• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > De Messi au Pape

De Messi au Pape

Le miracle du Barça ...

Le foot est désormais une religion officielle

Nous venons de vivre un tremblement de foi, un tsunami de la spiritualité qui n'a pas beaucoup d'équivalent dans l'histoire de la chrétienté. Nous ne pouvons encore pas mesurer les conséquences de ce qui vient de se dérouler place Saint Pierre avec la désignation du nouvel entraîneur de l'équipe de la Curie.

Tout a commencé de manière insidieuse dans un autre pays latin. Un homme, un petit prince de la balle ronde a entraîné derrière lui des masses de plus en plus compactes d'admirateurs, de fidèles, de supporters enthousiastes, de fidèles émerveillés. Ce phénomène s'est amplifié, a dépassé largement les frontières de cette nation pour s'étendre à la planète toute entière.

Le football, d'opium, est devenu nouvelle religion du peuple ! Pour oublier la misère, les ravages de la mondialisation, la crise de l'espérance, le peuple s'est construit de nouvelles idoles, des Dieux vivants et adulés. Le plus grand d'entre eux porte un patronyme messianique. Chacune de ses apparitions provoque des mouvements de foule, des crises d'hystérie collective. Il est vénéré et les plus ardents de ces admirateurs attendaient un miracle.

Curieusement, c'est la veille de l'évènement qui nous préoccupe que la main de Dieu a oint le front du petit Messi. En renversant tous les pronostics, toutes les statistiques qui rendaient impossible pareil exploit, guidé par l'inspiration divine de Lionel, le Barça a terrassé l'équipe Italienne de Milan.

Personne n'avait compris ce signe du Saint Esprit : « L'Italie à genoux devant le très glorieux Argentin ». Pourtant, dès le lendemain, le monde allait comprendre. L'autre miracle s'est déroulé à Rome, la cité du Saint des Saints. L'hégémonie de la vieille Europe sur les affaires du dogme allait s'écrouler, le Pape est désormais Argentin …

Après le Messi, le Pape, la logique semble respecter et les conditions requises pour établir une nouvelle foi. Elle s'appuiera sur le rituel du football qui va inexorablement bouter la messe en latin loin de nos stades, nouvelles et grandioses cathédrales de la foi.

Il va falloir cependant quelques petites retouches au dogme actuel pour relancer les affaires en mauvaise posture d'un club jusque là menacé de relégation. François Premier va s'atteler à la tâche en bon entraîneur manager qu'il est. Dans l'immédiat, pas de bouleversement notable, Lionel Messi va rester à la pointe de l'attaque chrétienne.

François, en bon guide, va s'octroyer le poste de gardien de la foi. Il va d'abord s'attacher à renforcer sa défense. Son église est attaquée sur ses flancs par d'autres religions plus agressives dont certaines se moquent éperdument de respecter la règle du hors-jeu. Pour ne pas contrarier les italiens, il conservera et relancera la stratégie du béton , un défenseur de fer.

Cette assise renforcée, ce qui s'impose quand on se prénomme François, le guide spirituel va s'attaquer aux réformes de fond. Il pense en tout premier lieu à revoir totalement la tradition. Douze apôtres, il y en a manifestement deux de trop (Messi est un titulaire indiscutable) quand le foot devient le vecteur du rituel. Les noms de ceux qui seront mis sur le banc des apocryphes ne sont pas encore connu.

Il faudra encore modifier quelques détails. La croix par exemple est un symbole peu adapté aux nouvelles pratiques. François, dans sa simplicité, optera pour un ballon rond, une métaphore du globe dans la main de Dieu. Les experts s'interrogent désormais sur ce que deviendra le rituel dominical.

On sait que les droits TV sont devenus si importants que ce sont les chaines de télévision qui continueront de décider de l'heure des célébrations. François ne va pas se formaliser pour cette petite entorse à la liturgie. Il sera néanmoins très ferme sur la conservation de la communion. Du pain et du vin devraient être distribués à tous les supporters à la mi-temps des nouvelles célébrations..

Pour l'heure, nous ne pouvons en dire d'avantage. Les premières annonces de cette révolution seront faites au Brésil, lors du premier déplacement de l'équipe pontificale. Quel plus beau symbole que de choisir ce pays, si fervent dès qu'il s'agit de football.

Enfin, le succès croissant du football féminin va sans doute permettre d'introduire (pardon mon père) quelques femmes dans cette nouvelle organisation de la foi. Vous pouvez mesurer l'importance de ce qui s'est passé sous nos yeux incrédules. Les pratiquants ont encore quelques jours pour choisir leur nouvelle paroisse. Ils devront alors s'équiper du maillot de l'équipe locale.

Enfin, dernière révolution, la quête sera définitivement abolie. L'église prendra désormais un pourcentage sur les entrées au stade, les droits TV et les paris en ligne. De l'avis des observateurs attentifs, les caisses du Vatican vont sans doute bénéficier d'un apport considérable de deniers du culte. Il en sera terminé de la célèbre pauvreté des représentants de la foi.

Vous n'êtes pas obligé de me croire. Beaucoup refusent se nier l'évidence et ne regardent pas les signes de la divine providence. Je vous laisse à vos doutes. Heureux ceux qui croient, les portes du stade leur seront grandes ouvertes !

Hérétiquement vôtre.

Nous apprenons que le Qatar souhaite se retirer ses investissements du football. On se demande bien pourquoi ! L'Opus Dei se positionne pour acquérir le PSG ...


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 15 mars 2013 11:03

    pour le barça comme pour le pape, j’ai des doutes quand a la transparence et les moyens mis en oeuvre pour obtenir les resultats !!!


    • C'est Nabum C’est Nabum 15 mars 2013 12:37

      Robert


      C’est le doute qui donne sa force à la croyance !

    • soi même 15 mars 2013 11:44

       Un article pour pied nickelé !


      • C'est Nabum C’est Nabum 15 mars 2013 12:38

        Soi-même


        Je suis l’héritier de Ribouldingue et j’en suis fier 

      • soi même 15 mars 2013 12:48

        Ce qui est désarment, l’humour ? dans la médiocrité !
        Alors Papi, t’as viré à l’iconoclaste ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 15 mars 2013 12:59

        Soi-même


        Un peu de respect jeune homme !
        Iconoclaste, j’aime assez !

      • Richard Schneider Richard Schneider 15 mars 2013 17:29

        Bonjour Nabum,

        On s’amuse beaucoup à lire votre article ... Malheureusement, il y a des gens qui soit ne comprennent rien à l’humour soit le rejettent parce qu’il décrit souvent leurs travers.
        Amicalement,
        RS


        • C'est Nabum C’est Nabum 15 mars 2013 17:37

          Richard


          C’est bien dommage pour eux !

          À moins que je manque de clarté ou alors il me faudrait écrire « sourire » ou bien « rire » aux endroits supposés faire effet.
          Il faut trouver un équivalent des rires enregistrés qui semblent désormais indispensables à beaucoup d’entre nous ! 

        • L'enfoiré L’enfoiré 15 mars 2013 18:47

          Sans sourire et avec le sous rare, là on frise l’indécence. smiley


        • C'est Nabum C’est Nabum 15 mars 2013 20:55

          L’enfoiré 


          Un sous-tritre ou bien un sous Pitre ?

        • L'enfoiré L’enfoiré 15 mars 2013 21:23

          un sous-tritre, évidemment, comme le huitième nain peut l’être smiley


        • L'enfoiré L’enfoiré 15 mars 2013 18:06

          Salut Nabum,


           J’ai vu que vous avez repris la vidéo de Pirette.
           Il y a aussi celle-cismiley

          • C'est Nabum C’est Nabum 15 mars 2013 20:56

            L’enfoiré


            Je vous ai cité

            Je donne toujours mes sources !

          • L'enfoiré L’enfoiré 15 mars 2013 21:27

            « du succès croissant du football féminin »,

            J’aurais eu difficile d’en parler. smiley 

          • C'est Nabum C’est Nabum 15 mars 2013 21:57

            L’Enfoiré


            Nous n’avons pas le souffle de l’esprit saint pour nous permettre de tout savoir 

          • ZEN ZEN 15 mars 2013 22:18

            Au bord du lac de Tibériade, il étaient bien 11 à jouer
            L’entraîneur, choisi par le Sponsor Divin, avait nommé un certain Pedro comme arbitre
            Mais si ! mais si !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès