• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Au bout du rouleau

Au bout du rouleau

En direct de ma Segpa

Rafraîchir les idées

Vous avez suivi mes coups de gueule pour notre pauvre Segpa, abandonnée des financeurs. Il semble que le bon Président du Conseil Général ait fini par entendre la détresse de ceux qu'il avait oubliés à moins qu'il fut las de nos jérémiades qui ont la grande indélicatesse d'être étalées sur la place publique. L'homme n'aime pas être montré du doigt, il fit donc un geste d'humanité …

Des travaux de rafraichissement des locaux ont donc été décidés. J'aime la formule toute printanière, ce pléonasme adroit pour nier l'état des lieux. Dans sa grandeur, notre homme consent un petit coup de rouleau, un geste qui doit montrer à tous sa merveilleuse magnanimité. Et le petit peuple des écoliers de s'extasier devant la générosité du monsieur.

Bien-sûr, l'homme est contrarié et l'a fait savoir discrètement. Il a peu goûté un article dans la presse locale disant que depuis de nombreuses années, l'établissement était dans un état de délabrement inacceptable. Il ne faut pas ternir l'image de celui qui veut donner un petit coup de pinceau.

Les choses ne tardèrent pas à démontrer qu'un bon geste ne peut suffire à le satisfaire. Il lui faut toujours quelques petites taquineries pour conserver la main et montrer malgré tout qu'il est le maître en sa petite baronnie. Vous avez jugé que notre homme a de la ressource et bien des coups tordus pour se venger des importuns !

Ravis d'apprendre que leur établissement allait enfin connaître les honneurs de la rénovation, les élèves de l'atelier bâtiment prirent les devants pour faire avancer les choses. Ils entreprirent de monter les cloisons d'un nouvel espace destiné à accueillir le nouveau serveur du réseau. Que n'avaient-ils pas fait là ?

Immédiatement un décideur est venu déclarer que rien n'était conforme, qu'il fallait détruire sur le champ cette déplorable initiative. On ne doit pas s'immiscer dans les arcanes si complexes des marchés publics. Le pauvre utilisateur n'a rien à dire ni à décider. D'ailleurs, la suite prouvera que les élèves et leurs enseignants sont quantité négligeable dans l'univers impitoyable du conseil général.

Les travaux ont commencé. Oh, rassurez-vous, le terme de rafraîchissement a été pris à la lettre. C'est du cache misère qui sera fait. Mais pour bien ennuyer ceux qui ne font que râler, les ouvriers ont investi les lieux pendant le spectacle pédagogique. C'est si facile ! Après huit longues années d'indifférence, il ne fallait plus attendre les prochaines vacances.

D'entrée de jeu, deux classes ont été vidées de leurs occupants qui durent trouver refuge dans des salles pas vraiment adaptées. Le Collège demeurent une ressource impossible pour ces pauvres élèves si méprisés. Bien vite, nos chers ouvriers s'étalèrent aussi vite que la peinture et le chantier. La salle polyvalente et celle des professeurs furent réquisitionnées par la force publique.

Nous voilà bien ennuyés pour mener à bien une tâche qui n'est déjà pas facile en temps ordinaire. Dans le même temps, nous nous vîmes délestés de notre poste de secrétaire, standardiste, responsable de l'accueil et de l'ouverture à distance des portes. Tout va bien au cœur de cet incessant va et vient d'ouvriers.

Mais nous ne sommes pas les plus à plaindre dans ce bazar organisé en haut lieu. Notre presque collègue, une vacataire à vie qui prend en charge admirablement bien pourtant une classe plus spéciale au sein d'un établissement déjà très spécial, a dû elle déménager. Elle anime un dispositif relais particulier qui porte le doux nom d'Atelier Civique de Remédiation. Je me dois de lui faire hommage d'un billet pour évoquer son travail …

Voilà, vous savez presque tout. Je viens de m'entretenir avec mon inspecteur pour lui expliquer les raisons de mon prochain départ. Peinture refaite ou pas, les conditions faites à nos élèves sont inacceptables. L'intérêt des élèves passe toujours au second plan après la gestion scabreuse d'une situation abracadabrante. Les difficultés très transitoires du rafraîchissement de nos murs ne sont qu'une expression supplémentaire du mépris avec lequel on nous traite au quotidien.

Peinturement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 4 avril 2013 09:40

    navrant
    mais hélas aussi tristement banal
    partout ou se pose le regard on ne voit qu’ absurdité et incohérence, un innommable gâchis de talent de ressources et de compétences .
    des aveugles dirigés par des fous.......

    merci en tout cas pour la qualité de vos chroniques


    • C'est Nabum C’est Nabum 4 avril 2013 13:07

      gaijin


      Merci pour le compliment

      Quant à nos chers décideurs, je pense qu’ils les trouvent beaucoup moins àleur goüt.
      Rompre le silence, c’est notre seule arme puisque le mépris est ce qu’on nous renvoie en permanence.
      Alors je fais du bruit ...

    • ZEN ZEN 4 avril 2013 10:09

      Nabum en remet une couche... smiley
      On a beaucoup rénové les façades dans les collèges et lycées depuis 20 ans, parfois même de manière tapageuse...comme si la qualité de l’enseignement allait suivre par enchantement...


      • C'est Nabum C’est Nabum 4 avril 2013 13:08

        ZEN


        Une toile de verre cache misère et une belle couche de peinture. On dirait la loi Fillon !

      • TSS 4 avril 2013 11:45

        Le president du conseil général Mr E. D....é... !!


        • C'est Nabum C’est Nabum 4 avril 2013 13:09

          TSS


          Il est hors de question de nommer un individu qui commet pareille forfaiture avec l’assentiment silencieux de son opposition distinguée

        • Laurent C. 4 avril 2013 11:53

          « ...mon prochain départ ».


          Je suppose que pour évoquer ce sujet, vous n’avez pas eu de mal à avoir un rdv avec votre inspecteur. C’est mauvais pour lui d’avoir des enseignants qui demandent leur mutation.

          Quant à la couche de peinture, cache misère, c’est une tradition de la marine nationale : faire tenir la rouille des bateaux par la peinture.

          • C'est Nabum C’est Nabum 4 avril 2013 13:11

            Laurent C.


            L’inspecteur m’a écouté et a entendu mes remarques !

            Je pense qu’il avait ressenti le malaise lors de sa dernière visite et qu’il n’était pas loin de partager mon analyse : cet établissement est un ghetto inacceptable !

          • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 4 avril 2013 18:09

            Bonsoir,


            Tout d’abord encore une fois merci pour votre engagement aux service de nos mômes.

            Quel non sens pour décrire ce que vous nous racontez au travers de ce billet, j’ai bien peur que

            Nous ayons donner les clefs de notre pays à des incapables, je ne comprend pas non plus que 

            Vos Témoignage sur ces dysfonctionnement dramatique pour nos enfants ne soit pas relayer et 

            Ceux a l’échelle nationale par les grand média.

            Il sont peut être plus intéresser par la pluie qui tombe en hiver, et le soleil qui chauffe l’été....

            En tous cas merci pour votre boulot et continuer de nous informer

            Cordialement

            Franck

            • C'est Nabum C’est Nabum 4 avril 2013 18:21

              Franckledrapeaurouge


              Merci de votre soutien

              Pour relayer mes billets il faudrait être indépendant du pouvoir. La curée n’a lieu que que l’affaire est entendue (Cf Cahuzac)

              Pour ma modeste part, mes textes sont souvent repris par un supplément internet de notre journal local sauf quand implictement il est question du Conseil Général. Je sais, ce n’est qu’une coïncidence !

            • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 4 avril 2013 18:29

              Une coïncidence, certainement que Mr Chomsky serait d’accord avec vous.

              Cordialement
              Franck



              • C'est Nabum C’est Nabum 5 avril 2013 15:51

                Franckledrapeaurouge 


                C’était bien lui

                Merci pour ce lien précieux

              • Vipère Vipère 4 avril 2013 20:36

                Bonjour à tous

                Rien de mieux qu’un coup de neuf, pour faire arriver le printemps daredare.

                L’hiver s’est assez tapé l’incruste, oust du balai, dehors le traine-savate, qu’il remballe ses couleurs tristes, ses bûches fendues, ses petites laines, et ses gros rhumes ! 

                On n’en peut plus, on veut une nouvelle tête. Il est où le remplaçant ?

                 Wanted dead or alive. Une prime est offerte à qui ramène le printemps fissa.

                 


                • C'est Nabum C’est Nabum 4 avril 2013 21:46

                  Vipère


                  Pour moi, le remplçant arrivera en septembre et aura certainement moins de couleur aux joues !

                • maturin.j 5 avril 2013 08:13

                  bonjour,Nab !

                  L’impitoyable entropie touche le matériel et les motivations.
                  Mais peut-être dans quelques années un père ou une mère,
                  Montrant à son enfant un oiseau majestueux,
                  —Oh lise ou toto regarde un héron cendré !
                  —comment tu sais çà papa maman ?
                  —c’est un prof qui m’a appris à regarder.
                  Bon vent camarade.
                  A bientôt de vous lire


                  • C'est Nabum C’est Nabum 5 avril 2013 09:37

                    maturin.j


                    Vous ne croyez pas si bien dire !

                    Puisqu’il nous fallait travailler un mercredi après-mid, j’ai pris un groupe pour leur faire viser les sous-sols et les hauteurs de notre cathédrale puis ils ont navigué une heure sur la Loire et observé les hérons, les oies, les canards, les sternes et les mouettes, les traces de castor. Ils ont aussi appris l’histoire de notre marine.

                    Sur l’eau, c’est beaucoup mieux pendant que les peintres étaient encore dans la classe ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires