• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Elles manquent singulièrement de franchise !

Elles manquent singulièrement de franchise !

Et pourtant elles ont le vent en poupe …

Le piège intégral ...

« Les Franchises ont le vent en poupe ! » Voilà l'information économique du moment qui doit réjouir ceux pour qui tout signe d'activité économique est un élément encourageant, même si derrière se cachent de bien sombres intentions. Car franchement, il est bien curieux d'appeler « Franchise » une pareille conception de l'entreprise.

Une enseigne vend son succès et sa réputation, ses concepts et ses produits à un pauvre commerçant en mal d'imagination. C'est le premier acte d'une tragédie qui va entraîner la victime dans une série de difficultés sans nom, de renoncements et de traîtrises qui en feront un vil exploiteur exploité plus encore …

L'entrepreneur entreprenant cette folle aventure va se lier pieds et poings, mais pas seulement, à un cahier des charges qui va en faire un esclave auto déclaré, un volontaire au suicide économique. Les requins de la finance ont inventé les franchises pour justement créer des espaces de non-droit, des établissements de rentabilité maximale sans le moindre risque ni le plus petit effort.

Car la belle idée est précisément dans l'illusion de l'indépendance que l'on fait miroiter à cette pauvre victime. Elle se pense « Commerçante » membre de la grande confrérie des décideurs, des courageux qui prennent des risques pour mériter ultérieurement de gagner confortablement leur vie. L'attrait de la fortune fonctionne toujours quand il s'agit de prendre des mouches …

Elle s'endette, se lance dans une aventure qui enrichira ses souteneurs et la contraindra à passer des heures et des heures à son labeur. C'est le premier étage de cette arnaque à la libre entreprise. Pour porter haut les couleurs d'une belle marque, il faut non seulement payer mais verser un pourcentage qui relève de la grivèlerie. Le crime ne profite qu'à ceux qui ne font rien. C'est d'ailleurs devenu le principe de fonctionnement de tout le capitalisme financier …

La pauvre victime se dit alors qu'elle pourrait profiter un peu, elle aussi des heures consenties en diversifiant ses prestations, en proposant des produits qui échappent à la gourmandise de sa maison mère (et certainement pas nourricière). Et c'est là qu'elle découvre qu'elle est totalement engluée dans un cahier des charges qui lui ôte toute possibilité de liberté. L'esclavage, vous dis-je, poussé à l'extrême et avec l'assentiment de la victime …

Si c'est un restaurant, les menus, les produits, les fournisseurs, les cartes de menus … tout est décidé, négocié loin de celui qui n'est qu'un exécutant de base, un employé qui a financé son emploi et son entreprise. Le rêve pour les requins qui n'ont plus qu'à se servir sans avoir pris le moindre risque !

Pour un magasin ordinaire, c'est exactement le même principe. Tout vraiment est décidé ailleurs et le pauvre franchisé doit se plier, se courber, se mettre à terre devant les exigences de ses seigneurs et maîtres. Rien ne lui appartient vraiment, jusqu'à la couleur de la vitrine, les heures d'ouverture, la tenue des vendeurs qui sont décrétées par les hautes sphères de la marque.

Le second étage se met en branle. La pauvre victime est contrainte à son tour de se faire monstre de cupidité vis à vis d'un personnel payé au lance-pierre, pressuré et si peu respecté. Aucun droit pour les subalternes quand le responsable n'en a pas plus. C'est la chaîne de l'esclavage ; l'un se l'est mise au cou, il la glisse aux pieds de ses collaborateurs et le maître lointain se frotte les mains et tend sa coupelle !

Nous savons tous cela et pourtant, nos entrées de ville et même désormais nos centres villes sont hérissés de ces magasins clones de leurs semblables. C'est uniformisation absolue, le règne du pareil, de la norme, de la copie conforme. Le consommateur est rassuré, en poussant la porte, il ne sera pas dépaysé.

Pire même, l'ambiance intérieure est exactement la même ici ou là-bas. Rien ne doit changer, les robots ont besoin de certitudes. Le client est pris dans le même engrenage que ceux qui vont le servir. Aucun d'eux ne disposent de leur liberté. Le formatage est devenu conditionnement. C'est la pire aliénation qui soit. C'est encore la plus grande victoire du capitalisme qui a brisé les consciences humaines.

Pour cela, les grands esprits de la manipulation sont disposés à tout prévoir, à tout imposer au pauvre franchisé qui ne peut que suivre des injonctions démentes. Ainsi cette grande brasserie où le niveau sonore est fixé par la charte du franchisé servile. Passé 22 heures, il faut monter le son des enceintes pour atteindre « n » décibels et abrutir des clients qui ne sont là que pour remplir la seule et unique fonction que ces gens nous reconnaissent désormais : « Consommer ! »

Voilà le Monde que vous fréquentez. Cet univers impitoyable a été, nous dit-on, créé pour notre plaisir, notre confort, notre bonheur. Vous en connaissez maintenant l'arrière cuisine et les bouges. Fuyez tant qu'il est encore temps, renoncez à ces franchises si peu franches, usez de votre liberté. Si nous n'y prenons pas garde, le petit commerce va mourir et notre liberté avec.

Franchement leur.

Attention le piège fait salon 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 30 mars 2013 19:22

    En toute franchise, le petit commerce est déjà mort..
    Il est des villages où il vit sous assistance respiratoire municipale
    Mammouth écrase les petits !
    Leclerc crée le désert
    Carrefour n’est pas pour
    Auchan leur rentre dedans


    • C'est Nabum C’est Nabum 30 mars 2013 19:42

      ZEN


      Alors tout va bien

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 mars 2013 19:41

      Les franchises tombent en ce moment comme chateaux de cartes qu’elles étaient ....
      Etonnant d’entendre que 300 magasins X vont fermer dans tel pays ...
      A mon avis pour les franchiseurs ,ceux qui ont monté la conbine ,ils s’en sortent ,vu que le pognon venait des gogos masochistes ...


      • C'est Nabum C’est Nabum 30 mars 2013 19:44

        Aita Pea Pea


        Les initiateurs de cette combine malfaisante devraient être traduits en justice mais avec un parlement constitué d’avocats d’affaires louches, rien à espérer ...

      • spartacus spartacus 30 mars 2013 22:03
        Le petit commerce a été remplacé par la Franchise dans les années 80 à 2000.

        La franchise permettait a des novices de créer dans un cadre déjà testé.
        La franchise permettait l’accès bancaire, le travail en équipe, et des indépendants de ce convertir ou « survivre ».

        Les nouveaux commerces sont des « intégrés ». La franchise c’est foutu pour eux !


        • C'est Nabum C’est Nabum 30 mars 2013 22:09

          spartacus


          C’est un monde parfait, félicitons nous de le connaître ainsi !

        • BarbeTorte BarbeTorte 30 mars 2013 22:31
          Le petit commerce doit mourir, Il est pas rentable. Va t’en au supermarché, Les prix seront plus supportables. Mais de tous ces commerçants, Qu’est-ce qu’on va en faire ? Mais de tous ces commerçants, Qu’est-ce qu’on va en faire ? Ils s’en iront à la ville tra la la la lair On les mettra à l’usine. On manque toujours de prolétaires

          • C'est Nabum C’est Nabum 31 mars 2013 08:18

             BarbeTorte


            Hélas, désormais, le prolétaire est surnuméraire ...
            Mais qu’est ce qu’on bien pouvoir faire ?

          • Yoann Yoann 31 mars 2013 09:31

            Bonjour Nabum,

            Très bon article, il faut tout de même noter que les franchisés gagnaient relativement bien leur vie jusqu’en 2006/2007 ( je parle de grosse franchises : Magasin Nike, Mc Donalds, ...) Et puis les conditions ont changées, produits plus cher, conditions moins avantageuses auxquels viennent s’ajouter les charges et taxes grandissantes ... Depuis 2008, les franchisés tombent comme des mouches dans ma région et ceux qui restent s’ingénient à trouver toutes les combines possibles pour « gratter » quelques euros avec les problèmes moraux que cela implique ...
            La franchise permet à la marque de tester un emplacement, un produit, un concept, sans gros investissement ni risques. La marque pourra par la suite, en regardant les résultats de ses franchisés, soit racheter le magasin à bon prix si celui-ci fonctionne ou simplement laisser mourir à petit feu ses franchisés les plus faibles ...

            3 points pour la réussite certaine d’un commerce :

             1- Un bon emplacement
             2- Un bon emplacement
             3- Un bon emplacement et accessoirement de bons produits/prix

            Le plus difficile étant de bien cibler les rues à fort passage ...
            ... de moutons smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 31 mars 2013 10:56

              Yoann


              Et la fameuse règle :

              Pas de parking, pas de commerce ...

              Ce qui suppose des accointances avec la mairie !

              alors les chomeurs ambitieux, ils peuvent toujours rêver

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès