• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Mode & tendances > Jusqu’où vous déshabilleriez-vous ?

Jusqu’où vous déshabilleriez-vous ?

Premier jour des soldes. Alors que certains attendront patiemment les dernières démarques dans l’espoir de décrocher les meilleures affaires, certains étaient au rendez-vous bien avant l’heure pour une affaire inégalable.

Mercredi 11 janvier. Premier jour des soldes. Il fait encore nuit noire. Les magasins sont encore fermés. Pourtant, certains clients sont déjà devant les portes du magasin Desigual à Lyon. Ils sont bien à l’avance puisqu’il n’est qu’une heure du matin et le magasin n’ouvrira ses portes qu’à 9h00… Alors que le jour se lève, les clients s’agglutinent de plus en plus nombreux devant les vitrines de la boutique espagnole.

Pour une fois, ces jeunes gens ne se plaindront peut-être pas de se retrouver comme des sardines. Quand le thermomètre frise 0 degré et qu’on ne porte pas plus qu’un caleçon ou qu’une petite culotte et un soutien-gorge, toute source de chaleur est bienvenue ! Il faut croire que les soldes tombent à pic pour ces pauvres Lyonnais qui n’ont même pas de quoi mettre par-dessus leurs sous-vêtements, en plein milieu de la ville et de l’hiver.

Pourtant, c’est volontairement que ces jeunes gens se sont présentés ainsi (dé)vêtus devant les portes du magasin. Leur motivation ? La promesse que Desigual a faite aux 100 premiers clients qui se présenteraient en sous-vêtements à leur boutique lyonnaise le premier jour des soldes : ces derniers repartiront avec un bas et un haut au choix gratuits.

Alors que la marque réussit son coup de pub, les clients renforcent l’absurdité d’une société qui nous pousse à la consommation. N’avaient-ils vraiment plus rien à se mettre qu’ils étaient prêts à se dénuder ou presque en plein hiver pour repartir avec une tenue gratuite qui s’ajoutera aux nombreuses tenues superflues dont débordent déjà certainement leur placard ? L’un des avantages de cette opération, « c’est qu’on a pas besoin de faire la queue aux cabines d’essayage » comme l’a si bien fait remarquer l’une de ces clientes. Alors ça vaut le coup, c’est sûr. Et dire qu’en attendant certains meurent de froid dans les rues parce qu’ils ne sont pas assez couverts et ce n’est pas par choix. Si seulement Desigual avait pensé à faire don de 100 tenues aux plus démunis ? Cela aurait été plus utile à l’humanité, certes, mais évidemment, la portée médiatique n’aurait pas été la même et la marque ne se serait malheureusement pas faite autant remarquer.

Au moins, on peut dire qu’à part quelques clients mécontents qui râlaient faute de n’avoir pu faire partie des 100 premiers heureux dénudés, l’opération s’est déroulée sans heurt et de manière aussi « civilisée » qu’elle pouvait l’être. Il en fut tout autrement en décembre dernier, le jour de la sortie des baskets « Air 11 Jordan Retro Concord » de Nike, un autre évènement très attendu des consommateurs aux Etats-Unis. A cette occasion les boutiques ont ouvert leurs portes à des milliers de clients impatients à minuit et l’agressivité de certains à nécessité l’intervention de la police. Pourtant, elles n’étaient pas gratuites- $180 quand même !

Jusqu’où irons-nous pour satisfaire notre surconsommation ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 13 janvier 2012 08:35

    C’est là que l’on s’aperçoit de toute la déchéance intellectuelle et morale du citoyen qui ne se résume plus que par ce qu’il possède ou veut posséder. La spiritualité de l’homme et l’harmonie avec son environnement ont été remplacé par la marchandisation et le commerce. L’homme n’est plus vu que comme un consommateur et une matière première d’ajustement. L’aliénation des masses à la finance est devenue une évidence et le seul but de notre civilisation occidentale. Bonjour l’avenir ...


    • JL JL1 13 janvier 2012 10:38

      Bonjour,

      ce n’est pas la première fois qu’une telle opération se produit. Sauf erreur de ma part, il est arrivé que la condition était d’être complètement nu.

      Je ne suis pas d’accord avec Gabriel, sur la déchéance du citoyen. Et d’ailleurs, il se contredit, puisqu’il n’y a pas commerce : c’est gratuit !

      A ce sujet, j’aimerai relater l’histoire qui a fait le tour des médias de ’l’homme nu de la Redoute’. Chacun y est allé de son petit reportage, et de son agrandissement. Je n’ai pas vu le catalogue, mais je sais d’expérience, que si on agrandit un détail d’une page imprimée, on ne voit pas grand chose du fait de la trame. Et même avec des programmes de lissage, il est impossible de reconstituer des images ayant la netteté de ce qu’ont montré les télévisions.

      Ceci me fait dire que cette affaire est une campagne publicitaire orchestrée par la Redoute elle même, en témoigne le slogan qui est servi avec les fameux agrandissements : « il y a encore des gens qui ne savent pas que nous vendons des maillots de bain. »

      Alors, parler de déchéance des ’citoyens’ (vocable inapproprié ici), c’est se tromper de cible.

      Et c’est aussi jeter aux orties les manifestations aussi festives que citoyennes contre justement ce qui nous opprime.

      A part votre dernière phrase, je vois dans le dernier § matière à réfléchir. Ne mélangeons pas les genres.


      • Gabriel Gabriel 13 janvier 2012 11:29

        Bonjour JL1,

        Que des individus attendent des heures devant des boutiques pour en acquérir les objets, quel qu’ils soient, se ruer à l’ouverture et se battre pour être sur de posséder l’objet de son désir, je trouve cela, en effet, aliénant, dévalorisant et rabaissant pour une espèce dite « Evoluée ». Maintenant, le paraître et l’avoir sont les nouveaux repères, les nouvelles valeurs. Belle société que nous avons là…


      • JL JL1 13 janvier 2012 12:44

        Gabriel,

        je suis d’accord, bien sûr. Mais comme je l’ai dit : ne mélangeons pas les genres.


      • antonio 13 janvier 2012 11:00

        Les « clients » qui se déshabillent ainsi : du bétail, rien que du bétail !


        • bnosec bnosec 13 janvier 2012 13:20

          Ces crétins capables d’attendre 8 heures à poil sous 0°C sont les mêmes crétins qui vont gueuler quand ils doivent patienter 5 minutes au guichet de la poste ou de la SNCF.
          J’ai de moins en moins de pitié et de plus en plus de mépris pour ces gens là...


          • Veaulubiliator99 Veaulubiliator99 13 janvier 2012 19:10

            Jusqu’au retournement d’estomac, sur leur rayon de supermarket...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Natasha

Natasha
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires