• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Un gros marché des Dombes

Un gros marché des Dombes

Le Bonimenteur fait ses courses ...

Le joli capharnaüm que voilà !

P1030602.JPG

Chatillon sur Chalaronnes, son musée du train miniature, sa halle magnifique et son marché chamarré. C'est avec la curiosité de celui qui aime à traîner ses guêtres là où se trouvent les vrais gens, que j'ai donc décidé d'arpenter les allées de ce bel espace forain. J'avoue mon peu de goût pour les marchés interlopes, ceux qui mélangent l'alimentaire et le bazar de pacotille. Pourtant, ils ont le charme désuet d'une France bigarrée, de celle que l'on ne rencontre plus vraiment dans nos centres villes aseptisés et embourgeoisés.

P1030603.JPG

La surprise est de taille quand je découvre pour commencer trois artistes faisant la manche. Ils ont bien choisi leur coin, c'est le passage obligé pour aller du parking aux festivités marchandes. Ils y ajoutent une petite note musicale qui n'est nullement déplaisante. C'est l'âme en joie que je vais pouvoir affronter la foire à l'improbable.

P1030604.JPG

N'y voyez pas une marque de mépris mais l'interrogation profonde est sans cesse renouvelée : « Mais qui peut acheter ça ? ». Je commence par un stand de vêtements avec, en tête de gondole, la fameuse blouse en tergal aux couleurs si saillantes. Je pensais que la clientèle avait disparu avec le décès de mes dernières tantes mais que nenni. Depuis les Vampes ont dû créer de nouvelles vocations et partout sur nos marchés, nous pouvons encore admirer ces merveilles …

P1030605.JPG

Puis ce sont les stands spécifiques. Des marchands suicidaires font le choix d'un produit unique, une merveille qui doit leur assurer succès et clientèle. Ici, c'était la cocotte en terre cuite qu'il faut mouiller avant de la glisser au four. Elle assure ainsi une merveilleuse cuisson à la vapeur foi de vendeuse aussi convaincue qu'insistante. Plus loin, c'est le roi de l'épluche légumes qui se fend de quelques carottes et de belles rondelles de concombres. Là encore, la marge doit être bien maigre et le bénéfice aussi mince que les épluchures !

P1030606.JPG

Les devantures bigarrées proposent ce qu'il y a de plus toc, de plus laid, de plus fragile à la seule condition que les couleurs soient éclatantes. C'est une curiosité de ces marchés au tout venant que de proposer de tels articles de solderies. Le chaland passe sans un regard, seuls quelques enfants tirent parfois la manche de parents peu désireux de s'y arrêter. Ce n'est pas un commerce qui doit nourrir son marchand !

P1030607.JPG

Le tout venant fait place au bizarre. L'inévitable marchand de matelas et de sommiers s'étale sur la place. C'est qu'il prend de la place le bougre. Je me suis toujours interrogé : « Mais à qui viendrait la folie d'acheter un lit sur un marché ? » jusqu'à ce qu'un ami me raconte avoir franchi ce pas. C'était donc lui le responsable qui fait croire à des vendeurs naïfs que d'autres auront la même fantaisie !

P1030608.JPG

Puis c'est la niche commerciale par exemple, le commerce véritable spécifique. Sur ce marché, il y a un vendeur en gros de produits alimentaires pour chiens et chats. Un vaste choix en paquet de 10 kilogrammes pour satisfaire les toutous qui ne semblent pas attirés tout particulièrement par ce stand. À heure de la diversification dans le monde du commerce, voilà un contre-exemple étonnant.

P1030609.JPG

Le bazar ne cesse pas. Chaque commerçant propose son produit excentrique. Certains s'en font même une spécialité et ne vendent que des objets dont je n'aurai jamais l'usage. Ils ont pourtant un courage incroyable. Deux fois par jour, ils doivent déplacer toutes ces miroiteries. C'est un travail de patience. Je me demande si le bénéfice en vaut les efforts consentis. C'est l'une des noblesses de la vente foraine de ne pas compter ses pas.

P1030610.JPG

J'en arrive enfin au cœur du marché. C'est là que la foule converge. Les autres activités étaient périphériques, rejetées loin du sein des saints. C'est une magnifique halle de bois du XV° siècle qui accueille les métiers de bouche. Là, pour avancer dans les allées, il faut jouer des coudes et pour acheter, il faut accepter de faire la queue. Si le Français se prive en cette période de crise qui n'en finira jamais, il n'a pas encore décidé de se priver de manger.

P1030611.JPG

Nous sommes plus serrés que des volailles dans un élevage en batterie. C'est assez curieux car ici, c'est la Bresse et la dite volaille a davantage ses aises que son client potentiel. N'ergotons pas sur ce détail qui ne semble pas venir à l'esprit de ces acheteurs compulsifs, gourmets sans doute et que certains vendeurs vont certainement leurrer. Ce n'est pas simple de démêler le vrai du faux, l'authentique producteur du revendeur habile, du produit artisanal à sa redoutable imitation indigeste. Seuls les gens du cru savent à qui il est bon de faire confiance.

P1030612.JPG

JPEG - 166.5 ko

Les odeurs et les couleurs se mélangent. Il est bien difficile de se fier à son nez pour effectuer le bon choix d'autant que ma voisine, qui cherche naturellement à gagner quelques places, dégage des parfums qui n'ont rien d'appétissant. Plus loin, les volailles vivantes apportent elles aussi leur lot de désagréments olfactifs. Ils ne sont pas les seuls, ce ne seraient pas les vacances si ne flottait pas dans l'air l'incontournable bouquet rance de la friture qui a trop vécu.

P1030613.JPG

Malgré la cohue et l'étroitesse des allées, ici comme partout ailleurs, de braves gens entament une conversation en plein milieu du passage. Le plus souvent, un causeur a son caddie en travers du chemin. Bison futé l'avait bien dit, la journée sera noire et nombreux les bouchons. Sous les halles de Chatillon, on ne les compte plus. 

P1030614.JPG

C'est grâce à un itinéraire de délestage, celui de ma bourse en l'occurrence, que je finis par quitter les lieux. Vive les marchés en plein air. Que ce billet d'une parfaite mauvaise foi ne vous empêche nullement de vous y rendre. Ils sont l'âme de notre nation, il serait dommage de passer à côté.

P1030616.JPG

Forainement vôtre.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • oncle archibald 6 août 2013 09:49

    Il y a bien sûr beaucoup de revendeurs sur ces marchés, mais on y trouve aussi, et c’est mon grand plaisir, une petite mémé cassée en deux qui sur une planche de 2m2 posée sur des tréteaux vous propose au prix de l’or en barre quelques champignons de sa cueillette, magnifiques, présentés sur des feuilles de fougère étalées au fond des paniers, ou bien encore un vieux marocain qui est venu vendre quatre lapins vivants et qui, pour vanter sa marchandise, vous propose de tâter les râbles en les tenant par les oreilles à portée de votre main ... Bref tant de choses que l’on ne peut voir que là ... que l’on achète ou non ... mais réfléchissez bien, une poignée de girolles même à 35 Euros le Kg, ça fait une omelette d’anthologie pour 6 ou 7 euros .... Il serait dommage pour si peu de se priver de cette gourmandise exceptionnelle.


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 août 2013 10:53

      Mon oncle


      C’est pour ce genre de découverte merveilleuse que j’aime les marchés à la condition de m’y rendre très tôt le matin. Là, je n’étais pas maître de mon temps et je suis arrivé à l’heure de la foule. Dans ces conditions, c’est l’horreur ...

    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 août 2013 16:21

      Après la friture d’éperlans en bord de Saône pour cause de silures, mon plaisir pour les Dombes retombe d’une contremarche supplémentaire. Certes, les 40 années passées ne m’ont pas abonni non plus mais je veux tant croire au Père Noël que le coup est rude.
      Ce marché ressemble trop à celui de Saint-Pierre-la-Mer même si on fait venir ici les tomates et les melons plutôt que des volailles aux pattes bleues et que ce qu’il en coûte n’est en rien comparable. Il est terrible aussi de constater que les produits régionaux sont plus abordables et authentiques à l’hyper de la ville plutôt qu’à l’étal du vendeur au béret... Ceux qui y croient déraisonnablement s’y font prendre...
      Oncle Archibald, l’an passé, au sortir des Pyrénées, les chanterelles à 19 le kilo... Et toi l’auteur, ça t’apprendra à faire des infidélités à la Loire même si les indications sur les poissons, les cueillettes, les petits profits m’ont laissé sur ma faim.
      Merci quand même, Nabum, pour le plaisir de lecture !


      • C'est Nabum C’est Nabum 6 août 2013 19:12

        Jean-François


        Merci pour cette visite. Le texte est authentique c’est peut-être la seule chose qui fut vraie ce jour-là au marché. Pour la friture, l’éperlan a la facheuse tendance de passer pour du poisson de rivière dès que des toursites peuvent se faire pièger ! 

        La grenouille des Dombes vient de l’EST

        Tout fout le camp

      • oncle archibald 6 août 2013 20:01

        Diable ! Je n’imaginais pas que quelqu’un qui parait à priori civilisé connaisse l’existence de Saint Pierre la Mer ..... et peut être même celle du gouffre de l’oeil doux. A moins qu’il y ait d’autres Saint Pierre la Mer que celui que je connais moi-même, à quelques pas de l’embouchure de l’Aude.

        Et oui Nabum, même une modeste rivière, pardon un « fleuve côtier » comme on nous le faisait apprendre au primaire, finit par déboucher dans la mer et y apporter son eau tout comme la grande et belle Loire.

      • C'est Nabum C’est Nabum 6 août 2013 20:38

        Mon oncle


        Décidément, on en apprend tous es jours ! 

        Merci ...

        • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 août 2013 22:34

          Oncle Archibald, coquin de sort, peut-on en vouloir aux bien ou moins heureux qui sont nés quelque part ? C’est bien de la plage de Fleury qu’il s’agit, au pied de la Clape, non loin de l’étang de Pissevaches.
          Mais si la vie et le progrès présentent quelques points positifs, je retiens la possibilité d’aller voir ailleurs, de s’ouvrir aux autres, d’essayer de se sentir chaque jour moins bête que la veille.
          Vaniteusement vôtre, comme dirait un ami commun... et merci pour votre sympathie, fût-elle épistolaire...  

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès