• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Dans la tête de Nicolas Sarkozy

Dans la tête de Nicolas Sarkozy

Alors que les Amis de Nicolas Sarkozy se sont réunis. Que Jean Pierre Raffarin a émis quelques critiques sur le grand homme. Qu’Alain Juppé s’est prononcé sur l’éventualité de son retour…

Quelles sont les pensées qui agitent le souverain déchu ?

C’est moi que les Français veulent, c’est sûr. Ils ne veulent plus de ce François qui les a déjà déçus, c’est sûr.

Il va s’enfoncer au Mali. Pas comme moi en Libye, les Français s’en sont aperçus.

J'ai changé parce que le pouvoir m'a changé. Les Français s’en sont aussi aperçus. C’est pour cela qu’ils me réclament. Je le sens. Mes amis aussi le sentent. Mais il ne faut pas se précipiter. Quatre ans.

On ne peut pas partager la souffrance de celui qui connaît un échec professionnel ou une déchirure personnelle si on n’a pas souffert soi-même. J’ai connu l'échec, et j'ai dû le surmonter. Je l’ai surmonté. J’ai analysé mon échec. Et je suis prêt à revenir au combat. Comme Rocky. Comme Rambo. Je ne renonce jamais.

On ne peut pas tendre la main à celui qui a perdu tout espoir si l’on n’a jamais douté. Il m'est arrivé de douter. N'est pas courageux celui qui n'a jamais eu peur. Car le courage c'est de surmonter sa peur.

Cette part d’humanité, je l’ai enfouie en moi parce que j’ai longtemps pensé que pour être fort il ne fallait pas montrer ses faiblesses. Aujourd’hui j’ai compris que ce sont les faiblesses, les peines, les échecs qui rendent plus fort. Qu’ils sont les compagnons de celui qui veut aller loin.

Mais je dois admettre que certains compagnons m’ont beaucoup déçu. Ce François Fuyons qui veut tourner la page du Sarkozysme ! Pour qui se prend-il ?. Ce Rafarien qui prétend me donner des leçons. Cette Valérie Traitresse qui, pour ne répondre que j’appartiens au passé, répond aujourd’hui sur France Inter, que j’appartiens à l’histoire. Et même ce Juppé qui m’a toujours détesté et parle de mon retour juste pour le compromettre.

Ils n’ont même pas la reconnaissance du ventre. C’est moi qui les ai faits.

Heureusement, il me reste des fidèles : Brice, Christian, Nora, Xavier, Christine, Pierre, Claude, Maurice… Nadine qui ne m’a jamais fait défaut. Et tous les militants… de la Droite Forte et de la Droite Populaire…

Je verrai si je pardonne à Rachita et à Ramage… Celle-là a cru bon de me lâcher un temps pour le pauvre Borloo qui n’a jamais su prendre une décision tout seul. Il était le soutien de Bayrou en 2002 et s’apprêtait à faire voter Jospin au second tour. Puis le père Chirac l’a ramassé… Et je l’ai récupéré pour tenir le centre…

Mais je ne sais pas si j’ai envie de revenir. Je peux me faire des couilles en or avec mes conférences. Je ne m’interdis rien.

Ce Hollande, il l’a voulu faire de l’humour en disant que la France n’avait pas de candidat pour le Saint-Siège. Qu’est-ce qu’il en sait, le con ? Je pourrais, si je voulais. Mais il faudrait me séparer de Carla.

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • pierrot pierrot 22 février 2013 16:50

    Heureusement Sarkozy ne reviendra pas.
    Raffarin a tout à fait le droit de faire un inventaire sévère des années du quinquenat Sarkozy.


    • Ouallonsnous ? 22 février 2013 19:42
      A propos d’inventaire des années du quinquenat Sarkozy.

      Si nous faisons un bilan rapide et non exhaustif, donc « à la louche » du passage de Sarkozy dans la politique française comtemporaine, nous y trouverons chronoligement, les « magouilles » balladuriennes, celles au ministére du budget, celles avec Chirac, l’affaire de Karachi, les interventions en cote d’Ivoire, les compromissions lybiennes, financières et autres, les tripatouillages financiers de sa campagne, les affaires Bettencourt, Woerth, son élection pipée par l’intervention occulte des USA et des services informatiques de la CIA,, et bien entendu le détricotage systématique de ce qu’est la France durant son mandat, sans oublier le massacre s’apparentant à un crime de guerre des civils lybiens pendant l’agression perpétrée contre leur pays.

      Avant que de passer à autre chose, il conviendrait que les personnes en charge du respect de la France, de sa république et de ses lois fassent comparaître et jugent le sieur Sarkozy de Nagy Bocsa à l’aune de ses méfaits et de la forfaiture qu’a constitué son action à la tête de notre république durant cinq ans, sans préjuger de ses méfaits antérieurs en politique !

      Malheureusement, le dénommé « pompimou » et sa clique sont en train de marcher sur ses traces en politique intérieure comme extérieure, à commencer par l’intervention au Mali, et donc eux aussi à se « vautrer » dans la forfaiture également, d’ou une certaine solidarité entre malfaiteurs.

      Mesc concitoyens il nous faut reprendre les rênes de l’état en éradiquant ces malfaisants !

    • Nuccia Nuccia 22 février 2013 17:34

          Rêve- t -il réellement de son retour au pouvoir ? Il s’agit peut être d’une évocation destinée à entretenir une courtisanerie en mal d’excitations faciles , de petits dogmes du catéchisme ultra libéral , de narcissisme incohérent , de petites lâchetés et de médiocrités conceptuelles ? ( Car chez ces gens là , Monsieur , on ne pense pas ....)

       Ou bien est -il atteint de cette maladie pénible et douloureuse : le priapisme médiatique ? 
       



      • Jules Elysard Jules Elysard 22 février 2013 19:05

        Coïncidence : ce matin, sur France Inter, François Morel faisait un portrait tendre de Jean Rochefort dont la rumeur avait dit qu’il arrêtait le cinéma. Il l’a terminé en disant qu’il pourrait poursuivre sa carrière sur le Saint Siège. Etonnant non ?


        • Jules Elysard Jules Elysard 23 février 2013 10:39

          DANS LA TETE DES SARKONOSTALGIQUES

          Ce qui est remarquable, c’est que la réactions à cet article sont toutes anti-sarkozystes.

          En revanche, les votes sont majoritairement hostiles à l’article. Soit ceux qui ont voté NON considèrent que je ne vais pas assez loin dans la critique. Soit ils considèrent que je commets un crime de lèse-majesté ou que je tire sur une ambulance.

          Vous oseriez tirer sur une ambulance, vous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès