• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Alors, « Super-Boy » arriva, et sauva l’humanité

Alors, « Super-Boy » arriva, et sauva l’humanité

 UN CONTE DE NOËL ESOTERIQUE

Il était une fois,.....

En l’An de grâce 3.013, dans une grande école de MEDIAVILLE, un vieux Professeur qui dispensait à ses élèves un cours d’Antiquologie.

« Aujourd’hui, mes enfants, la période de nos grandes fêtes existentielles s’y prêtant, je vais vous conter une période sombre, peut-être la plus sombre, de l’histoire de notre Humanité........A notre époque, nous avons tendance à croire, nous autres, ‘Terriens’, que notre Monde a toujours vécu dans l’immanent bonheur ataraxique que nous connaissons depuis longtemps. Quelle erreur historique !

Il fût des temps en effet, situés tout au début du troisième millénaire, où notre planète mère, la Terre, connaissait un effroyable et inhumain affrontement idéosanlogique. Oui mes enfants, aussi incroyable que cela puisse paraître, nos aïeux d’alors étaient divisés en deux clans : les riches du « Richmond » et les pauvres du « Tristmond », qui s’entretuaient à coups « d’écuprotéïne ». Les uns mourraient de trop en manger, et les autres de trop en manquer.

Pour ce qui nous concerne, nous avons du mal à imaginer une telle aberration. Il est en effet difficile de comprendre qu’après des millénaires d’évolutions et de progrès remarquables, les Terriens d’alors se soient laissé acculer dans une situation aussi dangereuse qu’explosive. Ils commençaient à maîtriser les ‘ions’, la génétique, l’informatique et de nombreuses autres sciences en ‘iques’. Ils allaient déjà dans la Lune et savaient diriger leurs navettes spatiales à la seconde et au millimètre près. Ils savaient même déjà guérir des maladies graves, .....mais ils étaient totalement infoutus de maîtriser leur économie ! Et le comble, ils étaient complètement incapables de répartir équitablement entre eux, les richesses acquises par leur travail. Certains pressentaient bien qu’un affrontement suicidaire dû à des comportements égoïstes généralisés, éclaterait un jour ; une guerre fratellicide à même d’anéantir la Terre entière. Mais englués dans un système mercantile absurde, totalement dépassés et désemparés, nos lointains Aieux, ne savaient que faire !

  C’est alors que « SUPER-BOY » est arrivé pour sauver l’Humanité ! !

Aux Terriens d’alors, à l’esprit conditionné et obscurci par des idéologies matérialistes obsolètes, ‘SUPER-BOY’ montra le bon chemin. Il leur dessilla les yeux afin qu’ils puissent voir d’eux-mêmes, que par les efforts et l’immense travail qu’ils avaient accompli depuis l’aube des temps, ils avaient déjà largement atteint leur ‘essentiel vital’ et que par une répartition équitable le Bonheur était déjà à leur portée ! Comme tous les Mutants dont le rôle est de veiller à la destinée de l’Humanité, ‘SUPER-BOY’ dans le souci de provoquer de salvatrices réflexions, parlait en paraboles sibyllines. Voici mes enfants, de mémoire et très approximativement, en raison de l’hermétisme des termes, qui sont d’ailleurs gravés dans le « Biosillon d’Or », l’essentiel des messages qu’il délivra aux Humains à l’aube du 3eme Millénaire. ........Pour le Bonheur par exemple :

 Oh ! Homme ouvre les yeux, le Bonheur est un vrai théorème.

 De la triade vitale tu as besoin, pour ton équilibre suprême.

  D’abord Matière, terre, eau, et boue, .... que l’immanent créa,

 C’est après seulement, que sur toi, Pensée et Esprit, il souffla.

C’est ainsi qu’il fit comprendre aux Terriens, que pour réaliser le Bonheur des Hommes, il faut impérativement satisfaire à ses trois aspirations vitales : à ses aspirations Matérielles, Intellectuelles et Esprituelles. Et aussi, qu’il était inopérant et dangereux de transgresser cet ordre, ou de ne pas répondre de façon harmonieuse au développement de ces trois besoins principaux. ....... Et également, il ajouta :

  Vois Homme, par un labeur dur et pénible, long et inlassable,

  Ton indispensable minimum vital, tes grands aïeux ont acquis,

  Pourquoi alors faut-il, croissance, richesses plus considérables ?

  Veilles plutôt, à ce qu’elles soient,.... beaucoup mieux réparties.

Et les pays industrialisés d’alors, comprirent qu’au lieu de poursuivre leur course folle de croissance, de concurrence et d’innovation, il valait mieux vivre pleinement et sereinement, ici et maintenant. Et les Terriens prirent conscience que par le travail et les sacrifices accomplis par leurs aïeux, ils avaient dépassé ‘l’anathème biblique de la sueur laborieuse’ et qu’à présent, l’Homme pouvait enfin : « Vivre et travailler à la ‘LUEUR’ de son front ».

Et sentencieusement, il ajouta :

  De tout travail, l’idée que la foule s’en fait, est merveille !

 Pour les uns pénible corvée, et pour les autres vrai trésor !

  Tant il est vrai qu’aux rayons ardents, du même soleil,

  Une multitude s’y brûle, alors que les nantis s’y dorent.

Par ce simple message il démonta le honteux stratagème des Grands Patrons d’alors, qui arguant d’une « FRANCE  paresseuse » désiraient pousser toujours plus la valeur du Travail. Il était quand même cocasse de remarquer qu’à l’époque, c’étaient ceux qui travaillaient le moins qui voulaient que les autres travaillent le plus. Ils avaient même inventé un slogan : ‘travailler plus pour gagner plus’. Et cela, c’était seulement,...... pour rendre service aux employés, qu’ils disaient ! Mais ils oubliaient de préciser que lorsque ces ‘heures supplémentaires’ rapportaient 10 aux salariés, à eux elles en rapportaient 20 ! Et cela sans prendre le risque d’embaucher du personnel supplémentaire !

Et toujours sur le travail, il poursuivit encore :

  Grâce à tous nos progrès, le Travail ne sera bientôt plus obligatoire,

  Mais, l’action est indispensable à la plénitude des Hommes civilisés,

  Et l’activité pour chaque Citoyen, est une nécessité, un vrai Devoir.

  Un véritable dû en somme, qu’à Collectivité où il vit, il doit donner.

Par ce quatrain quelque peu sibyllin, ‘SUPER-BOY’ voulut faire comprendre à nos Ancêtres du XXII ème siècle, que grâce aux immenses progrès que l’Humanité réalise en permanence un jour viendra, où les machines seules faisant pratiquement tout, le travail sera réduit à la portion congrue ! Et qu’il fallait déjà réfléchir à ce problème, car l’Espèce Humaine ne supporte pas l’inactivité. Nous le savons bien nous, aujourd’hui, que pour le développement harmonieux des Hommes, un minimum de 20 à 25 heures de travail ou d’activité hebdomadaire, est absolument nécessaire. Ce temps, productif, civique ou social, sera considéré comme un ‘Service National’, un véritable ‘Devoir,’ que chaque Citoyen devra accomplir pour son pays ou pour la communauté humaine qui l’a accueilli.

Et pour conclure sur l’activité, il ajouta :

  Quelle absurde opposition d’alors, sur la Réduction des Horaires.

  Quand la Recherches et le Progrès vont plus vite que la Croissance,

  Seule une équitable répartition du Travail, peut éviter le Chômage.

 Pourquoi donc Homme, dois-tu travailler plus que le nécessaire ?

 Plus que le labeur, le destin de ta vie, est ton ataraxique jouissance.

 Et il est heureux, que depuis lors, tu as bien assimilé ce message ! 

Par ces affirmations,‘SUPER-BOY’ voulut stigmatiser les discours mensongers du Gouvernement et du Grand Patronat de l’époque, qui promettaient de résoudre tous les problèmes, en accroissant bêtement les horaires de Travail et les ‘Heures Supplémentaires’. Quelle aberration ! Car ces mesures, si elles enrichissaient les Nantis, ne réduisaient en aucune façon le nombre des Chômeurs. Alors ’SUPER-BOY’ leur démontra qu’il était bien plus intelligent, pour obtenir la même production, de travailler moins longtemps à plus, que de travailler plus longtemps, .....à moins ? C'est-à-dire, que pour obtenir le même PNB, valait-il mieux avoir : 20 millions de salariés qui travaillent sous pression, comme des forcenés, ou bien 22 millions, qui travaillent calmement, efficacement et en toute sérénité ?

Et pour préparer les Esprits, il parla aussi de l’avenir de l’Humanité :

  Et d’égoïsmes nationalismes, bordés de chimériques frontières,

  Il proposa le Mondialisme pour faire le bonheur de l’Humanité.

 Il généralisa l’AMOUR des couples, pour leur destin planétaire,

 Ainsi, le Monde libéré de l’hymenée, ne fut que totale fraternité.

Par ce quatrain très hermétique, il fallait comprendre que sans le ‘mariage’ le Monde entier serait frère. Parce que sans hyménée officielle il n’y aurait plus de haine, de jalousie, ni d’accumulations de fortunes patrimoniales ! Et l’héritage n’existant plus, un capitalisme mieux partagé ne serait plus un obstacle à la fraternité des peuples. Il n’y aurait plus d’obligations dépassées, les Hommes, et les Femmes aussi bien sûr, en unions libres à durée choisie, pourraient en supprimant les frontières, unifier la Planète entière. Et de facto, toutes les races, blanches, jaunes ou noires, seraient brassées biologiquement, ce qui donnerait naissance à une postérité nouvelle, ayant ce teint bistre qui rend les femmes si belles, et possédant des facultés humaines, physiques et psychiques exceptionnelles.

Vous voyez mes enfants, si vous êtes là aujourd’hui à écouter cette histoire d’il y a très de 1.000 ans, c’est que ‘SUPER-BOY’ a réussi sa mission. Bien éclairés et bien conseillés par une philosophie beaucoup plus réaliste que toutes les idéologies stériles de l’époque, nos aïeux ont eu le réflexe salutaire à leur survie. Et l’Humanité d’alors, dans une sérénité retrouvée poursuivit son chemin vers le Bonheur. Avec l’aide de notre héros, les Hommes créèrent un « Comité des Sages » chargé, d’une part, d’orienter la destinée des Terriens vers leur but cosmique et, d’autre part, de les aider à gouverner le Monde avec la Sagesse nécessaire ! A ce sujet et pour finir, je citerai cette dernière prédiction :

 Maîtriser les équilibres naturels, et surtout l’équilibre démographique,

  Pour nourrir suffisamment, tous les Etres vivants de la planète Terre, 

  Par la nécessaire méiose de l’orgasme, tribut de leur destin cosmique,

  Le Bonheur des Hommes, sera leur parfaite symbiose avec l’Univers !

De ces paroles plus que sibyllines, je ne vous dirai rien mes enfants. Je vous les expliquerai un jour, lorsque vous serez assez matures pour en comprendre le véritable sens. D’ailleurs sans la présence de « SUPER-BOY » nos ancêtres d’alors, auraient eu beaucoup de mal à saisir la signification de ce message, qui est pourtant l’essentiel de la destinée de l’Humanité.

L’on sait aujourd’hui que « SUPER-BOY » fut sage, avant sa mort de montrer aux Hommes, que contrairement à l’orientation qu’ils prenaient, faites d’Ambitions, de Jalousies et de Guerre, c’étaient l’Amour, le Travail et la Fête,....... qui étaient de vrais trésors !

 C’est ainsi que depuis cette époque, tous les peuples vécurent heureux, et que nous ici présents, ….. vivons l’instant .

  Raymond MONEDI

  Décembre 2 012

 > www.cerclepep.org <


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • louphi 22 décembre 2012 21:46

    MONEDI

    Le fond de votre article est appréciable en ce sens qu’il pose le problème de la destinée de l’humanité menacée d’apocalypse par un système basé sur l’accaparement et le pillage des richesses par une petite minorité prédatrice. Vous constatez avec justesse que les humains sont "... englués dans un système mercantile absurde, totalement dépassés et désemparés,...«  où ils sont  »complètement incapables de répartir équitablement entre eux, les richesses acquises par leur travail". Comme une prévision, vous notez même que certains "pressentent bien qu’un affrontement suicidaire dû à des comportements égoïstes généralisés, éclaterait un jour ; une guerre…à même d’anéantir la Terre entière.". Votre analyse du mal profond, dont la société actuelle souffre, est un écho à la lumineuse analyse marxiste, bolchevique.

    Ce mal profond a pour nom le capitalisme, lequel capitalisme a pour racine, la propriété privée, c’est à dire l’accaparement de la plus-value d’un travail collectif par une minorité d’individus à des fins de jouissance personnelle. C’est donc la propriété privée qu’il faut abolir pour extirper ce mal qui ronge la société moderne. Et lorsque vous concluez votre article en écrivant que « D’ailleurs sans la présence de « SUPER-BOY », nos ancêtres d’alors auraient eu beaucoup de mal à saisir la signification de ce message qui est pourtant l’essentiel de la destinée de l’Humanité", on ne peut s’empêcher de penser que le « SUPER-BOY » en question, c’est le quarto Karl Marx, Friedrich Engels, Lénine et Staline. Mêmes les prescriptions de votre héros semblent aller dans le sens du marxisme, y compris la prévision d’une "guerre à même d’anéantir la Terre entière". En effet,

    « La guerre n’est pas en contradiction avec les principes de la propriété privée ; elle en est le développement direct et inévitable. En régime capitaliste, le développement égal des différentes économies et des différents États est impossible. Les seuls moyens possibles, en régime capitaliste, de rétablir de temps en temps l’équilibre compromis, ce sont les crises dans l’industrie et les guerres en politique. (...) »(Lénine – Du mot d’ordre des Etats-Unis d’Europe). ».

    Rappelons que le système capitaliste mondial, l’impérialisme a déjà plongé l’humanité dans de telles guerres apocalyptiques par le passé. On se souvient de la première guerre mondiale de 1914-1918 et de la deuxième guerre mondiale de 1939-1945. Ces deux dernières guerres mondiales du capitalisme des empires (impérialisme) ont déjà été des apocalypses pour l’humanité. Il ne faut surtout pas l’oublier.

    Abstraction faite de son aimable enveloppe mythologique, j’ose considérer que votre article fait suite à la réflexion que j’ai portée sur certains autres articles publiés il y a quelques jours sur ce forum à propos de Gérard Depardieu (voir ma réponse à vincentine et à Sylvain Rakotoarison). Cette réflexion consiste à penser que la propriété privée n’est rien d’autre qu’un butin acquis par une razzia, fut-elle légale, car rien ne justifie la propriété privée du capital à part le brigandage. Le capital en fait, c’est ni plus ni moins que le surplus du produit d’un travail commun, la plus-value tirée d’un travail collectif.

    En fait, quand on parle de « travail », on sous-entend toujours le travail positif, le travail socialement utile, le travail productif des produits sociaux comestibles utilement. On oublie toujours qu’il y a aussi une autre forme de travail que l’on peut traiter en deux volets. Le premier volet est le travail improductif, le travail inutile socialement, le travail qui ne fournit aucun produit social. Le deuxième volet, c’est le travail négatif, le travail socialement nuisible, le travail qui alimente la société en produits nuisibles ou toxiques.

    Par exemple, le travail de Gérard Depardieu en tant qu’artiste, est un travail positif. La valeur de son travail positif, comme d’ailleurs celui des grands sportifs, ou des hautes autorités étatiques ou de la finance, ne vaut pas plus que celui d’un ouvrier qualifié (O.Q) qui se situe autour de 3000 Euros BRUT dont il faut déduire l’impôt annuel sur le revenu. Au delà de ce montant, les revenus de Gérard Depardieu ne se justifient plus par une utilité sociale.

    Au-delà de ce montant, les revenus de Gérard Depardieu ne peuvent plus se justifier que par un travail socialement négatif, un travail spoliateur de la société, tout comme le travail d’un narco-trafiquant, d’un braqueur de magasins, d’un braqueur de convois de fonds ou d’un braqueur de banques. Les bandits, les pillards et les razzieurs incontestablement eux aussi travaillent, assument de hautes responsabilités dans leurs milieux et prennent des risques incommensurables. Mais leur travail est négatif parce que nuisible à la société.

    Tout est donc dans l’utilité sociale du produit du travail. On ne peut invoquer l’apport initial d’un quelconque capital car, le capital lui-même, comme il a été dit ci-dessus, tout capital, n’est pas autre chose que la partie économisée de la plus-value auparavant extraite du travail collectif des ouvriers (travailleurs) manuels ou intellectuels.

    L’accaparement des capitaux, produits collectifs, à des fins privées, ne peut d’aucune manière être justifié par une quelconque nécessité ou utilité à la société. L’accaparement d’un capital à des fins personnelles, la propriété privée du capital, est un acte de brigandage, un attentat terroriste contre la société. Le seul détenteur du capital, surplus du travail collectif, doit être l’Etat, puissance publique représentant la société, la collectivité des travailleurs seuls producteurs du capital.

    L’accaparement des capitaux à des fins privés est l’unique source des malheurs (pauvreté, destruction criminelle de l’environnement, crises, émeutes et guerres) de la société actuelle. La propriété privée du capital est le symbole le plus achevé de la barbarie moderne. La propriété privée du capital doit être abolie. Les rebelles à cette abolition doivent être liquidés comme de vulgaires bandits et terroristes. Cette abolition ne peut être obtenue que par la révolution des travailleurs sous la bannière du prolétariat ou classe ouvrière organisée en un parti politique de type bolchevique. Tel est le manifeste de l’homme nouveau, militant pour la société nouvelle, la société socialiste de dictature soviétique du prolétariat, voie obligée de passage du capitalisme à la société communiste, société sans exploiteur ni exploité(e).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires