• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Bienvenue au Sarkozistan !

Bienvenue au Sarkozistan !

C’est une république. Oui, mais c’est une république qui perd peu à peu son caractère démocratique et qui devient chaque jour davantage une autocratie ! Pourtant, le Sarkozistan n’est pas né sans une volonté du peuple, certes manipulée. Mais les élections sont-elles encore le reflet d’une bonne démocratie ?

L’autocrate ne s’est pas auto proclamé. Il s’est bien fait élire. La démocratie est-elle sauve pour autant ? Ce serait vite conclure. Prenons quelques exemples tout récents.

Premier exemple, la suppression du juge d’instruction. Un pays dont l’indépendance de sa justice est remise en cause par un seul homme qui a le pouvoir de se l’adjuger, est-il encore en démocratie ?

Deuxième exemple : la nomination et la révocation du président des chaînes de télé publiques. Un gouvernant qui décide seul de supprimer la publicité privée (et fait entériner la chose plus tard par le Parlement comme une simple formalité) et de réserver les chaînes publiques à la publicité gouvernementale, est-il garant d’une démocratie digne de ce nom ?

Troisième exemple : la confusion des pouvoirs. La Déclaration de 1789 déclare, dans la suite de Montesquieu, et en son article 16 : "Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution". Le Sarkozistan n’a donc pas de constitution ! Car la démocratie selon ce modèle repose sur un système de séparation des pouvoirs exécutif et législatif (on ajoute souvent judiciaire et aujourd’hui parfois : médiatique). Et c’était bien la peine de faire voter une réforme constitutionnelle si la constitution est bafouée dans son principe.

Mais pour bien comprendre comment est né le Sarkozistan, un petit retour historique s’impose ainsi qu’une analyse de l’arithmétique particulière de son fondateur. Tout est d’abord question d’arithmétique, suivez bien !

Additionner pour diviser :

Sur la base d’un slogan simple, "Ensemble tout devient possible", et de tout un tas de promesses modélisées sur ce principe, le candidat est parvenu à additionner des voix diverses, allant du monde ouvrier et banlieusard au monde des richissimes possédants et jusqu’aux boursicoteurs. Un beau tour de force mais, hélas, "ensemble " n’a jamais voulu dire que le nouveau président serait porteur d’un projet de cohésion nationale. Ce mot signifiait juste : "’je vais additionner "ensemble" vos voix pour l’emporter". Et, sitôt élu, l’autocrate s’est emparé de faits divers dignes de conversations de comptoir, pour diviser son peuple - dont il craint l’expression - selon le vieux principe de Machiavel : diviser pour mieux régner. Et de défaire des choses sur lesquelles tout le monde était pourtant d’accord. Additionner pour diviser, c’est donc la première règle de l’arithmétique du Sarkozistan. Voici la seconde...

Soustraire pour multiplier :

Seconde règle de cette arithmétique très particulière mais à laquelle le bon peuple s’est accoutumé, il s’agit de soustraire pour multiplier. Pour multiplier les cadeaux aux riches amis (paquet fiscal, commission arbitrale pour Tapie, parachute doré pour Bolloré...), il fallait bien enlever ailleurs. Et ce sont alors les franchises médicales, le gel du pouvoir d’achat, la suppression des postes de fonctionnaires, etc. Il a bien fallu soustraire pour multiplier ! Cependant, si l’on soustrait aux pauvres, c’est au nom de vertueux principes comme, par exemple, l’idée de contrepartie. Le chômeur, le pauvre, doivent apporter une contrepartie pour pouvoir continuer de bénéficier des aides publiques ou de solidarité. Mais de contrepartie, il n’est point question pour les colossales aides financières aux banquiers et pour les prodigieux avantages des riches PDG. Des "avantages" qui ne sont pas des "privilèges". Non ! les "privilèges", on ne les trouve que du côté des fonctionnaires, des chômeurs, des RMIstes, des retraités, des...des...des..., c’est par là qu’il faut regarder et non du côté des amis de l’autocrate. 

Ainsi va la vie au Sarkozistan...

à suivre ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Mouche-zélée 20 janvier 2009 12:45

    Avant que des détracteurs ne pointent leur nez félicitation La Taverne, nous y sommes !
    La liste est si longue que cet article pourrait faire 1 000 pages ...


    • La Taverne des Poètes 20 janvier 2009 12:50

      Oui, mille et une page mais il faudrait le temps...Je voulais aussi peaufiner une illustration sous la forme de la carte d’un petit pays avec une bannière "UMP" plantée au beau milieu et le portrait de l’autocrate trônant fièrement. Mais le temps, le temps...


    • Daniel Roux Daniel R 20 janvier 2009 13:02

      Dénoncer le Sarkoland est un acte politique de salubrité publique. C’est pourquoi votre texte ne devrait pas être classé dans la rubrique parodie, mais politique.

      Le Petit Timonier nous mène droit dans le murs. Son dernier truc, les états généraux de l’automobile est un chef d’oeuvre d’absurdité. Il va encore aider des entreprises privées défaillantes pour ne pas qu’elles délocalisent alors qu’il refuse le protectionisme européen.

      Dans 3 ans, j’espère, il partira sous d’autres cieux probablement américain et nous laissera un pays en déshérence. C’est la pratique habituelle des irresponsables que de fuir les catastrophes qu’ils ont causé.

      Les responsables sont tous ceux qui l’ont laissé faire, le premier ministre, le conseil constitutionnel, la chambre des députés, le sénat et les médias, soit disant quatrième pouvoir.


      • La Taverne des Poètes 20 janvier 2009 13:13

        C’est moi qui ai suggéré la rubrique parodie. Je n’avais pas assez de temps pour développer mon propos au point de faire un article de politique. D’autre part, je me ménageais une suite possible...


      • Frédéric Degroote Frédéric Degroote 20 janvier 2009 14:23

        En lisant cette parodie, je me pose juste cette question et vu que c’est le enième texte où on parle de Sarkozy dans ce sens, ça tombe sur celui-ci :

        Pourquoi les gens des pays démocratiques veulent-ils absolument se persuader qu’ils vivent quasi dans un état totalitaire, que la corruption, la censure équivalent ici aux assassinats et tortures d’ailleurs, bref qu’il n’y a aucune différence entre eux et les martyrs du reste de la planète ?

        C’est bien de critiquer, je ne suis pas français, je ne suis pas assez l’information politique française, donc je n’oserais pas émettre d’avis sur la question mais j’ai l’impression que c’est prendre à bon compte la pose du résistant sans courir aucun risque.

        Il faudrait je pense, d’une part - au lieu de ressasser tout le temps la même thèse - combattre ce que vous fustigé : des articles politiques ou de parodies qui parle de Sarkozy en nouveau dictateur, yen a des centaines, on commence à le comprendre...et d’autre part peut-être réapprendre à bien peser les mots pour bien penser le monde, parce qu’en fin de compte c’est corrompre le langage. Je suis sûr que nombres de jeunes pensent réellement que Sarkozy est un espèce de dictateur. Et quand bien même son attitude est regrettable, ça n’empêche pas d’être plus mesuré dans nos paroles.

        Voilà en disant ça, je suis sûr que je vais être hait, je n’ai nulle intention de reprendre pour Sarkozy sur le fond, sinon mon commentaire en aurait été l’objet.

        Bien à vous


        • La Taverne des Poètes 20 janvier 2009 14:34

          Vous dites :"je n’ai nulle intention de reprendre pour Sarkozy sur le fond". Mais vous devriez le faire car les trois exemples "de fond" que j’ai donnés sont assez indiscutales. Lisez les critiques partout sur ces points pour vous faire une idée plus juste des choses.


        • La Taverne des Poètes 20 janvier 2009 14:38

          J’ajoute que "autocrate" n’est pas synonyme de "dictateur", mot que je n’ai d’ailleurs pas employé. Dans un article qui ne serait pas une parodie, j’aurais parlé plutôt de "dérive autocratique".


        • HELIOS HELIOS 20 janvier 2009 23:54

          Votre raisonnement pêche uniquement par son orientation : A se comparer a d’autres, on se compare a ceux qui sont mieux lotis, pas a ceux qui vont moins bien !


        • La Taverne des Poètes 21 janvier 2009 09:00

          Sans entrer dans aucune étude comparée, on sait déjà que le modèle démocratique ancien repose sur un certain nombre de principes anciens tels que la séparation des pouvoirs, la garantie des droits, le respect de la présomption d’innocence (exemple : l’Etat ne crée pas des terroristes de toute pièce pour les besoins de sa démonstration propagandiste). Donc sans aucune comparaison avec l’Etranger, on voit que le modèle hérité de nos pères n’est pas respecté. Tiens, d’ailleurs il n’y a pas qu’au MoDem : hier, à l’Assemblée, les socialistes scandaient à l’unisson "démocratie, démocratie !".

          Diriez-vous que tous ces députés sont :

          1 - totalement débiles 
          2 - instruits de ce qu’est une réelle démocratie et qu’ils voudraient voir respectée ?
          3 - qu’ils ne font que nuire à notre grand chef bien aimé qui devrait leur casser la gueule ?


        • Gilles Gilles 21 janvier 2009 12:36

          Non, les députés sont payés, grassement, pour tenir la place qu’on leur offre, ou plutôt que les instances dirigeantes de leur parti leur offre

          Tout dépend, dans la Vem, de l’état d’esprit du monarque...pardon du président.

          Actuellement, tout ce qui ce décide à l’Elysée entre Sarko et ses conseillers de l’ombre (peu les connaissent) à titre de loi. Les députés ne sont là que pour avaliser.

          En fait, l’éxécutif EST le législatif et le parlement l’exécutif, cad celui qui promulgue qu’une loi décidée par l’exécutif sera appliquée (si elle ne l’est pas déjà, comme pour la loi sur l’audiovisuel) selon le bon vouloir de l’éxécutif

          Bref, les députés sont des pots de chambre, payés pour avaliser, rien d’autre

          Les députés de l’opposition ne devraient même pas sièger, ça ne sert à rien sous la Vem dominée par un monarque ignare qui croit avoir la science infuse et se fiche de la Démocratie comme de l’an 40. D’ailleurs 90% ne le font pas (vu que l’hémicycle est toujours vide) mais ils teinnent encore à ce que leur groupe soit physiquement présent pour faire impression et justifier leurs indemnités)


        • Frédéric Degroote Frédéric Degroote 20 janvier 2009 14:49

          Oui c’est très vrai. Mais si vous, vous ne l’utilisez pas, vous savez bien que bon nombre de rédacteurs et ici notamment sur agoravox n’hésitent pas à employer ce terme.

          Sinon pour vos trois exemples je n’ai rien à redire, cependant ma question reste quand même d’actualité, je pense.


          • La Taverne des Poètes 20 janvier 2009 15:30

            Vous devriez vous adresser aux rédacteurs qui, selon vous, auraient utilisé ce terme, et non à moi.


          • LE CHAT LE CHAT 20 janvier 2009 15:40

            il a rétabli l’état de droit dans nos banlieues http://indigenes.free.fr/IMG/arton259.jpg il a rétablit la valeur travail http://users.skynet.be/undergroove/activista/imageactiuse/sarkoland.jpg il gouverne la France d’une grande sagesse http://lesogres.tv/IMG/jpg/sarkoland.jpg la stabilité du régime est assurée http://medias.lepost.fr/ill/2008/02/11/h-20-1096902-1202709655.jpg et toi , ingrat , tu craches dans la soupe ! smiley


            • La Taverne des Poètes 20 janvier 2009 16:09

              Voyons le chat, on ne dit pas un ingrat mais un petit gros.


            • Henri François 20 janvier 2009 16:26

              Et, en plus, il ne sait pas manier correctement la langue de Molière. Pour en être convaincu il suffit de lire les dépêches d’agence rapportant son discours du 20 janvier à Provins. Du berlsuconi à la puissance mille. 


              • Fergus fergus 20 janvier 2009 16:33

                Bien vu, La Taverne, ce petit article en dit plus qu’un long discours sur les dérives du sarkozistan et les dénis de démocratie dont elles portent le germe.


                • La Taverne des Poètes 20 janvier 2009 16:55

                  Et puis c’est l’occasion de remettre Sarko en vedette un jour où l’on ne parle que d’Obama ! smiley


                • La Taverne des Poètes 20 janvier 2009 17:01

                  Moi, je préfère les nids de démocratie aux dénis de démocratie. Mais il y en a qui font leur nid dans le déni...


                • hurlevent 20 janvier 2009 22:10

                  "Premier exemple, la suppression du juge d’instruction. Un pays dont l’indépendance de sa justice est remise en cause par un seul homme qui a le pouvoir de se l’adjuger, est-il encore en démocratie ?"

                  Vous faites l’amalgame suppression du juge d’instruction=remise en cause de l’indépendance de la justice. Cela reste à prouver. Des dizaines de pays démocratique à justice indépendante n’ont pas de juge d’instruction.

                  "Deuxième exemple : la nomination et la révocation du président des chaînes de télé publiques. Un gouvernant qui décide seul de supprimer la publicité privée (et fait entériner la chose plus tard par le Parlement comme une simple formalité) et de réserver les chaînes publiques à la publicité gouvernementale, est-il garant d’une démocratie digne de ce nom ?"

                  Je ne vois pas pourquoi il ne le serai pas. De nombreux pays démocratiques n’ont pas de publicité sur le chaine publique. D’autre part, je préfère que ce soit un homme démocratiquement élu qui désigne le président de France Télévision, plutot qu’un groupuscule opaque que personne n’a jamais élu.

                  "Troisième exemple : la confusion des pouvoirs. La Déclaration de 1789 déclare, dans la suite de Montesquieu, et en son article 16 : "Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution". Le Sarkozistan n’a donc pas de constitution ! Car la démocratie selon ce modèle repose sur un système de séparation des pouvoirs exécutif et législatif (on ajoute souvent judiciaire et aujourd’hui parfois : médiatique). Et c’était bien la peine de faire voter une réforme constitutionnelle si la constitution est bafouée dans son principe."

                  Heu, où la constitution est-elle bafouée ?



                  • La Taverne des Poètes 21 janvier 2009 08:53

                    "où la constitution est-elle bafouée  ?" : article 16, on vous dit !


                  • vivelecentre 21 janvier 2009 07:45

                    vous avez raison La Taverne, de dénoncer les -éventuelles- dérives autocratiques !

                    Vous avez l’impression que c’est le cas en France aujourd’hui . Cela est bien sur subjectif, discutable et d’objectivité disont......partisane !

                    Une chose par contre sur laquelle on peut certainement tomber d’accord , c’est d’admettre que cela aurait été pire si l’un des autres protagonistes de 2007 avait été élu ( on sait jamais , sur un malentendu....) !

                    En effet, au MoiMeme , le modèle semble être l’autocratie :
                    Vote à main levée sous la pression de l’autorité dirigeante, mention unique avec recherche de plébiscite, score consultation interne stalinien, excommunion de ceux qui diffèrent d’un cheveu de la ligne du chef, pouvoir hyper centralisé dans une poignée de l’entourage de l’idole, comportement infantile et idolâtre de nombre de militants, dirigeant illuminé et prétendant à un destin à la Churchill ou de Gaulle , etc etc ( certain de ses amis ont même parlé de dérives sectaires..) 

                    On peut trembler rétroactivement si cette méthode aurait été transposé du MoiMeme au gouvernement de la France

                    Vous abonderez , j’en suis sur !!


                    • La Taverne des Poètes 21 janvier 2009 08:47

                      Heu...c’est qui déjà votre candidat charismatique et talentueux au Nouveau Centre ?


                    • vivelecentre 21 janvier 2009 09:07

                      Cela a du vous échapper, il n’y avait pas de candidat centriste aux dernières présidentielles ( 2007)

                      Méfiez vous de Morin, l’ancien meilleur copain de Bayrou, il est moins "détecté" que votre idole (cf sondage d’opinion),
                      Bayrou dans le "top 10 détient le record d’opinion défavorable, 40% !! Plus par exemple qu’un Bertramp, Copé, Montebourg ,Vals pour ne citer que ceux qui feront les elections de 2012 et 2017

                      Question charisme, Bayrou/Morin, blanc bonnet , bonnet blanc ! il faudra autre chose pour faire rêver les foules

                      Quand au Nc , je vous ai déjà dit que ce n’est pas ma tasse de thé

                      Je suis pro Libéral, social et européen mais cela a disparu avec la disparition de l’udf sur l’hotel des ambitions de qui vous savez !

                      En tout cas vous êtes d’accord avec moi concernant les pratiques autocratiques du MoiMem qui auraient été désastreuses appliquées à la t^te de l’état !
                      Ouf !!!


                    • La Taverne des Poètes 21 janvier 2009 10:10

                      Vous vous nommez "vivelecentre" mais vous n’êtes pas du centre ? C’est comme si je disais que je n’aime pas les poètes. Vous n’êtes pas quelqu’un de clair...Pour le candidat possible, je parlais évidemment de 2012 . Mais bon se faire passer par un imbécile par un plus imbécile que soi, ce n’est pas bien grave. 


                    • vivelecentre 21 janvier 2009 18:59

                      concernant vive le centre c’est en opposition a tout ceux qui sont prétendument du centre et dont je me délecte à dénoncer les travers et incohérences ! personne n’a le monopole du centre !!

                      Mais pourquoi chercher le centre ? Plus on le cherche plus on se rapproche du néant...

                      Le centre , en politique est le plus petit dénominateur commun !
                      souvent rien..

                      Une formation politique centriste ne peut être que centre gauche ou centre droit.

                      Ne serait ce , en cas de multipartisme ( prôné par votre chef) que pour choisir le camp d’une coalition majoritaire
                      Et ne s’agit pas de deux blocs monolithiques !, Bayrou revendique l’existence d’une troisième voie ? Stupide ! il y en a déjà presque autant que de formation politique 

                      Vous devez deviner que je suis plus proche du centre droit

                      Bayrou par opportunisme a basculé d’un centre à l’autre et a mis cette "évolution" sur le compte de tout un tas de théories vaseuses pour masquer ce changement de camps jusqu’à accuser de trahison ceux qui ne l’ont pas suivi..

                      Cela semble manichéen et c’est maintenant de l’histoire ancienne , mais c’est ce qui s’est réellement passé... !!. 

                       


                    • vivelecentre 21 janvier 2009 19:02

                      et je pourrais ajouter que d’après vous , si l’on est centriste, il faudrait obligatoirement choisir Bayrou ou son double Morin, ancien lieutenant et de la même ecole ?

                      Nicht danke !


                    • Pourquoi ??? 21 janvier 2009 08:18


                      @ Frédéric

                      Pourquoi avoir peur du mot "dictature" ?

                      Un chef d’état qui concentre entre ses mains absolument TOUS les pouvoirs, vous appelez ça comment ?
                      Qui méprise ouvertement son peuple ? Qui puise abondamment dans les caisses de l’état pour lui et ses amis ? Dont les ministres sont de simples marionnettes dont le moindre commentaire public est démenti de façon méprisante par le chef ? Qui écrase l’assemblée représentant le peuple ?

                      Toutes nos petites libertés sont grignotées les unes après les autres. Avez-vous vu de quelle manière sont réprimées les manifestations pacifiques ? Savez-vous qu’internet est dans le colimateur en tant que dernier espace de liberté ?

                      Il n’y a pas encore la torture ? Certes, mais avez-vous vu comment a été traité un journaliste récemment dans notre belle patrie des droits de l’homme ?

                      Nous sommes nombreux à avoir peur de cet incapable...capable de tout !


                      • La Taverne des Poètes 21 janvier 2009 09:03

                        Si De Gaulle n’était pas un dictateur, Sarkozy ne l’est pas non plus (Là s’arrête la comparaison...).


                      • Frédéric Degroote Frédéric Degroote 21 janvier 2009 11:05

                        On nage en plein délire. Quand on en arrête avec ces appelations ! C’est ridicule.
                        Au risque de vous décevoir, nous sommes dans la 5ème République, le Président est élu pour agir et tout diriger. Déjà en 1963, De Gaulle disait que tous les pouvoirs, même le judiciaire, dépendaient de lui.
                        Sarkozy a beaucoup d’admiration pour Mitterand, on n’a pas d’admiration de ce type que on ne veut plus de la démocratie.
                        Enfin bon, on peut parler de dictature, après tout dévoyons les mots et sentons-nous plus faibles parmi les faibles, c’est tellement gratifiant !


                      • Frédéric Degroote Frédéric Degroote 21 janvier 2009 11:07

                        quand on ne veut plus de la démocratie*


                      • Thierry LEITZ 21 janvier 2009 09:18

                        Pire que cette politique favorable à 10% des français ? Je ne vois pas.
                        SR, FB ou DDV, cela aurait eu une autre saveur, même si la marche du monde n’en aurait pas été modifiée.

                        Leur pouvoir est somme toute limité. Grâce à la Constitution. Mais la dérive autocratique est réelle. Le pluralisme est combattu dans l’ombre, la terreur politique jouant sur le couple promotions/rejet est pratiquée d’en haut, la division pour émulation, l’évidence pour doctrine.

                        Quand la direction prise est mauvaise, les meilleurs marins n’y pourront rien.

                        Le problème est le choix de société, pas les hommes/femmes en haut de l’affiche. Et ce choix manque. Projet de civilisation ? Quelle farce ! Du pur discours propagande.

                        NS se voit en héros d’une production holywoodienne genre police-action-catastrophe. Il est Tom Cruise en Ray-Ban (descendant de son Rafale pour enfourcher une Tomcat avec Carla derrière dessus) Il est superflic de NYPD qui n’a même pas peur des grands blacks du Bronx, Il est le président du Monde qui décide 50X par minute et coordonne dans un bunker la riposte salvatrice contre un ennemi terrifiant... Il est...TROP FORT !

                        Pas étonnant qu’il veuille changer le monde avec Barack ! Il va tout casser !
                        (il a déjà commencé avec le code du travail, l’indépendance des médias, de la justice... patience, c’est pas fini.)


                        • Ronny Ronny 21 janvier 2009 12:05

                          Je comprends bien ce que vous dites, mais je vous renvoie à un papier que j’avais écrit voila peu...

                          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=48193

                          Nous ne sommes pas en dictature de type stalinien, chilien, tsariste ou chinois teinté révolution culturelle ; prétendre le contraire serait une grossière exagération. Non, nous sommes en "a"démocratie, dans un système qui pour le moment mêle plutocratie (gouvernement de l’argent) et oligarchie (gouvernement de quelques uns, entendez de copains !). 

                          Depuis peu, cependant, les attaques contre les contres-pouvoirs (presse, magistrats, syndicats), contre les acteurs du mieux vivre ensemble (services publics, associations) et contre l’intelligence tout simplement (éducation et recherche) se sont multipliées. L’idée est de transformer le citoyen de base qui réfléchit, contredit, se défend, en une sorte de robot quasi décérébré et apeuré à l’idée d’élever la moindre remarque sur l’état dans lequel le sarkozysme l’aura placé ; à savoir n’être qu’une unité de production et de consommation. Pour y arriver, on ne le tuera pas, on ne le torturera pas, mais on le flatera, on le dressera contre ses semblables, on le controlera de plus en plus, et on le terrorisera si besoin...

                          Si la France de Mr. Sarkozy ce n’est pas une dictature vraie, ce n’est plus du tout une démocratie. Il n’existe pas de mot pour qualifier la situation aussi le mot Sarkozie me semble approprié pour décrire ce que j’avais appelé une "dictature molle à la française". Je sais que ce terme peut paraitre fort. Il ne l’est, à mon avis, que parce que nous refusons de regarder la réalité de la situation en face !




                          • Ronny Ronny 21 janvier 2009 12:17

                            Le commentaire ci-dessus était posté en réponse au commentaire de Frédéric Degroote 								

                            Pour une raison inconnue, il y eu un plantage d’Agoravox au moment de l’envoi et mon message se retrouve en réponse à l’article de la Taverne... Désolé


                          • Gilles Gilles 21 janvier 2009 12:25

                            Sarkozistan.....

                            Dommage qu’il manque les références religieuses du Sarkozisme.

                            Aprés tout, le "tan" fait référence aux entités géographiques musulmanes prises pour certaines en otage par des fanatiques religieux. Et les media utilisent le suffise "tan" pour tout groupe islamisan (talibanistan...)

                            Et Sarkozistan cà me fait plus penser à "l’instituteur qui ne remplacera jamais le curé/imam" ou qui décrète que la Vérité c’est moi qui l’est et ceux qui sont contre sont des impies (archéo-marxiste droit-de-l’hommistes)


                            • vivelecentre 23 janvier 2009 18:29

                              s’en aucun doute

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès