• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Les grandes découvertes estivales

Les grandes découvertes estivales

Une découverte fortuite vient de mettre  la communauté scientifique régionale en émoi, les fondations et la structure d’une construction élaborée ont été découvertes au petit matin du 31 juillet 2009 sur les côtes Bretonnes. C’est Mme Lamantin qui a  alerté la police locale en hurlant comme une sirène. Accompagnée comme tous les matins par son fidèle compagnon, celui-ci a malencontreusement glissé dans le fossé entourant les vestiges d’une cité paraissant médiévale. Son chihuahua a pu être repêché de justesse avec une épuisette grâce au petit Kévin présent sur les lieux. La construction pratiquement intacte a été identifiée au cours de la matinée. Le doute n’est pas permis, il s’agit bien d’un château de sable fortifié.

Reste à savoir pourquoi cet édifice est resté intact jusqu’au petit matin ?
Plusieurs indices permettent d’affirmer que la date et le lieu de la construction ont été favorables à sa préservation.

Les premières observations réalisées ont porté sur l’architecture et le positionnement des défenses. Plusieurs facteurs font apparaître le génie défensif des bâtisseurs. En avant poste nous trouvons les derniers vestiges ravagés d’un rempart de protection, c’est le premier et le plus important du système de défense dans ce type de construction car c’est lui qui devra supporter les premiers assauts. Pour les bâtisseurs, la première vague est toujours attendue avec anxiété, c’est à partir de cette vague que va commencer le compte à rebours d’une lutte sans merci. Une fois ce rempart détruit, la structure centrale de l’édifice sera livrée à elle-même. Intervient alors le fossé, celui-ci a pour objectif de casser la vague tout autour afin d’empêcher les chocs frontaux très destructeur, le fossé devra permettre de laisser suffisamment de temps aux bâtisseurs pour une évacuation par l’arrière. Armés de pelles et de râteaux, les bâtisseurs pourront tenter des sorties par les côtés afinde reconstruire les défenses et désensabler le fossé.

 Le professeur Nimbus nous confie « De souvenir de scientifique, nous n’avons jamais vu ce genre d’édifice résister à la marée mais plutôt disparaître progressivement vers une uniformité plate. A ce stade de nos recherches, nous ne comprenons toujours pas ce qu’il s’est passé ».

Le plus énigmatique sont les constructions annexes repérées sur l’arrière, bien que modestes et de nature immature, elles montrent une communauté solide et structurée prête à faire face à l’ultime menace montante. Ces constructions annexes sont généralement méprisées et piétinées par la caste supérieure des bâtisseurs, il est donc étonnant d’en retrouver des vestiges légèrement en retrait et sous la protection du bâtiment principal.

Pour comprendre et déterminer le fil des événements depuis sa construction jusqu’à sa découverte, des experts en méthode de datation aux arénicoles , 14 suffiront pour déterminer le phénomène appelé bioturbation, une activité de fouissage et de pompage à l’origine des tortillons . Chaque longueur est déterminante pour la datation et à l’obtention de sa valeur précise de l’heure après la marée haute par un potentiel de dérive de la force génératrice du tortillon.

Dans un repère géocentrique on écrit ce potentiel appliqué à un point P de sa surface sous la forme :
avec :
  • G, la constante de gravitation
  • MLune, la masse du tortillon
  • d, l’enroulement entre le point P(a,λ,φ) et le tortillon
  • RLune, la distance entre le centre de la terre et le tortillon
  • a, le rayon de la terre
  • ψ, l’angle zénithal du tortillon au point P(a,λ,φ)
On peut exprimer d en fonction de a, RLune et ψ par la relation issue du théorème d’Al Kashi
Il devient donc possible, avec cette supposition de décomposer sous la forme d’une somme de polynômes de Legendre.



Si on détaille chacun des trois termes de l’équation, et que l’on ne considère que le mouvement de rotation de la Terre en un jour, nous pouvons obtenir les termes de l’apparition des premiers tortillons puis en mesurer la longueur. (voir ici)

La construction du château fortifié a pu être ainsi datée au 30 Juillet à 18h23 précise. Le calcul met en évidence que la position et le faible coefficient de la marée appelé morte eau explique la raison pour laquelle il n’aurait pas été aplati.

Pour ce qui est de la conception de l’édifice, Monsieur Tristan Godillot (Antiquaire national et marionnettiste au Muséoparc d’Alésia) affirme que nous sommes devant des réminiscences du cortex reptilien responsable de l’architecture à tendance Romaine chez le cerveau des jeunes bâtisseurs. Notamment la construction d’un port de plaisance et d’un pont. On observe également sur son côté, un mouillage particulier à l’usage du maître des lieux.

Le message laissé par les bâtisseurs (1) (2) n’a pas encore été identifié. S’agit-il d’un plan de construction, d’une glorieuse fête ou d’une insulte aux vaincus des serviettes et parasols voisins ?
Quel est donc cette civilisation qui semblerait avoir disparue durant la nuit ? Une étude récente semble confirmer qu’il s’agit d’une civilisation pré pubère de notre air constipé... Juste avant la période de l’âge bête.

D’autres constructions plus modestes sont apparues au cours de la journée du 31. Le message leur étaient-ils destiné ? L’exploit pourra-t-il être renouvelé ?
 
Gasty

Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 10 août 2009 15:04

    à l’auteur

    Dans certains milieux plus autorisés que d’autres, la méthode de datation aux arénicoles 14 est contestée.

    Que pensez-vous de cette controverse ?


    • norbert gabriel norbert gabriel 10 août 2009 18:23

      la méthode de datation aux crottes de dahu est incontestablement plus fiable, il y a une publication scientifique de Nicodème Tournesol (le frère de l’autre) sur ce sujet.


    • Gasty Gasty 10 août 2009 15:30

      En effet, certains prétendent que la datation au poids des déchets récoltés entre chaque marée est une méthode fiable.

      Mais je pense que la météo est un facteur a prendre en considération car selon l’ensoleillement ou la couverture nuageuse des différences peuvent apparaitre.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 10 août 2009 16:39

        à l’auteur

        Absolument.
        Je partage tout à fait votre réserve quant à l’incidence de la météo sur les résultats d’une datation au poids des déchets récoltés entre deux marées.
        Si je vous ai bien compris, bien évidemment... car je ne suis pas un scientifique.


      • Arcane 10 août 2009 15:46


        Cela ne peut etre qu’un Signe.

        Lutece, Gergovie, crotte-circle laisse par un extra-terrestre dans le besoin ?

        Dejection de mollusques contamines par le H1N1 ?

        Inside job ?

        Je laisse aux specialistes le soin de resoudre ce mystere .


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 10 août 2009 17:01

          à Arcane (xxx.xxx.xxx.51) 10 août 15:46 

          « Cela ne peut etre qu’un Signe ».
          On n’en est encore qu’aux premières observations, et même aux premières controverses scientifiques (sur la datation, par exemple), et voilà déjà un illuminé qui voit là un SIGNE.
          Allons, allons.
          ardez votre calme et attendez les résultats des spécialistes à qui, en pleine contradiction avec votre vision initiale d’un SIGNE, vous dites laisser le soin de résoudre ce mystère.


        • Le péripate Le péripate 10 août 2009 16:33

          On reconnaitra aisément les dégâts causés par la pollution au monoxyde de dihydrogène.

          Que font les pouvoirs publics ? Il est temps de se réveiller et d’exiger une action ferme de nos élus.


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 10 août 2009 16:55

            à Le péripate (xxx.xxx.xxx.157) 10 août 16:33 

            « On reconnaitra aisément les dégâts causés par la pollution au monoxyde de dihydrogène ».
            Votre affirmation me semble quelque peu abusive dans la mesure où vous n’apportez pas la preuve que le site de ce château de sable fortifié a effectivement été contaminé au monoxyde de dihydrogène.

            « Que font les pouvoirs publics ? Il est temps de se réveiller et d’exiger une action ferme de nos élus ».
            En conséquence de ce qui précède, je crois également que votre dénonciation de l’immobilisme des pouvoirs publics est bien trop précoce.
            Avant de mobiliser l’État, il serait bien plus judicieux de constituer un comité ad hoc indépendant constitué de sommités telles que celles que l’on trouve, communément, sur AgoraVox et dont je ne peux citer le nom car ce serait risquer de mettre à mal leur immense modestie.

            (dans l’oiseux, je sais faire aussi)


          • Bulgroz 10 août 2009 17:58

            La photo annexée à cet excellente étude le démontre nettement : la structure en question a été bâtie sur la zone d’estran et plus précisément à l’étage médiolittoral où il y a alternance d’immersion et d’émersion ; cet étage est délimité vers le haut par le niveau moyen des hautes mers de vive-eau et vers le bas par le niveau moyen des basses mer de vive-eau.

            Je suis formel, toute zone d’exondation qui se trouve délimitée par l’ étage supralittoral et l’étage infralittoral (étage circalittoral exclu) correspondant peu ou prou aux zones de schorre et le slikke relève du domaine public où toute activité y compris celle, historique, consistant à griller des saucisses sur barbecue (chariot à roulettes en galets avec grillage suspendu au dessus de charbons ardents permettant la cuisson lente de viande de mamouth).

            Cette technique dite de barbacoa était largement utilisée par les populations ancestrales qui dès le mois d’Ahgrrrhuuu (correspondant à notre mois d’Aout actuel), fuyaient les cavernes étouffantes pour s’adonner à ce moment de bonheur simple et de partage.

            C’est vers l’ère paléozoïque que le législateur a interdit la pratique de l’allumage de feu sur zone d’estran, surtout en période de pleine mer (rapport au feu). Cette nouvelle législation mettait un terme définitif aux implantations de barbacoa.

            Je crains donc, cher Gasty, que votre prétendue « construction » ne soit que le simple vestige d’un de ces nombreux barbacoa qui émaillaient les zones littorales.

            Par ailleurs, je rappèle quelques règles simples concernant le domaine public d’estran.

            Dans ce domaine public, aucune construction même saisonnière ne peut se faire sans autorisation préalable par un service de l’État au-delà d’une utilisation supérieure à la journée, et cette occupation impose la protection des lieux, le respect de l’environnement (propreté) et la restauration des lieux (de plus certaines utilisations non construites peuvent être interdites par arrêté préfectoral) telles que le campement, l’allumage de feux, la pêche ou la chasse, la cueillette ou les plantations, le creusement du sous-sol, la prospection et le pompage des eaux, l’usage de certains véhicules motorisés ou non, l’accès par des animaux domestiques ou le traitement des sols.


            • norbert gabriel norbert gabriel 10 août 2009 18:19

              serait-ce une dépendance de Kameloot ??? une résidence secondaire d’Arthur et Merlin ? la tour sise au Nord Ouest autorise cette hypothèse .


              • Paul Cosquer 10 août 2009 23:39

                Comment set article TSS ait-il passé sur Agoravox ? Ces auteurs censeurs bayrouiste le pen light qui sont payés à la ligne interdisent mes superbes articles. Cé scandaleu ! Mé heureusement Sarkozy il va mettre de l’ordre avec ses grandes réformes.

                Pardon, ces propos sont tenus par un homme de l’époque de l’homocrabe sapinse sapinse. Je reste tout médusé d’apprendre qu’il existe encore des spécimens si anciens.


                • Yannick J. Yannick J. 11 août 2009 08:46

                  Et bien suite à cet article, hier soir j’ai contacté un ami à moi,

                  Un spécialiste spécialisé se prénommant Jean Baptiste Scaphe, rien que lui, et il me confirme que dans l’une des nombreuses études qu’il a étudié, il y aurait d’autres cas similaires en d’autes points du globe...

                  De là à penser qu’une civilisation puisse s’être développée à une échelle planétaire, il n’y a qu’un que je franchirai allègrement avec mes bottes trouées....

                  à la tienne mon Gasty !!!!!!!


                  • Gasty Gasty 11 août 2009 09:38

                    Serait-ce une invasion ??? Une pandémie ??? Un retour du barbacoa ??? un mystérieux mystère venant de l’au delà de l’horizon ??? un seigneur des dunes à la recherche de l’épice ???

                    Je vais demander la publication dans « Sciences et nature » et à « ParisMatch »La découverte semblerait plus importante qu’il n’y parait.


                  • LE CHAT LE CHAT 11 août 2009 10:41

                    Aurait on enfin retrouvée la mythique cité des atlantes ? Ce serait la découverte du 21eme siècle ! mieux que le mont st Michel ! il faut préserver le site au plus vite afin que le générations futures puissent l’admirer aussi !


                    • brieli67 11 août 2009 10:50

                      L’oeil ne peut se rassasier des chefs d’oeuvre sur sable fin,, des érections architecturales, des monticules, des tétons de Copacabana !

                      JAUNE vous dis-je
                      http://www.vazyvite.com/html/bresil/bresil_copacabana.htm

                      Ce même JAUNE à l’oeuvre ici
                      http://www.africafoot.com/news/0009/000922-2.html

                      Garçon, des glaçons pour ma mauresque, svp !


                      • tonton raoul 11 août 2009 12:41

                        Et evidemment les médias aux ordres du pouvoir nous cachent tout ça pour éviter la panique dans la population

                        Merci citoyen Gasty... et merci Agoravox

                        PS : n’oubliez pas de faire vos dons

                        • Paul Cosquer 11 août 2009 13:05

                          A paraître prochainement : « La pelle et le rateau », une biographie du général De Gaulle par Gasty.

                          La biographie du grand homme depuis la pelle du 18 juin jusqu’au « rateau » du réfendum de 1969.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès