum C’est Nabum 8 octobre 2013 15:25

              Prudence


              Je vous répétai que je ne connaissais pas ce conte.

              Je ne tiens pas compte de ce qu’on lu ou pas mes commentateurs. Je réponds en fonction de leur seule intervention.

              Merci 

            • Prudence Gayant Prudence Gayant 8 octobre 2013 15:48

              Nabum,

              J’ai voulu couper les cheveux en 4 et je me suis plantée lamentablement. Vous avez parfaitement raison et je vous présente mes plus plates excuses. C’est plutôt moi qui ne lis pas correctement.
              Je vais de ce pas au coin.

            • C'est Nabum C’est Nabum 8 octobre 2013 16:11

              Prudence


              Il vous sera beaucoup pardonné ...

            • Jean-Philippe 8 octobre 2013 07:57

              Bonjour,

              Je suis quelqu’un qui croit que le travail est le meilleur moyen d’obtenir des satisfactions.
              Je suis aussi quelqu’un qui croit que l’effort est une vertu dans le travail.
              Je suis pourtant quelqu’un qui se méfie beaucoup de ceux qui veulent substituer la morale à la réflexion dans leurs stratégies décisionnelles. Même par l’usage d’allégories.
              Car je ne crois pas que la morale soit bénéfique à substituer à la réflexion.
              Je crois une morale bien pensante sans réflexion en capacité à produire autant de dégâts qu’une immoralité bien réfléchie.


              • C'est Nabum C’est Nabum 8 octobre 2013 08:07

                Jean-Philippe


                Voilà des idées nobles qui valent la peine de supprimer ce genre mineur du conte ?

                Je crois que vous allez bien loin et qu’il y a bien plus néfaste que ces histoires sans importance. 

              • Jean-Philippe 8 octobre 2013 09:22

                Bonjour C’est Nabum,

                C’est me semble-t-il que nos représentations des choses sont bien différentes.
                Des idées nobles, je ne sais pas ce que c’est, alors qu’une morale, ça je sais, et je sais aussi à quoi ça sert dans le fonctionnement humain.

                Mon propos n’a pas vocation à empêcher qui que ce soit de faire quoi que ce soit.
                Il souhaite seulement inviter ceux qui communiquent à prendre du recul par rapport à leur communication.
                La fable présentée montre un monde binaire, avec des bons et des méchants.
                Mais moi, dans la vie, des tout bon ou tout méchant, je n’en connais pas. je ne croise que des gens qui font ce qu’ils peuvent en fonction des objectifs qu’ils se fixent et des moyens dont ils disposent. Des gens qui sont autant bons que méchants.
                Dès lors, quelqu’un qui navigue à partir d’une morale, aura tôt fait de cataloguer chacun du coté, bon ou méchant, qui l’arrange en fonction de ses objectifs propres. C’est ainsi que les contestataires deviennent des terroristes, et ceux qui défendent une opinion opposée des trolls.
                Outre qu’un tel fonctionnement génère une efficacité limitée, il rend aisé la manipulation, par le simple emploi du vocabulaire adapté cité ci-dessus.

                Je n’ai à priori rien contre les morales, mais à condition qu’elles soient utilisées à une fin de progrès, et pas en substitution à la réflexion.

                la morale, c’est par exemple utile pour orienter le choix de l’enfant, en particulier à certains stades de son développement, dans l’intérêt de tous, ce que des explications trop complexes sur le fonctionnement des choses ne permettraient pas de faire. (Voir à cette fin « les stades du développement moral de Kolhberg » par exemple, un peu ancien et revu mais explicite.)

                Mais dans mes utopies à moi, les adultes peuvent aspirer à dépasser la facilité morale, or, ce sont essentiellement des adultes qui consultent Agoravox, me semble-t-il ?



              • C'est Nabum C’est Nabum 8 octobre 2013 12:52

                Jean-Philippe 


                Je comprends vos réserves.

                J’écris un conte par semaine, je contribue ainsi à l’abrutissement de nos enfants ?

                Je pense que le monde des jeux vidéos et des feuilletons est bien plus primaire. Mais je crains de ne pas trouver grâce à vos yeux.


                Moi qui pensait avec mes fables ne faire de mal à personne, me voilà bien enconmbré d’une telle remarque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès