Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Jingle belle

« En voiture Simone ! » mais l’expression est renversée, c’est Simone qui nous mène en voiture. Dans toutes les gares de France, c’est sa voix qui nous accompagne sur un logo sonore de quatre notes. c’est peu de chose mais un peu de notre « identité nationale » pour être à la mode ! On sait que l’on est en France lorsqu’on entend cette voix douce et claire et cette petite musique qui ne l’est pas moins. Bien sûr, l’identité c’est aussi les accents locaux mais il fallait sans doute faire un choix. C’est comme pour le jingle, il y en a qui préfèrent l’ancien.

Elle est intermittente du spectacle et sa voix est familière à tous les voyageurs qui prennent le train. Simone Hérault, une belle quinquagénaire aux yeux bleus a même fait craquer Homer Simpson. Rappelez-vous, c’était le 1er avril de cette année. 
 
Pourquoi ce canular ?
 
Paraît-il en réponse à un groupe de Facebook de près de 140 000 personnes qui réclamait que la voix d’Homer Simpson fasse les annonces dans les gares. A la demande de la SNCF, Philippe Pethieu, le comédien qui double Homer en français se vit ainsi confier la mission de répandre des annonces humoristiques le 1er avril 2009 dans 15 gares françaises. Eh oui 15 seulement ! Les autres ne purent profiter de ce moment d’humour." Hou pinaise, quelle bonne blague d’Homer !"
 
Quant au logo sonore, des petits malins l’ont détourné pour en faire une chanson "Electrique train grande vitesse" (voir le clip) sur un rythme techno mais à la manière du groupe allemand Kraftwerk qui fit en son temps le tube "Trans Europe express". Ce n’est pas le premier groupe à détourner le logo.
 
Ce logo est l’oeuvre du compositeur Michaël Boumendil qui fait ce que l’on appelle du design musical. 
 
Pour écouter le nouveau logo et l’ancien, on peut se rendre sur ce site.
 
Quant à Simone, elle n’est donc pas employée de la SNCF et elle ne passe pas tout son temps à annoncer les arrivées, départs, et consignes. Les messages sont montés par ordinateur. Par exemple, pour les horaires, Simone a enregistré sa voix qui disait toutes les heures de minuit à 23h puis les minutes de 1 à 59 et ensuite c’est monté numériquement pour faire par exemple "départ / 17h / 24 / entrera en gare / voie A" Pareil pour les numéros de train. Oui, je sais cela rompt un peu le charme et la poésie de la chose. Alors pour retrouver SImone, voici une interview de la dame sur un site où j’ai pris sa photo et sur lequel elle parle de son livre "Grâce à ma voix" et raconte son parcours et son expérience originale. Comme comédienne, Simone fait aussi des spectacles de lecture.
 
Et pour conclure en bouclant la boucle, revenons sur l’idée d’identité avec cet article sur l’identité sonore qui raconte comment fut construite l’identité sonore de la société SNCF.
 
Mais au fait, ce serait quoi l’identité sonore de la France : "Bling bling " ? La Marseillaise ?
 
 


Sur le même thème

L'été de la désinformation (8): élémentaire mon cher Walson
Les pouvoirs secrets du son et de la musique
Encore les syndicats
Lettre ouverte aux professionnels de l’information
Au train où vont les choses...


Les réactions les plus appréciées

  • Par Philippe D (---.---.---.21) 20 novembre 2009 11:49
    Philippe D

    A propos d’une voix.

    Une voix qui s’est tue, une voie que je regrette.
    Corine Gorce, alias Kriss - Kriss Graffiti.
    De FIP à France Inter ...

    Une voie en mini-jupe !

  • Par SANDRO (---.---.---.5) 20 novembre 2009 12:22
    SANDRO FERRETTI

    @Philippe D

    Oui, très juste et merci de relever le niveau.
    Ci-dessous un extrait de ce que disait cette dame, enjouée et modeste, sur son métier :

    « Dans deux minutes, l’antenne. Moment délicat où l’invité se décompose. Ses mains tremblent. Le faire rire. Où ai-je mis ma fiche ? Le distraire. Lui dire deux mots pour qu’il sente que j’ai compris ce qu’il vient défendre. Tenter une question comme on trempe un orteil dans la mer. Faire une gaffe, renverser mon verre, bafouiller, qu’il sache que c’est permis. Essais de voix. je mets mon casque. Mon casque c’est ma maison, mon cocon. J’écoute fort, à l’intérieur du son. J’entends les fêlures de sa voix, son souffle. Tout s’entend, la voix mouillée, la voix qui tremble, celle qui sourit, qui réclame. Les plaintes les plus lointaines sont inscrites dans la voix et les rires de l’enfance. Toutes ces voix qui s’envolent, invisibles et réelles. Est-ce bien raisonnable de déranger un satellite pour nos élucubrations ? Surtout ne jamais se poser cette question avant une émission. »

    La sagesse d’une femme de radio, L’œil neuf/Inter 2005
    Kriss Graffiti, 1948/19 novembre 2009


    Une leçon de vie à méditer, au delà de sa mort, triste, et de sa voix qui s’est tue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires