• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Un petit Bout de Loire

Un petit Bout de Loire

La convergence du Festival de Loire

Le port de la Binette.

 Il est un petit village coincé entre le canal et sa grande boucle de Loire. Jamais ce qui s'y passe ne peut laisser indifférent. Le poids de l'histoire, ce relatif isolement au milieu de la rivière, les menaces encore présentes des crues dévastatrices en font un lieu différent. Ici, ce n'est pas la beauté du site qui vous frappe immédiatement, même si le bassin de navigation est l'un des plus beaux de la vallée. Non, c'est autre chose, un climat chaleureux, un espace préservé des hommes et de leurs querelles.

1208716_635607359805775_711331982_n.jpg

À Bou, l'histoire prétend que les bagnards avant leur lointaine relégation étaient circonscrits sur cette terre perdue. De là s'explique sans doute l'esprit rebelle des gens d'ici, leur volonté farouche de recevoir dignement celui qui leur rend visite. Il y a ici un esprit bien différent de la grande ville voisine. Recevoir est, en ce petit coin de Loire, une manière de vivre.

565034_635607413139103_1277306783_n.jpg

Il faut avouer que leur Binette est un endroit qui autorise bien des folies. À l'écart de tout, des grands espaces urbanisés, des routes et des empêcheurs de s'amuser en rond, il fleure un souffle de plaisir et de convivialité. La Loire est ici, en sa boucle, fort belle, elle s'offre un bel espace de navigation. Hélas il faut le gagner en traversant des passes caillouteuses et bien peu profondes.

557471_635607486472429_158396346_n.jpg

Mais quel bonheur quand on arrive à bon port ! Il y a de la musique et des sourires, des bateaux d'un peu plus bas et des autochtones qui n'aiment rien tant que recevoir ceux qui osent le détour par leur petit bout de terre ! Dès que l'on pose le pied sur la berge, chacun s'y sent chez lui. La chose est assez rare pour rendre ici hommage et respect à la belle équipe du « Bou de Loire ».

1235480_635607829805728_429405122_n.jpg

N'imaginez rien de compliqué ni d'extraordinaire dans leur manière de faire la fête. Point de subvention ni de vedette d'appel, pas de flonflon ni de poudre aux yeux. On fait avec les moyens du bord, on cherche manière de faire mieux avec presque rien. Quelques bouts de ficelles, des feux de détresse de récupération, des bateaux illuminés et vous obtenez un feu d'artifice qui ne fait aucun bruit. Quelle allure pourtant et quelle simplicité !

1238851_635608079805703_935164120_n.jpg

Puis il faut quitter à regret cet endroit merveilleux. La semaine prochaine, un autre village ouvrira son cœur : Combleux. C'est autre chose, une nouvelle alchimie du bonheur. La Loire et le canal célèbrent une union de lumière et sérénité. Au loin, les tours de la cathédrale se pareront des rayons d'un soleil couchant qui aura la délicatesse de faire son lit dans notre Loire.

1175546_635608133139031_1688387222_n.jpg

Nouvelle étape bucolique, nouvelle halte avant le Festival de Loire. La grande convergence des bateaux de l'amont s'offre deux pauses merveilleuses, deux étapes à dimension humaine. Plus loin, la démesure les attendra. Les mariniers seront noyés dans la foule, ils seront prétextes à grande festivité, à spectacles extraordinaires, à aventure mirifique.

1173812_635609473138897_688684106_n.jpg

Qu'importe. La véritable authenticité, la chaleur et la simplicité ne sont pas de ce monde de paillettes et de bruit. C'est pourtant là que nous toucherons peut-être le plus grand nombre, la foule des badauds de circonstance, des consommateurs de tradition factice, des chalands en mal de dépenses inutiles.

1000614_635609633138881_1538286321_n.jpg

Il faut jouer le jeu, faire bonne figure. Pourtant, c'est à la Binette et à Combleux que nous serons en vrai territoire ligérien. La suite sera parfois farce et comédie, faux-semblants et grimaces de circonstance. C'est à ce prix que nous trouverons de nouveaux marins, de nouveaux amoureux du fleuve. Alors nous serons aimables et sociables, chaleureux et souriants le temps de ce grand Festival.

1236074_635609989805512_2004462233_n.jpg

Mais si vous voulez vous donner la peine de connaître notre Loire, de sentir son souffle intime, d'apprécier ceux qui lui dédient leurs loisirs, d'en comprendre les mystères et les pièges, c'est à deux pas de la foule immense qu'il faudra faire un détour. La Binette aura vécu, Combleux vous attendra et vous pourrez ainsi prendre à l'avance quelques cours particuliers de Loire !

 1011511_635606933139151_1359410472_n.jpg

Ligériennement leur.

 Photographies Bertrand Deshayes

Groupe La BouSol sur scène

 

976723_10200702353142743_1612605508_o.jpg

Photographie AlainPavard Doisneau

Combleux attend les bateaux de la convergence

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • oncle archibald 11 septembre 2013 16:39

    Toujours amateur de vos récits et des photos qui les accompagnent je m’interroge depuis longtemps sur l’utilité autre que « folklorique » des voiles carrées qui équipent les gabares de Loire ..

    Ces voiles ne permettent pas de manoeuvrer finement, elles ne sont utiles qu’au vent portant et j’imagine qu’un bon moteur doit assurer la manoeuvrabilité de ces embarcations quels que soient le vent et le courant ... Me trompè-je ?

    • C'est Nabum C’est Nabum 11 septembre 2013 20:50

      Mon Oncle


      La voile carrée était taillée pour le vent dominant d’Ouest pour remonter la Loire.

      Par contre si elle n’est guère manœuvrante elle est d’une redoutable efficacité pour porter des charges très lourdes.

      Les Challand avaient jusqu’à 300 mètres carrés de voile pour 80 tonnes de marchandises C’est incroyable ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès