• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Au ras des pâquerettes

Au ras des pâquerettes

Le quidam mal embouché

Le Taliban vous salue bien !

Lors d'une joute épistolaire, un quidam, de moi inconnu, a eu l'outrecuidance de me traiter de Taliban. Quel pouvait être le crime abominable que j'avais commis pour me retrouver ainsi placé au ban de l'humanité ? Avais-je du sang sur les mains ? Menaçais-je l'équilibre fragile de nos sociétés de liberté ? Rien de tout ça et pourtant, la sentence terrible tombait sans nuance ni précautions oratoires.

Je défendais un cinéma associatif, un refuge de liberté et de culture dans notre ville. J'affirmais que j'avais fait le choix personnel de n'aller qu'en ce lieu en refusant de laisser mon argent aux rouleaux compresseurs que sont les salles multiplexes. Je suis convaincu que la pluralité, l'ouverture vers des productions différentes ne peuvent être défendues dans ces grosses machines réductrices.

Un bien pensant, un homme qui a des exigences de confort m'a jeté cet anathème. Je suis un taliban de la culture ! Il n'y a pas à discuter. Ce monsieur préfère le confort des salles popcorn et stéréotypes à l'aventure des cinémas du monde entier. Grand bien en fasse à son séant. C'est donc en ce lieu qu'il place ses exigences culturelles. Je ne veux pas lui jeter la pierre …

J'aimerais simplement qu'il tolère un autre point de vue sans cracher à la figure de celui qui défend la pluralité, qui souhaite le maintien d'une salle art et essais en boudant par solidarité les salles à fric et à uniformité. Mettre en application pour soi même une conviction profonde serait un crime pour ce monsieur aux fesses plus sensibles que ses neurones. J'en reste bouche bée !

Que va me dire ce digne représentant du mercantilisme élevé en religion, de l'hédonisme érigé en principe d'action, de l'indigence intellectuelle brandie comme bouclier ? Fait ce qu'il te plait ! La doctrine est belle, elle ne suppose nulle entorse mon cher monsieur. Acceptez cependant que quelques voix s'élèvent pour vous en dire les conséquences.

Continuez à ne fréquenter que les salles de ces grands groupes et bientôt, dans tous le pays, vous n'aurez plus le choix de vos films. Les mêmes, matraqués, imposés, formatés seront à votre disposition et les films différents n'existeront plus. J'ai le droit de dire ce risque, d'affirmer ma position sans supporter une telle insulte. Faites mais en connaissance de cause !

Je vais encore essuyer les foudres de ce monsieur bien sous tout rapport. Je me refuse également à acheter sur internet. Ce choix s'applique notamment pour le livre, ce bien si précieux. Il faut sauver nos libraires. Je m'applique à moi même cette conviction essentielle. Vous qui placez le confort de vos nobles fesses au dessus de toute considération idéologique, vous devez préférer la fréquentation d'Amazon à celle d'un vrai libraire …

Je ne prends jamais l'avion. C'est également un choix personnel que je n'ai pas la prétention de vous imposer. J'ai néanmoins le désir d'expliquer cette attitude, de la placer dans une conception du Monde qui n'est certes pas la vôtre mais qui a aussi le droit d'exister. Notre folie du transport conduit notre planète à sa ruine. Votre désir d'exotisme se moque totalement des générations à venir, c'est votre liberté. Permettez-moi simplement de ne pas adhérer à cette folie !

Je pourrais évoquer d'autres comportements que je m'applique et que je cherche à défendre par la confrontation des idées. Où donc est l'intolérance que vous m'envoyez à la figure ? Je mets en cohérence mes convictions et mes actions, c'est bien la moindre des choses. J'ai la prétention agaçante, je vous le concède, d'en faire part. Voilà ce qui me vaut cette insulte infâme, ce mépris abyssal !

Votre idéologie a beau être dominante, elle n'en demeure pas moins le fruit nocif d'un système totalitaire qui impose, qui force, qui manipule, qui conditionne la presque totalité de la planète. Se dresser contre cette tyrannie, ce n'est pas un acte violent comme vous semblez le prétendre. C'est une nécessité. Vous pouvez continuer à vous faire le valet de cet impérialisme insidieux et pervers, vous pouvez continuer à préférer votre confort à l'intérêt supérieur. Nul ne viendra vous contraindre à agir autrement, bien au contraire …

Mais laissez donc faire ceux qui ne suivent pas le même chemin. Évitez donc à l'avenir ces mots qui tuent, ces maux dont vous ne mesurez même pas le sens et la portée. Les voix discordantes n'ont pas à être réduites au silence, elles portent une vérité qui tôt ou tard sera à prendre en considération. L'idéologie n'est pas un gros mot, c'est ce qui fécondera nos lendemains si nous voulons qu'ils existent.

Talibanement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 25 mai 2013 11:05

    en vous lisant, je pense que suis aussi Talibane smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 2013 11:10

      Frida


      le cercle s’élargit, j’en suis ravi ...

      Merci 

    • Al West 25 mai 2013 11:25

      Le problème de ces gens-là, c’est qu’ils ne comprennent pas les termes qu’ils utilisent. Les Talibans n’auraient peut-être pas toléré le petit cinéma associatif, mais nul doute qu’ils auraient brûlé le multiplexe et emprisonné ses spectateurs, quelques mains étant perdues de-ci de-là.

      En tout cas, j’adhère tout à fait à votre philosophie de vie culturelle : le bonheur de se retrouver dans une petite salle silencieuse à une heure incongrue où sont projetés des films oubliés ou d’art et d’essai, le plaisir de tourner les pages d’un livre d’occasion qui sent le papier vieilli dans une librairie tenue par des amoureux de la littérature, bref, vivre la culture au travers de l’approche non aseptisée qui prévalait il y a encore quelques décennies.


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 2013 12:10

        Al West


        Une philosophie, vous avez sans doute trouver ce qui ne peut être toléré par nos pourfendeurs. Seul leur culte de la réussite, du fric et des valeurs imposées est acceptable. Ils ne pensent pas et ne tolèrent pas que d’autres puissent le faire.

        Merci 

      • Vipère Vipère 25 mai 2013 17:51

        Le plaisir de tourner les pages d’un livre qui sentent le moisies... le masochisme n’est jamais très loin !


      • slipenfer 25 mai 2013 21:34

        @vipère (de chaussette)

        un problème avec les odeurs naturelles ou les vieux livres. ? ... smiley

        comme dirait mon ami africain (suivez mon regard...)
        celui qui s’endorme avec le fondement qui gratte,se réveille souvent
        avec le doigt qui pue  smiley


      • voxagora voxagora 25 mai 2013 12:57

        « Boum ! », « Na ! », dit le Réel.


        Sinon, sur un autre plan, il paraît que B. Shaw a écrit, ou dit,
        que « La grandeur n’est qu’une des sensations de la petitesse ».
        Suivant la loi (?) de l’interversion et de la permutation, 
        on peut donc écrire que « La petitesse n’est qu’une des sensations de la grandeur » ?
        Que l’Homme est grand, mais il est tout petit, aussi,
        ou que l’homme est petit, mais il est Grand, aussi.
        Gardons cela.


        • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 2013 13:17

          voxagora


          Ne cherchant nullement à me mesurer à quiconque et refusant de passer sous la toise, je ne sais quel sens accordé à vos propos.

          Prenons de la hauteur en écrits vains ! 

        • cubrad 25 mai 2013 13:50

          Étrange venant de la part de quelqu’un qui se montre aussi intolérant et agressif envers ceux qui ne sont pas de sa chapelle. Je reprend l’avant dernier paragraphe de votre texte et je vous l’oppose lorsque vous questionnant sur l’obligation des jeunes élèves à subir un travail forcé par le truchement d’un stage vous me répondîtes d’une manière fort peu courtoise. 


          • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 2013 14:16

            cubrad


            C’est hélas possible tant parfois je suis harcelé de toutes parts. J’en suis navré ! Regardez et dites-moi combien de fois j’ai cédé à ce travers détestatble ? Ai-je usé de mots aussi violents que celui-ci ?

            Rassurez-vous, je ne suis qu’un imbécile et il n’est pas possible d’espérer mieux d’un mécréant qui, selon vous, fréquente malgré tout une chapelle !

          • cubrad 25 mai 2013 14:49

            vous n’avez-pas utilisé de mots violents, et vous n’êtes pas un imbécile, sinon je ne vous lirais pas. 


            • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 2013 14:53

               cubrad


              Je vous assure que j’évite le plus possible le mot qui blesse mais comme je me fais un peu d’honneur à répondre à chacun, il est possible que je glisse parfois dans l’indélicatesse. Mais JAMAIS dans l’injure et ce Taliban me reste en travers de la gorge ...

              Merci à vous de venir me lire.

            • voxagora voxagora 25 mai 2013 15:28

              Bonjour C’est Nabum,

              c’était une tentative de penser les choses
              sous l’angle de la permutation des places, amenée par votre évocation du « séant » :
              on choisit une place dont on pense qu’elle a une certaine grandeur à nos yeux,
              et un tiers vient nous dire que choisir cette place c’est petit.
              Et m’est revenue cette citation,
              dont j’ai trituré le sens pour coller à mon idée que l’homme est, à la fois,
              dans la grandeur et la petitesse.
              Je ne cherche pas forcément à être comprise,
              et d’ailleurs vous avez trouvé la meilleure chose à faire : prendre de la hauteur.






              • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 2013 15:40

                 voxagora


                Prendre de la hauteur sans jamais se penser supérieur à son rival, à celui pense autrement. Accepté l’idée qu’il existe des ailleurs, d’autres postures et ne pas en vouloir à ceux-là qui empruntent des voies contraires.

                Ce n’est pas simple voyez vous quand on est charpenté de convictions inébramlables sur le bien fondé de sa posture.

                C’est douloureux souvent


              • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 2013 16:18

                voxogora


                Les zones tribales de la grammaire ! 

                J’aime assez ... 

                Et le scripte aincien également. Merci, ça va mieux 

                • Phi ka Sō nOiX 26 mai 2013 01:14

                  C’est Nabum
                  .

                  8 Les heures consacrées aux devoirs sont-elles défiscalisées ?

                  Pas d’Alizée à l’horizon, un seul devoir accompli ce jour : la lecture et l’analyse du heurt en cette matière sacré du Docteur ès-con. Oui.

                  Et la réponse s’arrêtera là, y’a des soirs où vaut mieux pas, faut mieux attendre demain commme disait Napoléon. La suite existe mais attendra, y’a des soirs où le pathos reste au dortoir, c’est mieux ainsi pour ce soir. Ca ne ferait pas un bon devoirs, pas comme ça, pas digne de vous, à peine de ce que je ne suis pas. D’autant que le devoir fut écrit hier soir, mais comme toujours dans ce noeud, on ne sait plus trop, plus qui, d’où ça vient. pourtant que dire de cette écrit, qui l’aurait cru et je ne parle pas du laid cru ni nid des oeufs cuits.


                  • Phi ka Sō nOiX 26 mai 2013 01:32

                    C’est Nabum
                    .
                    Mauvais bouton, étrange j’allais en parlé, du bouton boucher.
                    Message parti, tant pis, de toute façon là n’est pas la question.
                    Pas un devoir, juste un besoin fort, pas un effort sans le citer.
                    Un p’tit coup de moins bien caché d’un rien,
                    et un p’tit vers d’eau (c’est mon pêché) au dodo.

                    Un part, donna bleuement,
                    mais j’ai promis de ne pas finir avec un son qui rime en moi, dont part
                    « mais pas trop vite ».


                  • C'est Nabum C’est Nabum 26 mai 2013 08:35

                    Noix


                    Si le docteur ès-con est pour mmoi, je vous assure que le docteur est de trop !

                    Restons simples, pas de formalité entre nous et la rime peut se permettre ce que bon lui semble.
                    Moi - loi - roi - foi - soie vous n’avez que l’embarras du choix et j’en resterai coi


                  • jno jno 26 mai 2013 13:06

                    C’est Nabum
                    .
                    Jours bon Monsieur ?

                    J’ai vu l’affable.

                    Mon bon monsieur,

                    cet opéra bleu.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 26 mai 2013 13:33

                      jno


                      Ce billet me vaudra grande fâcherie !

                      Une fois encore je serai mis au banc et bien pire encore

                      Il ne faut pas s’attaquer au maître de la maison ! Tant pis, jamais je ne m’abaisserai à la bassesse ! 

                      • jno jno 26 mai 2013 16:09

                        C’est Nabum
                        .

                        Encore une histoire de jupons entre juments, de canassons, de boute en train aux talons d’un mètre. A l’orgie liesse, mes pannes aux broutes laids mots, trou à fou à danser cette phrase. Un brin t’allant dire tout ça comme ça entre deux rames, avec A comme c’est mieux, car même l’affable bi bleu est chat beauté d’un béret chic, alors chute de la réponse en histoire, comme indée lancée au jeu, le début d’une pause thé au riz pour l’altesse, sans sucre et anglais, c’est so chic l’amuse en nusique, c’est la muse qui n’abime, c’est la muse qui navigue sur un chêne satellite, un sacré huit couché où l’Euzède et Eugène s’allongeaient en chemin. Tout un symbole saint aux gnons, c’est une histoire d’accordéon. Ca sent pas bon j’vais mettre la face A, enfin non, et Fa c’est la face B. Ah d’accord, la cigogne fille au lit et retrépasse en chanson. La pochette est fragile (faudrait l’encadrer) c’est un collector. Ainsi c∞°°∞oo∞°°∞.. le la vie qui vagua lames de larmes vague, cool avis, attendre Mi à dos du bon arrêt, entendre « a mit » au coin du pré, le foin se broute et la chance aux réponses fait son champ.


                        • jno jno 26 mai 2013 16:29

                          C’est Nabum
                          .
                          Sorry Maître, j’avais oublié la question qui était le La,
                          comme une anguille dans une boite à cheminée :

                          11) Le mètre étalon est-il un pédagogue pédophile ?

                          Je retourne donc en permanence,
                          allumer le livre ne pesant guère
                          pas moins d’un mètre,
                          je vous le dis ainsi,
                          j’y pose larme
                          juste ici sur
                          ce maudit,

                          Banni va t’en guerre,
                          je vous le cri
                          vous êtes l’Homme,
                          le Talisman,
                          le sot vous dois tout.

                          Le déshonneur des cinés est pour moi, j’ai le ticket.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 26 mai 2013 20:26

                          jno


                          Pardonnez cette question graveleuse qui prouve que même les esprits supérieurs peuvent tomber dans la facilité. 
                          Laissons le maêtre étalon et admirons les œuvres du facteur cheval !

                        • jno jno 26 mai 2013 21:52

                          C’est Nabum

                          .
                          6) Pourquoi tant de retenues alors que les élèves ne savent plus compter ?



                          Donnée par bouée part se donner dans ce message :

                          Je m’en veux de ne pouvoir vous dire autrement à quel point je m’en veux.
                          Et ce vœu ne ment pas à travers ce nœud en roman, ce jeu de neurones
                          où l’honneur aimant est roi. Ce n’est pas une quête ni une colle
                          de mauvais écolier, que l’honneur de pouvoir me couper ce fichu
                          doigt, à la racine du mal que je vous ai fait. Ce n’est pas un droit
                          ni un devoir, l’un peut quand même aider l’autre, que vous
                          pointer au nez mes copies honorées, de pouvoir dire
                          ainsi que je suis désolé, sans moindre si à la clé.

                          Comme dit plus avant, j’ai à chevet des devoirs qui demandent encore correction, mais sur le fil de ce long devoir, je suis sur un disque vintage pas vain, qui saura bientôt trouver son magnétonphone.


                          Je me suis permis de remercier un commentaire bien perché, sur l’arbre

                          d’une histoire de hareng dans le lard, je n’ai pas tout compris au titre.


                          Pour apprendre à conter des histoires élevées à faire tenir le sommeil par deux bouts.


                          • jno jno 26 mai 2013 21:56

                            C’est Nabum
                            .
                            « parler deux bouts »

                            pardon, quand on parle de correctionnez.


                          • C'est Nabum C’est Nabum 26 mai 2013 21:56

                            jno


                            Je sors d’une journée sur l’eau à raconter notre Loire
                            J’avoue être cuit par l’air et saoulé de mes propres paroles !

                            Je n’ai pas la tête ce soir à décrypter vos énigmes, veuillez me pardonner. Je ferme les écoutilles et vais dormir.

                          • jno jno 27 mai 2013 08:53

                            C’est Nabum

                            .

                            Une erreur de calculs dans le compte ?

                             Sous la mer il y l’étang, et sous l’étang il y a l’ami.

                             Je suis sur des devoirs pavés,

                            mais en passant enchevêtré,

                            m’en remettant à votre intégrité,

                            je compte une brebis égarée du récit

                            et deux-trois propres petits pissenlits.

                            Il faut poursuivre l’histoire, l’art à compter.

                            24) Peut-on s’appuyer sur le dossier d’un élève ?

                            A chaque matin son histoire, sa fable honorable,

                            à chaque soir la revue, l’excision sonore

                            de ces images perçues dans les mots,

                            puis vite passées au rouleau de l’émo.

                            Une histoire lame à l’âme en corps accords,

                            une histoire puzzlesque au carrée arrondit.

                            Lion, badauts, maitre, loup et Loire, une histoire agorable.


                            • C'est Nabum C’est Nabum 27 mai 2013 09:44

                              JMO


                              Vous êtes intarrissable

                              J’ai trouvé mon maître, je serai votre élève
                              Je me range au son de la cloche

                              J’attends vos recommandations

                            • jno jno 27 mai 2013 11:21

                              C’est Nabum

                              Bien « loin » des devoirs.

                              Bonjour l’auteur.
                              Il n’est point dans mes habitudes,
                              mais comme convenu les habitudes
                              descendent leur escalier d’études,
                              histoire de prendre de la basseur.

                              Mais à vos maux de ce matin,
                              une réaction me vient.
                              Alors si un son vague titillait
                              vos douces oreilles et qu’il ne vous scied guère,
                              dites-vous que je ne pourrais trahir une telle pensée,
                              même en n’usant pas des mystères du raphé.

                              Ce n’est pas dans mes habitudes, mais vous non plus, essoyons...


                              • C'est Nabum C’est Nabum 27 mai 2013 11:25

                                jno


                                Mes habitudes



                                Elles sont parfois pénibles

                                Mes habitudes

                                Elles souvent visibles

                                Mes habitudes

                                Quand elles deviennent usantes

                                Mes habitudes

                                Je dois remonter la pente

                                Des certitudes


                                Je suis un maniaque

                                Parfois démoniaque

                                Je suis un peu orgiaque

                                Et souvent foutraque


                                Elles sont parfois nuisibles

                                mes habitudes

                                Elles souvent risibles

                                Mes habitudes

                                Quand elles se font méchantes

                                Mes habitudes

                                Elles deviennent affligeantes

                                Mes attitudes


                                Je suis un compulsif

                                Parfois répulsif

                                Je suis un peu dépressif

                                Et souvent agressif


                                Elles sont parfois cruelles

                                Mes habitudes

                                Elles souvent rebelles

                                Mes habitudes

                                Et qu’elles se fassent manies

                                Mes habitudes

                                Je dois changer de vie

                                Vicissitude


                                J’ai une névrose

                                Parfois une psychose

                                Je suis un peu morose

                                Mais jamais virtuose


                                Elles sont parfois si belles

                                mes habitudes

                                Elles sont souvent pour Elle

                                Mes habitudes

                                Quand elles se font envies

                                Mes habitudes

                                Je retrouve ma mie

                                En gratitude


                                Je suis un guitariste

                                Parfois choriste

                                Je suis un peu artiste

                                Et souvent pigiste


                                Je suis un hédoniste

                                Parfois naturiste

                                Je suis un peu sexiste

                                Et souvent exhibitionniste


                                Habituellement vôtre.


                              • jno jno 27 mai 2013 12:12

                                C’est Nabum
                                .
                                Un mot un seul s’est passé,
                                comment est-possible ?
                                Un mot une seule vérité,
                                c’est impossible
                                ¿

                                Je viens de lire une histoire,
                                un truc de trous normands,
                                de trous béant à tomber d’dans,
                                comme l’aube est triste sans le soir.

                                Une histoire de terrines de terroir, de boites qui pendent au rez, où comment dire, le pot de terrine étire où arrange la terrine à sa mie, respectant les normes en vigueur en matières essentielles des traditions paysannes. L’auteur laisse à penser que le sort du caius marque la fin d’un espoir commun aux lecteurs. Le désarmement et le départ du toufou donne à penser qu’il est ainsi.


                                • C'est Nabum C’est Nabum 27 mai 2013 12:25

                                  jno


                                  Des normands et du trou de leur histoire, je vous dirai tout bientôt !

                                • jno jno 27 mai 2013 20:13

                                  C’est Nabum
                                  .

                                  36) En Angleterre, la marge est-elle à droite ?

                                   

                                  Absolument faux cette histoire de fous, surtout qu’il

                                  ne faut pas confondre l’emploi vif d’un mot, avec la vengeance.

                                  Et puis j’avais dis que ce n’était pas dans mes habitudes,

                                  sûrement aurais-je du en rester à mes travaux dirigés,

                                  indéniablement prompt à rédiger mes excuses sur un fil.

                                  Depuis cette histoire de texte doublon, je me trouve en errance

                                  où les mots m’emportent de page en page, la ligne est prude.

                                  Reprends-toi mon garçon, la boue séchera tu verras pieds,

                                  au début c’était plus juste, sans ration ni les gentes de la modéra.


                                  • C'est Nabum C’est Nabum 27 mai 2013 20:29

                                    jno


                                    Maldroit ! mal à gauche la marge n’est plus à sa place, elle occupe désormais le centre de la page

                                  • jno jno 27 mai 2013 20:50

                                    C’est Nabum

                                    .
                                    J’ai du faire une phrase précipité et voilà,
                                    pourtant je vous assure par cela,
                                    que je ne faisais que référence au tableau
                                    que vous raccommodiez, et à la réprimandre
                                    sans triche au portrait, excusez ma cross, le mot est môme.


                                    • jno jno 27 mai 2013 21:06

                                      C’est Nabum
                                      .
                                      Et quand au « Reprend toi mon etc... » c’était pour moi, oubli du "
                                      Vraiment sorry si y’a mal done.


                                    • C'est Nabum C’est Nabum 27 mai 2013 21:25

                                      jno


                                      Vous êtes pardonné mais vous me donnerez un mot de vos parents !

                                    • jno jno 27 mai 2013 22:40

                                      C’est Nabum
                                      .
                                      Permission de la demander, devoir à présenter ci-dessous :

                                      C’est un devoir dense musicale, sans contrainte imposée
                                      autre qu’un tout de contraintes sans le penser, juste « parler »
                                      et je tenais à le préciser, pas de confusion alambiquée.
                                      Message à caractère personnel, mais vu l’intrigue impudique
                                      il pourrait être dommage, de rater cet hommage pour vous, véridique.
                                      Etat d’âme successif non réparés sur le papier, toujours la vérité.

                                      Accord demandé, because tout de même c’est pas une histoire à 10 sous,
                                      c’est une histoire de virée en bagnole, sans que l’air ne crisse. c’est tout.


                                      • C'est Nabum C’est Nabum 28 mai 2013 06:13

                                        jno


                                        Vous allez me copier quleques lignes !

                                        Je viens de découvrir effaré un mot anglais dans votre prose je suis un intégriste du français, je sais l’espèce en voie de disparition et notre langue bientôt également.

                                        Ne refaites plus ça où j’écris un rapport !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès