• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Un tapis rouge pour la mafia du sexe

Un tapis rouge pour la mafia du sexe

36/15 Ulla, et O892.69.69.69, pour ne prendre que ces exemples, sont les deux mamelles de la transe. Comme un virus contagieux, ces portes ouvertes aux maisons closes interdites par la loi, se sont retournées vers les nouveaux modes de communication modernes et ont fleuri sur tous les supports. Ces deux réseaux, au départ administratifs, informatifs ou commerciaux, se sont pliés sous le joug du racolage à caractère clairement sexuel, et ont accumulé les plus forts taux de connexion devenus vite incontournables. Tapez au hasard, n’importe quel des numéro spéciaux O892..., vous n’avez plus qu’à demander Natacha, avocate aux barreaux du lit...

Qui ne se souvient pas du plus célèbre 36/15, relayé dans le Paf par des émissions « société », où était invitée la plus célèbre représentante du sujet, et qui s’est vu imprimé sur des millions de journaux gratuits au centre d’une page entière spécialisée ? Quel est le plus célèbre numéro vert gratuit, mais ensuite repeint en rose payant plein pot (3fr la mn), en remorque d’un réseau au départ administratif et devenu coquin, à tel point qu’il est sûr maintenant, que le semi a fait un tête à queue. Quel est ce commerce de chair qui investit les organes de communications de toutes sortes et qui finit par reléguer son usage d’origine, à de simples portes-drapeaux pour fil à lingerie fine ?

Cet excellent sketch qui fera moins rire les innocents piégés, mais qui est un modèle du genre, témoigne des nombreux méandres qui se cachent derrière le serpent du vice caché, mais là, c’est le client qui se mord la queue. C’est bien simple, l’administratif était au 12, gratuit d’une cabine téléphonique, ce que le compliqué est au 118, c’est vous dire la proportion de l’embrouillamini.

A qui donc profite ce juteux marché, à la femme libérée de l’enfer de sa cuisine, mais devenue aujourd’hui, lavandière à mi-temps, et son souteneur technicien installateur en télécommunication. Le plus moderne réseau de communication au service du plus vieux métier du monde fait des petits. Ces juteux marchés ont financé l’essor de la prostitution mondiale avec le vibrant secours de la mode et ses castings souvent prometteurs, et de la presse pipole.

Ces réseaux entrelacés ont donné naissance à la plus puissante Industrie_du_sexe, dont les plus célèbres actrices sont élevées au rang de « Stars ». Mais, pour une célébrité et quelques autres escort-girls, travaillant à domicile dans les plus chics appartements des beaux quartiers, ou les derniers étages des hôtels qui entourent le parlement européen, combien de petits papillons se font brûler les ailes sur les torches de la renommée. Berlusconi n’a-t-il pas dit, lui même, à une étudiante qui lui évoquait ses inquiétudes sur l’avenir : « vous n’avez qu’à vous marier avec un millionnaire. » Sur ce conseil noble, les jeunes filles italiennes qui réussissent leur Bac, demandent à leurs parents prêts à les récompenser, une opération chirurgicale d’ajout d’implants mammaires. La Mafia se réjouit de cette mode puisqu’elle règne sur les cliniques privées italiennes, et la nouvelle réforme de l’hôpital en France en prend le chemin. La médecine tourne étrangement et avec insistance autour des organes sexuels féminins, par une tentative de dépistage du cancer de l’utérus des jeunes filles dès l’age de treize ans, mais la méthode n’est pas nouvelle. Ces réformes à-tout-va des institutions françaises sont menées au profit des instances mondiales, et par la pression des lobbies sur les parlementaires.

La dernière du genre, la loi sur les droits d’auteurs, n’est curieusement pas défendue corps et armes, par nos chanteurs nationaux. On entend très peu les principaux concernés, et personne, à part Souchon, n’a composé le retentissant pamphlet revendicateur comme savaient le faire brillamment, bien des râleurs ou défenseurs de la liberté de penser...Alors, qui donc a le plus à craindre qu’un acheteur d’un produit du marché spécialisé, le diffuse dès le lendemain gratuitement sur la toile où désormais tout s’échange ? Quel est le diffuseur parallèle, n’ayant qu’un réseau de points de vente confidentiel, qui ne diffuse que des produits vendus sous le manteau, impossibles à vulgariser en grande surface, et que l’on trouve à foison sur la toile ? Qui a le plus à perdre quand ses produits circulent gratuitement sur les supports numériques, derrière la barrière du contrôle parental, malgré toutes les tentatives de recyclage apportées par des émissions télévisées de fins de soirée, et qui ne se plaint pas ouvertement sur les médias informatifs ?

C’est l’industrie du sexe qui a le plus à perdre de l’ouverture offerte par Internet, et il n’est pas surprenant que nos législateurs ne l’aient pas décrypté. Le haut du panier des artistes commerçants, en mal d’inspiration, amis du président, voient leur vieux tubes s’user. Les jeunes peuvent profiter de la publicité que leur musique inspire et la nouveauté, est qu’ils-peuvent-tous-etre-producteurs. 

Nos législateurs, non content de ne pas s’attaquer à la racine du problème par une répression soutenue en cryptant les dossiers reconnus sales, et en poursuivant les contaminateurs de cet art mineur et stérile qu’est devenue la pornographie, baissent leur culotte et se retournent contre les petits contrevenants en les pénalisant. La priorité ne semble pas être cette proposition-de-loi-sur-l-inceste qui a failli être repoussée aux calendes grecques, et c’est l’absence de législation sur la première qui entraîne la dérive directe de la seconde. La loi Hadopi n’est peut-être donc, qu’un tapis rouge, pour la mafia du sexe ( et du tapis vert ) qui ne dit pas son nom.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Lediazec Lediazec 17 avril 2009 11:35

    Papier absolument remarquable. Bravo ! Il mérite une autre place que celle qu’il occupe sur cette page. Bien que le sujet soit récurrent et fasse partie de conversations convenues, il est important d’en rappeler l’importance constamment. Merci à vous.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 avril 2009 18:03

      « Sujet récurrent », exact Lediazec, même les députés déclarent qu’ils ne cernent pas les tenants et aboutissants du sujet. En effet, j’ai l’impression que le service mots clés n’a pas fonctionné dans la migration d’avx. Merci pour cet encouragement.


    • zelectron zelectron 17 avril 2009 22:22

      @Lisa Sion
      bravo pour cette diatribe !
      on peut rappeler une n+unième fois ce que disait Alexandre Soljenitsyne« On asservit les peuples plus facilement avec la pornographie que par des miradors. » 


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 avril 2009 22:34

      Merci Zélectron pour ce rappel clair et net qu’est cette citation de Soljénitsyne. Il faut le rappeler une n+ième fois, la pornographie asservit les clients et les femmes au profit des bestiaux obsessionnels qui n’ont qu’un biceps et deux cerveaux.


    • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 11:36

      c’est dangereux de baisser culotte devant la mafia du sexe !


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 avril 2009 18:10

        Tout à fait Le Chat, baisser sa culotte et se retourner, est d’autant plus dangereux que cette mafia du sexe n’a qu’un but. Mais il est un cas où cela peut être utile, en effet, il est plus facile de courir avec une robe relevée qu’avec un pantalon baissé...


      • JL JL 17 avril 2009 11:38

        Bravo Lisa Sion, pour ce papier. A lire et à faire lire.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 avril 2009 18:15

          Merci JL pour ce clair et net encouragement. En effet, il faut attendre la dernière ligne pour voir apparaitre l’objet traité. N’est ce pas de cette façon qu’opèrent les sujets incriminés, et sans le savoir, les législateurs ?


        • ZEN ZEN 17 avril 2009 11:41

          « ...en poursuivant les contaminateurs de cet art mineur et stérile qu’est devenue la pornographie... »

          Le mot « art » est de trop...La pornographie tue l’érotisme

          Avec son « coin secret » bien visible à la une , Agoravox est devenu un bon relai, non ?...


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 avril 2009 18:27

            Exact, ZEN, Agoravox gagne sa vie avec la pub, même pour le tourisme limite, mais accepte les articles le dénonçant. Art est de trop, c’est vrai, la pornographie est comme une musique qui n’aurait qu’une seule note. Comme vous le dites Parkway, la spirale est un con tournable...


          • maharadh maharadh 17 avril 2009 13:55

            Vous avez très bien décrit les dérives de l’industrie du sexe et de ses aboutissants c à dire à qui profite le crime ou plutôt dans quelles poches se retrouvent ce filon, oui il faut dénoncer que les priorités de ce gouvernement ne sont pas celles qu’elles devraient êtres. Autres profiteurs du charme féminin ...http://life-in-the-dead.over-blog.com/


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 avril 2009 18:45

              Maharadh, « oui il faut dénoncer que les priorités de ce gouvernement ne sont pas celles qu’elles devraient être » vous avez posé le doigt exactement où ça fait mal, et même très mal. Beaucoup de lois actuelles sont des tsumanis contre des droits durement acquis.

              J’ai cliqué sur votre lien et ai retenu ces paroles en accord avec la phrase ci-dessus : « Ramasser les miettes du festin  » dit Calogéro, ces lois qui font trébucher les familles pour mieux manger leurs enfants.


            • frédéric lyon 17 avril 2009 17:57

              De notre impayable auteur :

              La médecine tourne étrangement et avec insistance autour des organes sexuels féminins, par une tentative de dépistage du cancer de l’utérus des jeunes filles dès l’age de treize ans ......

              ......................................

              Rappelons que la religion musulmane est la religion la plus repressive sur le plan de la sexualité, notamment la sexualité des femmes, et que les tentatives pour imposer la pudibonderie et l’hypocrisie de la morale sexuelle repressive des musulmans n’ont pas manqué ces derniers temps :

              1) Tentatives pour imposer le droit de répudiation dans le droit français,
              2) Tentatives pour imposer le port de voile, avec multiplication des conflits juduciaires qui naissent de la violation des droits et de la dignité des femmes et de la violation de la laïcité dans les espaces publics.
              3) Tentatives pour imposer la ségréation sexuelle.

              Ce sont les femmes qui sont visées systématiquement et qu’on tente d’asservir en prétendant les protéger. 

              La citation que j’ai extraite de cet article scandaleux nous rappelle aussi que la religion musulmane, dans son archaïsme moyenageux, n’hésite pas à s’en prendre à la médecine.

              On ne compte plus les difficultés rencontrées par les médecins gynécologues avec les époux de leurs patientes musulmanes qu’ils ne parviennent plus à soigner correctement, car il est impossible de les examiner pour établir un diagnostic.

              L’insinuation contenue dans cette citation est donc scandaleuse et il est scandaleux qu’Agoravox l’ait publiée.

              Est-il necessaire de rappeler que le cancer de l’uterus est une maladie sérieuse et que son dépistage précoce est absolument nécessaire ? Ce dépistage implique une exploration minutieuse des voies génitales féminines et cette exploration doit être envisagée dès la puberté.

              La religion musulmane est une religion qui autorise la pédophilie masculine au détriment des fillettes impubères, mais qui n’autoriserait pas l’exploration des voies génitales féminines des adolescentes, pour procéder au dépistage précoce d’une maladie mortelle ?

              Les femmes ne sont-elles donc que des bêtes qu’on doit laisser crever ?

              Le fait que cette citation ait pu être reprise dans un texte qui a été écrit par ce qui semble être une femme, si l’on en croit le pseudo utilisé, en dit long sur l’intériorisation de leur propre condition d’esclaves sexuelles dont les femmes musulmanes sont victimes. 

              Il faut donc rejeter, condamner et expulser une morale sexuelle qui fait assez de ravage dans les pays musulmans et qui n’a pas besoins d’être importée chez nous.

              De plus, on aimerait lire davantage sur le sujet des repressions religieuses de la sexualité, ou sur des pratiques religieuses ou traditionnelles, telle que l’abalation des lèvres génitales ou l’infibulation, plutôt que de lire un article qui s’insurge platement de l’existence du téléphone rose, ou de la pornographie, qui ne sont que des pécadilles qui n’intéressent que des franges très minoritaires de la population : 

              - Des adolescents attardés,

              - ou des travailleurs immigrés qui souffrent d’une misère sexuelle pesante loin de chez eux et de leurs partenaires sexuels habituels.


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 avril 2009 18:58

                Les femmes ne sont-elles donc que des bêtes qu’on doit laisser crever ?

                " Le fait que cette citation ait pu être reprise dans un texte qui a été écrit par ce qui semble être une femme, si l’on en croit le pseudo utilisé " Lyon, vous avez dû vous tromper de fil, je n’ai pas cité cette phrase dans mon texte que vous n’avez probablement pas bien lu. Descendez de vos chevaux fougueux et relisez ce texte et le fil unanime qui suit, arrêtez le lion et remettez vous plutôt au Chat.


              • frédéric lyon 17 avril 2009 19:19

                Voici la citation dont je parle, et qui est bien prise dans votre texte, merci de me donner l’occasion de la reprendre une fois encore :

                ............................

                "La médecine tourne étrangement et avec insistance autour des organes sexuels féminins, par une tentative de dépistage du cancer de l’utérus des jeunes filles dès l’age de treize ans.......

                .......................................

                Cette déclaration est parfaitement scandaleuse, car elle insinue que les médecins qui procèdent à des examens gynécologiques dans le but de dépistage du cancer de l’uterus, procéderaient à ces examens pour d’autres motifs que des motifs médicaux.

                Vous avez parfaitement le droit, à titre personnel, de refuser qu’un médecin gynécoloue explore vos voies génitales personnelles, et vous aurez aussi le droit de vous débrouiller toute seule avec votre éventuel cancer de l’utérus lorsque vous aurez refusé le dépistage précoce.

                Car, après tout, peut être attribuez-vous à vos voies génitales personnelles des qualités si particulières qu’elles ne doivent en aucun cas faire l’objet d’une attention médicale.

                C’est votre affaire, tout le monde a droit à son grain de folie.

                Mais vous n’avez pas le droit, ou l’autorité morale, qu’il vous faudrait pour insinuer que cet examen est pratiqué sur les jeunes filles de ce pays, pour des raisons que votre morale à trois sous pourrait réprouver.

                Tout ceci sent très mauvais.

                Et maintenant essayer d’apprendre à lire dans ma langue, car vous n’avez pas très bien compris mon français si j’en juge par votre commentaire qui n’a aucun sens.

                Le français sera peut-être plus à votre portée que la gynécologie. 


                • frédéric lyon 17 avril 2009 19:24

                  J’en profite pour remarquer ,en relisant ce fil, que cet article scandaleux donne à nos amis l’occasion de s’en prendre au « Coin Secret » d’Agoravox !!

                  La pudibonderie et l’hypocrisie d’une morale sexuelle qui nous arrive directement d’un autre siècle et qui prétend énoncer ses oukases !

                  Le vice qui prétend donner des leçons de vertu !


                  • maharadh maharadh 17 avril 2009 21:54

                    à F.Lyon
                    Vous parlez de vous là je suppose ?


                  • Reinette Reinette 17 avril 2009 23:08


                    Très bon article,

                    à lire : La mondialisation des industries du sexe, Richard Poulin, édtions Imago 
                     
                    La paupérisation de régions entières du globe crée les conditions propices à toutes les formes de trafic d’êtres humains, principalement les femmes et les enfants. Les revenus des multinationales du crime sont colossaux et entrent, de façon plus ou moins masquée, dans la stratégie de développement de nombreux pays.

                    http://www.amazon.fr/gp/reader/2849520136/ref=sib_rdr_fc?ie=UTF8&p=S001&j=0#reader-page

                    http://www.amazon.fr/gp/reader/2849520136/ref=sib_rdr_bc?ie=UTF8&p=S070&j=0#reader-page

                    http://www.amazon.fr/gp/reader/2849520136/ref=sib_rdr_ex?ie=UTF8&p=S00N&j=0#reader-page


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 avril 2009 23:31

                      Merci Reinette pour cette contribution éclairée.

                      « Privatisation, dérèglementation, » n’est ce pas le constat que l’on peut faire de notre dérive actuelle...et ailleurs, en Inde, les familles pauvres veulent des filles, car c’est plus facile à vendre...


                    • Reinette Reinette 17 avril 2009 23:53


                      Le 7 juin 2009, élections européennes, à la proportionnelle.
                      Leur Europe n’est pas la nôtre
                       ! Les membres du Parlement européen (MPE)

                      http://sisyphe.org/spip.php?article3272



                        • Allain Jules Allain Jules 18 avril 2009 00:35

                          @Lisa Sion,

                          Toujours aussi pertinente. Et oui, que de vérités en si peu de mots. Tout ça mérite un bon bouquin.

                          Félicitations !


                          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 avril 2009 00:51

                            Merci Allain Jules,

                            Le lien que fournit Reinette mène vers le site de sisyphe.org que je découvre, et qui recèle des dizaines de liens où tout est dit. Je n’ai pas la prétenton de faire encore mieux si c n’est, de concentrer en peu de mots ce que cache Hadopi. Il n’y a plus qu’à le faire parvenir jusqu’à nos députés. en italie, d’ailleurs, on peut commencer pute...et finir député ! c’est pas beau ça ! 

                            Cordialement.


                          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 avril 2009 00:44

                            Merci Reinette pour ton soutien et ce lien vers Sisyphe.org qui est une énorme remorque accrochée à mon tout petit tracteur. Extrait :

                            " Non seulement le capitalisme libéral est-il devenu un nouveau régime libidinal faisant la promotion d’un nouvel imaginaire sexuel, basé sur l’érotisation outrancière et la consommation sexuelle, mais il y a un nouveau régime des images. Ce régime d’images, fixes ou animées, s’avère de plus en plus dégradant, extrême et violent tant psychiquement que physiquement : les gens qui produisent des films pornographiques ont déjà tout montré. Qu’est ce qu’il leur reste à montrer ? Des femmes prises par trois hommes, puis quatre, puis cinq, puis jusqu’à six en même temps ! Des gang bang où des dizaines, voire des centaines d’hommes pénètrent de toutes les façons possibles une femme et éjaculent sur elle, de préférence sur sa figure . La pornographie déréalise les atrocités qu’elle engendre. "

                            Le sexe de la femme est comme une autre bouche... Il est impensable de croire que la femme moderne ait besoin de vendre l’une pour nourrir l’autre ? L.S.


                            • Reinette Reinette 18 avril 2009 13:49

                              En réaction au trafic d’êtres humains en marge de Coupe du Monde de football et à cette forme d’esclavage qui prend une ampleur démesurée :

                              Une chanson « coup de poing » visant à sensibiliser les pouvoirs politiques et l’opinion publique face à cette barbarie. Cette chanson est un cri du cœur pour toutes les victimes de ce piège infernal.

                              Elles rêvaient comme rêvent les filles de leur âge
                              Elles rêvaient comme on rêve quand on a 17 ans
                              Elles rêvaient de quitter leur quartier leur village
                              Et puis un jour d’aimer et d’avoir des enfants
                              Les filles de l’Est

                              Elles rêvaient d’échapper à ce destin trop dur
                              Qui avait condamné leurs mères derrière le mur
                              Elles rêvaient d’évasion, à mille lieux de croire
                              À la pire des prisons, au pire des cauchemars
                              Les filles de l’Est

                              Oksana, Marouchka et les autres
                              Piégées par des barbares elles pouvaient pas savoir
                              Esclaves dans la gueule de ces chiens
                              Elles étaient innocentes
                              Ils les ont faites putains

                              Je déclare la guerre à tous les salopards
                              Tous les marchands de chair et tous les charognards
                              Ceux qui vendent des filles contre quelques dollars
                              Et ceux qui les ont prises sans chercher à savoir
                              Je déclare coupables tous ceux qui ne font rien
                              Politiques et notables qui s’en lavent les mains
                              Je déclare coupables tous les porcs dégueulasses
                              Capables d’oser encore se regarder dans la glace
                              Je déclare la guerre au marché de la honte
                              Et des vies qu’on enterre dans des bordels immondes
                              Et au nom des victimes, j’appelle à se lever
                              Pour dénoncer ce crime contre l’humanité 

                              Oksana, Marouchka et les autres
                              Si pour vous c’est trop tard
                              Un jour ils vont payer
                              Vos larmes et vos corps déchirés
                              On laissera pas tomber on va pas oublier
                              Les filles de l’Est

                              Philippe Decourroux, chanteur suisse, a composé la chanson Les filles de l’Est. On peut écouter la maquette de cette chanson sur le site www.decourroux.ch.


                              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 avril 2009 15:13

                                Le principe de subsidiarité
                                Le premier argument des FAI est centré sur le principe de subsidiarité de l’article 6.I.8.
                                Selon les FAI, le principe de subsidiarité ne peut jouer que lorsque le juge a épuisé toutes les possibilités d’atteindre l’hébergeur. Cette lecture est renforcée par le fait que seuls les hébergeurs peuvent engager leur responsabilité civile du fait des activités ou des informations stockées qu’ils mettent à la disposition du public en ligne (article 6.I.2 LCEN). Selon la Cour d’Appel, il était clair que les hébergeurs américains ne se plieraient pas aux injonctions. Egalement, la Cour précise que le mécanisme d’injonction de l’article 6.I.8 est de permettre de, rapidement, faire cesser un dommage occasionné par les contenus d’un service de communication au public en ligne.
                                En conséquence, la Cour d’appel avait confirmé que le TGI avait parfaitement fait application du principe de subsidiarité en privilégiant une ordonnance susceptible de produire rapidement ses effets.
                                La Cour de Cassation a confirmé cette lecture de l’article 6.I.8 et son indépendance par rapport au principe de responsabilité de l’article 6.I.2 en énonçant « que la prescription de ces mesures n’est pas subordonnée à la mise en cause préalable des prestataires d’hébergement ».

                                Les problèmes techniques
                                Selon les FAI, le recours aux processus de filtrage est inefficace et impropre à empêcher l’accès à un site Internet pour quatre raisons.

                                1. Il est impossible de circonscrire le filtrage avec précision, ce qui a pour conséquence collatérale de bloquer involontairement d’autres sites de façon disproportionnée.
                                2. Il est facile de changer d’hébergeur de façon régulière, de telle sorte que le processus de filtrage efficace pour l’un ne l’est plus pour un autre.
                                3. Il existe divers moyens techniques de contourner un filtrage mis en place.
                                4. Les méthodes de filtrage sont onéreuses.
                                La Cour d’appel a balayé d’une main tous les arguments techniques en faisant remarquer que, quel que soit le degré d’imperfection des mesures à employer, celles-ci ont « le mérite de réduire, autant que faire ce peut en l’état actuel de la technique, l’accès des internautes à un site illicite ». Il s’agit donc d’une obligation de moyen.
                                Ceci est confirmé par le fait que le Président du TGI a laissé aux FAI le soin de recourir aux méthodes qu’ils jugeront les plus efficaces et leur a donné la possibilité après 10 jours de revenir vers lui pour lui faire connaître leurs difficultés.

                                Même si la rédaction du texte de l’article 6.I.8 laisse supposer que le juge doit au moins décrire une des mesures qu’il ordonne, le président du TGI a pris l’option de ne pas préciser une méthode technique potentiellement inefficace. Au contraire, il a privilégié l’efficacité du texte de loi et l’efficacité technique de la mesure ordonnée en laissant le soin aux FAI de déterminer les moyens les plus efficaces possibles.
                                Le caractère vague de l’injonction est donc à considérer comme une source d’opportunité pour les FAI et comme une source d’aboutissement du texte de loi. Tel est bien le but ultime de l’article 6.I.8. : prévenir ou faire cesser un dommage rapidement.

                                L’injonction en référé
                                Troisièmement, les FAI invoquaient le caractère temporel illimité de l’injonction rendue en référé.
                                La réponse est encore une fois cinglante : « le caractère provisoire de la décision…ne signifie pas que les mesures ordonnées soient nécessairement limitées dans le temps. » Plus encore, limiter dans le temps les mesures à choisir par les FAI serait priver l’ordonnance d’efficacité.
                                Devant le Cour de Cassation, les FAI invoquèrent que le caractère « définitif » de l’injonction portait « une atteinte manifestement disproportionnée à la liberté de communication au public par voie électronique en violation…de l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme ». Une dernière fois la Cour de Cassation confirma l’interprétation de la Cour d’Appel.

                                Conclusion
                                L’article 6.I.8 doit être utilisé à la lumière des critères de rapidité et d’efficacité. Ces critères respectent les principes de subsidiarité et de proportionnalité ainsi que les articles 6 et 10 de la Convention européenne des droits de l’homme.
                                Ainsi que l’énonçait la Cour d’appel de Paris, la procédure de l’article 6.I.8 est « conçue pour la prise rapide de mesures dictées par l’intérêt général ».

                                _Ah ouais, quand même, c’est sérieux !
                                _Et...ça concerne les sites pornographiques ?
                                _Mais non ! les sites négationnistes...

                                Hé oui, voilà l’outil compliqué mis au ser-vice de la négation, mais pas du vice.


                                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 avril 2009 15:21

                                  Et celle là, elle est pas bonne ? http://www.droit-technologie.org/shop-15/sexe-en-ligne-aspects-juridiques-et-protection-des-mineurs.htmlsexe-en-ligne-aspects-juridiques-et-protection-des-mineurs.html
                                  sexe en ligne, aspects juridiques et protection des mineures.ht.ml

                                  Et en têtes de gondoles...


                                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 avril 2009 16:07

                                  Les principaux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) allemands se sont engagés, vendredi 17 avril, à bloquer l’accès aux sites Web pédopornographiques, en collaboration avec la police. Les fournisseurs Deutsche Telekom, Vodafone/Arcor, Alice, Kabel Deutschland et Telefonica/O2, représentant les trois quarts du marché allemand, ont signé un accord avec la police criminelle par lequel ils s’engagent volontairement à empêcher l’accès des internautes aux sites que leur signaleront les enquêteurs. Concrètement, l’internaute qui tentera d’accéder à l’un de ces sites – y compris les pages hébergées à l’étranger – obtiendra un message d’erreur, mais son adresse IP ne sera pas communiquée aux autorités.

                                  La liste des sites interdits sera mise à jour quotidiennement par les enquêteurs. La mesure, inspirée de dispositifs similaires déjà en vigueur en Scandinavie, aux Pays-Bas, en Suisse, au Royaume-Uni ou au Canada, doit être effective au plus tard dans six mois. Grâce à ce dispositif, ceux qui mettent en ligne des images pédopornographiques « gagneront moins d’argent », ce qui portera un coup à la « webcriminalité », a assuré la ministre de la famille allemande, Ursula von der Leyen.

                                  NEUF MILLE INTERNAUTES PÉDOPHILES DANS LE MONDE

                                  En extrapolant à partir de statistiques norvégiennes – selon lesquelles ce dispositif empêcherait chaque jour quinze mille à dix-huit mille accès à des pages pédophiles –, la ministre a calculé que trois cent mille à quatre cent cinquante mille accès illicites quotidiens pourraient être évités en Allemagne.

                                  L’accord dégage les fournisseurs d’accès de toute responsabilité juridique en cas de contestation de ce blocage, a assuré le ministère, précisant que les professionnels n’étaient « responsables que des mesures techniques, pas du contenu ». Mme von der Leyen a reconnu que les internautes chevronnés « trouveront toujours un moyen de contourner les blocages ». Mais pour la « grande masse » des utilisateurs ayant une maîtrise technique moyenne, l’accès sera « bloqué de manière efficace », a-t-elle assuré.

                                  L’accord a été salué par l’Unicef comme une « étape importante » qui doit cependant être suivie d’autres mesures pour lutter contre l’ensemble de la filière pédophile.

                                  La signature de cet accord survient alors que la police allemande a annoncé jeudi qu’elle avait identifié, au moyen d’un logiciel spécialisé, quelque neuf mille « internautes pédophiles » présumés dans le monde, dont un millier en Allemagne.

                                  Dépèche du monde.

                                  " la ministre a calculé que trois cent mille à quatre cent cinquante mille accès illicites quotidiens pourraient être évités en Allemagne. "

                                  1OOO internautes pédophiles allemands / 4OO.OOO accès... ??? Y a quelque chose qui cloche !


                                  • Asp Explorer Asp Explorer 19 avril 2009 22:10

                                    Il y a tout de même un truc qui m’épate dans cette affaire. Personnellement, je suis sur internet depuis 94, ça fait donc quinze ans. Eh oui, je suis un papy du web. Depuis quinze ans, j’ai accumulé quelques heures de vol, j’ai vu pas mal de trucs bizarres sur internet.

                                    Je n’ai jamais rien vu qui ressemble à ce que tous ces gens appellent un « site pédophile ».

                                    Jusqu’à preuve du contraire, je suis donc bien forcé de croire que ces fameux sites n’existent tout simplement pas. Mais quand le gouvernement aura monté toute une usine à gaz flico-légale pour « bloquer les sites pédophiles » et qu’ils s’apercevront que ces sites brillent par leur inexistance, qu’est-ce qui va se passer ? Est-ce que tous ces braves fonctionnaires vont dire à leurs chefs « bon, ben désolé, on a pas trouvé, lol » ?

                                    La justice, on le sait bien, elle est là pour trouver des coupables. Alors on va faire comme les anglais, on va bloquer tout ce qu’on trouvera de pissou vaguement dévoilé, et on s’excusera quand on fait péter wikipedia.


                                  • La mouche du coche La mouche du coche 21 avril 2009 22:15

                                    Asp Explorer a la bonne pensée. Asp Explorer a bien parlé.


                                  • hans lefebvre hans lefebvre 18 avril 2009 18:03

                                    Merci Lisa pour ce bien beau billet, n’en déplaise à lyon, ce trublion à la c.., vous avez mille fois raison ! Mais, derrière le sexe, dans ses dérives les plus nauséeuses j’entends, il y a du pathologique, beaucoup de pathologique !
                                    Bien à vous


                                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 avril 2009 18:22

                                      En effet Hans,

                                      la recherche permanente de l’homme dans sa conquête sexuelle effrénée, vient du fait qu’il cherche à retourner dans le ventre de sa mère, ce qui est impossible. Il déclare ainsi son malaise chronique du présent et se réfugie dans le premier degré primaire d’évolution où la femme devient son objet...

                                      Merci à vous.


                                    • Reinette Reinette 18 avril 2009 22:19

                                      Dictature du commerce plus que liberté sexuelle
                                      LA LUTTE CONTRE LA PROSTITUTION ET L’INDUSTRIE PORNOGRAPHIQUE EST UNE PARTIE INTEGRANTE DE LA LUTTE CONTRE LE CAPITALISME

                                      Ce que défend l’OMC en faveur de la mondialisation libérale est actuellement relayé par diverses organisations européennes et internationales (dont l’ONU) dans le domaine de l’exploitation sexuelle des enfants. Lors de la conférence de Pékin en 1995, on a vu apparaître pour la première fois le principe de « prostitution forcée », sous entendant que seule la contrainte dans la prostitution devait être combattue. Ce concept inique est régulièrement repris par diverses instances internationales, comme l’Union européenne (conférence interministérielle de La Haye en 1997) ou l’ONU (Convention « sur les formes intolérables de travail pour les enfants », laquelle reconnaît pour la première fois la prostitution comme un travail !). Le rapport du Rapporteur spécial sur les Violences faites aux femmes à la commission des droits de l’Homme de l’ONU, en avril 2000 à Genève, indiquait qu’une définition du trafic devait exclure les femmes « professionnelles du sexe migrantes illégales ».

                                      Il s’agit malheureusement clairement d’un abandon de la lutte contre le système prostitutionnel ; cela entraîne la légitimation de la marchandisation, par le biais d’une certaine régulation du système. On s’en est rendu compte : l’industrie du commerce sexuel représente un marché de milliards de dollars (certaines multinationales du sexe sont
                                      cotées en bourse !), et emploie des millions de personnes. Le cynisme capitaliste cherche désormais à le réguler, pour en tirer encore plus de bénéfices.

                                      Aux USA (pays disposant de plus de chiffres en la matière), la diffusion d’images pornographiques - tous supports confondus - rapporte chaque année entre 10 et 20 milliards de dollars. La seule location de vidéos représente un marché de 5 milliards de dollars annuels. Les chaînes payantes et les films projetés dans les chambres d’hôtel rapportent 175 millions. Quand on apprend que les chaînes hôtelières reçoivent - à chaque film visionné - 20% du prix de location, on mesure une nouvelle fois la complicité de l’industrie touristique.

                                      Les américains dépensent entre 1 et 2 milliards de dollars par le biais des cartes de crédit pour obtenir du matériel sexuel explicite via Internet, ce qui représente entre 5 et 10% de toutes les ventes sur la toile !

                                      En 1983, le chiffre d’affaire mondial de la pornographie était estimé à 6 milliards de dollars. De nos jours, il serait de 52 milliards !

                                      · Le 7 juin 2009, élections européennes, à la proportionnelle. Si on est mécontent de l’Europe actuelle, on vote ! Surtout pas d’abstention, à l’UMPS ils n’attendent que ça !

                                      Leur Europe n’est pas la nôtre ! Les membres du Parlement européen (MPE)


                                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 19 avril 2009 07:07

                                        " Le contingent indien de la MONUC, notamment, défraie régulièrement la chronique au Congo pour ses trafics d’or et de ressources avérés, régulièrement dénoncés par la presse, avec preuves à l’appui, mais qui ne lui ont valu jusqu’ici qu’une petite tape sur les doigts de la part des dirigeants de l’ONU. " http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=47144

                                        Si tu violes une jeune noire, tu risques un avertissement. Au bout de trente avertissements, tu risques un blame, et au bout de trente blames, tu risques...d’être muté chez les eurasiennes, les balinéaises, les philippines, ou les birmanes selon ton choix...
                                        _______

                                        Il est une méthode simple, fidélité et Ogino pour se passer de pharmacie, de médecin, de chirurgie, et qui a aussi fait l’objet d’un négationnisme influent au seul profit des intitutions qui en profitent allègrement, chiffres à l’appui : Viols et abus sexuels en France :

                                        16,8 % appartiennent à des professions médicales et paramédicales

                                        14,8 % ont des responsabilités d’encadrement (PDG, ingénieur, énarque, gérant de bar, entrepreneur, chef de service, ...)
                                        13,1 % exercent les métiers de l’enseignement, de l’animation ou de la petite enfance
                                        12,7 % exercent les métiers de la loi et de l’ordre (policier, militaire, gendarme, attaché parlementaire, etc.)

                                        ... soit 57,4 % des personnes condamnées.

                                        ILS SONT CENSES FAIRE RESPECTER LA LOI...

                                        • pendragon 19 avril 2009 13:05

                                          Les délires désordonnés de cet auteur atteignent des degrés qui ridiculisent le support même qui le diffuse.


                                          • Reinette Reinette 19 avril 2009 13:23


                                            Pendragon,

                                            Pouvez-vous étayer votre critique. merci et .... De quels délires parlez-vous ?


                                          • pendragon 19 avril 2009 13:29

                                            L’« auteur » annonce un sujet dans son texte et il dérive vers tout autre chose. C’est une faute banale et courante de première dissertation de lycée. Inutile d’en faire un article pour le diffuser et prétendre qu’il serait « journalistique ». C’est absurde. 

                                            La faute réside aussi dans sa diffusion.


                                          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 19 avril 2009 16:21

                                            Pendragon, qu’est ce qui t’a attiré sur ce fil, s’il te plait ?

                                            La vidéo sur l’entrainement des soldats russes : http://www.newlook.fr/blog/index.php?2007/04/05/374-l-armee-russe-entrainement-extreme . Ames sensibles s’abstenir.

                                            Le sexe est sorti de l’intimité où il faisait naître les enfants de l’amour et où il renforçait les liens des couples. Par la pub et les autres médias, le sexe est manipulé, et nous à travers lui, et la société est en danger.. http://www3.france-jeunes.net/lire-le-sexe-dans-tous-nos-etats-22084.htm
                                            Quel rapport, délire ? Ces hommes sont conditionnés pour violer, tuer, et défendre les prostitueurs .

                                          • pendragon 19 avril 2009 16:31

                                            Je constate que vous faites les questions et les réponses, probablement en raison de votre position d’« auteur » au-dessus du commentateur.


                                          • Reinette Reinette 19 avril 2009 13:19


                                            Bonjour Lisa Sion 2
                                            Effectivement, la question est bien : A QUI profite les crimes ?

                                            LES ENNEMIS D’INTERNET
                                            Pour les pays les plus démocratiques, l’irruption de l’Internet sert surtout à éprouver les institutions. La censure ne peut s’appliquer dans toute sa brutalité, car la justice, les principes constitutionnels et la mobilisation de citoyens bloquent encore le plus souvent toute velléité de brider radicalement la liberté d’expression. Les tentatives de changer la loi pour museler l’Internet de façon frontale ont toutes échoué.

                                            « Il n’a jamais été aussi facile de s’exprimer sur Internet » indique un rapport de l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) publié en août 2007.
                                            MAIS... « de récentes décisions qui vont à l’encontre de la liberté d’expression sur Internet dans un certain nombre de pays rappellent cruellement combien il est facile à certains régimes, démocraties et dictatures confondues, de réprimer les opinions qu’ils désapprouvent, réprouvent ou tout simplement craignent ».

                                            Toutes les méthodes peuvent être utilisées pour brider l’expression sur le Web de la critique, de l’information libre : filtrage de sites, polices spécialisées, incitation à la délation et à l’autocensure, fermetures de cybercafés, emprisonnements des cyberdissidents. le tout au nom, comme il se doit, de la défense de la « sécurité de l’Etat » et autres motifs suffisamment flous pour justifier l’arbitraire.

                                            http://video.google.fr/videoplay?docid=-7192990236710910382&hl=fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires