• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Ecole privée ou privé d’école ?

Ecole privée ou privé d’école ?

Si l’on se base sur les expérimentations en cours et les choix du gouvernement,
voici l’école de demain.
Mes quarante-deux élèves de cours préparatoire sont gentils.
Ils viennent de m’offrir une canne. Je ne sais pas où ils ont trouvé l’argent et j’aime mieux ne pas le savoir.
Pour beaucoup d’enfants, les parents ne peuvent plus payer la cantine et une canne comme celle-là, elle n’a pas dû leur coûter cher.
En tout cas, c’est bien pratique car, à 67 ans, c’est plus facile pour les suivre, quand on fait des rondes.
J’avais envie de les embrasser, hélas, une circulaire ministérielle me l’interdit : délit de pédophilie.
Quarante-deux élèves, c’est beaucoup, c’est vrai, mais il fallait bien compenser les départs en retraite non remplacés.
Une chance, c’est que l’école maternelle n’est plus obligatoire : ce sont les mairies qui décident.
Ici, le village est trop pauvre et la mairie ne peut plus payer.
Le petit Nicolas, lui, il a pu aller à la maternelle, ses parents ont les moyens. C’est une école privée, subventionnée par l’Etat.
Pas sûr que ce soit vraiment mieux, car les goûters ne sont plus au programme et la sieste est remplacée par des cours de morale.
Il doit dire « vous » aux adultes, obéir sans discuter.
Ses parents ne peuvent pas l’aider pour les devoirs, bien trop accaparés par les heures supplémentaires, ils lui payent des cours particuliers.
Kevin, lui, il est dans une école laïque, comme ils disent, avec un peu de mépris dans la voix.
A côté de lui, depuis quelques jours, une place est vide.
Ahmed qui l’occupait a été emmené dans un fourgon de police, à côté de son père, menotté : c’était un "sans-papiers".
Kevin se demande bien ce qu’il est devenu ?
Kevin ne voit plus bien clair dans cette affaire, et plus clair du tout, car il est myope et il est au fond de la classe.
Comme les lunettes ne sont plus remboursées, ses parents n’ont pas pu lui en payer une paire.
Alors, il ne progresse pas beaucoup.
Parti comme il est, il est destiné au centre de préformation, comme son grand frère.
Janine, sa mère, lui dit que c’est une chance, car il n’aura plus de leçons à apprendre par cœur et, par les temps qui courent, il a plus de chances de trouver plus tard du travail.
Ce ne sera peut-être pas en France.
Son père est parti bosser dans les pays de l’Est, au nom du profit maximum et de la délocalisation.
Ce qui l’ennuie le plus, c’est qu’il ne croisera plus de filles à l’école.
Dans son établissement public d’enseignement primaire, les filles sont séparées d’avec les garçons.
Il a eu l’autre jour une nouvelle maîtresse : elle a remplacé l’instituteur : celui-ci a été renvoyé, coupable d’avoir fait grève.
Mais celle qu’il regrette le plus, c’est Pauline.
Elle lui apprenait bénévolement à lire.
Mais à force de se faire engueuler par un inspecteur, elle a fini par partir.
Après la récréation, il y a « cours de religion et de morale » avec un abbé.
Il doit apprendre par cœur des passages de la Bible.
Kevin se demande ce qu’il fait là ?
Le ministre a trouvé la solution, il va distribuer des médailles.
L’autre jour, j’ai rencontré Christèle, dans un bistrot où elle servait des bières.
Elle a 30 ans et bac+6 comme ils disent.
Elle m’a dit qu’elle en avait marre d’être obligée de servir des bières le soir et de faire la classe la journée.
Alors elle a arrêté l’école et se cantonne à servir au bar.
Ce texte de fiction n’en est pas une, il est le reflet de l’école qui est en train de se mettre en place.
Il est étonnant que personne ne réagisse.
Car comme disait un vieil ami africain :
« Un morceau de bois a beau séjourner dans l’eau, il ne deviendra jamais un crocodile ».
PS : merci aux internautes qui m’ont envoyé des textes et des approches dont je me suis inspiré.
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (111 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 19 septembre 2008 12:44

    De là à vendre des bières , mais en réflechissant , j’avais un pote à Grande Synthe qui avait arrêté d’enseigner pour ouvrir une pizzeria ! smiley un précurseur !


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 13:52

      au Chat,
      çà ne m’étonne pas,
      quand on voit le salaire proposé aux "professeurs des écoles", on peut le comprendre,


    • morice morice 19 septembre 2008 13:18

       , j’avais un pote à Grande Synthe qui avait arrêté d’enseigner pour ouvrir une pizzeria !

      lino ?


      • LE CHAT LE CHAT 19 septembre 2008 13:24

        @momo

         non , il avait un prénom italien pas courant du tout , Auro !


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 13:54

        Morice,

        lino, je ne crois pas,
        il me semble qu’il s’était plutot lancé dans les livraisons de "pates express" ?
        tenez moi au courant,


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 13:59

        au Chat,
        dis donc, tu pourrais nous en dire un peu plus,
        on a l’impression d’etre laissé "du coté de la route",
        Auro ?
        je cherche et ne trouve.


      • gaelec 19 septembre 2008 16:45

        Et nous, on a un Président qu’arrête pas d’en saigner !


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 16:53

        Gaelec,

        très bon,
        d’en saigner.

        il est en train de mettre à sac la république.
        et quand ça se retourne contre lui, il s’en prend à ses ministres,

        cool.

        c’est marrant qu’il soit supris de son impopularité.


      • Befana 19 septembre 2008 13:49
        "Il doit dire « vous » aux adultes, obeïr sans discuter." = Euh c’est si grave que ça de devoir dire "vous" aux adultes ??? Ca risque de traumatiser les pauvres petits enfants-rois d’obéir ?

        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 13:57

          Befana,

          "je dis tu à tous ceux que j’aime"
          disait Prévert,
          pourquoi ne pas imaginer que l’on puisse aimer celui qui nous enseigne ?

          vous préferez l’école du temps de Vichy ?
          avec distribution d’un verre de lait obligatoire ?
          racontez moi.


        • foufouille foufouille 19 septembre 2008 14:29

          le vous permet de garder une distance
          par contre le "obeir sans discuter" conduit direct au formatage


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 14:56

          Bonjour Foufouille,

          garder des distances, dites vous.
          pas sur.

          on peut dire des grossieretés à quelqu’un en utilisant le vous,
          et je pense même que ç’est encore plus "porteur".
          non ?

          je crois que l’un des problèmes majeurs des écoles d’aujourd’hui est le nombre d’élèves.
          des experts se sont penchés sur la question et pensent qu’au dela de 15 par classe, on laisse fatalement au "bord de la route" des élèves.

          impossible de mettre la barre très haut.
          et le résultat est celui que l’on connait aujourd’hui.

          j’ai une amie, institutrice, ravie d’avoir une classe de 17 élèves, et elle s’éclate.
          je vais d’ailleurs lui demander son témoignage en commentaire sur cet article,

          autant laisser la parole aux professionnels, non ?


        • Befana 19 septembre 2008 17:10

          Ah parce que vouvoyer son professeur c’est être un "facho" façon Vichy ??? Non mais vous êtes vraiment grave vous, ou bien vous êtes un troll... Pfffff affligeant.


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 17:41

          Beféna,

          oups,
          j’avoue avoir un peu grossi le trait, volontairement,
          bien sur, il ne m’a pas traversé l’esprit une seule fois que vouvoyer un prof était un "signe vichyste",
          c’était seulement que dans le fond, je ne crois pas que tutoyer, ou vouvoyer change grand chose,

          avez vous vu le cercle des poetes disparu ?
          j’imagine que oui,

          sinon, il faut réparer cet oubli au plus vite,

          désolé de vous avoir choqué, ce n’était pas mon intention.


        • foufouille foufouille 19 septembre 2008 18:35

          la taille de la classe depend du prof
          15 en latin. prof genial
          30 en latin prof de merde
          30 en physique. prof genial. no problemo


        • PUCK 19 septembre 2008 23:24

          J’ai fait pratiquement toute ma scolarité dans des classes de 30 élèves ,j’ai eu mon bac avec mention le jour de mes 16 ans .

          Ensuite ,pendant mes 2 années de prépa ,nous étions également une trentaine et ça a donné pas mal d’agrégés . A vous lire ,nous devions tous être de petits génies pour réussir si brillamment dans de si mauvaises conditions .


        • JL JL 20 septembre 2008 11:26

          @ Olivier Cabanel, bravo pour cet article réjouissant ou déprimant, c’est selon l’humeur.

          Pour le lait dans les écoles, sauf erreur n’était-ce pas plutôt Mendès France ? Sauf erreur là encore, rien à voir avec Vichy !


        • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:22

          Moi, ce qui mùe choque, c’est que concernant un article aussi dense, on puisse se concentrer sur un petit point de détail comme le vouvoyement.
          Avant, c’était le professeur qui décidait si les élèves devaient le tutoyer ou le vouvoyer, maintenant, c’est le président de la république. J’ai vraiment du mal à y voir un progrès ! Mais il y a des choses bien plus importantes dans cet excellent article, où on retrouve mises côtes à côtes tout un tas de mesures déjà décidées, et donc, ça n’a rien d’une fiction ou d’un avenir lointain, c’est l’école telle qu’elle sera dans un an, maximum deux ! C’est l’école qu’est en train de concocter pour nos enfants ce gouvernement meeeeerveilleux, sans que personne ne proteste, tout honteux que sont les électeurs d’avoir vraiment élus ces criminels, qui sont en train de vendre la France l’encan !
          Révoltez-vous, enfin ! Il est plus que temps !


        • pruliere pruliere 20 septembre 2008 12:49

          Oui c’est bien sous Mendes France....mais qui a subit le lobbying intense des gros producteurs de lait via un secrétaire d’état bien sûr intéressé qui n’était autre que Jean Raffarin, père de notre inénarrable Jean-Pierre !!


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 13:33

          merci Traroth
          en effet, il faut se battre,
          nous avons déjà marqué des points avec edvige, mais rien n’est fini, il faut aller manifester le 16 octobre pour faire une tete a cette sainte (?) et au dela, si ce decret n’est pas completement abandonné.
          ce decret de fin juin est du a notre prez, et il a beau tenter de faire porter le chapeau a MAM, personne (ou presque) n’est dupe,
          pour l’école, meme combat,
          je n’ai jamais compris que l’on reprenne pour l’école privée le terme de "libre",
          au nom de quoi cette école est-elle libre ?
          sous entendant au passage que l’école républicaine était "prisonnière",
          il faut sauver notre république citoyenne.
          il faut sauver l’école de la république.
          l’école laïque.


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 13:35

          Puck,

          ok vous etes un génie,
          et n’en parlons plus.
          satisfait ?


        • jeff jeff 19 septembre 2008 14:34

          même pas qu’au temps de Vichy ..

          après guerre ,dans les écoles ,tous les matins ,nous avions une brique de lait de 250cm3 ,un berlingot de confiture ,et des biscuits vitaminés ...pour requinquer la jeunesse mal nourrie du temps de la guerre ..

          la leçon de morale ,l’examen des mains des pieds ,des cheveux pour les poux ,des ongles et des oreilles ,du col de chemise et des chaussures cirées ,en école publique ....tous les matins !

          en rang en sortant et en rentrant de classe ,le coup de règle réglementaire sur les doigts si on n’avait pas bien bossé ,le piquet au fond de la classe mais sur la tête ,et le coup de pied au cul ou la baffe suivant la gravité de la connerie faite contre le bon fonctionnement de la classe

          et les chansons règlementaires à savoir ,la Marseillaise ,le Chant du départ ,Colchiques dans les prés ( qui m’a valu une branlée parce que j’avais chanté "Coliques dans les prés ") ensuite ,La main dans la main ,le vieux Pommier n’était pas mort ,et Jeannette !.....

          et classes mixtes ,rangée des filles ,rangée des garçons ...et les cancres au fond ,près du poêle à charbon ,la meilleure place en hiver quand on se les gelait ailleurs ......cette place bénite que je me faisais un plaisir de garder jalousement ,heureux de mon privilège de remettre du charbon dans ce poêle ,et de sortir en rechercher dehors ,un moment de liberté !


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 14:50

            Jeff,

            merci pour ce témoignage,
            on sent que c’est du vécu,

            est-ce cette école dont nous rêvons, ou plutôt d’une école de l’invention, de la découverte, de la citoyenneté.
            la Marseillaise n’a pas grand chose à faire là, n’est-ce pas,
            à la limite, je préfererais le temps des cerises,
            cette chanson de la commune.

            le plus triste de tout çà, c’est que l’école qu’on est en train de mettre en place va produire les enfants de demain, ceux qui vont devoir affronter quelques problèmes.
            et non des moindres.
            si on a éteint leur imagination, si on les a privé de connaissance, j’ai pas trop de peine à imaginer le résultat.


          • pseudo pseudo 19 septembre 2008 15:40

            @ Jeff

            Celui- ci a dû être écrit pour vous alors ?

            http://mortain.free.fr/Culture/Prevert/prevert6.htm

             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 16:00
            a Jeff et a Pseudo,
            (que je remercie pour ce magnifique texte de Prévert)

            une de mes dernières chansons,


            Voici le grand spectacle C’est celui de ta vie
            C’est parfois la débacle Parfois le paradis
            Parfois la débandade le grand n’importe quoi
            Pour pas rester en rade, fatalement on se bat
             
            Arriver le premier Le premier dans l’ovule
            Pour bien le féconder Tant pis si çà se bouscule
            Un seul but dans la tete Arriver le premier
            Eviter la défaite Tant pis pour le dernier
             
            Arriver le premier Le premier à l’école
            La tete bien rangée tu vises la coupole
            Etre champion des maths Et génial en francais
            Faut que çà les épates Tant pis pour le dernier
             
            Arriver le premier Le premier au boulot
            Estimé du patron Gravir les échelons
            Enfoncer tous les autres Trahir, et balancer
            Il faut franchir les portes Tant pis pour le dernier
             
            Le dernier est au fond, tout au fond de la classe
            Parfois il se morfond, mais donnerait pas sa place
            Contre tout l’or du monde, et un prix d’excellence
            Ou l’amour d’une blonde, qui ferait vœux de silence
             
            Pres du radiateur, il voit pousser les fleurs
            Et voler les oiseaux, il écoute son cœur
            Il regarde passer la vie qui se prélasse,
            Qu’il rejoindra bientôt, des la fin de la classe
            ,
            Moi j’aime les derniers Tout ceux que l’on dépasse
            Qui prennent le temps de réver Se promenent sans godasses
            Les pieds en éventails, a marcher dans le sable
            Et croquent dans la vie, comme des morts de faim
             
            Moi j’aime les derniers Pour qui le temps qui passe
            Passe plus lentement, passe plus tendrement
            Qui prenent tout leur temps, vivent chaque printemps
            et le premier qui court Arrive en meme temps,
             
            mais lui n’a rien compris,au vrai sens de sa vie
            il a juste couru pour etre le meilleur
            il s’est juste battu, il était dans l’erreur
            le dernier dans la vie, car il n’a rien compris
             
            et quand le rideau tombe, le rideau de sa vie
            il emporte dans sa tombe, ses succès de nanti
            ses complots ses magouilles, et ses prix d’excellence
            son magot ses embrouilles, dans le monde du silence


          • jeff jeff 19 septembre 2008 16:51

            bonjour Pseudo et Ollivier ...

            les enfants en fait ,sont malléables au début ,et enregistrent TOUT ! plus vite que les adultes dans leurs cerveaux neufs ,reproduisent ce qu’on leur a appris ,ce qui s’est passé chez eux ,ce qu’ils perçoivent du haut de leur mètre de haut ....
            la société actuelle n’a plus rien à voir avec ce que nous avons connu ,vouvoyer les adultes ,se tenir bien droit ,aussi bien et surtout à l’école ,bras croisés quand le maître parlait ,pas de mains dans les poches même dehors ,pas de bérêt ni casquette dans un lieu clos ,se moucher avant de dire bonjour à la dame ,répondre qui si on avait été interrogé ..

            idem dans les familles ! même populaires ,on avait de l’éducation ,et même de la religion,en banlieue Sud de Paris ,on était à la campagne ,le curé avait autant sa place que le directeur d’école ,et même les parents communistes envoyaient leurs gosses au cathéchisme ,peut être pour qu’ils n’aillent pas faire de conneries ailleurs ,pendant que les parents travaillaient ,souvent que l’homme ,la femme étant au foyer ,mais avec une tripotée de gamins à éléver ,et le môme dont les parents bouffaient du cureton faisaient faire la communion au moufflet ,parce que ça se faisait ,et que si on faisait pas sa communion ,on était montré du doigt !

             maintenant ,ce genre d’éducation horrifierait n’importe quelle mère de famille ,l’enfant est devenu sinon roi ,au moins considéré comme adulte beaucoup plus jeune ,ses parents ont connu l’après Mai 68 ,que les grands parents ont connu en pleine jeunesse ......maintenant on est en 2008 ,autres temps ,autres moeurs !

            bon alors l’école d’aujourd’hui ,à vrai dire ,je suis un peu paumé ,j’ai des petits enfants ,encore très jeunes mais je constate qu’ils savent lire ,bon ,ça me rassure dans un certain sens ,au moins la maîtresse à fait son boulot !


          • jeff jeff 19 septembre 2008 17:01

            oui ,Pseudo ,c’était un peu ça ....

            je m’emmerdais à l’école !!!!

            cancre en titre !

            premier près du chauffage et pas loin de la sortie ...

            le comble de l’ironie ,ma première épouse était prof d’histoire géo ,et j’avais vécu une liaison avec une enseignante avant de la connaitre ,

            mon épouse actuelle est fille d’enseignants .....



          • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 17:44

            Jeff,

            oui, heureusement il y a eu mai 68,
            quoiqu’en pense et dise le prez,

            çà été le début de quelque chose,
            ce qui m’inquiète c’est que la tendance actuelle du pouvoir semble s’orienter vers "un avant mai 68"

            ce serait une grossière erreur,
            tout comme edvige, et les autres énormités,


          • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:35

            En apparence seulement : la discipline, la morale, le vouvoyement, l’uniforme, la non-mixité... Mais pas sur le fond. Parce que le fond, c’est d’abord, avant 68 (et en ce sens, ça a été une régression, même si, sur le plan des moeurs, ça a été un progrès), un programme dense en connaissance, et des élèves qui quittaient l’école avec une cultutre générale digne de ce nom. Et ça, je ne pense pas qu’on y revienne. Bien trop dangereux...


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 13:39

            Traroth,

            vous avez bien fait le tour de la question,
            effectivement l’école prévue par sarko c’est ce que vous décrivez,
            qui veut faire un tel bond de 50 ans en arrière ?
            ni vous, ni moi.
            on est au moins deux.
            merci.


          • chmoll chmoll 19 septembre 2008 15:01

            xav a dit ,i en a qui ont l’bac +5 pour changer des couches

            xav i en qui font des hautes études, mème L’ENA (ecole nationale des arnaques) et ils finissent comme clowns


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 15:08

              chmoll,

              l’ena,
              une école de clown.
              a qui faites vous allusion ?
              un ministre ? un président de la république ?
              il est vrai que le numéro de clown que vient de nous faire le premier personnage de l’état est pas piqué des vers.
              il est a l’initiative de tout.
              chacun le sait.
              y compris du fichier edvige.
              et des que çà tourne au vinaigre, il engueule sa ministresse, comme si elle y était pour quelque chose,
              y a pas a dire, on passe des bons moments avec ce nouveau gouvernement,
              malheureusement le spectacle n’est pas gratuit,

              il va meme nous couter beaucoup plus cher qu’une place de cirque.


            • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:38

              Sarkozy n’a jamais fait l’ENA. Il a un DEA en droit, et il a fait Sciences Po, mais a échoué.


            • jak2pad 19 septembre 2008 15:33

              bonjour Monsieur Cabanel,

              un article de plus au répertoire de la banalité absolue....

              et toujours cet humour que vous auriez voulu grinçant, et qui n’est que sirupeux, cette revue des thèmes "dans l’air du temps", éculés, avachis,mille fois entendus....

              pourquoi ne pas écrire moins souvent, mais des choses un peu meilleures ?

              j’ai quand même fini par suivre votre conseil, et visiter votre site:eh bien, j’ai été surpris : vous êtes meilleur parolier que journaliste !

              cordialement


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 16:06

                Jak2

                vous avez le droit de ne pas être sensible à ce problème,
                bien plus préoccupant que vous semblez le dire,

                vous devriez essayer d’argumenter un peu mieux,
                en quoi ce problème est "éculé, dans l’air du temps, avachi..."
                je m’interroge.
                je respecte votre opinion, mais vous devriez développer un peu, non ?

                merci d’avoir au moins apprécié mes textes,
                au fait, je viens d’envoyer celui d’une chanson récente sur le commentaire précédent,
                espérant que vous l’apprécierez.

                cordialement


              • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:41

                Encore un sarkozyste primaire qui ne veut pas dire son nom. Un article qui critique le conducator est forcément, forcément, mauvais ! Quiitte à dire que l’école, ça n’a pas d’importance.


              • Ornithorynque Ornithorynque 19 septembre 2008 16:23

                Vous avez raison, il faut préserver l’école telle qu’elle est : les enfants sont naturellement avides d’apprendre les maths, la grammaire, et de posséder tous les outils de la pensée qui leur permettraient d’êtres libres plus tard !

                Cette école existe, vous en êtes les artisans.

                J’ai juste un doute en regardant le résultat : je ne trouve pas que les jeunes bacheliers soient particulièrement ni cultivés, ni capables d’un jugement hors des sentiers battus.

                Pouvons-nous vraiment être fiers de l’école telle qu’elle est aujourd’hui.

                Enfants, nous voulpns naturellement jouer, nous distraire, butiner... Apprendre, c’est dur.

                Et, le cerveau, c’est comme le reste : si vous laissez 15 enfants jouer sur le bord de la piscine pendant 10 ans, Jamais aucun d’entre eux ne deviendra laure manaudou ou alain bernard...


                • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 16:50

                  ornitorhynque,

                  c’est aussi ce que je pense,
                  l’école doit etre un lieu d’éveil, pas un lieu de punition, de morale,
                  pas un lieu de soumission,

                  mais pour réussir cette école là, il ne faut pas accepter ce qu’on est en train de mettre en place,
                  des classes surchargées,
                  des attributions de poste étranges.

                  un professeur estimé, avec de l’expérience, se voit attribué les collèges, lycées les plus "faciles", les plus interessants, et le débutant va se trouver dans un collège de banlieu, violence en prime.

                  l’inverse serait plus interessant pour tous, non ?


                • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:46

                  L’école ne devrait pas être une torture, et là, les enseignants ont une lourde resposabilité, mais aussi l’EN, qui ne devrait pas trop charger les classes, par exemple.
                  Mais, Ornithorynque, je ne suis pas sûr que l’allégement des programmes soit vraiment la meilleure solution pour que les élèves quittent l’école acvec une meilleure culture et un meilleur sens critique. Il reste d’ailleurs à démontrer que c’est bien là le but de ce gouvernement, qui aurait tout à perdre si la population avait un meilleur sens critique...
                  Je pense plutôt qu’ils envisagent l’école comme une usine à formatter des salariés soumis. Et pour ça, il faut d’abord apprendre la docilité aux enfants...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès