• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Angoisse : dans un an, “Mai 2008”...

Angoisse : dans un an, “Mai 2008”...

Préparons-nous dès aujourd’hui à subir l’atroce « fête » que donnera notre société hyper festive, dans un an, à l’occasion de l’anniversaire de « Mai-68 »... Allez, on prend son souffle, on fait entrer de l’air dans ses poumons... La société hyper festive aura raison de nous...

Qu’on se le dise dans les chaumières : le mois de mai 2008 sera peut-être un peu difficile à supporter. En effet, nous fêterons alors - dans une liesse médiatique qu’il faut craindre - les quarante ans des événements anarcho-festifs de 1968.

D’abord les médias donneront à cet anniversaire un écho démesuré. Le Figaro titrera peut-être : « Génération 68 : pour un droit d’inventaire. » Si Libé est toujours en kiosque (espérons-le !), il nous gratifiera de la photo géante d’une jolie militante trotsko, aux allures baba, avec le titre « 68, année érotique ». L’Huma osera certainement quelque chose dans le genre « 68-08 : la lutte continue ». Plus prudente La Tribune titrera sobrement : « Sarkozy revient de Chine avec une commande ferme pour 300 Airbus.  »

Les médias audiovisuels en feront des tonnes et des tonnes : on sera saturé de ces délicieuses images d’actualité en noir et blanc, siglées INA. On rendra le culte aux idoles en invitant sur les plateaux de télé les anciens combattants de cette drôle de guerre... Oh ! ce seront des moments de télévision émouvants, efficaces, et d’un pouvoir de nostalgie évident. Ils diront que leur "avant" était meilleur que notre "aujourd’hui", qu’on aurait dû les écouter et changer le monde, que leur génération avait tout compris à la vie et que Mitterrand a brisé les illusions de la gauche. Alors on les écoutera béatement, en se disant que nos parents, et grands-parents, sont en train de tristement entrer dans l’Histoire.

Daniel Cohn-Bendit, toujours aussi frais et séducteur, en veste de velours côtelée verte, dira dans l’émission spéciale que France 2 consacrera à la question, que ça avait été pour lui une bonne blague, et même peut-être que « Mai » avait été la période de sa vie où il avait le plus baisé, des commentaires dans ce genre, mêlées d’attaques politiciennes perfides contre le président Sarkozy. Il dira des phrases comme « M. Drucker, mais comment voulez-vous que nos petits Français aient, de nos jours, le sens du rêve et de l’utopie ? Comment voulez-vous que les jeunes se passionnent pour la politique  ? Pour eux, c’est quoi la politique ? Un petit bonhomme qui prend un Airbus pour aller en Chine, et en vendre trois cents autres... (rires dans la salle et sourire complice de Michel Drucker). Alors que ma génération avait le sens des illusions... »

Si tout se passe bien, la réalisatrice Josée Dayan tournera un téléfilm en trois parties pour France 3, sur les événements de mai vus à travers le prisme de plusieurs milieux sociaux. Elle appellera ça « 68 et des poussières », par exemple. Ce sera : « Mai » au lycée Louis Le Grand, « Mai » à l’usine Renault de Boulogne-Billancourt avec Sartre (joué par Lorant Deutsch) sur un tonneau, et « Mai » côté gaullien, avec Philippe Torreton en talonnettes dans le rôle du Général de Gaulle. Ce sera pro. Un peu chiant, un peu vulgaire, mais pro. Il y aura de l’action, des scènes filmées « caméra à l’épaule » de manifs, soulignant la « brutalité policière » (qui n’a pourtant tué personne...), et puis certainement une histoire d’amour transversale et émouvante entre un ouvrier maghrébin en lutte syndicale dans son usine et une petite minette en pull-over cachemire de chez Louis-Le-Grand. Péripétie sentimentale qui facilitera de beaucoup la narration de ce film. Il obtiendra quatre « T » dans Télérama, avec l’approbation « Chrétien media », et ce commentaire élogieux mais banal : «  Josée Dayan nous fait toucher du doigt la grande Histoire, à travers la petite. Toute la beauté lyrique de Mai est rendue avec vigueur et retenue. »


On fera des grandes fêtes populaires dans les rues pour commémorer l’anniversaire des émeutes de Mai. On organisera des débats, des concerts, des cafés philo, des soirées à thèmes dans des clubs branchés, des bals costumés, des partouzes... Ce sera une année faste pour le monde de l’édition. Tout le monde sortira son bouquin sur Mai-68 : historiens, essayistes, journalistes. Et ils passeront dans des émissions littéraires divertissantes, pour faire leur promotion, et dire en substance que c’était chouette Mai-68, qu’on avait bien rigolé, et qu’on avait fait une vraie petite révolution. Comme des grands. Comme la Russie et la Chine. Évidemment, quelques trublions tenteront de troubler la fête, mais on les traitera partout de fascistes, de révisionnistes, et d’adorateurs de Satan. Par exemple Dantec pondra un petit pamphlet sur la question. Houellebecq aussi commettra un petit bouquin de ce genre. P-A Taguieff écrira une somme, lourdement documentée, de 600 pages, dans laquelle il démontera avec intelligence et perspicacité les mécanismes idéologiques des groupuscules d’extrême gauche qui ont animé le mouvement de « Mai », et qui ont progressivement viré à l’antisémitisme dans la fascination politico-religieuse du tiers-monde.

La Ville de Paris, dont la « mairesse » sera alors la très charmante Clémentine Autain, rendra des hommages nombreux et tapageurs à l’esprit de « Mai-68 ». L’avenue Montaigne sera rebaptisée « avenue Pierre-Bourdieu », la place de la Nation deviendra « place de la Révolution-de-Mai », la voie rapide Georges-Pompidou deviendra un « espace civilisé » Manu-Chao, et la prison de la Santé deviendra « centre semi-ouvert de rééducation à la citoyenneté Michel-Foucault ». Pour l’occasion on repeindra durablement la tour Eiffel en rose, et on l’appellera Tour « Mon-Plaisir ».

Tout cela arrivera, d’une manière ou d’une autre.

Souvenons-nous de la commémoration du bicentenaire de la Révolution française en 1989... La gauche de l’époque se voyait héritière des sans-culottes de 1789 et des communards. La dialectique politique sera certainement comparable en mai 2008 : les grands partis de gauche essaieront de nous faire croire que toutes les révolutions se valent, du moment qu’on les « commémore ». Une question me taraude cependant, et je suis plein d’angoisse : quand va-t-on enfin cesser de faire de la politique sur le dos de l’Histoire ? Devons-nous craindre mai 2008  ?

Pour certains Français, le printemps 2008 sera une belle saison pour mourir...


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Nicolas Pascuttini 24 juillet 2007 12:06

    à L’auteur,

    Merci pour cet article qui ne manque pas d’humour...

    Je crains que vous n’ayez raison, le mois de mai 2008 sera sans nul doute le théatre d’affrontements politico-médiatiques particulièrement violents (sic)

    Quant à l’appropriation d’élément historiques par les médias et le politique, ce type de phénomène perdurera malheureusement tant qu’il sera rentable, en terme d’audimat ou de crédibilité...


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 juillet 2007 12:57

      Bonjour,

      J’avais pensé faire un article anticipatif sur les quarante ans de mai 68. Je doute que ça fasse un buzz, en 1998, pour les trente, les éditeurs se sont lancés sur le marché et autant que je me souvienne, ce fut un bide


      • à Bernard :

        d’accord à 100 % : on s’en fout un peu...

        le monsieur qui écrit, y croit que ses pseudos prospectives vont nous faire oublier qu’il y a un une « échéance anniversaire » bien plus importante et bien plus grave en août 2008 : les putains de J.O. de Pékin.

        ça, ça mérite vraiment des articles et encore des articles, mais des vrais...


      • des « re-émeutes » pour Mai 2008 ?

        quelle rigolade !

        on est tous endormis plus que jamais derrière tous nos écrans prêtés (moyennant finances) par Big Brother...

        on se bat entre nous, on s’engueule, on s’indiffère les uns les autres.

        Alors, s’unir et se soulever...


      • (---.---.208.233) 24 juillet 2007 13:28

        article sans intéret, tiens ça me donne envie de faire un récit de prospective anticipative sur les 20 ans de l’effondrement du mur de berlin... quoi ? c’est sans intérêt ? !


        • François-Xavier Ajavon François-Xavier Ajavon 24 juillet 2007 22:21

          Ben c’est pas gentil ça comme commentaire. Ben non... pas de ça sur le « média citoyen » smiley) Par contre je vous recommande chaudement la rédaction de cet article sur les vingt ans de la chute du mur de Berlin... d’ailleurs on peut certainement craindre une reformation des vieux Pink-Floyd ( un « The Wall » de 2h30, chanté en allemand, retransmis par Arte ) et un concert pseudo-improvisé d’un violoncelliste politisé ( héritier de Rostropovitch ). Sans parler de l’émission spéciale qui sera présentée par Christine Ockrent... Lancez-vous, mon ami(e), il y a un papier à faire.

          Mes hommages, Hypée inconnue.

          fxa


        • vinvin 24 juillet 2007 14:27

          Bonjour.

          En 1998 pour le trentenaire de Mai 68, je ne me souviens pas qu’ il est eu de grosses émeutes dans les rues des villes, donc je ne vois pas pourquoi cela ce produirait pour 2008 spécialement ?

          Pet-etre pour le bi-centenaire ? ........

          Mais d’ ici-la la guerre civile européenne inter-ethnique sera surement a son paroxisme, et les gens n’ auront que faire du bi-centenaire de Mai 68.

          Et pour finir, c’ est quoi Mai 68 ?

          une minie-révolution ?

          Cela a aboutit a quoi ?

          une petite augmentations des salaires, et une semaine de plus de congés payés ?

          Sachez que depuis, de toutes façons ceux qui étaient « en bas » le sont restés, et ceux qui étaient « en haut » le sont tojours, ( mis a part quelques rares exeptions....).

          La révolution de 1789 n’ a servie a rien non-plus, ( mis a part faire évader un tout petit groupe de gens de la bastille.

          Mais la révolution 1789 n’ a jamais abolis les privilèges, ( contrairement a ce que veulent nous faire croire quelques médiats, et quelques néo-c*ns,)et n’ a jamais éliminer l’ exploitation de l’ homme par l’ homme.

          Aucune révolution en france et de part le monde, qu’ elle s’ appelle, 1789, mai 68, ou tien-enmen, ou la révolution Russe de 1717, n’ a jamais changé le monde et ne le changera jamais.

          il y aura toujours ceux « d’ en haut » et ceux « d’ en-bas ».

          Ceux « d’ en bas » voudraient chenger le monde mais n’ en ont pas le pouvoir.

          Ceux « d’ en haut » qui pourraient changer le monde ne le désire pas car ce n’ est pas leur interet, ils ont la bonne place et ils sont très heureux comme ça.

          Et croyez-moi, ce n’ est pas pret de changer !!!!!

          ( Je n’ en veux pas aux gens qui sont a l’ origine de Mai 68 bien sur, mais c’ est simplement que c’ était beaucoup de « boucans » pour très peu de résultats obtenus en retour.)

          Bien cordialement.

          VINVIN.


          • NPM 24 juillet 2007 17:57

            « il y aura toujours ceux »d’ en haut« et ceux »d’ en-bas« . »

            Oui. Mais pour un profit mutuel.

            « Ceux »d’ en haut« qui pourraient changer le monde ne le désire pas car ce n’ est pas leur interet, ils ont la bonne place et ils sont très heureux comme ça. »

            Non, ils n’ont pas non plus ce pouvoir, même s’il le voulaient (et pas mal de gens de l’élite son « de gauche » et sincérement).


          • NPM 24 juillet 2007 14:33

            Ils vont certainement faire un peu moins de commémoration que pour les 30 ans, ou déja les 68 hart passaient pour des pourri gaté qui avait chier sur leurs parents. En 2007, on comprend bien tous que ce sont avant tout des Hyper égoiste, qui n’en ont rien à foutre des autres et de la France, mais dont toute la vie s’est consacré à voler l’argent des autres. Il nous laisse une éducation nat en décadence, une économie exangue, des dettes colossal, des retraites non financé, des millions de travailleurs pauvres, de SDF et de gens réduit à être logé en HLM, sans parler des chomeurs..


            • O.Z.Acosta 24 juillet 2007 14:48

              Bien sur tout est de la faute au 68ards. La famine dans le monde, la desertification, les délocalisations, les rmistes, les chomeurs c’est pas un peu fort de café. ( comme quoi la droite ne s’est pas débarrasé de son aile extrême, elle l’a juste intégré, passons et ne parlons plus a cet individu).

              ha noter tous les mardi soir sur ARTE des documentaires et des films issue du summer of love ( ce soir c’est HAIR ) pour bien se remettre dans l’idée de la génération à qui tout été permis et qui s’est permis de nous mettre dans le M.... en étant absorbé par les conservateurs.

              il n’y aura pas de Mai 2008 sauf cas de reveil de la population endormi par la Politik-AC de notre bien cher président, mais le reveil risque d’être très dur pour les populations ouvrières et les personnes agées ( classe d’age qui a le plus voté pour NS ).

              En attendant, regardez plutôt les informations étrangères pour vous donner une idée de la france.

              Z


            • NPM 24 juillet 2007 14:56

              « Bien sur tout est de la faute au 68ards. La famine dans le monde »

              La « famine dans le monde », cher mesieur, c’est le résultat de régime socialiste, ou de guerilla socialiste, donc des idées soutenue par les 68 hart, de brave Maoiste. (On imagine le scandale si dans les années 30 des étudiants avaient hurlaient qu’ils étaient Hitlérien ! Mais la, le sang sur les main ne dérange pas la bonne conscience du type de gauche qui à hurlé avec les bourreaux).

              « les délocalisations, les rmistes, les chomeurs »

              Bien, les délocalisations sont une bonne chose. Par contre, les rmiste et les chomeurs, ca n’aurait pas un vague, trés vague rapport avec Mai 81 ?

              « ( comme quoi la droite ne s’est pas débarrasé de son aile extrême, elle l’a juste intégré, passons et ne parlons plus a cet individu). »

              Oui, parce que vous avez étaient dominant, ca vous semble extréme qu’on adore pas Mugabé et Mao. Bein il va falloir vous y faire !


            • O.Z.Acosta 24 juillet 2007 15:11

              La famine dans le monde a toujours existé et n’a pas attendu les « socialo-gaucho-islamo-fascisto-communisto », mais le phénoméne perdure car la population mondiale double tous les 20 ans ( alors quelle était de 600 millions en 1700 ) alors que les recoltes baissent à cause du réchauffement climatique ( si si il existe ) mais aussi de l’appauvrissement des sols dût à un usage intensif d’engrais et la monoculture.

              désolé contrairement a mon souhait je vous ai répondu, pour le reste si vous avez une mémoire de travail limité à une seule ligne qu’il vous faut découper pour pouvoir faire vos commentaires sans arguments, retourné a l’école. A moins que vous ayez peur de vous faire lavé le cerveau par des enseignants « socialo-gaucho-islamo-fascisto-communisto ».

              Z


            • NPM 24 juillet 2007 15:17

              « La famine dans le monde a toujours existé »

              Non. Il n’y avait pas de famine dans les colonies lorsque nous avons décoloniser. Par contre, aprés si. Et curieusement, il y avvait des guérilla Marxiste, voir même des prise de pouvoir socialiste !

              « alors que les recoltes baissent à cause du réchauffement climatique ( si si il existe ) mais aussi de l’appauvrissement des sols dût à un usage intensif d’engrais et la monoculture. »

              Gros délire. En Europe et au Stats, on est obligé de subventioner la non production. C’est évidement parce que les régimes socialistes ont ruiné leur pays, et que donc ils ne peuvent plus rien nous acheter. Cf Mugabe ! Encore pire, lui..

              « A moins que vous ayez peur de vous faire lavé le cerveau par des enseignants »socialo-gaucho-islamo-fascisto-communis to« . »

              Contrairement à toi, j’ai tout de suite remarquez des contradiction entre l’enseigement de l’Etat, et les livres que je lisais. Mais bon, tu es sans doute d’une nature candide, et ca peut être une qualité aussi. Dans la vie, on a besoin de naifs, ca sert de chair à canon gratuite.


            • O.Z.Acosta 24 juillet 2007 15:45

              Ne pas repondre a de telles arguments smiley.

              retourner à l’école, pour eviter de confondre production et productivité.Si la production européene augmente c’est surtout du a l’augmentation de la production des pays arrivant dans l’europe.un conseil essayez de lire des publications scientifiques.

              Z

              PS : prendre des morceaux de phrase pour faire un commentaire est du niveau 5eme.


            • NPM 24 juillet 2007 15:49

              Bon, l’histoire de la PAC, c’est trop compliqué pour vous, pas grâve.

              Sinon, chercher à nier que ce sont les régimes socialistes qui affame leur peuple, c’est vraiment de l’aveuglement. VOus devez être un croyant, non ? Difficile de discuter avec quelqu’un qui n’a pas de Raison..


            • O.Z.Acosta 24 juillet 2007 15:55

              La seul chose que je crois en étant scientifique et en regardant les publications de confréres c’est que la fin est proche !!!!!

              Z


            • NPM 24 juillet 2007 17:58

              « La seul chose que je crois en étant scientifique et en regardant les publications de confréres c’est que la fin est proche !!!!! »

              Oui, les peurs millénaristes sont vieille comme l’humanité. Tous ca ne m’impressionne pas.


            • O.Z.Acosta 24 juillet 2007 19:04

              heureux les simples d’esprits

              Z


            • (---.---.101.8) 24 juillet 2007 15:16

              Y’en un quand même un qui peut le féter, c’est notre président : fils d’immigré et à la tête q’une famille recomposé !!! Impossible avant 68 !

              Quant à tout ceux qui se demandent quelles ont pu être les avancées, un petit extrait :

              "Le bilan de Mai 68, c’est d’abord tout un ensemble de conquêtes sociales qui ont modifié la condition ouvrière dans notre pays : mensualisation des salaires, reconnaissance de la section syndicale d’entreprise, augmentation de 35% du SMIG et de 10% des salaires, création du Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance, accords contractuels sur la formation permanente, l’indemnisation totale du chômage... Loin de provoquer la catastrophe économique que prédisaient une certaine droite et un certain patronat, cette injection de pouvoir d’achat supplémentaire a nourri une croissance exceptionnelle - 5,4% par an ! - jusqu’en1975, au prix, il est vrai, d’une évaluation du franc en 1969. C’est ensuite une série de conquêtes juridiques et politiques, libéralisant les rapports entre les sexes, les générations, les gouvernants et les gouvernés : liberté de la contraception et de l’avortement, autorité parentale conjointe sur les enfants, possibilité pour les femmes d’ouvrir un compte en banque sans autorisation préalable du mari, droit à l’égalité professionnelle entre hommes et femmes : en 1968, seules 44% des femmes de 25 à 54 ans étaient au travail, contre 80% aujourd’hui. A quoi s’ajoutent un début de décaporalisation de l’ORTF, la reconnaissance des droits des homosexuels, la prise en compte des cultures régionales, le droit de vote à 18 ans, la loi Edgar Faure de démocratisation de l’Université..."

              Une dernière chose, au risque de choquer les plus nombrilistes d’entre nous, ne pas oublier que mai 68 a eu lieu ailleurs :

              L’année 1968 est marquée par une série de révoltes principalement étudiantes un peu partout sur la planète.

              Février : début du « Printemps de Prague » en Tchécoslovaquie. Février : occupation de l’université de Rome en Italie par les étudiants. La police intervient pour évacuer les locaux et les étudiants décident d’aller occuper la faculté d’architecture, isolée dans la villa Borghèse. La police charge et des affrontements violents se déroulent (« bataille de Valle Giulia »). Le mouvement étudiant commence à décroître au printemps et les élections de mai provoquent une diversion définitive. 8 février : mort de trois étudiants américains en Caroline du Sud lors de manifestations pour les droits civiques. 8 mars : mouvement étudiant et campagne antisémite en Pologne. Des manifestations d’étudiants contestataires du régime, déclenchées par l’interdiction d’un spectacle jugé antisoviétique, sont réprimées par la police communiste. Une vaste purge politique frappe les étudiants et conduit à l’expulsion des juifs du Parti ouvrier unifié polonais. Printemps : en Italie, mouvement spontanés de colère et de révolte dans des industries où le syndicalisme est faible (usine Marzotto en Vénétie). Les syndicats décrètent une grève générale au printemps qui obtient un grand succès. 4 avril : des émeutes éclatent dans la plupart des grandes villes des États-Unis après l’assassinat de Martin Luther King. Mai : émeutes estudiantines à Tokyo (1968-1970). Mai : « Mai 68 » en France. 24 juin : Lundi de la matraque au Canada : 290 personnes sont arrêtées pendant le défilé de la Saint-Jean-Baptiste, à Montréal. 20-21 août : écrasement du « Printemps de Prague » en Tchécoslovaquie. 22-30 août : affrontements à Chicago entre des étudiants et policiers lors de la Convention du Parti démocrate. Les étudiants américains s’insurgent contre la guerre du Viêt Nam et remettent en cause le modèle de vie américain (American way of life). Automne : mouvement de libération de la femme aux États-Unis manifestation des Radical Women contre l’élection de Miss Amérique. 2 octobre : « massacre de Tlatelolco » au Mexique 5 octobre : première marche de l’association des droits civiques en Irlande du Nord. Elle réprimée dans la violence à Derry. Manifestations dans les principales villes du Liban pour soutenir la cause palestinienne.


              • GNU GNU 24 juillet 2007 20:07

                ce gonzo-article m’a bien fait rigoler

                merci beaucoup et rv en Mai 2008.

                jb


                • François-Xavier Ajavon François-Xavier Ajavon 24 juillet 2007 22:12

                  Merci beaucoup pour cette sympathique référence à la « gonzo-écriture » para-journalistique si chère à Hunter S. Thompson...

                  A+++

                  fxa


                • stephanemot stephanemot 25 juillet 2007 11:23

                  Côté produits dérivés, le Pavé au Patchouli se retrouvera en tête de gondole chez Colette (compter EUR 275 pour le format Bastille).

                  Le T-shirt « Woodstock ’69, j’y serai » se vendra pas mal dans la tranche d’âge 15-24 chez les CSP+ (EUR 120, ou EUR 350 pour la série Swarovski griffée Lagerfeld).


                  • lyago2003 lyago2003 25 juillet 2007 23:17

                    Allons,allons, tout le monde sait bien que l’histoire ne se répète pas deux fois.

                    Cette fois ci ce sera peut-être les ouvriers qui ouvriront le bal et les étudiants qui prendront le train en marche, qui vivra verra.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires