• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > De bric et de broc le bric à brac

De bric et de broc le bric à brac

Le bonimenteur se brade ! 

JPEG

La croissance fait un break

 

 

Bric-à-brac.jpg

Qui veut désormais organiser une belle manifestation associative ne peut échapper au bric à brac, nouvelle dénomination plus conforme à mon sens, du vide grenier. Le manque d'imagination des organisateurs comme des curieux, pousse chacun à se presser sur cette seule animation. En dehors, point de salut ! Adieu les lotos ou les kermesses d'antan, les bals populaires ou bien les banquets à la bonne franquette. C'est l'acte marchand et la vente du n'importe quoi qui trône sur nos week-end et nos jours fériés.

vide-grenier.jpg

Alors, va pour cette exposition impudique des surplus de nos histoires personnelles. Ici, c'est la foire à la vieillerie, le temple du rossignol, l'étalage de l'obsolescence de tout ce qui nous entoure. C'est bien plus une société du superflu, de l'éphémère, de l'inutile qui se montre ainsi, qu'une expression matérielle du temps qui passe.

vide-grenier_03.jpg

Quand on circule dans ce joyeux capharnaüm qui semble ravir les badauds, on se commémore avec amusement tous ces gadgets improbables qui eurent, l'espace d'une saison, la vedette. Ici, ils dévoilent leur parfaite vacuité et plus personne ne veut ce qui semblait si indispensable, si incontournable, il y a quelques années.

image-solidrtite-pays-loire-carmeroun-spalca-brains-130221-161435.jpg

C'est à pleurer encore de découvrir combien ce que nous avions payé fort cher, qui nous avait à l'époque demandé tant de sacrifices, ne vaut plus rien, parait dérisoire et sans valeur. Regardez tous ces appareils photographiques argentiques, ces consoles de jeu vidéo, ces premiers ordinateurs personnels. Ils sont désormais épaves technologiques, rebuts obsolètes d'une course folle d'un progrès sans limite.

illustration-videgreniers.jpg

C'est à hurler de rire de découvrir les vêtements qu'on portait alors. Le regard accepte l'injonction furieuse d'une mode qui façonne l'esthétique. Puis, les années rendent grotesque ce qui était alors du dernier cri. Leurs couleurs, les matières, les formes, rien n'a été conservé de ce qui fut un moment le dernier chic. Les enfants se moquent de la ringardise de leurs parents. Qu'ils se souviennent un peu quand leur tour viendra.

7ab29c7ad9fe0fbfee522e4c9804db76.JPG

Puis, l'observateur amusé cesse de se promener le sourire aux lèvres. Il découvre une organisation quasiment professionnelle, des familles qui ont fait des bric à brac leur manière de subsister en période de crise. On devine que rien ne vient du grenier (ce qui n'est pas surprenant tant cette pièce a disparu de nos demeures) ni même du parcours personnel.

1a3fd224b88f0f4bd4a09bd236e8c045a.jpg

On découvre des réseaux de la revente, des spécialistes d'un domaine particulier, des vendeurs roublards, des exposants interlopes, des marchands douteux. On se doute bien vite qu'il y a encore les fruits de larcins, des objets aux provenances incertaines. Pourtant, ils sont là, parmi les autres, sans que cela ne choque personne. Tant qu'il y a des affaires à faire, le quidam et l'organisateur ferment les yeux.

55cab818.jpg

On supporte enfin les odeurs nauséabondes des incontournables frites, des inévitables sucreries industrielles, des si typiques merguez. L'huile a beaucoup vécu, s'est baladée de quartier en quartier et intrépides ou inconscients sont les furieux qui s'aventurent vers ces estaminets sauvages. Le bric à brac est un traquenard, on y risque sa santé plus sûrement que son porte-monnaie.

brocante-copie.jpg

Puis, le curieux se pose enfin les bonnes questions. Pourquoi cet étalage de nos surplus dérisoires ? Pourquoi ce plaisir de la vente alors que les gains sont si misérables ? Le bric à brac est une ode au fric roi. Ce qui hier était donné, sera aujourd'hui vendu, fut-ce une bouchée de pain. Ce qui autrefois était usé jusqu'à la corde, est maintenant victime de l'évanescence moderne. Ce qui jadis se transmettait de génération en génération, se refile de quartier en quartier.

4160852115.jpg

Je continue donc de ne point supporter cette expression de notre modernité finissante. La crise est au cœur de vos bric à brac. C'est à la fois un recours ultime pour gagner quelques sous pour des gens en grande difficulté, c'est encore une manière de s'équiper quand on n'a plus le sous, c'est toujours cette course folle à l'argent pour quelques poignées de petites pièces.

dyn001_original_800_507_jpeg_2521855_7522578071aef32b642a446a910d30ba.jpg

On se retourne et on apprend les sommes hallucinantes qui sont mises à l'abri dans des paradis fiscaux. Il y a un décalage entre ce qu'on entend ici ou là et ce qu'on voit ici. La population se paupérise. Ça se voit, ça se sent. Il y a quelque chose de pourri dans ce système délirant, indécent, immoral et injuste.

Kit-bric-a-brac.jpg

Videmisèrement vôtre.

 

VideGrenier.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 15 avril 2013 11:05

    J’ai bien aimé les dessins
    Il y a ceux qui font ça par jeu ou pour passer le temps
    Et ceux qui le font par nécessité économique..
    L’obsolescence programmée fait partie de notre horizon marchand
    La vaste brocante des marchés financiers n’apparaît pas dans les rues, le maquignonage bancaire sait se faire discret.
    Rendez-vous à Lille début septembre pour la plus grande brocante de France, que j’ai déserté depuis longtemps : trop de monde, trop de bruit, trop de frites... smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 12:18

      Zen


      Terrible remarque, vous avez aimé les dessins !

      Rien sur le texte ... Je n’ai plus qu’à le brader à Lille ou bien ailleurs

    • ZEN ZEN 15 avril 2013 13:29

      Aïe, j’ai gaffé !...
      Pas sur la tête ! smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 13:51

      ZEN


      La vérité émerge de cette brocante de mots !

    • 6ber 6ber 15 avril 2013 11:30

      En effet, rares sont les maisons qui ont conservées un grenier destiné à stocker ce dont on ne se servait plus.
      Nécessite fait loi et les combles aménagés ont remplacés ces endroits romantiques qui restent avec les passages secrets et les forets enchantées le fond de commerce de beaucoup d’histoires pour enfants.
      Dans ces vides-greniers on viens tous un peu racheter les souvenirs qu’on a abandonnés sur le chemin de notre vie.
      Comment ne pas avoir un moment d’émotion quand on découvre une voiture miniature qui nous fait faire soudain un bon en arrière de plusieurs dizaines d’année ? Idem pour les ustensiles domestiques, les robots des années 60 qui ont libérés nos Mamans.
      Et puis le prix en est tellement dérisoire que l’on peut se faire plaisir pour pas cher et se recréer dans un coin de chez nous cet endroit merveilleux qu’étaient les greniers de nos grand mères.


      • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 12:20

        6ber


        Vous aussi avez nostalgie du grenier

        J’ai grandit dans une maison miraculeuse, le grenier était autrefois grenier à sel, il éatit devenu grenier à selles avec un père qui avait été bourrelier ...


        C’était un endroit merveilleux, grand, inquiétant, étrange !

        Que du bonheur 

      • Brontau 15 avril 2013 15:03

         Comme un acupuncteur, Nabum, vous plantez l’aiguille, on ne sent presque rien, puis vous la bougez imperceptiblement à la recherche du point, vous le trouvez et c’est fugitivement douloureux, mais c’est pour nous soigner… Désolé de ne plus laisser très souvent de commentaires mais je continue à vous lire fidèlement et amicalement.


        • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 15:16

          Brontau


          Je me pique de procéder ainsi 

          Parfois je ris jaune mais il faut continuer, la thérapeutie est à ce prix !

          Merci l’ami

        • Vipère Vipère 15 avril 2013 15:24

          Bonjour Nabum


          Adjujé vendu pour le perroquet et la cage du bonimenteur !

          Un perroquet à si bonne école doit en connaître un bout sur les boniments...

          • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 18:46

            Vipère


            Je ne suis capable de comprendre que le verbe abjurer !

            Perversion de Bonimenteur !

          • Vipère Vipère 15 avril 2013 15:25

            adjugé bien sûr !


            • Richard Schneider Richard Schneider 15 avril 2013 16:06

              Comme souvent, Nabum arrive, mine de rien, à instruire en amusant.

              Les illustrations ici collent bien à l’atmosphère du texte.
              Cordialement,
              RS

              • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 18:47

                Richard Schneider


                Déformation professionnelle !

                Désolé ...

              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 avril 2013 18:01

                Les frites n’étaient pas bonnes .....
                M’etonne .....à l’huile ....
                Faut du gras de boeuf , cuisson en 2 fois ,Binche pour la patate ,sections à peu prés de 8mm,epluchées et coupées en flux tendu !
                Pour le patron de la « barraque » ,faudrait faire une appélation d’origine controlée ,gage de qualité : né en dessous de la « Somme » ,interdit d’exercer ! NA !  smiley


                • C'est Nabum C’est Nabum 15 avril 2013 18:48

                  Aita Pea Pea


                  Je n’avais pas la patate ce jour-là !

                • velosolex velosolex 15 avril 2013 23:30

                  Pleins de caisses remplies de Guy des Cars,
                  d’albertine Sarazin, de vipère au poing, en éditions de poche, avec le préchi précha en derrière de couverture cornée et jaunie : Un livre que vous n’oublierez pas.....

                  Un frère et sa sœur derrière un stand, bazardant anxieusement leurs souvenirs de petites enfances.
                  Il y en qui sont plus doués que d’autres, qui disent ce n’est que des objets, en riant.
                  Moi qui est mené hier ma veille clio à la casse, en me faisant l’impression d’être un salaud, en lui annonçant que je la lachais à la dernière seconde. .
                  Les trocs et puces bien sûr j’en suis fou, j’aurais pu faire professeur d’histoire je vous jure, ou alors archéologue, récolté amoureusement des vertiges de potiches cassées, à la petite cuillère.
                  Ma femme me dit balance tout ça au lieur de garder.
                  Quand je vais au tris, je ramène plus que j’amène.
                  C’est maladif je sais !
                  Je vois les trocs et puces comme une messe, un happening !

                  Un vieux vélo de marque raymond poulidor, impeccable vous dit le vendeur...
                  .Des lampes à chevets invraisemblables, un vieux exemplaire de Paris Match, dans lequel je lis la cavale d’un pauvre type, se pendant dans un verger, pour ne pas être rattrapé par la police.
                  Tout à coup le soleil m’a paru moins brillant.

                  Un truc qui n’a pas de sens sans doute.
                  Comme si tout cela signifiait encore quelque chose.
                  Il faut se méfier de ses vieux trucs
                  Il y en a qui bougent encore, qui sont capables de vous mordre
                  J’ai été prendre une bière à la buvette.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 2013 07:00

                     velosolex


                    Je constate que vous y trouvez votre bonheur !

                    J’en suis heureux pour vous ...

                    Nous ne sommes pas fait de la même argile ! Vous, vous y trouvez des trésors et des moments de grâce quand moi, je vois la détresse, je la suppose, je me l’invente peut-être.

                  • velosolex velosolex 16 avril 2013 12:33

                    Nabum boujour

                    Je ne suis pas sûr que vous n’y trouviez pas quelque bonheur,.
                    Votre conclusion tranche avec vos observations.
                    Ce sont à peu près les miennes. Le coup du verre à moitié plein à moitié vide. Une certaine ambivalence.

                    Néanmoins, ces lieux valent bien l’ennui de certains musées, et exposent des choses parfois plus intéressantes. Il y a bien sûr le plaisir de la découverte, du truc que vous recherchez depuis des années : Je parle surtout des livres....Je suis catastrophé en voyant à quel prix ils sont bradés, un certain baromètre de l’intérêt général. Trouvé dernièrement « la guerre de la fin du monde » du Vargas Losa pour 50 cts d’euros, un pavé de 600 pages ( d’ailleurs extraordinaire)
                    Et les cartes postales. Voilà quelques années que j’ai commencé à m’intéresser à ces reliques datant parfois plus d’un siècle. Sand doute cela vaudrait pour le moins un article : J’en ai plusieurs qui font une correspondance entre elle, et d’autres où l’on devine une vie se raconter, de carte en carte, comme un livre ouvert.
                    Je ne parle pas de celles de la guerre de 14, souvent bouleversantes de pudeur.
                    Elles aussi nous parlent d’un mode qui a disparu, où les gens s’écrivaient parfois deux fois par jour, où le moindre SMS occupait deux pages....Ce sont des vides greniers miniatures....J’accorde au moins autant d’importance à ce qui est écrit derrière que dans la carte elle même.
                     L’intérêt des troc et puces, c’est qu’ils vous mettent en relation justement avec des non professionnels, des vendeurs occasionnels, qui ne cherchent pas à faire un bénéfice forcément.

                    J’ai moi même il y a quelques années été vendeur par deux fois, et je dois dire que je ne me suis pas ennuyé.
                    A coté de moi, une vieille mercière de plus de 80 ans, faisant pas mal de trocs et puces, liquidait ainsi tout son stock de mercerie. Elle avait bradé son commerce dix ans auparavant mais avait du garder son stock : Tout un éventail de produits d’un autre age, qui faisait le régal d’autres vieilles dames s’extasiant devant cette grotte d’Ali Baba !


                  • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 2013 12:54

                    velosolex 


                    Opposé Bric à brac et musée me semble parfaitement déplacé.

                    Vous avez le droit par contre de me dire que les musées vous sont insuportables, tristes et pouissiéreux. (Celà m’arrive parfois de penser ainsi dans certains endroits)

                    Vous ne pouvez remttre en doute l’impression d’oppression qui est mienne si on m’entraîne bien malgré moi sur un vide grenier.

                    Je vous répète que je n’ai nulle intention de vous interdire ce qui est pour vous un loisir. J’exprime un point de vue et à ce titre, il est aussi légitime que le vôtre, ni plus, ni moins

                  • velosolex velosolex 16 avril 2013 13:38

                    Ce ton cassant et limite tranche avec vos propos habituels, plus débonnaires.

                    Le bonimenteur de Loire s’est il levé du mauvais pied ?
                    Ces petit billets ne peuvent évoluer que dans la bonne humeur.

                    Je ne cherche pas à vous convaincre mais rebondit simplement sur un article que vous avez fait le chois d’écrire. Comment vous étonnez ensuite des ma réponse, qui je pense ne manquait pas de courtoisie.

                    Inutile de s’envoyer de vieux objets à la gueule pour se tenter de se convaincre où est « le bon gout » : Hors, ou dans les musées ?
                    Et lesquels !

                    Peintre à mes heures, et grand amateur d’art, je ne les oppose pas.

                    .L’aventure et la beauté sont au bout de la rue, pas forcément dans les endroits convenus, où l’on cherche à attirer les gogos exigeant de payer..
                    Les signatures en bas des tableaux ne contentent que la vanité des imbéciles et la fortune des spéculateurs
                    Vous devriez savoir pourtant que la Loire n’a pas besoin de cadre, pour être un régal pour l’œil et les sens !


                  • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 2013 13:59

                    velosolex


                    Je vous prie de m’excuser

                    je sors d’un billet «  Je ne suis pas raciste, mais ... » qui a mis a rude épreuve ma patience.


                    Et c’est vous qui avez subi bien injustement mon courroux. ce n’est pas juste mais le Bonimenteur est faible parfois...

                    Pardon encore 

                  • velosolex velosolex 16 avril 2013 19:11

                    Reçu 5 sur 5. Y a pas de mal !
                    Ce genre de chose m’est déjà arrivé.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 2013 19:20

                    velosolex


                    Merci

                    Ce n’est quand même pas une raison il me faut être plus prudent !


                  • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 15 avril 2013 23:32

                    Bonsoir Nabum,


                    Merci pour cette état des lieux poétique et nostalgique de notre bien vilaine évolution...

                    Cordialement

                    Franck

                    • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 2013 07:01

                       Franckledrapeaurouge


                      Merci 

                      Un autre regard, pour ne pas se satsifaire de l’opinion ommune ...

                    • jak2pad 16 avril 2013 02:27

                      Moi j’adore les brocantes.

                      Et je déteste les pisse-vinaigres qui traînent leur déprime en bandoulière.

                      Les dessins sont dignes du Collège, et cette langue ampoulée et emphatique me donne la migraine.

                      Si vous n’aimez pas les merguez, faites donc du sport !
                      Ou de l’élevage de lapins nains, on s’en désintéresse, mais faites quelque chose qui vous donne un peu la pêche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires