• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Cherche porte-parole d’urgence

Cherche porte-parole d’urgence

Un porte-parole doit dire, sans le dire, ce que la direction d’une société ou d’un homme veut dire. Il doit expliquer que la direction d’une société n’a, en réalité, pas voulu dire ce qu’on avait tous cru comprendre. Problème...

Est-ce le parapluie de l’homme de paille ou la paille, imposée est-elle le suppositoire de celui qui n’a pas vraiment quelque chose de nouveau à dire qui impose cette interface ?

Quand on n’a rien à dire pour sa défense ou pour étayer sa politique, il faut bien se réfugier derrière des paravents. N’est-ce pas plutôt "pare à vents" ? En ces temps de tempête, rien de plus normal, non ?

Le crédit, on aime en prendre les bénéfices en droite ligne. Le débit, lui, il s’agit de le filtrer, de l’embellir à tout prix quand il n’est pas à la pointe de ce qu’on nomme le "progrès".

Mais nous sommes dans la rubrique "Parodie". Alors, allons-y.


20090113Bush bilan.jpg
Quand on pense, en plus, que le "job" n’est plus de tout repos et qu’il faut en plus être assez souple pour esquiver les chaussures qui ont une fâcheuse tendance à s’envoler toutes seules au moment où on s’y attend le moins. Il faut assurer, dès lors, ses arrières et ses avants. Quand aux coups de côtés, il vaut mieux ne pas trop en parler. Nos représentants en politique ou ailleurs, doivent de plus en plus se blinder et être montés sur ressorts. Ils étaient les bouées de sauvetages de notre économie, de nos pensées, de nos religions, de nos politiques. Cette fois, ils lanceraient bien des bouteilles à la mer avec un message qu’ils espèreraient ne jamais voir arriver à destination sur un rivage trop proche.

Les erreurs sont humaines. Ça leur fait une belle jambe, les autres n’en tiennent pas compte. Alors qu’ils s’étaient jurés de se donner à fond, voilà, qu’ils sont contrariés dans leurs manœuvres, hués même. Il n’y a plus de justice. Solidaire, on veut bien l’être, mais, il ne faut pas trop pousser, il faut aussi assurer. Il ne faut pas perdre la poule aux œufs d’or ou le veau gras selon la religion des administrés. La pensée unique a un sens unique qui lui est propre. C’est vrai, c’est parfois inique mais c’est bien connu on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs. Le populisme apportait la "bonne parole" et les "partis pris" pour celui qui avait oublier de rêver ou qui au contraire, ne parvenait plus à le faire. Qui sait, ils ne l’ont peut-être pas choisi. Enfin, c’est une supposition que l’on ne poussera pas trop par souci d’objectivité.

Pour les paroles, en amont, il y a les conseils, les lobbies. Pour compter sur eux, on peut dire qu’on la fait à fond. Encore une fois, ces conseilleurs ne sont pas payeurs bien que bien payés au départ. Ils se débinent souvent avec d’autres idées quand les patates sont brûlantes et qu’il faut se les refiler au plus vite. L’homme, le vrai, au milieu du cours, celui qui devrait assumer par contrat, se doit d’être le champion en tout. Donc, il doit s’entourer d’un maximum de chances de succès. Il est le parrain de toutes ces ouailles, de ces oies en perdition, parfois même, de ces oisifs par contrainte. Ils ont donc, tout de suite, pensé aux souffleurs dans la coulisse. Voilà les gardes du corps, les "Body guards", pour le physique. A la sortie, à la diffusion, il ne faut les perdre de vue, qu’il y a les porte-parole pour le moral et la pensée. Ceux qui dans le temps faisait cela précédé par un ra de tambour.

Tous en scène. Chacun son rôle. Tout dépend des circonstances. Au milieu, le courage, on le met en sourdine, l’espace d’un matin. Le "Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais", c’est mauvais pour l’exemple. Alors, on engage un porte-parole tout azimut pour faire passer le message. Premier de ligne, il faudra le former, ce poulain-là. Pas toujours d’accord, il s’en plaindra, peut-être, de devoir recevoir des coups et de devoir assumer les retombées, mais ce n’est pas grave, il est payé pour cela. Nouveau job de beau parleur, à la mode. "Tout va très bien, Madame la Marquise".


20090205_Foiré.jpgQuand on foire, car on le fait tous, il faut assumer et boire la tasse. On se doit de le dire sans honte et avec une envie de rectifier sans s’entêter. Enfin, ça, c’est encore de la théorie. Air du temps, on veut, aujourd’hui, un super-homme,un Zorro, sans peur et sans reproches, ou du moins "des considérés comme tels" qui ne s’entête pas trop. L’image de marque est affaire du bruit de roulements de tambours, pas de celui qui donne le cours du "comment le tambour raisonne ou comment l’utiliser". Mais il y a les formes et le fond patronné par une technique propre qui varie très fort dans ses principes en fonction de cette direction choisie et de son sens.

Dans ce métier, il faut surtout ne pas être l’oiseau de mauvais augure, avoir la communication dans le sang pour faire fléchir les idées dans le subconscient et pour les faire oublier. Pas question de rougir à la moindre question ou au moindre mensonge à prodiguer lors de l’interprétation du "package". Sensible s’abstenir. La source et les secrets de fabrication sont dans la boîte. Donc, c’est comme au théâtre, pas question de trahir le texte.

Sarkozy est l’ancien "routier". Ministre de l’Intérieur, Président, cela forme son homme. Ça lui rappellerait même son passé d’avocat. Il en a désigné de ces "porte-voix" en fonction des buts programmés et des responsabilités.

Obama, le petit nouveau, est l’espérance du moment. Il a l’aura actuellement. Il a aussi le sien.

Roulement des mécaniques mais avec plus d’huile à disposition pour l’un que pour l’autre. Les techniques sont pourtant différentes et à géométrie très variable.

Sarkozy le dit, il ne copie pas, il ne fait pas de l’ « obamisme », il s’expose, cela fait partie de sa personnalité, il aime baratiner, contre vents et marées. Il aime les médias en se préoccupant peu du regard oblique "des passants honnêtes". Voilà, qu’il transmet son savoir à l’héritier, le Prince Jean. Dans le Vif L’Express belge, il était dit que sa pensée transmise à son héritier conseillait "N’écoute pas ceux qui te disent d’aller doucement". Quel cri du cœur ! Deviendrait-il son porte-parole ? Un peu plus loin, on disait pourtant "Les héritiers sont fait pour être guillotinés". Mazette, voilà qu’on révolutionne !

Le second, Obama corrige et avoue son erreur. En pleine jeunesse, probablement.

Changement de moyens, changement de politique ? Là, faut voir.20090209Williamson.jpg

Tout est, donc, dans la manière et le style dessinés dans l’image de marque.

Chacun son truc en plume ou à poil. A vous de choisir la méthode que vous préférez.


20090206Sarkozy interview.jpg
Faut pas confondre avec les prophètes qui marchent sur l’eau. Eux terminaient mal leur mandat.

Philippe Geluck, Le Chat, disait "On dit que seul les imbéciles ne changent pas d’avis. Je n’ai pas d’avis sur la question et cela n’est pas prêt de changer". Décidément, y en a qui ont du mal pour revenir sur terre...

Alors, on cherche l’éminence grise qui sort du lot, qui se doit de faire la publicité pour son protégé de l’ombre et surtout pas l’enfoncer. Il ramassera les coups et les questions. Et hop, un gladiateur sans filet...

Attention, précaution, la presse est avide de renseignements, de chaire fraîche et de scoops. Y comprennent rien à rien, les autres. Mais d’eux, il faut se méfier. Y veulent jamais comprendre que je leur veux du bien à ces diables. Et puis, il y a ceux qui analysent jusqu’à la virgule mal placée : les blogueurs. De la pire race, ceux-là. Il faut trouver quelque chose ou quelqu’un, pour survivre. Ce sera le porte-parole, sans peur. Il transpirera, c’est sûr.

Ce sera à lui de trouver la réponse au dilemme de comment ne pas en donner trop, pour garder le flambeau pour une autre étape, mais en même temps, en donner suffisamment pour ne pas décevoir l’auditoire avide de sentions fortes.

Non, je vous dis, non. C’est pas de tout repos. Il y a des gens qui ont du bagou, de la prestance, de la présence. M..., il en faut encore plus se le fabriquer. On saura le préparer, l’astiquer, lui rectifier la mèche rebelle qui s’est décalée du mauvais côté qui pourrait faire penser qu’on a changé de politique et de camp. On sait ce veut dire coaching, briefing et debriefing. Cela fait partie de tout le programme.20081127PS Sego.jpg

Tout est prévu mais je ne vous dit pas le travail, c’est un sacerdoce pour ce punching-ball d’occasion. Enfin, d’occasions, faudrait pas trop que cela se reproduise trop souvent pour les retours de flamme. Et puis, "occasion", c’est peut-être un mot mal choisi.

Rideau. Mais où en étais-je ? Je fais de la théorie. J’en perds le fil et je risque avec ma théorie de perdre mes candidats au suicide collectif.

Car, oui, je cherche un porte-parole, bien baraqué du côté intellect, bon parleur, bon répondeur qui dit la vérité mais pas trop.

Offre de service à faire parvenir d’urgence. Fonction : "Brain guard de la parole et de la pensée à commenter". Toujours le sourire au bout des mots. Du charme dans la phrase. Un peu de causticité. Monolingue, c’est pour la consommation locale. Car même un blogueur se doit de se protéger face à la foule sous tension. Ne parlons pas de salaire, ce serait mal à propos dans ce cas. On travaille gratis ou on travaille pas.


20080523Conseil Ministres2.jpgComme disait encore Le Chat, "Perdre un être cher est souvent un soulagement pour le budget. C’est perdre un être bon marché qui est parfois un déchirement économique".

Ce "gentil animal" osait même miauler plus tard : "Je me parle souvent à moi-même, mais je ne m’écoute pas toujours".

Ce Chat-là commence diablement à me les griffer et je ne vais pas le laisser me les gonfler dans son jeu du ronronnement de ventriloque.

C’est décidé, je m’en vais reprendre son rôle dans un autre espace temps. Alors, je cherche l’oiseau rare pour mes blogs, "The" porte-parole d’un Enfoiré. Je fournirai les gilets pare-balles, pare-mots. Quand on pense qu’on annonce, pour bientôt, des écrans en relief, les impulsions de la "commentature" pourraient devenir dangereuses.

Je continuerai à suivre, mais de loin, dans mes quartiers d’hiver. Mais au fond, pourquoi chercher ?

Les Égyptiens anciens me donnent une idée...

Et, si je déléguais mon double de l’humour, à mon "ka" à strophes ?

On n’est jamais mieux servi que par soi-même, non ?

De la schizophrénie, là dedans ? Non, une simple recherche de "copier-coller".

En attendant, je scrute le ciel avec appréhension.20090126Obama appréciation.jpg

Puis, comme Sébastien, pourquoi pas chanter :

Ah, si je pouvais fermer ma gueule,

Ça me ferait des vacances,

Ah, si je pouvais fermer ma gueule,

Ça ferait du bien à la France". 
 

L’enfoiré,

 

Citations :

  • « Quand le Diable n’y peut rien, il délègue une femme. », Proverbe russe

  • « On peut déléguer des tâches mais pas les responsabilités. », Yannick Therrien


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • E-fred E-fred 20 février 2009 19:58

    Il est vraiment excellent ton article , j’ai du mal à croire que c’est une parodie...


    • Epeire 20 février 2009 21:40

      Bien vu, l’article. 

      Dans le genre, ça me fait penser à Caligula, qui parait-il, songeait à nommer son cheval préféré consul

      Dans quelques temps on dira peut-être que le gouvernement a récidivé avec un perroquet (et encore, quand j’entends ce qu’un vrai perroquet est capable de faire, ça n’aurait pas forcément été plus mal smiley )


      • L'enfoiré L’enfoiré 21 février 2009 14:23

        Salut E Fred et Epeire,

         Quand j ai concu mon article, j en ai rigole a chaque phrase que j ajoutais.
         Un copain m en avait cite les deux premieres phrases qui se trouvent dans le chapeau de l article.
         J ai extrapole sur mon cas personnel avec un peu d imagination et humour.
         La parodie ou serieux s abstenir etaient mes deux options.
         Desole pour les fautes d ortho dues au clavier sans accent que j utilise.
         Un qwerty cela tue un homme qui a l habitude de l azerty.
         Mais un Enfoire restera un enfoire jusqu au bout.
         Cet article a ete propose voila pres de deux semaines.
         Je n aime pas lance quelque chose que je ne peux suivre a la trace.
         C est viceral. Pas de procuration et mon ka, je m en mefie comme de la peste.
         


        • L'enfoiré L’enfoiré 22 février 2009 11:17

          Salut Shawford,

           Au peu de commentaires, on peut en deduire que j ai taper dans le ñille.
           Beaucoup de messages entre les lignes.
           La France en a fait une profession de porte-parole.
           Pour une fois, Sarko a change la donne a en depasser les bornes et a occuper la premiere ligne.
           La langue unique c est aussi la vision francaise.
           L autoderision c est pas encore la tasse de the.
           C est la grande difference avec la Belgique qui en fait la sienne.
           Et cela c est une arme invincible

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès