• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Frédéric Lefebvre, mon très grand amour

Frédéric Lefebvre, mon très grand amour

Pour prouver que l’immaculé aboyeur en chef de l’Elysée, le sulfateur du palais, notre Frédéric Hennisseur de la Brute, n’est pas toujours en bute aux moqueries comme ce scandaleux pamphlet (non autorisé !) inculte et injurieux (Monsaigneur Lefebvre), j’ai pris la décision saine et courageuse de lui faire une déclaration d’amour sincère et puissante.

Frédéric mon très grand Amour,
 
Il y a bien longtemps que je voulais t’envoyer cette déclaration, comme le dirait France Gall, et il m’a fallu bien du courage pour m’y résoudre. Tu comprends que devant une si belle âme je me sens bien humble et bien modeste. J’envie tes envolées lyriques qui auraient transmuté cette bien plate missive en un incendie de passion.
 
Il faut que je te l’avoue tout cru, je suis encore vierge. Et ce n’est pas le fruit du hasard. C’est parce que j’attendais de rencontrer enfin, enfin, mon prince charmant. Je voulais réserver à cet homme mon jardin secret. Ce trésor inviolé à ce jour, il sera à toi. Tu sais, en t’écoutant, je pense sans pouvoir détourner mon attention à cette chanson qui a bercé mon enfance : A la claire fontaine m’en allant promener, j’ai trouvé l’eau si belle que je m’y suis baigné(e). Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’oublierai.
 
Je ne sais plus depuis combien de temps je bois à ta fontaine tes paroles comme d’autres le sang de leurs victimes politiques. Cette eau de jouvence est du miel pour moi. Et je raffole du miel. Celui de Provence de préférence (s’il te venait à l’idée un jour de m’en offrir un pot).
 
Il faut que je te le dise afin que tu ne sois pas surpris lors de notre premier rendez-vous d’amoureux, que je suis aveugle et que mon ouïe qui a baissé depuis mon 75ème anniversaire n’est pas si affûtée comme avant, alors je pousse le son de la télévision ce qui fait râler ma voisine, ici à l’hospice. Aussi ne puis-je que t’imaginer. Je te sais beau et portant fière allure. Je le sais. Je le sens. Ma certitude est d’airain car je me fie au doux son de ta voix. Sache-le, je ne manque pas une de tes intervenions. Du reste, toi non plus tu n’en manques pas une. 
 
Que c’est rafraîchissant d’avoir enfin un homme un vrai, non un Copé à la langue de bois, non, un guérillero, comme à Medellin, un qui sache que les balles sont des idées et que les opposants ne sont que ce qu’ils méritent dans notre bonne et forte autocratie : des procureurs staliniens. Depuis qu’on ne voit plus les grèves (remarque moi je ne vois plus rien, alors les grèves ou autre chose c’est bien pareil, c’est toi le seul que je regrette de ne pas voir, et puis la grève des transports ici dans mon fauteuil roulant ça n’a pas beaucoup d’effet), ces abrutis de syndicalistes il ne savent plus quoi faire pour se faire remarquer. Comme tu l’as si bien dit on dirait des tontons macoutes quoiqu’un peu d’autorité contre ces vauriens ce n’est pas plus mal. Mais on n’est pas sorti de l’auberge avec celle que tu appelles la folle. Au fait est-elle jolie au moins ? Dois-je être jalouse ?
 
Tu le comprends, je n’aime pas les mous, les faux durs, ceux qui sous le fallacieux prétexte d’être démocrates et de respecter leurs adversaires politiques ne s’attaquent qu’au fond et aux arguments. Ce qu’il faut dans notre France qui baisse pavillon ce sont des hommes comme toi avec le couteau entre les dents et des expressions d’homme et non de fiote ! Putain que c’est bon de t’entendre beugler dans le poste. J’adore. J’en mouille ma culotte. Autant que mes couches servent à quelque chose. Tudieu, je rêve déjà à notre nuit de noces.
 
O mon Frédéric, que je t’aime, que je t’aime comme l’on chante en Suisse et au Fouquet’s. Viendras-tu me voir ? Tu ne peux imaginer comme je tremble (enfin de toutes façons mon Parkinson ne me lâche pas) à ce que tu ne me répondes pas. Je comprendrai, ici je ne suis pas la seule à être folle de toi, ou folle tout court, mais de toi c’est encore mieux cela a un effet catalyseur. C’est vrai que toi au moins tu n’es pas un calmant. La paix des ménages ce n’est pas ton rayon. Eh bien tant mieux. Un peu de bordel ce n’est pas plus mal. Il faut tailler dans le vif, foutre des bons coups de pied dans la fourmilière, secouer le cocotier, jeter de l’huile sur le feu, dire son fait à ceux qui l’ouvrent et qui n’habitent pas Neuilly ou qui n’ont pas la carte de l’UMP. Et puis quoi encore ! Ils croient qu’ils ont le droit de l’ouvrir. Et merde alors ! Et puis dans la vie on n’avance qu’avec des coups de pied au cul, et quelques claques cela n’a jamais fait de mal. Ça fait circuler le sang et donne du bon teint. 
 
Bon je m’échauffe, mais c’est vrai que tu fais un effet bœuf. Que j’aimerais être à tes côtés, te bichonner, te faire de bons petits plats pour que tu sois en forme, quoique j’aie l’impression que tu es toujours en forme. Quand il y en a qui ont toujours un mot gentil, les naïfs ou les pleutres, toi ta dague est toujours prête (oh, je ne parle pas de celle-là, bien que j’aimerais qu’elle aussi soit prête et en garde pour moi) et sort de son fourreau plus vite que ton cerveau ne tourne. Et moi j’aime ça, les hommes vifs et sanguins. Trop de réflexion c’est mauvais pour le sang épais.
 
Tu l’as compris, mon Saigneur, mon sulfateur, mon Pulp Fiction, mon porte-flingue, mon roquet, mon aboyeur, mon circonciseur, mon flingueur, mon gant de crin, mon dézingueur, mon nettoyeur, mon pit bull, mon frontal, mon menteur, mon caniche du roi, mon apparatchik, mon arme fatale, mon lance flamme, mon nuisible, mon antimatière, mon minet je suis ton amoureuse, ou si tu préfères tu es mon amoureux.
 
Il faut que je te laisse car c’est l’heure de mes cachets. Ecris-moi vite aux Hespérides. Mets juste la Momie sur l’enveloppe, ils sauront à qui transmettre. Ne te trompe pas, la Momie, pas la mamie, ici les mamies il y en a un paquet, et ce n’est pas cadeau.
 
Je te fais plein de bisous partout, partout.
 
Imhotep
 
PS : je suis riche, cela peut toujours servir
 
 
« Mes balles sont des idées »
Frédéric Lefèbvre, 23 octobre 2008
 
 
 

Frédéric Lefebvre, mon amour
envoyé par ImhotepForum

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • morice morice 5 mai 2009 10:39

    Ça s’appelle l’amour vache où je n’y connais rien.


    • alphapolaris alphapolaris 5 mai 2009 12:22

      Deux photos de ce député jamais élu, prises hier à l’assemblée nationale ici et . Elles illustrent parfaitement les sombres pensée de ce personnage...


      • Reinette Reinette 5 mai 2009 15:51

        alphapolaris, bonjour

        Superbes ces photos...


      • TSS 5 mai 2009 14:21

        il est à remarquer que depuis que les jeunes du PS ont decidé de faire un groupe anti -Lefebvre

        sur internet ,ce n’est plus lui qui parle dans les medias !!

        le gvt a ressorti D.Paillé... !!


        • Imhotep Imhotep 5 mai 2009 14:49

          Cela tombe bien, j’ai pour demain un petit scud pour notre ami Paillé, celui qui a été condamné pour abus de biens et aussi au social, Prud’homme comme Ségolène, ce qui explique son silence à ce moment-là.


        • Reinette Reinette 5 mai 2009 16:06

          Imhotep, bonjour

          J’ai bien rigolé.
          Revenant des articles « Dieudo & co » (qui sont assez stressants), votre article m’a fait le plus grand bien. Je vais le faire lire à Mamy : elle dit que Lefebvre ressemble à un pittbull et qu’il ne peut s’empêcher de lever la patte et pisser partout où il passe en montrant les dents...

          Super la chanson à la fin...


          • Colure Colure 5 mai 2009 16:08

            En sarkoland, on raffole des voyous et ça marche !

            Merci pour l’article, j’ai bien souris à défaut d’en rire.


            • souklaye 5 mai 2009 16:23

              La confusion des genres de l’époque – liant politique, spectacle et sentimentalisme – permet à l’émotion de dicter ses vérités au doute raisonnable.

              La polémique pérennise le besoin de procuration des sans pouvoirs et des rebelles éternels.

              Lorsqu’il n’y a plus de frontière entre la noblesse et la simulation, le mensonge devient le principe moral de l’honnêteté.

              Les belligérants profitent des dégâts collatéraux que subissent les alibis et créent des produits dérivés à durée limitée pour les hebdomadaires.

              La suite : http://souklaye.wordpress.com/2009/04/21/note-de-service-la-polemique-virale-pleonasme/


              • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 5 mai 2009 16:58

                Et commenter tout simplement ?? là ça devient pire que la pub pour juvamine.

                souklaye.wordpress

                souklaye.wordpress

                souklaye.wordpress

                souklaye.wordpress

                souklaye.wordpress

                souklaye.wordpress

                souklaye.wordpress

                souklaye.wordpress



                je ne critique pas le contenu mais vos methodes de com’.Du coup,j’y vais plus.


              • Reinette Reinette 6 mai 2009 00:30

                 soukaye :

                 


              • Dugesclin Dugesclin 5 mai 2009 17:29

                Bonjour Imhotep,

                Je vais être dur avec vous, parce que je vous aime bien (cela dit je n’ais pas lu le présent article, et pour cause).
                Je trouve que vous gachez vos aptitudes, j’ai parcouru un peu vos textes, ça et là, et il me tarde de lire sous votre plume quelque chose qui soit à la hauteur de votre talent !

                Imhotep tapant sur ce monsieur (son nom m’importe peu), c’est un véritable gâchis, et pour tout vous dire, je trouve qu’à cet exercice, vous vous salissez.
                Les liens de haine n’en restent pas moins des liens, et qui s’attarde à mattraquer une bouse ne peut s’en tirer sans tâches.

                C’est d’autant plus grave en ce qui vous concerne.
                Votre plume qui entre nous m’enchante ( vous allez vite comprendre que m’a remarque est in fine très égoïste), pourrait sans doute vous amenez vers de très beaux horizons, pour peu que vous vous décidiez ENFIN, à l’utiliser pour faire fleurir du beau, plutôt que de la laisser trainer dans la fange, pour nous en dépeindre (certes avec subtilité), la nauséabonde odeur et la sombre vanité.

                Je ne sais si vous excuserez la franchise qui m’invite à vous écrire ces quelques mots.
                Pour faire court, vous avez trop d’esprit pour vous contentez de le galvauder sur de si pitoyables sujets. Votre verve mer ravis, mais pas au point de me laisser conduire trop souvent où la bassesse de vos sujets nous oblige à vous suivre.

                Je sais (oui, je ne vous l’ais pas dit, je suis prophète à mes heures !) qu’un jour, un sujet plus lumineux attirera votre attention, et que votre plume, trempée dans sa lumière subtile, vous conduira vers une noblesse qui sera pour votre esprit comme le Graal tant convoité.

                Du magnifique ouvrage qui en résultera, je serais, votre premier lecteur.

                Bien à vous,


                • Imhotep Imhotep 5 mai 2009 18:32

                  Comment pourrais-je regretter votre franchise enturbanée de tant de compliments annexes. J’en suis baba, flatté et content.


                  Ici ma plume que je trempe, à mon désavantage pour vous, dans l’acide est mon combat. Sachez que dès que le Guide sera à terre, je ne lui trancherai pas la gorge. Je m’éloignerai. Que le Kondukator ne soit plus, un jour, notre Governator est justement ce combat. J’en salis donc mes mains.

                  Nous verrons si vos prévisions se réaliseront à condition que j’aie vocation à écrire, ce qui n’est pas forcément mon désir.

                  En tout cas merci de jeter ici et là des coups d’œil à mes vains écrits.

                  PS : dans ce texte je ne tape pas sur Monsaigneur, je lui fais une déclaration de « fin amor »...

                • Dugesclin Dugesclin 5 mai 2009 19:27

                  Ps : Le lien qui pointe vers votre ouvrage sur le petit Nicolas a du perdre sa route lors du dernier lifting d’Agoravox...



                  • Dugesclin Dugesclin 5 mai 2009 19:39

                    Certes.

                    Chez moi cela donne ce message d’erreur :

                    Not Found

                    The requested URL /images/livres/Les-douze-lunes-du-guide.pdf was not found on this server.

                    Apache/2.2.9 (Debian) PHP/5.2.6-1+lenny2 with Suhosin-Patch Server at www.agoravox.fr Port 80

                  • Imhotep Imhotep 5 mai 2009 19:53

                    exact. J’ai envoyé à l’instant un message à Agoravox. Il vous faudra alors réessayer demain ou plus tard. Merci à vous car d’autres ont dû essayer sans succès.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès