• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Le sang de la terre - 1 -

Le sang de la terre - 1 -

En direct de Sancerre

Vigneron mon ami !

_IGP8488.JPG

En deux circonstances, j'ai une fois encore éprouvé l'amour des vignerons pour leur merveilleuse profession. Ce que je vais vous raconter ici, vous pouvez le vivre dans bien des régions de France. Il y a là une profession, bien mal considérée par beaucoup mais qui œuvre avec ferveur pour améliorer sans cesse son produit, parfaire ses techniques et chercher toujours de nouvelles nuances au sang de la terre !

_IGP8491.JPG

Moquons- nous des conseils de modération et des recommandations d'une loi Évin qui semble préférer les multinationales de l'alcool aux honnêtes artisans de nos vignobles. Nous savons que bien souvent les élus de la République sont au service de puissances financières et se moquent éperdument des gens d'ici. Sachons ouvrir les yeux et les papilles pour préférer l'authentique au factice, le petit vin de pays à l'affreux mélange vendu en supermarché, fût-il aromatisé au pamplemousse et promu par une publicité aussi mensongère que de mauvais goût !

_IGP8492.JPG

Je m'égare, les derniers relents d'une visite de cave merveilleuse sans doute. Que Bacchus me pardonne et que la maréchaussée m'oublie un peu ! Tout commença donc le dimanche, jour de marché des producteurs dans les caves de la Mignonne. J'avais jadis connu ce haut lieu de dépravation. C'était un temps où l'alcool coulait à flot et où les constats s'accumulaient lors des virées sancerroises. Je le retrouvai totalement assagi et bien plus petit que dans mes souvenirs embrumés.

_IGP8493.JPG

Des producteurs faisaient le pied de grue. Le client se fait rare en ces temps difficiles. La crise sans doute, la baisse évidente d'un pouvoir d'achat qu'on continue à nous prétendre maintenu sont désormais des adversaires déclarés du petit commerce. Parmi ceux-ci, marchands de fromages ou bien de viande, de confitures ou bien de miel, de friandises ou d'autres gourmandises incertaines, un producteur de vin attira mon attention.

_IGP8494.JPG

Il arborait fièrement l'étiquette Bio et proposait à la fois du vin de sancerre et des crottins de Chavignol. Un tel éclectisme ne pouvait que toucher mon penchant naturel. Je me laissai donc aborder et entrai vite dans une conversation de bon aloi avec les exposants. Je les interrogeai naturellement sur ce choix du Bio et telle ne fut pas ma surprise que d'apprendre que la famille Dauny explorait ce label depuis bientôt 50 ans.

_IGP8495.JPG

Tout commença avec le pionnier, Lucien le grand père. Il avait connu de graves problèmes de santé dont son fils taira pudiquement la nature. Il se résolut à changer radicalement ses méthodes de production de la vigne. C'était un temps où bien peu de gens se souciaient de manger ou de produire de manière saine. Il lui fallut tout inventer !

_IGP8499.JPG

Il contacta les ingénieurs agronomes Lemaire et Boucher qui avaient établi les bases d'une agriculture biologique. Il fallut pourtant à Lucien tout inventer ou presque en matière vinicole. Les premières années furent difficiles, le vin n'était pas forcément à la hauteur et les rendements pas fameux. Ce n'est qu'au bout de cinq longues années que ses efforts furent récompensés.

_IGP8502.JPG

Pendant ce temps, à l'entour, Lucien était montré du doigt, ostracisé et moqué. Il fut longtemps le seul à produire ainsi dans le Cher. Quant son fils Christian prit sa suite en 1975, il ne se posa aucune question. Il continuerait la voie ouverte par son père et que d'autres désormais commençaient à suivre. Puisque ça fonctionnait, il n'y avait aucune raison de changer. Le vin était bon et les clients heureux !

_IGP8503.JPG

Désormais ses deux fils sont venus rejoindre l'exploitation familiale. Benoit en 1999 et Thibault en 2007. Chacun ayant effectué des études d'œnologie, l'un à Fondettes, l'autre à Angoulême. Depuis 2001, l'exploitation est même passée aux vendanges mécaniques, plus faciles pour le père et moins difficiles à gérer du point de vue humain. « Lorsque que le raisin a des maturités différentes, la machine est capable de faire le tri et de repasser une seconde fois », affirme Benoit que je veux bien croire …

_IGP8509.JPG

Aujourd'hui, sur la région de Sancerre, sept ou huit autres exploitations ont suivi l'exemple du grand père. Le Bio fait son trou, la production raisonnée et respectueuse a désormais sa place. Les vins blancs de la famille Dauny ont du caractère. Qu'ils poussent sur un terrain calcaire ou bien sur des terres argilo-calcaires, le blanc est charpenté, fruité et sec comme on les aime ici. De belles nuances les distinguent pour proposer une gamme qui devrait satisfaire toutes les exigences.

_IGP8510.JPG

Nous suivrons une autre expérience demain pour ne pas abuser des bonnes choses d'un seul coup. À suivre donc, sans oublier de laisser ce billet entamé au frais. À votre santé et à demain …

Mignonnement vôtre.

_IGP8511.JPG

JPEG - 870.7 ko

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 21 août 2013 10:37

    mon préféré pour accompagner le poisson !  smiley


    • ZEN ZEN 21 août 2013 11:17

      Ce n’est pas le vin qui tue...


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 août 2013 18:00

      Le Chat mange du poisson, ça semble logique ! 


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 août 2013 18:01

      ZEN


      Il rend meilleur

    • brieli67 22 août 2013 02:17

       !! TROP DE PESTIDIDES !!

      à lire

      nb depuis 1984 -sans trop de chichis
      les tumeurs du cerveau du viticulteur sont Maladie Professionnelle


    • brieli67 22 août 2013 03:16

      Le Chat mange du poisson, ça semble logique !

      très logique pour le sauvignon Sancerre

      sa version « grassy » due aux methoxypyrazines
      et pas de fermentation malo-lactique

      on de la pomme de l’asperge du foin coupé et
      groseilles à maquereau : si élaboré en tanks inox notes agrumes
      en chêne et « oxydé » : melon « graisse » et fumé de pierre à fusil.

      La différence entre Sancerre et Pouilly Fumé : le silex ? encore une légende urbaine.

      exigez le clone du cépage et le matériel greffé

      planté en Alsace avant le phylloxera  : Muskat-Sylvaner ( sylvaner musqué)
      d’obtention plus récente le Bouquet vers 1900 par un alsacien :
      très sensible au botrytis ( Sauternes, Frontignac ...)
      ..............en Roumanie avec Muscat Ottonel, du Grasa à l’étude.


    • C'est Nabum C’est Nabum 22 août 2013 08:34

      brieli67


      La folie du rendement ! 
      L’absence de raison ...

      Toujours les mêmes folies ! Partout ! 

    • Fergus Fergus 21 août 2013 16:13

      Bonjour, Morvandiau.

      Lorsque j’étais bidasse au 27e RI de Dijon (en 67-68), il nous est arrivé un jour de crapahuter en bordure des vignobles d’appellation prestigieuse, du côté de Chambolle-Musigny et Vosne-Romanée. Par malchance pour les vignerons, le raisin était mûr, prêt à être vendangé. Hélas pour ces braves gens, les soudards que nous étions se sont jetés sur les grappes en bordure de chemin tels des étourneaux affamés ou une grêle assassine. A la suite de ce crapahut, il y a eu une discussion orageuse entre le colonel de l’époque, pourtant ami des Dufouleur de Nuits-Saint-Georges, et les viticulteurs pénalisés par les actes barbares d’une escouade de biffins aux appétits grossiers. Je ne sais pas s’il y a eu indemnisation, mais une chose est sûre : nous ne sommes jamais plus repassé en bordure des vignobles !

       


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 août 2013 18:01

      Morvandiau


      Je vous inviterai à Macon ! 

    • brieli67 22 août 2013 03:36

      et pas un mot sur les clones et les mutants !
      37 sur près de 400 autorisés.
      il y a de très grosses différences !

      en Suisse le Gamaret et surtout le Garanoir
      sinon les teinturiers
      présents et « cachés » chez tout éleveur de vins

      et merci à la macération carbonique


    • C'est Nabum C’est Nabum 22 août 2013 08:35

      Morvandiau


      La prochaine fois,on ne se manque pas !

    • brieli67 22 août 2013 09:05

      mais il en faut du NOAH ou de son métis BACO Blanc

      pour distiller de l’ Armagnac AOC
      tsais l’impression fraise-framboisede cette ô

      vins prohibés
      il fragolino
      Uhudler

      à la Réunion et ......................dans les Cévennes


    • Fergus Fergus 21 août 2013 13:13

      Bonjour, c’est Nabum.

      Personnellement, le sancerre figure au panthéon de mes blancs préférés (hors les crus d’Alsace dont je suis un grand amateur) avec le pouilly fumé. Normal, eu égard à ma préférence pour le sauvignon relativement au chardonnay. Encore que ce dernier, associé à un savagnin dans le Jura, soit un pur régal pour mes papilles gustatives. Mais c’est une autre histoire de vin. Cela dit, l’on peut boire des chardonnays de très belle tenue, tel ces chablis sélectionnés, dégustés chez un ami, du côté d’Avallon, en compagnie de Guy Roux. Je n’en préfère pas moins le sancerre.

      Un mot sur les vignes : dommage qu’à l’instar de nombreux vignobles du côté d’Irouléguy et de quelques rares en Champagne, l’on ne plante pas au départ de chaque rangée un beau rosier. Cela peut être absolument superbe.

      Un mot encore sur les vendanges. J’ai connu cela en... Auvergne. J’avais des parents agriculteurs dans le Puy-de-Dôme (au cœur du Lembron) qui possédaient des petites vignes. Le moment venu, nous partions vendanger, mon rôle étant en général de porter la hotte pour recueillir le raisin et le verser dans des grandes « bacholles » en chêne. Il ne se ramassait guère plus des 3/4 de la récolte, le reste étant dégusté sur place. Avec, à la clé, quelques souvenirs de chiasses mémorables. J’adorais ces vendanges, bien loin de l’activité professionnelle des grandes régions de vin.

      Boire un bon « bourru » était ensuite un moment de plaisir que j’ai retrouvé jusque dans la famille de mon épouse, du côté du Sauternais où des cousins à elle possédait également quelques pieds de vigne.

      Pour en revenir à l’Auvergne, le vin rouge qui sortait des cuves titrait au maximum 9° et se buvait frais comme un rosé. une sorte de piquette, mais une piquette d’autant plus agréable à boire que nous l’avions élaboré nous-mêmes !

       


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 août 2013 18:02

        Fergus


        Sancerre, Côteau du giennois, Pouilly Que du bonheur ! 

      • brieli67 22 août 2013 08:33

        et pourtant c’est aux roses que le Sancerre s’expose sur Wiki

        un peu folklo ( why not) les pourritures ( mildiou, blackrot, oidium) ont déjà sévi quand les rosacées témoignent leur« affection »

        Le chardonnay ... c’est bien surfait.
        On nous a imposé en Alsace le cépage Auxerrois en 1950, très présent dans le vignoble mais jamais sur étiquette ! C’est l’améliorateur !
        Le Chardonnay -en ses futailles bourguignonnes — bénéficie « en cachette » d’un schouss d’un chouia de vin jaune ( savagnin) voilé pour la note beurrée, d’amandes....

        Un scandale avec le Vin Jaune Jurassik : pendant quelques années les zélés adjonctaient du sotolon— des feuilles et des semences de Maggi lors de l’élevage.

        perso en blanc :
        suis Sylvaner et Grüner Veltliner

        nb un super silex en vin de table


      • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 août 2013 15:10

        Et de deux : encore un reportage dans le JT d’hier, mais d’après-midi celui-là : les Chinois vont finir par envahir tout le vignoble français, ils veulent s’approprier la dénomination « Roussillon » et « Banyuls » en fabriquant leur bibine au pays.

        Buvez buvez tout votre saoul car bientôt vous boirez du vin made in china.
        Ils sont dans le sud de la France, il n’est pas dit qu’ils iront dans la région Centre. Un peu de répit ! 

        • Fergus Fergus 21 août 2013 16:02

          Bonjour, Prudence.

          Les Chinois sont présents, certes, mais ils se gardent bien de remettre en cause le travail des maîtres de chai français pour ceux qui achètent les « châteaux ».

          Ceux qui lorgnent sur les appellations sont potentiellement plus dangereux pour les productions françaises à l’export. Raison de plus pour que les viticulteurs français démontrent que les vins de nos terroirs menacés sont meilleurs que les productions exotiques. Et là, il risque d’y avoir un véritable challenge, eu égard aux énormes progrès réalisés notamment sur le continent Américain. Même en Chine, certains domaines viticoles, souvent managés par des techniciens français, ont atteint un haut niveau de qualité.


        • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 août 2013 16:11

          Bonjour Fergus,

          Ce sont bien les termes de « Roussillon » et « banyuls » que les Chinois veulent s’approprier et non pas le savoir-faire des viticulteurs ce qui est autrement plus dommageable. Les producteurs de banyuls n’auront peut-être plus le droit d’appeler leur vin ainsi alors qu’eux produisent ce vin en France. Ils sont bien décidés à se battre et craignent pour leur produit. 
          C’est un peu comme l’huile d’olive.

        • Fergus Fergus 21 août 2013 16:17

          @ Prudence.

          Il y a là en effet un réel danger pour les viticulteurs de cette région. J’espère sincèrement qu’ils pourront faire valoir leurs droits pour être protégés. Il en va non seulement de la survie de leur activité, mais aussi de l’art de vie du Roussillon.

          Bonne journée.


        • C'est Nabum C’est Nabum 21 août 2013 18:03

          Prudence


          Nous résisterons ! 

        • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 août 2013 18:10

          en leur jetant vos sabots à la tête ? 


        • C'est Nabum C’est Nabum 22 août 2013 08:35

          Prudence


          Je préfère m’en passer !
          Je ne bois pas à la baguette ...

        • brieli67 22 août 2013 11:02

          on s’en souvient déjà plus !

          c’est pénible.


        • Prudence Gayant Prudence Gayant 22 août 2013 15:40

          Tout de même pas au goulot si ce n’est pas à la baguette.



        • Bernie Bernie 21 août 2013 23:32

          Non, en vidant les stocks ! Farpaitement ! smiley


          • C'est Nabum C’est Nabum 22 août 2013 08:36

            Bernie


            Je m’en charge activement au péril de ma santé !

          • TSS 21 août 2013 23:55

            je suis arrivé 2 fois dans les caves de la mignonne à la suite d’une marche nocturne

            « Bourges-Sancerre »(60kms) en Fevrier.

            Toute la nuit un orchestre nous précédait et à chaque ravitaillement,environ tous les 10 kms,

            il y avait pour les gens sérieux(chocolat,pommes,café,viennoiseries) et pour les

            autres(comme moi) ,rillettes ,cochonnailles ,sancerre ! grands souvenirs... !!

             


            • C'est Nabum C’est Nabum 22 août 2013 08:37

              TSS


              Grand moment

              Bravo le sportif ! 

            • brieli67 22 août 2013 09:33

              il y a un peu plus d’un siècle

              BOISSON HYGIENIQUE

              vers 1838 Le parpaillot Guizot de l’ Enrichissez vous !! a déposé

              dans toutes les mairies de France et de Navarre

              plusieurs recettes pour faire sa boisson hygiénique familiale (piquette )

              fermenter du marc de presse avec de l’eau sucrée à la betterave !

              sollicitez le personnel de votre lieu de résidence.


              • brieli67 22 août 2013 10:20

                De plus en plus haut Fergus

                font du « torchable » en Auvergne à Thermorel.


                • C'est Nabum C’est Nabum 22 août 2013 14:27

                  brieli67


                  Ce n’était pas formidable !

                • Prudence Gayant Prudence Gayant 22 août 2013 15:37

                  Question à l’auteur,

                  Vous vous déplacez comment pendant votre périple vineux et assoiffé ?
                  L’arrivée doit être joyeuse le retour doit être gai ?

                  • C'est Nabum C’est Nabum 22 août 2013 22:17

                    Prudence


                    Nous sommes raisonnables et avons pilotes qui le sont plus encore ! 

                  • Prudence Gayant Prudence Gayant 24 août 2013 21:41

                    « Le sang de la terre » parce que « le sang de la vigne » est déjà pris ? avec cet excellent Pierre Arditi


                    • C'est Nabum C’est Nabum 25 août 2013 08:34

                      Prudence


                      C’est une référence qui s’impose à moi ! 

                    • brieli67 25 août 2013 10:46

                      un avenir vineux ?

                      C’est du tuffeau qu’il faut !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès