• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Le canal d’Orléans

Le canal d’Orléans

Conférence bonimentée !

Une bien curieuse affaire …

58648397.jpg

Le canal d'Orléans porta le nom d'une ville dans laquelle il ne passait pas. Ce fut la première incongruité d'un ouvrage marqué souvent par le mauvais œil, la malchance ou les affaires louches. Son histoire n'est qu'une suite de mystères et de coups tordus pour redonner à la ville d'Orléans une grande partie du commerce que le canal de Briare lui avait ôtés.

Le canal de Briare fut le premier ouvrage fluvial de partage des eaux. Commencé en 1604 par l'ingénieur Cosnier, à l'initiative d'Henry IV et de Sully, il fut achevé en 1642 et permit alors l'approvisionnement de Paris par voie d'eau pour les marchandises venant du Sud. Il s'imposa alors et attisa les jalousies d'Orléans qui perdait ainsi son rôle de plaque tournante du fret vers la Capitale.

vieilles-maisons-sur-Jaudry-016--Medium-.jpg

La riposte ne tarda pas du côté de la cité johannique avec des procédures un peu obscures. C'est un grand bourgeois parisien : Robert Mahieu, qui servit de prête-nom, d'homme providentiel ou bien de généreux mécène. Le mystère reste entier sur les conditions de son engagement dans une aventure qui allait le mettre sur la paille et provoquer sa mort.

Robert était sans doute de mèche avec le duc d'Orléans. Il obtint du frère du roi, le 25 avril 1676 l'autorisation de percer un canal en forêt de Chaumont pour faire flotter et voiturer le bois vers Paris. Un accord qui ressort plus de la combine que du contrat honnête, lui attribua un droit d'exploitation pendant 40 ans et l'usage de 300 arpents de bois contre la construction à ses frais dudit canal.

rica-orleans-canal-grignon_pano.jpg

Le brave Robert ne traîne pas en chemin ; en moins de deux ans, il perce son canal, de Grignon jusqu'au Loing, sur le seul bassin versant de la Seine. Il construit tous les ouvrages d'art en bois car les carrières font défaut dans cette région forestière. Il se sert des très nombreux ruisseaux et étangs de la forêt pour alimenter en eau son canal. La première livraison de bois par voie d'eau a lieu le 4 mars 1678.

La suite est beaucoup moins heureuse pour le gars Robert. On le prétend ruiné alors que très vite son canal tourne à bon régime et a considérablement réduit les bénéfices pour les seigneurs du canal de Briare, le rival voisin. Le Canal tombe immédiatement dans l'escarcelle du bon Duc qui ne devait pas être fâché de la chose, d'autant qu'il avait dans ses cartons le projet de rallier la Loire du côté d'Orléans.

flute_bourgogne01.jpg

En mars 1679, moins d'un an après la faillite supposée de Robert Mahieu, un édit royal autorise la suite de l'aventure. Le contrat prévoit pour le susdit Robert le remboursement des dépenses engagées dans la première partie de l' ouvrage. Lequel ouvrage devra être totalement achevé dans un délai de 6 ans à partir du début des travaux qui seront entièrement aux frais de monsieur Frère en personne.

Le 25 avril 1681 la nouvelle aventure commence sous la direction technique de Simon Lambert, architecte des bâtiments du roi, et la gestion financière de Dominique De Richemond, greffier des commissions du Conseil du Roi. Tout ça sent le délit d'initié ; rien n'a changé sous le soleil … L'équipe n'a donc plus que quatre années pour boucler le dossier et récupérer ses billes grâce au péage et à la taxe d'un écu prélevée par muid de vin. L'affaire devait être juteuse d'autant qu'on estimait le besoin à 17 563 muids de vin par an pour une capitale où la culture de la vigne était désormais interdite.

1190887809.jpg

Les pots de vin ne furent-ils pas suffisants, les pressions du lobby des seigneurs du Canal de Briare furent-elles efficaces ? toujours est-il que la belle équipe resta le bec dans l'eau faute de liquidités. En 1684 l'entreprise battait de l'aile et manquait d'oseille. Il fallut, l'année suivante, monter une nouvelle structure qui bénéficia d'un délai supplémentaire et d'avantages nouveaux. Là encore, l'opacité régnait en maître sur les partenaires financiers de cette prometteuse mais si complexe affaire.

JPEG

L'argent manquait toujours et Louis XIV mit la main à sa cassette personnelle pour octroyer une aide de 75 000 livres à cette opération qui commençait à traîner en longueur. Malgré cet apport royal, les travaux connurent un arrêt, une nouvelle fois, et le Duc d'Orléans qui avait abandonné le bébé, dut reprendre l'affaire en main en puisant dans sa poche. Est-ce ce contretemps qui l'empêcha de rembourser le pauvre Mahieu ? Nous le saurons jamais mais ce qui est certain c'est que sa petite-fille mena l'affaire devant les tribunaux pour obtenir enfin réparation du préjudice. Son grand- père était malheureusement passé de vie à trépas sans voir l'achèvement de ce grand ouvrage qui avait causé sa ruine complète : il avait, dans cette aventure en effet, perdu à la fois ses biens et sa santé…

Finalement après bien des déboires et des difficultés techniques, dont la réfection des ouvrages en bois du canal Mahieu, le 31 décembre 1691 les travaux sont enfin terminés. Ce sont des problèmes d'approvisionnement d'eau sur la ligne de partage des eaux qui furent à l'origine des difficultés les plus importantes. Que l'eau vienne à manquer pour un canal, surtout destiné à transporter du vin, il y avait là une belle ironie du destin.

Le premier bateau qui passa de la Loire au Loing par le canal d'Orléans, franchit l'écluse de Combleux le 5 mars 1692. La route du vin enfin ouverte, Paris allait pouvoir boire tout son saoul et le Duc d'Orléans retrouver ses billes au centuple ! L'aventure pouvait commencer, non exempte toutefois de surprises et de nouveaux coups tordus. Nous y reviendrons certainement une autre fois ! Quant à la famille Mahieu, elle attendait toujours …

Obscurément leur.

3197220623_1_2_B1v4HiRt.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    



    • C'est Nabum C’est Nabum 14 juillet 2014 12:47

       xmen-classe4


      Pas d’hippopotame dans le canal !

      • xmen-classe4 xmen-classe4 14 juillet 2014 12:52

        sinon c’est le bicentenaire du sacre de louis 18.


        • xmen-classe4 xmen-classe4 14 juillet 2014 13:31

          parc que louis XXVIII peut s’écrire louis XXIIXX.


          • C'est Nabum C’est Nabum 14 juillet 2014 15:14

            xmen-classe4


            Je n’ai jamais eu Louis fine ...
            La royauté et moi, nous ne somme spas faits pour nous entendre

          • xmen-classe4 xmen-classe4 14 juillet 2014 18:42

            et tout les canaux ont la même histoire.

            il y avais un reportage sur le systeme d’irrigation du cambodge. des centaine de canaux et des etang creusé à la main, qui se serrais bouché par les sédiments et aurrai provoqué la fin d’au moins 15 puis de toute la civilisaton khmer


          • C'est Nabum C’est Nabum 14 juillet 2014 19:08

             xmen-classe4 


            Depuis toujours j’homme a voulu plier la nature à ses désirs Les canaux visent à ce dessein et souvent se retournent contre leurs créateurs

          • Jeff84 14 juillet 2014 16:47

            Une petite histoire bien intéressante, merci.


            • C'est Nabum C’est Nabum 14 juillet 2014 17:11

              Jeff84


              Merci 
              Parfois, c’est l’Histoire qui a du talent

            • L'enfoiré L’enfoiré 15 juillet 2014 15:01

              Bonjour Nabum,

               Et bien j’ai appris des choses.
               Le canal de Briare, je ne connaissais rien de son existence, ni de son histoire.
               J’ai aussi appris un mot en allant voir Wiki.
               Le mot « bief » : Un bief ou bisse (ou dans l’ancien français biez) est un canal d’irrigation, creusé dans la terre et le roc ou fait de planches de bois soutenues par des poutres" ;

               Les canaux ont leur histoire. Chez nous, c’est le canal de Willebroek qui étendu devint cala de Charleroi et qui passe à Bruxelles. A ces époques anciennes ont avait le temps pour transporter les marchandises.
               Le canal Albert.... la liste est longue
               Domestiquer la nature, puisque les rivières et les fleuves ne font pas tout le travail de lien entre les cités. 
               Aujourd’hui, on ne sait plus attendre, alors il y a les camions qui se chargent du travail.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires