• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Conseil à un ami médecin

Conseil à un ami médecin

Avertissement : cette conversation est fictive et se passe dans un pays imaginaire, à une époque indéterminée. Les propos rapportés sont donc complètement étrangers à notre beau pays et à l’époque bénie où nous vivons. Ils ne traduisent, bien évidemment, l’opinion d’aucun membre d’une profession hautement estimable. C’est même avec la réprobation que vous imaginez que je voyais ma plume aligner des phrases que je n’ai jamais entendues et qu’aucun médecin ne tiendra jamais. La seule explication qui peut tenir lieu d’excuse est ce fameux article 9 du Code de déontologie qui oblige à venir au secours d’une personne en péril. Pris au piège d’une inspiration fatiguée, il me fallait bien, dans un premier temps, écouter son discours d’affairiste sans scrupule et, puisqu’il s’était imposé en tant que vieil ami, j’étais contraint, pour obéir aux lois de l’amitié, de lui venir en aide, non sans lui avait prêté, soyez-en rassurés, une oreille plus que scandalisée. Je sais que ce préambule embarrassé est superflu, tant la confusion est impossible, mais je ne transige jamais avec le principe de précaution. 

Ce matin, un coup de fil, un ami de trente ans : « Je dois te voir ». « Viens quand tu veux ». Le temps d’arriver, il est là. Je le reconnais à peine : pâle, amaigri, défait, il n’est plus le jovial gai luron de toujours, un Prozac ambulant.

Avant même le bonjour, le cordial s’imposait. On the rocks, as usual. J’enchaîne par un : « Que se passe-t-il ? »

Ø « Ah, si tu savais ! la cata. Je suis en train de craquer. J’y arrive plus avec ce qu’ils nous font ».

Ø « Explique ».

Ø « Depuis les campagnes d’interdiction de tout : le sel, le sucre, le gras, la vitesse, le ceci, le cela et maintenant le tabac, on y est, l’impossible - qui l’eût cru ? - n’est plus français. LES GENS SONT DEVENUS RAI-SON-NA-BLES ! Du jamais-vu ! Ils ne salent plus ou à peine, avec le dos de la cuillère. Ils mangent peu et crétois autant dire prunes et clopinettes. Ils ne fument plus, ils roulent au pas et font de la bicyclette. Et, tiens-toi bien, ils ont remplacé le Saint-Émilion par la Sainte-Yorre !

Sous prétexte de sauver leurs poumons, leurs artères, leur cœur, leur foie et le reste, ils nous mettent sur la paille. Ma clientèle a chuté des 2/3 et le tiers restant est en train de guérir ».

Je le ressers pour lui redonner un peu de courage. Il en a bien besoin, le pauvre, pour continuer.

Ø « Adieu les beaux cancers du poumon ! C’est trois années de revenus qui s’envolent en fumée.

Adieu les artérites ! Au moins 15 ans de survie, 1 visite tous les trois mois. Tout le monde était content et une saison à Royat pour le fun et le gaz.

Ne parlons pas de l’hypertension, elle entre dans la légende.

Tu ne me croiras pas, mais pas une cirrhose depuis six mois !

L’obésité recule puisqu’ils mangent presque plus. Les 3 Mac Do du coin, le King Burger et la Pizza Hutt viennent de fermer, lessivés. Des restos bio-végétariens ont pris leur place.

Conséquence fâcheuse, le diabète se fait rare. Et le diabète c’était ma serviette et mon couvert quotidien chez le 3 étoiles que tu connais. J’y avais mes aises. Lui aussi peut se faire du souci. Le diabète c’est facile à traiter. « Mangez moins ! » Mais heureusement ils n’obéissaient pas. 2-3 comprimés ou une petite piqûre et on n’en parlait plus jusqu’à la prochaine visite : contrôle et bilan. Puis, et ça rend nostalgique, venait le beau temps des complications et il y en avait, de quoi t’occuper à plein temps !

C’était la belle époque, tout ça c’est fini. Je ne sais plus comment faire. J’ai déjà supprimé Lola, ma maîtresse, tu l’as connue. Je ne pouvais plus assurer (un soupir, un regard lointain) son train de vie ».

Là, je compatis. Je connaissais Lola, la seule faiblesse de mon ami, une Lolita avec de la classe.

Mais il s’était repris.

Ø « J’abandonne la voiture pour les visites. Il y en a si peu ! Je me suis mis au vélib.

Pour mon petit dernier, l’orphelinat peut-être.

Qu’est-ce que je vais devenir ? Je viens te voir parce que t’es de bon conseil ».

J’avoue être éberlué. J’avais quitté la profession depuis longtemps et me doutais de rien.

Ø « Est-ce un cas isolé ? »

Ø « Mais non, c’est général ou presque. Les dermato, les psy, enfin ceux qui sont dans les marges, qui ne font pas dans le corps-à-corps s’en tirent bien. Les spécialistes trinquent aussi. Imagine un pneumo sans cancer du poumon, un cardio sans infarctus, sans hypertension, un ORL sans cancer du larynx, un hépatologue sans cirrhose, un diabétologue sans diabète, un nutritionniste sans obèses. Même les orthopédistes sont sur les genoux : plus d’accidents de la route, plus d’os à souder.

Les conséquences sont graves. Beaucoup de confrères abandonnent. C’est le burn out. Ils retournent à la terre ».

Ø « Tu veux dire une reconversion ? »

Ø « Non, celle du cimetière, dessous. Les survivants se mobilisent, organisent des manifs, bloquent les péages, se tournent vers les trotskistes. Ils veulent faire front commun avec les buralistes. Mais il y en a bien d’autres qui ont le même problème. Faute d’accidents, les mécanos n’ont plus de bagnoles à réparer et le marché de l’auto s’effondre ; les assureurs n’ont plus d’assurance sur la mort à placer : les charcutiers, les pâtissiers ne tiendront pas longtemps. Même les paludiers de Guérande sont à marée basse.

Peut-être que si on se serre les coudes on va réussir à obliger le gouvernement à reculer pour qu’on en revienne aux bonnes vieilles habitudes. Celles qui permettaient à tout le monde de vivre. Tous les morts, les blessés, les malades, ça occupait des gens ! Le chômage était au plus bas. Je vais te dire : le pays avait meilleur moral. Les Français sont des gens sérieux. Ils vont comprendre où est leur intérêt. J’ai bon espoir dans ce gouvernement. Ce sont des sages. Ils aiment les bonnes réformes ».

Mon ami s’était redressé. Il avait repris des forces et des couleurs en rêvant à cet avenir radieux dont il se convainquait en même temps qu’il parlait. Je le sentais prêt à continuer :

Ø « Certainement tu as raison, mais dis-moi, c’est le triomphe de la prévention, ce vieux rêve, cette grande idée : prévenir plutôt que soigner sans être sûr de guérir ».

Ø « Parlons-en, une fausse bonne idée ! J’y croyais moi aussi et m’y activais comme les autres, mollement pour pas brusquer, pas traumatiser. On faisait du politiquement correct. Faut dire qu’on ne montrait pas trop l’exemple. Les médecins fumaient presque tous et, question alcool, on était mal placés pour modérer. Enfin, on en parlait, ça assaisonnait un peu le discours. Et puis c’est toujours agréable de culpabiliser un peu. Un médecin est un confesseur et, sans punition, il y a comme un manque.

On n’avait pas pensé aux conséquences. Elles sont terribles. A côté, nos petits problèmes ce n’est rien.

La longévité fait un bond. Dix ans de gagnés d’un coup. Les pompes funèbres sont aux abois. La plupart à l’agonie, les mieux équipées font dans l’irrigation. La moyenne d’âge approche les 100 ans. On va bientôt les dépasser. Les retraites ne seront plus payées, faute de liquidité. Tout le PIB y passera. Il va falloir travailler jusqu’au bout, Alzheimer ou pas. Les jeunes n’ayant plus de places à prendre vont émigrer ailleurs.

Tu imagines la situation : des vieux pour s’occuper de vieux. Le cauchemar. Et de quoi parler ? C’est peut-être un détail, mais pas sans importance. La maladie, la santé, si possible mauvaise, était le sujet de conversation habituel, même le seul pour les plus de 70 ans avec Questions pour un champion. Plus de malades, c’est aussi plus de visite chez le médecin à qui on raconte ses petites misères, ses petites peurs. A qui se confier ? Y a plus de curé. La maladie, même petite, c’était aussi la certitude d’être pris en charge, d’être considéré avec respect par tous les métiers de la santé : de la guichetière de la Sécu à l’aide-ambulancier en passant par le portier de l’hôpital. Tout ce monde était au garde-à-vous devant le malade car il vivait de sa bronchite, de son ulcère, de son cancer. Je ne parlerai pas, par discrétion, des privautés que Mesdames et Messieurs les médecins, les infirmières et même les aides-soignantes avaient le devoir d’exécuter, que cela leur plaise ou pas.

Non, la nature en inventant la maladie savait ce qu’elle faisait ! Comme toujours, on a tout faux. En voulant bien faire on a tout bouleversé et on se retrouve dans le caca ».

Que dire devant un tel tableau ? L’impression d’être devant celui de La Méduse.

Ø « Une dernière question : comment ce miracle a-t-il été possible ? Des décennies sans résultat, la prévention, de mon temps, on en parlait, par habitude, comme une tarte à la crème. On se gardait bien de passer aux actes ».

Ø « Tout arrive, même le pire. Un jour, un politique a décidé de faire son métier, de tenir ses promesses, du jamais-vu. Comme s’il avait pas mieux à faire : des discours, des inaugurations, des voyages, des nominations, des commissions. En fait, il a sous-traité le problème à ceux qui savent te vendre un truc qui sert à rien, une voiture qui marche à 300 à l’heure, une lessive qui lave plus blanc que le blanc, qui font d’un navet un chef-d’œuvre, d’un ripoux un honnête homme et transforment le dernier des politicards en Jeanne d’Arc. Les pubarts sont pas des tocards. Ils ont investi là où ça marche, à la télé. De la méthode Coué, on est passés à La Méthode Cauet. Avec le label « Vu à la télévision », tout se vend et bien, même la prévention. Des spots à toutes les sauces, des slogans séguelesques, des clips d’enfer, un martèlement sur et subliminal et l’affaire était dans le sac.

Pour faire dans l’éthique et le commerce équitable, un petit intéressement est venu donner de la respectabilité et de la responsabilité au process. Grâce à un petit kit que tu branches sur le bon site, on enregistre une fois par jour ton taux d’alcoolémie, d’oxyde de carbone, ta glycémie, ton cholestérol, ta tension et si t’es dans les normes, tu reçois une petite récompense, pas négligeable et qui a été appréciée. Le résultat a été celui que je t’ai décrit : PHÉNOMÉNAL. Il n’y a que les ermites comme toi qui ne sont pas au courant ».

Piqué au vif par sa critique implicite, je me rebiquais, vexé.

Ø « Tu me prends au dépourvu. Laisse-moi réfléchir ».

Trois secondes d’intense silence.

Ø « Le plus simple, mais pas forcément le plus sûr, est que tu passes à la gérontologie. Mais là aussi il va y avoir pléthore. Et puis, à partir d’un certain âge, c’est surtout de brancardiers qu’on va avoir besoin. La meilleure solution, à y bien réfléchir, ce serait de revenir aux fondamentaux, à la grande tradition, au théâtre classique. Souviens-toi qui a dit "le bien portant est un malade qui s’ignore". Rappelle-toi Le Malade imaginaire, Molière. Voilà un marché porteur, qui ne demande qu’à renaître. Il t’attend, tu lui rendras service. Il a besoin d’hommes comme toi. Des bons cliniciens qui ne sont pas dupes de l’apparence, qui savent parler au-delà des maux.

Tu as toujours été un peu comédien, le métier l’exige. Force donc un peu ta nature, fais un stage chez Cochet pour poser ta voix. Apprends le texte de Knock, mets-y de la conviction. Avec ton talent, en huit jours ta salle (d’attente) joue à guichets fermés ».

Je le voyais dans ce rôle, mieux que Jouvet, que Luchini, il le tenait, c’était celui de sa vie, de sa survie, une renaissance même.

J’ai eu du mal à terminer. Je me voyais déjà dans mon fauteuil d’orchestre en train de l’applaudir à m’écorcher les paumes, lui, envoyant au lit et à la diète tous les bienheureux trop contents d‘être traités comme ils se sentaient, des malheureux.

Il m’avait écouté avec attention car il était venu pour ça. Mais il ne s’attendait pas à une telle suggestion. D’abord interdit, presque choqué, il resta silencieux avant d’exploser :

Ø « Mais bien sûr ! Il faut passer d’une médecine en décomposition à une médecine de composition, tout en subtilité, en persuasion, en connivence, mais avec de la componction, de l’assurance, de la fermeté et même de la rigueur.

C’est, pour moi qui ai toujours rêvé des planches, un rôle à ma mesure ».

Je passe sur la suite. Ses effusions, ses remerciements. Je l’avais sauvé du déshonneur, de la faillite, de la famine. Il allait récupérer Lola, retirer son petit dernier de la famille d’accueil, abandonner le vélo trop dangereux. Il revivait, rayonnait, retrouvait ses couleurs, rajeunissait, une nouvelle vie allait commencer, etc.

Je n’avais fait, comme d’habitude, que mon devoir. Il faut s’aider, entre amis de trente ans.


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Traroth Traroth 20 juin 2008 10:59

    Oui, c’est comme l’invention du moteur à vapeur, ça a mis les cochers et les skippers sur la paille. Ou la brique : plus de tailleurs de pierre. On devrait interdire le progrès, moi je dis !


    • Marsupilami Marsupilami 20 juin 2008 11:07

       @ L’auteur

      Merci, très drôle et si vrai.

       


      • clostra 20 juin 2008 11:28

        Il y a de cela bien des années le médecin chinois n’était rémunéré que lorsque son patient était en bonne santé...

        Il y a de cela bien des années : le médecin et quelques autres suivaient pharaon dans sa sépulture...

        L’histoire ne dit pas si ces médecins avaient un véritable ascendant pour interdire à tout va des comportement à risque pour la santé.

        Remarque, ils ont inventé les momies.

        « S’ils ne peuvent nous empêcher de mourir, au moins qu’ils ne nous empêchent pas de vivre » Bensaïd


        • Olga Olga 20 juin 2008 11:32

           

          Heureusement qu’il reste des bons industriels pourvoyeurs de longues et douloureuses maladies : Tonsanto, Mestlé, Pac Do, Moca Cola, Tarlboro, etc.

          Spéciale dédicace aux exploitants de la centrale de Tchernobyl, qui restent La Référence, dans le domaine ô combien concurrentiel, du remplissage-de-salles-d’attente-de-médecins-sous-employés.

          Merci pour eux, ils le méritent...


          • SANDRO FERRETTI SANDRO 20 juin 2008 11:53

            Docteur,

            Pas mal. J’avais vu l’article sur votre site.

            Cela me fait penser à cette phrase terrible de Desproges :

            "J’ai envie de tuer quelqu’un.

            C’est assez urgent.

            Ca aussi, j’aurais peut étre du en parler à mon psy ou à mon médecin, mais finalement, j’ai préféré me confier à mon armurier"....

             


            • ZEN ZEN 20 juin 2008 13:40

              Excellent , Ex-docteur-qui-a-pris-du-recul

              J’ai bien ri...un peu jaune parfois..

              Mon médecin me prescrit quelque chose pour mon cholestérol . Je suis sûr qu’en changeant un peu mes habitudes alimentaires, je pourrais m’en passer.. Mais il se garde bien de me le dire. Pourquoi ?

              De votre papier , il faudrait faire une petite pièce de théâtre . Succès assuré !


              • alberto alberto 20 juin 2008 13:59

                Oui, Zen : une suite à "Docteur Knock" en somme ?


              • Dancharr 20 juin 2008 17:47

                 

                À Zen,
                Merci pour votre appréciation. Si vous vous sentez une âme de metteur en scène, allez-y !
                Bien sûr, il faut commencer par changer vos habitudes alimentaires et perdre les kilos que vous avez peut-être en trop. Si vous voulez en savoir plus sur le cholestérol et son traitement et les pourquoi, allez voir sur le blog d’un cardiologue de la Réunion : http://www.cardioblog.fr Il a un avis très documenté, très clair sur le sujet (http://www.cardioblog.fr/scanner/Cardiologie/Entrées/2008/3/30_Hypolipémiants_:_Sommes-nous_manipulés_.html).
                Cordialement.

              • ZEN ZEN 20 juin 2008 18:39

                merci Docteur !

                C’est combien ? Puis-je payer par chèque ?


              • Gasty Gasty 20 juin 2008 22:31

                Je verrais bien une pièce revue et corrigé s’intitulant " Le malade en bonne santé".


              • Lisa SION 2 Lisa SION 20 juin 2008 14:09

                Pendant qu’on est dans la parodie,

                Si ta croissance est pénible, prend un VUTAMER.

                Quand tu t’es coupé, un TOREPA des laboratoires DUSEL,
                 

                si la douleur persiste, un petit TAPUMAL et tu l’oublies.

                Bien sûr c’est un effet Placebo, mais dis toi que ça marche.
                 

                Pour t’endormir le soir, un p’tit TULAVI,

                pour se réveiller le lendemain, un TEPAMOR.

                Si t’es timide, je te conseille un TEPACAP.

                Si t’es accro, un IFOPAS, ou un FOCTARET.

                Et si tu as tout essayé en vain, essaye le TAPADBOL 200.


                Si t’es susceptible, prend du FERVEX 100

                Si tu souffres, prend un FEPAMAL
                 

                Attention à l’addicton définitive au TOLAVI

                Pour s’en défaire, prend du TOLAMOR.

                Si t’as des fuites colorées, je te conseille l’AMOCO CAïNE,

                non c’en est pas, comme le Canada Dry...

                Si t’es bon pour l’hopital, je te conseille les pompiers plutôt que l’ambulance.

                Les premiers, c’est « tiens bon, tiens bon  »

                les seconds, c’est « t’es foutu, t’es foutu  »


                • Georges Yang 20 juin 2008 14:23

                  Non, helas, il n’y a pas de risque de chomage pour les medecins ! Seulement un deplacement vers une nouvelle clientele, celle des veillards en mauvais etat et le domaine du psychosomatique qui s’alimente de la presse alarmiste hygieniste et ecolo !

                  Quand il ne fume plus ne bois plus,conduit doucement, l’homme se trouve de nouvelles causes de souffrance imaginaires dans les pesticides, les telephones portables, les colorants des bonbons... Le masochisme entretenu par les medias et la peur de tout au nom du principe de precaution vont faire des ravages...

                  On vivra plus longtemps mais toujours dans la crainte, une sorte de retour au divin irrationnel sans Dieu, que demande le peuple ? De croire que le monde environnant est la pour le faire souffrir

                  Pas d’accents , car je tape en qwerty sans correcteur et sans Word aujourd’hui

                   


                  • Jason Jason 20 juin 2008 15:11

                    Mais non, mon bon docteur ! La relève est là avec les 100.000 molécules recensées au cours du projet européen Reach et qui nous imbibent journellement de leurs bienfaits. N’oublions pas aussi les résidus radioactifs des essais nucléaires dans l’atmosphère d’il y a cinquante ans. Dans quelques siècles on en reparlera encore. Mais la République bienfaisante avait, bien sûr, étendu son parapluie protecteur au-dessus de nos têtes.

                    Rien à craindre, les médecins et les pharmaciens ont encore de beaux jours devant eux. Cependant, le financement, c’est là où le bât blesse. Il faudra une population solvable, voire riche, qui puisse s’offrir les remèdes magiques contre la destruction ambiante. Il suffira peut-être aussi de faire de tout un chacun un OGM ambulant, nanti des gènes ad hoc pour faire face à l’anarchie biologique et économique ambiantes.

                    Monde paradoxal, comme toujours. Je pense à la maxime de Chamfort :" Le vice fomente la guerre, la vertu combat" qui, transcrite, donnerait : l’horreur économique fomente la maladie, la médecine combat. C’est de la pure destruction créatrice...

                    Mais, en attendant, cultivons notre jardin, en payant toujours davantage pour avoir une laitue non contaminée (si ça se trouve). Que de belles carrières en perspetive pour les gourous et les experts de tous poils.


                    • artemis artemis 20 juin 2008 16:50

                      Mais bien sûr ! Il faut passer d’une médecine en décomposition à une médecine de composition, tout en subtilité, en persuasion, en connivence, mais avec de la componction, de l’assurance, de la fermeté et même de la rigueur.

                      c’est le travail des étiologues , je me trompe, ? c’est assez approchant tout de même, n’est-ce pas , d’ailleurs ils se multiplient en ce moment.


                      • ZEN ZEN 20 juin 2008 19:25

                        Pour continuer à rire de nos misères...


                        • ZEN ZEN 20 juin 2008 19:31

                          Une dernière pour la route...

                           

                          Alphonse, 75 ans, va voir son médecin pour une analyse de sperme.
                          Son médecin lui donne un petit flacon et lui dit de revenir le lendemain pour l’analyse.
                          Le lendemain, l’homme lui remet le flacon ; Vide et propre. Le médecin lui demande pourquoi.

                          - Eh ! Bien voilà, docteur. J’ai essaye avec la main droite, sans succès. Avec la main gauche, rien non plus. Alors, j’ai demande à ma femme de m’aider. Elle a essayé avec la main droite puis la gauche. Toujours rien. Ensuite, elle a essayé avec la bouche, avec ses dents, sans ses dents. Toujours sans succès. Alors, on a demande à la jeune voisine qui a essayé avec la main droite, la gauche, avec sa bouche, avec ses dents, sans ses dents...
                          Le médecin, choqué, l’interrompt :

                          - Vous avez même demande l’aide de la voisine ?...

                          - Eh ! oui, docteur. Vous voyez, on a tout essayé et on n’a toujours pas pu ouvrir ce putain de flacon !


                          • ZEN ZEN 20 juin 2008 19:52

                            Du sérieux, cette fois !

                            Une nouvelle association de médecins a vu le jour...

                            Qu’en penserait le Conseil de l’Ordre ?

                             

                            Avec le plus grand sérieux, une cinquantaine de médecins scandinaves a décidé de fonder une association pour défendre un nouveau traitement : LE RIRE.

                            "C’est un fait connu que l’humour est un grand remède. Cela aide les gens à se sentir mieux quand ils sont malades’’, dit Stein Tyrdal, président de la toute récente Association scandinave pour l’humour en médecine. Fondée samedi dans la banlieue de Copenhague, cette association regroupe 51 médecins danois, suédois, islandais et norvégiens.
                            Selon cet orthopédiste d’Oslo, un bon fou-rire stimule le système immunitaire, favorise la circulation sanguine, agit comme un antidépresseur et détend les muscles.
                            "Il n’y a rien de mieux que le sexe, la bonne bouffe, la musique et l’humour pour rester en forme’’, affirme un autre, médecin de campagne dans l’ouest de la Norvège.
                            "L’humour est un remède carrément puissant et les overdoses sont impossibles’’, assure-t-il dans un éclat de rire.
                            Les praticiens à l’origine de cette association souhaitent oeuvrer "comme un contrepoids à une profession imbue de sa propre importance’’.
                            "On passe notre temps à montrer du doigt nos patients en leur disant de ne pas fumer, de ne pas manger trop de matières grasses et ainsi de suite. L’humour peut nous aider à nous rapprocher des patients, qui ont souvent peur de nous’’, assure le Danois Heboell-Nielsen.
                            L’association montrera l’exemple de cette nouvelle approche médicale. Ses statuts prévoient que les membres trop sérieux seront expulsés !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès