• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le moulin à paroles

Les paroles ne s'envolent pas toutes au gré du vent ...

Une légende gravée dans la pierre.

Il était une fois un étrange moulin qui combinait les deux sources d'énergie. Installé en bord d'une rivière que les moines d'alors avaient détournée de son lit pour qu'elle vienne irriguer leurs terres et faire tourner leur moulin, il n'utilisait donc que l'énergie hydraulique. Puis les bons pères abandonnèrent les lieux et cédèrent à un meunier le bel édifice. Celui-ci, homme prudent et habile, avait choisi d'adjoindre un moulin à vent à sa roue à aubes, de façon à ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Ainsi donc, quand l'eau venait à manquer de force, le vent faisait l'affaire et rien n'arrêtait jamais l'ouvrage dans ce moulin installé en un lieu qu'on nommait alors « Trompe souris ! », non que les terres y fussent de mauvaise qualité comme c'est bien souvent le cas, mais parce qu'alentour, il y avait tant de genettes que nul rongeur ne venait s'aventurer dans le secteur.

Le meunier avait, pour son malheur et pour le cours de notre histoire, pris une épouse qui avait la réputation d'être une pipelette comme on n'en vit jamais dans la région. Du matin au soir, la dame avait toujours quelque chose à dire ; elle couvrait le bruit du blé qui s'écrase, elle qui avait toujours du grain à moudre à sa manière.

La commère n'était pas une diseuse de ragots, bien au contraire, elle ne cessait d'enchanter les visiteurs de récits et de contes, de fables et d'histoires qu'elle brodait de mille et une façons. Il y avait toujours dans le moulin une belle assemblée d'oreilles curieuses et attentives qui venaient se régaler du bonheur de l'écouter.

7791_big.jpg

Le meunier finit par se lasser de sa femme volubile. S'il avait goûté comme tous les autres le plaisir de ses légendes, la présence continuelle d'auditeurs qu'il fallait abreuver et parfois nourrir, avait fini par installer un différend entre les époux. Mais comment faire taire une telle raconteuse ? Les curieux n'auraient pas supporté d'être privés de ce loisir merveilleux. Le moulin d'ici est le cœur de la tradition orale, le centre de conférence, le grenier à fictions.

Le plus éprouvant pour le minotier c'était toutes ces chaises qui se dressaient en travers de son chemin quand il avait tant à faire. Ceux qui y étaient assis étaient si attentifs au récit en cours qu'ils ne se bougeaient guère pour laisser passer les sacs de grain ou bien de farine. Le pauvre homme, excédé, finit par faire son baluchon et quitter ce moulin qui ne cessait de bruire d'histoires à dormir debout.

La femme ne s'aperçut pas dans l'instant que son homme avait quitté la maison. Toute à son récit, elle tenait en haleine un parterre d'auditeurs qui n'avaient, pas plus que la dame, remarqué le départ du meunier. Il faut avouer qu'il avait laissé la grande roue et les ailes tourner : les meules continuaient d'œuvrer sans n'avoir plus rien à broyer.

Quel mystère se déroula alors ? On ne le saura jamais. La femme racontait, les pierres tournaient et gravaient au plus profond de la matière minérale, le discours de la raconteuse. La femme parlait, parlait, intarissable et féconde : sa faconde émerveillait ses visiteurs tout en se gravant dans les sillons de la meule.

090055-accord-perdu.jpg

À la fin de la longue veillée, le soleil revint dans les cieux au loin du côté du levant. Les yeux lourds de fatigue, chacun se leva, pensant qu'il était temps de rentrer chez soi pour vaquer aux travaux du jour. C'est alors que se produisit le phénomène qui marqua à jamais cette bâtisse. La femme du meunier se tut et pourtant on l'entendit reprendre le fil de son discours au moment précis où le meunier était parti .

Les spectateurs se rassirent, la conteuse, pour la première fois, s'écouta, surprise et admirative. Le jour tout entier, chacun des témoins de ce prodige resta en place à écouter, une nouvelle fois, le récit qui les avaient captivés lors de la soirée précédente. Le moulin tournait et c'est de ses entrailles que venait la voix reconstituée de la femme du meunier. La pierre parlait et chacun écoutait ce prodige.

De ce jour, on débaptisa « Trompe souris » ! Ce fut désormais « Le moulin à paroles ». Plus personne n'y porta du grain à moudre. Chaque fois qu'on remettait en marche les ailes et la roue à eau, la voix de la conteuse reprenait le merveilleux récit gravé dans la pierre.Dans ce mystère la dame avait perçu un message. Elle s'en alla obtenir le pardon de son meunier de mari. Elle qui parlait souvent à tort et à travers, lui promit de cesser son bavardage quand son mari serait à l'ouvrage. Elle n'abandonna pourtant pas son art, le réservant pour les veillées et les soirées.

7770_big.jpg

L'homme et la femme s'installèrent dans un nouveau moulin. Quant au moulin à paroles, il continua de murmurer le récit tant qu'il y subsista dans ce pays des hommes, des femmes et des enfants qui croyaient aux contes de fées.Il fut condamné définitivement au silence quand une étrange lucarne prit sa place et les gens d'ici laissèrent les ronces et les herbes folles l'envahir peu à peu.

La roue cessa de tourner, les ailes se disloquèrent. Les meules demeurèrent cependant. Vous, qui avez conservé votre âme d'enfant, s'il vous venait l'envie et le courage de remettre ce moulin en état de marche, vous auriez alors le privilège d'entendre à nouveau la voix de la conteuse .

Enregistrement leur.

111921-machine-a-ecrire.jpg

Illustration avec la participation involontaire et au combien précieuse de Jérôme Guilbot

Merci à lui

Visitez son site

http://www.jeromeguilbot.com/index.html

EnteteMenu.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • juluch juluch 23 juillet 2015 14:54

    Une jolie histoire qui me laisse sans voix 

     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires