• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Amnistie, est ce que j’ai une gueule d’amnistie (...)

Amnistie, est ce que j’ai une gueule d’amnistie !

Encore un peu de patience, Monsieur le Bourreau. Mon amnistie est signée et le messager arrive. Il est juste bloqué par des camarades manifestants.

 

Depuis que le gouvernement a voté la loi « Poivrons » (Rouges pour le FdG et Vert pour EELV), nous les nouveaux CRS (Camarades Révolutionnaires Syndiqués) occupons les usines.

Mais comme les anciennes Compagnies Républicaines de Sécurité, nous demandons le remboursement des frais de pressing dans ce cas :

 

Les CRS gardiens de prisons ayant détruit l’ensemble des pénitenciers, la peine de mort est de retour pour les particuliers perturbateurs. Lorsque j’ai mis le feu à mon usine de fabrication d’explosifs, juste pour revendiquer, je ne pensais pas qu’elle exploserait en faisant 300 morts. Par chance, mon épouse à retrouver ma carte de la CGT, je suis donc amnistié, c’est la loi.

Les CRS routiers ayant détruit les dépôts et raffinerie de pétrole, pour manifester contre la hausse du carburant, on ne trouve plus d’essence. Le messager, porteur de mon amnistie arrive à cheval. Les Verts sont content, car c’est écologique.

Au dernier remaniement ministériel, le Président de la République a nommé J.L Mélenchon Ministre de travail et E. Joly Ministre de la justice. Des mauvaises langues colportent qu’il leur a souhaité bien du courage avec la loi d’amnistie qu’ils ont souhaité.  

 

Depuis que des députés ont créé un syndicat des parlementaires, le calme règne à l’Assemblée. Les Camarades Révolutionnaires Syndiqués ont menacé Monsieur Claude Bartolone de mettre le feu, en toute impunité, si des textes capitalistes étaient votés.

Dans notre beau pays, la race des casseurs n’existe plus. L’Assemblée nationale a adopté le 16 mai 2013, une proposition de loi du Front de gauche supprimant le mot « race » de la législation française. « Ce concept aberrant, ayant servi de fondement aux pires idéologies, n’a pas sa place dans notre ordre juridique ».

 

Du coté des syndicats, il faut répondre à une demande d’adhésion de plus en plus nombreuse. Le syndicat des chômeurs prépare un fusionnement avec le syndicat des pêcheurs à la ligne. Mais le syndicat des cultivateurs de choux refuse d’être amalgamé avec le syndicat des éleveurs de cigognes comme le souhaité le syndicat des bébés pour tous. 

 

Même les truands seront bientôt amnistiés. Des avocats préparent les statues du Syndicat du crime. Les truands syndiqués dénoncent les cadences infernales de la branche des tueurs. Surtout à Marseille. Tuer à la chaîne, c’est plus une vie…

Et vous, Monsieur le bourreau, vous avez votre carte syndicale ? 

Petite vidéo d’une franche explication bon enfant…objet de l’amnistie.

 

 

 

Illustration : https://plus.google.com/+LeFigaro/posts/b5qxDUhvmcp

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • heliogabale heliogabale 18 mai 2013 10:30

    J’avoue n’avoir pas très bien compris la parodie...

    Cependant, j’entends souvent cet argument contre l’amnistie : « voter l’amnistie, c’est leur donner un permis de casser ».

    Je suis assez sceptique devant cet argument. On pourrait même penser le contraire, que voter contre l’amnistie aboutirait à une radicalisation de certains militants syndicaux qui considèreraient qu’il n’y a plus rien à perdre.

    C’est là le plus grand risque : que certains pensent qu’ils n’ont plus rien à perdre...les libéraux devraient s’en inquiéter, eux qui sont adeptes de la théorie des jeux.


    • jef88 jef88 18 mai 2013 10:30

      quand la connerie s’institutionnalise on se demande jusqu’où elle ira  !
      bel article ! ! !


      • heliogabale heliogabale 18 mai 2013 10:33

        Il faut relire Germinal...


        • heliogabale heliogabale 18 mai 2013 10:36

          Et dans le même temps le gouvernement envisage une amnistie des...exilés fiscaux...

          L’expression « salauds de pauvres » prend toute sa mesure !



          • Phi ka Sō Nathael Dunevy 18 mai 2013 10:45

            heliogabale
            .
            Aucun saint digne encore
            ma plume n’avait trouvé,
            aucun confort pour les mots raisonnés
            qui résonnent comme l’horizon,
            d’une oraison arizonée.
            .
            Mais quand mal la raison hait
            le pardon d’un odieux juron
            que dieu lui même riait,
            je ne peux faire objection.


            • Phi ka Sō Nathael Dunevy 18 mai 2013 10:48

              Papybom
              .
              Pardonnez l’erreur de manipulation,
              Le post précédent fut à votre attention.


              • jaja jaja 18 mai 2013 11:24

                En réponse à la violence de l’arbitraire patronal qui laisse sur le carreau les salariés pour un peu plus de profit la violence en retour des ouvriers est tout à fait légitime.

                On amnistie une faute donc on n’accepte pas qu’un acte légitime de résistance ouvrière soit poursuivi par la justice bourgeoise lorsque l’on se prétend de gauche.

                Pour les Goodyear il n’y a eu que réponse à une provocation policière préparée par le gouvernement et son ministre de l’intérieur. C’est Valls qui a placé ses mercenaires, lourdement équipés comme on peut le voir sur la vidéo, sur le lieu même où les ouvriers devaient se réunir. Sans cette assemblée de Robocop, au contact du rassemblement, il n’y aurait pas eu d’affrontement.

                Que tous ceux qui souhaitent des condamnations dans ces affaires réfléchissent bien. Tout d’abord qu’ils sachent que nous ne laisserons jamais tomber nos camarades poursuivis en justice par les patrons et leur gouvernement. 

                Ensuite qu’en retour d’éventuelles condamnations d’autres ripostes sont prévisibles qui ne se feront pas forcément dans la douceur.

                Résistance !!!



                • oncle archibald 18 mai 2013 11:37

                  « un acte légitime de résistance ouvrière » doit-il nécessairement comporter la mise à sac de la sous préfecture et le saccage des bureaux de l’usine que l’on souhaite ne pas voir disparaitre .. Est-ce la bonne méthode pour sauvegarder l’emploi menacé de disparition ?? Ne vaudrait-il pas mieux obliger faire le siège du parlement et obtenir une loi qui obligerait l’employeur abusif à céder son entreprise aux salariés pour qu’’elle continue à fonctionner en SCOP et puissent gouter au bonheur et aux angoisses d’être les patrons de leur outil de travail ?? 


                • jaja jaja 18 mai 2013 11:53

                  Bonjour Oncle Archibald


                  Vous proposez de passer à la vitesse supérieure et on ne peut que vous approuver....

                • jaja jaja 18 mai 2013 12:00

                  Cependant l’autogestion ouvrière dans le cadre d’une société restée majoritairement capitaliste est une utopie.

                  C’est la société dans son ensemble qu’il faut changer donc il faut ajouter un détail à votre plan. Prendre le parlement et les institutions bourgeoises.
                  Sans trop casser si possible..... smiley

                • Fergus Fergus 18 mai 2013 17:03

                  Bonjour, Jaja.

                  Il y a deux logiques qui s’affrontent chez les militants de toutes les causes.

                  D’un côté, ceux qui réclament une amnistie, au risque d’introduire de facto un traitement différentiel entre les différentes catégories de justiciables face à des violations avérées de la loi.

                  De l’autre, ceux qui, à l’image des faucheurs volontaires, revendiquent au contraire des poursuites afin d’utiliser la salle d’audience comme tribune pour faire progresser leur cause, et afin de mettre la Justice devant ses responsabilités face au motif des dégradations.

                  Les deux opinions s’appuient des avantages et des inconvénients, et toutes les deux sont respectables. J’avoue ne pas avoir d’avis tranché sur le sujet.

                  Cordialement.


                • oncle archibald 20 mai 2013 15:08

                  « C’est la société dans son ensemble qu’il faut changer donc il faut ajouter un détail à votre plan. Prendre le parlement et les institutions bourgeoises. sans trop casser si possible ... »


                  Et c’est là que le bât blesse, c’est là que l’on voit les limites de votre raisonnement et tous les non dits de votre idéologie à la con ... Dès qu’il faut être en concurrence avec un autre système le votre s’effondre .... Egalité par le bas au lieu de tirer tous ceux d’en bas vers en haut ... Peu importe que ça aille mal pour tout le monde, il ne faut voir qu’une tête .... Minable .. 

                  Pourtant comment ne pas penser qu’un entreprise qui appartient à ses salariés, pas à tous les citoyens, pas à l’état, comme ce fut le cas dans tous les exemples du communisme qui a mal tourné, puisse craindre la concurrence ??? Ne sont-vce pas les profits honteux des capitalistes qui empêchent l’honnête travailleur de gagner de quoi vivre ?? 

                  Votre système ne marche qu’avec un isolement complet .. Il faut revenir au mode de vie en autarcie du moyen âge dans les campagnes pour arriver à bouffer ... Minable .... 

                  Si vous croyez vraiment ce que vous dites pourquoi faudrait-il nécessairement que ce système soit sans concurrence .. Un appareil de production qui ne garderait en bénéfices que les profits nécessaire à ses investissements ne pourrait-il pas à la fois faire vivre très bien ses salariés et vendre ses produits à un prix si bas qu’il ferait couler la concurrence ?? Pourquoi donc ?? Expliquez moi cela en détail si vous le pouvez Jaja ....

                • jaja jaja 20 mai 2013 16:10

                  @ Oncle Archibald,

                  Mon « idéologie à la con » vaut bien toutes vos contorsions idéologiques pour maintenir en vie le régime capitaliste...

                  Au plan strictement économique une entreprise qui emploie des employés sous-payés et soumis à cadences infernales et horaires à rallonge est bien plus compétitive que si ses salariés sont très bien payés, travaillent tranquillement et sans stress et font des heures raisonnables.
                  Tous les capitalistes ont compris ça sans peine ! L’immoralité, le cynisme de leur système n’est plus à démontrer. De plus il ne vous aura pas échappé que c’est bien ce système que nous combattons et voulons éradiquer et qu’il s’agit d’une lutte qui au final ne laissera qu’un vainqueur... il n’y aura jamais cohabitation...

                  Aussi je n’imagine pas une société où le système d’exploitation cohabite avec son contraire, s’acharnant à faire crever les entreprises sociales moins rentables car humainement généreuses, même si, provisoirement, il faut rogner sur les profits. Par ailleurs l’égalité que je prône n’est pas l’égalité vers le bas, comme vous le dites, mais l’égalité tout court, y compris en matière salariale...

                  Alors oui un système socialiste ne peut cohabiter avec le vieux système capitaliste d’exploitation de l’homme par l’homme. Ce dernier doit disparaître totalement... les entreprises doivent être socialisées et donc la propriété de tous. Elles devront être autogérées et la démocratie directe devra devenir la base de leur fonctionnement comme ce devra être le cas pour toute la société.

                  Je pense déja qu’un pays socialiste isolé, entouré de nations capitalistes hostiles, ne peut maintenir un système d’égalité sociale dans la mesure où il serait immédiatement attaqué de toutes parts, économiquement puis militairement si nécessaire... Donc à fortiori envisager une cohabitation, une libre concurrence, comme vous faites ici semblant de le souhaiter, entre les deux systèmes au sein d’une même Nation relève de la pensée magique... ça ne se fera jamais, car il s’agit bien ici d’une lutte à mort entre le vieux capitalisme et le socialisme du futur ....


                • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 18 mai 2013 18:06

                  Dans les faits le projet d’amnistie vise surtout à blanchir les malversations et délits financiers de certains syndicats.

                  Pour le reste tous ceux qui commettent des délits lors de manifs peuvent à un titre ou un autre s’estimer « légitimes » : c’est le cas de ceux attaqués pour des faits autour des « manifs pour tous » ou même ceux ceux qui ont occupé (sans violence ni destruction) la mosquée de Poitiers.
                  L’erreur a été de ne pas prononcer d’amnistie générale (quitte à exclure certains délits ) comme c’était le cas il y a encore quelques années : ça permettait de remettre les compteurs à 0 pour tout le monde sans donner le sentiment de faire le tri entre ses copains et ses ennemis.
                  A entendre Mélenchon on croirait sortir de 10 ans de dictature stalinienne, alors que ce n’était pas vraiment le cas...

                  • Le421 Le421 19 mai 2013 08:36

                    Pour ceux qui parlent encore du FN comme parti des travailleurs...

                    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2013/05/18/a-cannes-je-festivale-en-rouge/#article2

                    Lire le chapitre sur l’amnistie.
                    Là, c’est du concret, pas du pipeau !!


                    • Sacotin Sacotin 19 mai 2013 09:47
                      Ben oui : y’en a qui écopent et d’autres non. Rappel :

                      « Après tout, quand certains membres du GNEA saccageaient des rayons de grandes surfaces ou des directions départementales de l’agriculture, aucune poursuite n’était engagée. Ceux qui avaient dévasté le bureau de la ministre de l’Environnement n’avaient été nullement inquiétés par la justice alors que la justice et la police les connaissaient très bien. »

                      Yves Le Couturier, La vache et le corbeau, édité en 2000.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès