• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le grand podium

Ils sont déchaînés

Monsieur Décibel vous salue bien.

Une grande chaîne de télévision fait sa tournée des plages. Il faut se montrer quand on n'a rien à dire, occuper le terrain de la médiocrité et de la facilité afin de conserver la première place auprès des cœurs de cible. Rien de tel pour satisfaire le petit peuple des oisifs vautré sur quelques centimètres carrés devant l'océan et ses vagues incomparables. Le temps de la merveilleuse et indispensable animation, la populace se tiendra debout, se pressera devant la scène et supportera les assauts de vulgarité d'un animateur-maison.

Certains ne veulent rien manquer de la débauche de lumière et de musique. Ils se sont installés plus de cinq heures avant le coup d'envoi sur le devant de la piste : cette fosse aux lions qui dévorent joyeusement les martyrs médiatiques. Ils seront aux premières loges pour admirer benoîtement des artistes qui se contorsionnent aux rythmes débridés de la musique à la mode. Car voyez-vous, c'est la chaîne qui décrète ce qui aura du succès ou non ; le public n'a qu'à suivre ses prescriptions, habitué qu'il est, désormais, à penser comme on le lui commande sur les ondes.

Le matériel est à la hauteur de la notoriété de la maison. Il ne faut pas lésiner sur tout ce qui atteste de la crédibilité de cette machine à décerveler la populace. Spots, stroboscope, écrans géants, rayon laser ; il s'agit d'en mettre plein les yeux à ceux qui, habituellement, quand ils ne sont pas en vacances, sont rivés devant leur petit écran qui d'ailleurs devient de plus en plus grand dans ces foyers où l'on déifie l'étrange lucarne. Il faut admettre que les congés ne permettent même plus de rompre avec l'écran : téléphones et tablettes assurant une douce continuité, le maintien de la nécessaire dose de fadaises en tous genres.

Le son, ici, n'est pas que pour les ânes, quoique … Il y a de quoi faire trembler toute la petite cité balnéaire. Des rampes de hauts-parleurs plus hautes que les immeubles de front de mer, la part belle aux caissons de basse, le plus fabuleux instrument du conditionnement des masses que des esprits pervers aient inventé … la nuit sera tapageuse et tant pis pour ceux qui pensent encore que les vacances sont destinées à se reposer.

Ce soir, c'est la dictature de la jeunesse qui s'éclate, des rombières qui se trémoussent, des berlauds qui s'extasient, des adolescents qui rêvent d'être à la place des vedettes. C'est une machine à illusions qui a besoin de décibels et de paillettes pour prendre au piège les gogos du coin. Et ça marche au-delà de leur espérance : une foule immense se pressera pour perdre le peu de capacité auditive qui lui reste encore …

La sono crache sa puissance à plein régime sans se soucier des règles légales en ce domaine : la grande chaîne est au-dessus de ces misérables contingences et personne ne viendra lui chercher des bouchons dans les oreilles. Partout où passent ces tonitruants, ils sont en territoire conquis, ils font la pluie et le beau temps tout comme les présidents, préparent le suivant, façonnent l'opinion publique ; alors qui oserait les verbaliser ou simplement se plaindre de leur incroyable tintamarre ?

D'ailleurs, la multitude est heureuse, elle braille, elle vocifère à l'invitation d'un animateur, chauffeur de plèbe. Ce sont des hurlements éructés de milliers de gorges qui répondent fidèlement aux injonctions du chef de meute. C'est inquiétant, c'est hallucinant, c'est totalement délirant ! Il n'y a plus rien qui puisse permettre à ces gens de raisonner ; ils s'amusent, nous dira-t-on, quand je vois les prémices d'un embrigadement désastreux. La vulgarité de la scène semble échapper à ce peuple en transe. Pauvre nation qui a perdu son intelligence collective !

J'entends tout cela à distance ; ce spectacle ne sera jamais mien. Je frémis au pouvoir de cette machine à façonner la pensée unique, à vider les cerveaux, à préparer l'avènement d'un prochain dictateur. Tout est prêt pour favoriser le projet de ses commanditaires. Les techniques sont au point : elles ont tiré les enseignements des grandes entreprises totalitaires du passé. Le libéralisme peut dormir sur ses deux oreilles, les moutons seront tondus et rendus sourds.

Je pensais être seul à penser cela : la nuit avait été affreusement bruyante, même loin de la célébration païenne. Mais voici qu' un jeune homme se plaint, lui aussi, du cirque, qui l'a empêché de dormir. Il affirme à ses amis que ce bruit a dépassé toute mesure, qu'il n'a jamais entendu spectacle aussi invasif, débile et dévastateur pour la quiétude du travailleur saisonnier. « Si j'avais eu un fusil, j'aurais tiré dans leur maudite sono ! » C'est son cri du cœur, le triste constat d'une manifestation qui dépasse toutes les limites. Nous vivons une époque moderne !

Totalitairement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Hector Hector 18 août 2015 13:18

    Bonjour,
    Joli texte réaliste.
    C’est comme ça, en juillet/aout, la culture beauf est à son apogée. Il faut réjouir le prolétaire, il est là pour ça, ne pas le décevoir.
    La vulgarité, le mauvais gout, le sans gêne, faune bariolée obèse, trainant ses merdeux et ses aïeux, animaux beuglant de plaisir dans un effet de meute que rien ne peut calmer.

    Ils sont là pour s’amuser, à tout prix, rire de tout et surtout de rien, bouffer et bouffer encore, manifester de leur existence sordide trouvant subitement un exutoire, consommer du plaisir à bas prix, facile, jusqu’à la gueule, sans limite, éructant sa joie à la moindre sollicitation d’un meneur de troupeau, quel qu’il soit.
    Qu’importe le flacon...

    Ils sont là pour s’amuser. Cette boue envahit tout et partout.
    Et l’on me dit : « Ils ont autant le droit que vous d’être là ». C’est vrai, imparable, et c’est pour cette raison que je n’y vais plus « En saison ».
    Je parle plus particulièrement du bassin d’Arcachon où je suis né.

    A propos, depuis le temps que je vous lis, voudriez vous avoir la gentillesse de me dire d’où vient votre pseudo et de quelle manière il faut l’interpréter ?
    Merci.
    Peut être aurons nous l’occasion de lire une de ces jolis contes de Loire bientôt ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 18 août 2015 22:36

      @Hector

      Nous sombrons dans la barbarie ce qui prépare à la venue de pouvoirs autoritaires


    • Hervé Hum Hervé Hum 18 août 2015 14:40

      C’est vrai, les gens ont l’excuse absolu, celle sensé tuer toute contestation.... Ils s’amusent !

      Répondre par la négative, c’est se montrer comme un trouble fête, un rabat joie. Après tout, les prisonniers dans les camps de concentrations essayaient de « s’amuser » pour s’évader de leur condition. Alors il faut rire !

      Certes, mais c’est oublier que le monde est ce que nous en faisons et qu’il n’est pas une fatalité.

      Qu’il ne faut pas confondre hypocrisie et résistance.

      Le prisonnier résiste à l’oppression et le rire est un moyen de défier l’oppresseur. L’hypocrite au contraire, soutient l’oppression, rit de lui même pour lui montrer son allégeance, la vacuité de sa pensée, sa docilité extrême et c’est là toute la différence. Le résistant doit être enfermé physiquement pour interdire ses idées, l’hypocrite enferme lui même ses idées, pour rester libre physiquement.

      mais est on vraiment libre physiquement en renonçant à être soi même ? En copiant, singeant autrui ? Est ce le physique qui sert l’esprit ou bien l’inverse ?

      Le monde est dominé par ceux qui mettent leur corps au service de leur volonté, les autres sont leurs serviteurs ou esclaves. Encore qu’il faille distinguer ceux qui exercent leur volonté sur eux même, de ceux qui l’exercent sur autrui... Les premiers sont des esprits libres, indépendants, les seconds ceux qu’on appellent des pervers narcissiques.


      • C'est Nabum C’est Nabum 18 août 2015 22:37

        @Hervé Hum

        S’amuser, voilà l’argument clef qui autorise tous les abus, toutes les transgressions, tous les mépris pour les autres

        Ne plus prendre en compte son voisin et ne pas réfléchir c’est sortir du cadre de la vie sociale


      • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2015 15:38

        Tous les médias sont les mêmes, chers Nabum.
        Ils occupent le terrain comme des gaz parfaits.
        Internet, Agoravox, Facebook, Tweeter &Co occupent les pauvres gens qui n’ont rien à dire ou rien à penser.
        Alors, il faut leur faire remuer les neurones pour les sortir de l’encéphalogramme plat.


        • Hervé Hum Hervé Hum 18 août 2015 15:58

          @L’enfoiré

          Vous parlez pour vous même !

          Parce que les médias dits mainstream n’ont pas pour but de vous faire remuer les neurones, mais au contraire, de les maintenir à l’état de platitude encéphalographique.

          Occuper le temps de cerveau disponible consiste bien à lui éviter de penser et d’avoir quelque chose à dire de différent. Cela sert aussi à leur éviter d’écouter quelqu’un qui aurait quelque chose à dire de dissident et si par malheur ils l’écoutaient, de pouvoir les en détourner rapidement et les remettre dans la platitude.

          Alors non, les gens qui viennent écrire sur Agoravox ont souvent quelque chose à dire, mais cela ne veut pas dire qu’ils vont en faire quelque chose....

          Lisez mes articles et vous verrez qu’ils ont quelque chose à dire de différent, mais cela ne veut pas dire que j’en fais quelque chose !


        • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2015 16:26

          Cher Hervé Hum,

           Je parle pour nous-mêmes.
           Il y a une grande différence : nous le faisons gratuitement, c’est-à-dire que l’investissement se fait aussi au prix correspondant.
           Les médias officiels, il faut bien le leur laisser ont des budgets bien plus importants.
           Comme vous dites Agoravox, s’il y a des choses à dire et à écrire, ils n’en font pas toujours quelque chose.
           « Les chants désespérés sont les chants les plus beaux » disait Musset.
           Je vais de ce pas sur votre antenne. smiley
           


        • L'enfoiré L’enfoiré 18 août 2015 16:28

          Je reviens déjà : quel en est l’adresse ?


        • Hervé Hum Hervé Hum 18 août 2015 19:54

          @L’enfoiré
          commencez par celui là,
           puis si vous voulez en savoir plus, je vous dirai celui là
          puis si vous en voulez encore celui là


        • C'est Nabum C’est Nabum 18 août 2015 22:38

          @L’enfoiré

          POUR MOI, RIEN N’EST PIRE QUE TF1

          C’est mon axiome personnel et jamais je ne regarde cette chaîne

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès