• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Honneur à nos chers récipiendaires !

Honneur à nos chers récipiendaires !

Le revers de la rosette

Un mot qui leur va si bien …

Il n'est de mot si parfait pour définir la vacuité et le vide de tous nos porteurs de rosette et autres distinctions creuses et sans valeur. C'est la représentation magnifique de la grenouille qui se gonfle de son orgueil, de cette baudruche qui finira par exploser et dévoiler alors le vide sidéral qui la constitue. C'est la foire aux vanités que tous ces récipients creux et vaniteux, ces pauvres badernes en mal de reconnaissance, ces vieilles ganaches à la recherche de leur passé, cherchent à obtenir pour se donner l'impression d'avoir existé.

Ainsi, quand ils ont hérité de cette déshonorante marque de l'honneur quémandé, ils s'affichent partout, estampillés de la petite pastille rouge du mérite français, de la notabilité navrante, de la courbette de salon et de la génuflexion sociale. C'est alors qu'ils réclament du commun, des pauvres non décorés que nous sommes, des mêmes grimaces que celles qu'ils ont dû consentir à la souplesse de leur mollet, pour obtenir cette marque d'infamie.

Qu'ils ne comptent pas sur moi pour m'incliner devant leur réussite patente, devant ce revers accroché à une veste ou un tailleur trop usé à force d'être retourné au grès du vent et des tendances, des circonstances et des allégeances. Les pantins et les valets ne valent pas qu'on s'inclinent devant leurs trahisons et leur bassesse. La distinction honorifique est la plus parfaite illusion qui soit dans ce monde fictif.

Quand allons nous mettre à bas cette tradition séculaire qui n'a plus de sens ni de signification ? Ce n'est plus que de l'auto congratulation, de la promotion de tête de gondole, du rafraîchissement de produits avariés, du renvoi d'ascenseur et de bons et joyeux échanges de procédés spécieux. Tout le gratin du grand n'importe quoi politique, médiatique, financier doit avoir ce badge de la pirouette qui fait tourner les têtes.

Si par malheur, un simple citoyen, un honnête individu sans entre gens ni carnet d'adresse reçoit cette distinction suprême, il n'est pas là pour en témoigner. C'est qu'on la lui décerne à titre posthume pour un acte vraiment héroïque qui a mal tourné. Il fait alors tâche dans cet univers de distingués qui brillent tous par leur lâcheté congénitale. C'est encore un pauvre bougre qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment et je doute qu'il apprécie de côtoyer ceux qui sont toujours précisément au bon endroit au bon moment, nos si chers opportunistes à plein temps !

Qui osera mettre à bas ce miroir aux alouettes ? Qui donnera un coup de pied dans la fourmilière ? On devine partout ce penchant pour la petite médaille, le bon point de notre enfance ou la belle image d'autrefois. Les vieux serviteurs des associations sportives reçoivent, le visage rubicond des agapes futures, la médaille de bronze, d'argent ou mieux encore d'or pour leurs si bons et loyaux services. Les vieux travailleurs, usés héritent eux aussi de la belle breloque du mérite émérite (à moins, ce qui est désormais le plus fréquent que de dignes récipiendaires les aient flanqués à la porte pour tout remerciement)

Ne perdons jamais de vue, brave gens, que ce ne sont que les coquins et les faquins, les tricheurs et les menteurs, les fourbes et les margoulins, les prévaricateurs et les falsificateurs, les fraudeurs et les escrocs qui méritent de la nation. En dresser la liste ici serait un exercice vain. Le mur des pauvres cons prétentieux, est de tout les piloris du ridicule, le mieux garni. Il y en aurait pour toutes les sensibilités, toutes les couleurs politiques, tous les secteurs professionnels. Chaque famille en aurait pour son cadre.

Enfin, n'oublions jamais que même les plus sinistres personnages ont eu droit à la médaille déshonorante. Porter la même distinction que l'odieux Papon, le fourbe Cahuzac, le monstrueux Depardieu, la merveilleuse Horner, serait pour moi un insupportable fardeau, une insulte à mes convictions et ma morale. Je sais, en écrivant cela, que je touche du doigt, le fond du problème, c'est justement ce qui leur manque le plus et justifie leur présence dans la grande et détestable galerie des récipiendaires de notre République pourrie.

Distinctement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Mania35 Mania35 6 mai 2013 11:12

    Bonjour,

    Dans la liste déshonorante on peut ajouter : J. Servier (qui a le plus haut grade, grand-croix), P. de Maistre, P. Buisson, C. Guéant, E. Macias ......les médailles accordées récemment aux tennismen « français » exilés fiscaux.

    Cette distribution n’a aucun sens, hors actes de bravoure civils ou militaires. 


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 mai 2013 11:27

       Mania35


      Je suis d’accord avec vous, cette distribution entre soi est le principal deshonneur de cette République qui a désormais plus de revers que de médailles !

    • subliminette subliminette 6 mai 2013 11:30

      On tient les hommes par les breloques bien mieux que par la barbichette.
      La liste des médaillés du déshonneur est interminable !


      • C'est Nabum C’est Nabum 6 mai 2013 12:40

        subliminette


        Il est bien plus simple de les tenir par la breolque que par les C... car hélas, ils en sont dépourvus.

      • ZEN ZEN 6 mai 2013 12:15

        Il faut bien des hochets...

        Pierre-Louis Roederer, sénateur et conseiller du Premier Consul, souligne que ce nouvel ordre risque d’être considéré comme une nouvelle noblesse. Jean-Jacques Régis de Cambacérès, Second Consul, ajoute que les Assemblées risquent de s’y opposer. Napoléon leur réplique que les Français sont fiers et légers, que malgré la Révolution, la liberté et l’égalité ne leur sont pas essentiels. Il ajoute que dans toute République, des distinctions existent : "On appelle ça des hochets, je sais, on l’a dit déjà. Et bien, j’ai répondu que c’est avec des hochets que l’on mène les hommes".


        • C'est Nabum C’est Nabum 6 mai 2013 12:41

          ZEN


          La miroiterie a toujours fasciné les êtres primitifs ! La preuve ...

        • Plus robert que Redford 6 mai 2013 23:46

          Vanitas, vanitatum, et omnia vanitas...
          Comme disait « Triple Patte » dans Astérix...
          La légion d’honneur, je l’ai, à la maison !
          C’est celle de mon grand-père, attribuée le 31 Octobre 1980 par M. Valéry Giscard D’Estaing, pour « Faits de Guerre » !!
          La Guerre !
          Celle de 1914-1918 !!!
          Soixante quatre ans pour décider que le grand père, il avait « mérité » cette foutue breloque !!!
          Alors que des colifichets du même tonneau, j’en avais retrouvé plein son tiroir de bureau, en vrac : médaille militaire, Ordre du Mérite, Médailles du Travail (cinq !)pour quoi il avait répondu à ma question :
          -C’est quoi, celle là, Papy ??
          -Ca, Mon Garçon, c’est la « Médaille du Chien fidèle » !!!

          Pourtant, il avait l’air vachement content quand on la lui a donnée, la « Rosette »

          Moi, je l’ai faite encadrer et je la garde sous les yeux, pour bien me rappeler l’inanité de ce genre de remerciements...





          • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 06:23

            Plus robert que Redford (


            Merci pour ce témoignage tr§s utile.

            Les vedettes, les amis, les patrons eux, ils n’attendent jamais 60 ans pour avoir leur no-nos ! 

            Preuve que ce n’est plus une récompense pour le mérite et le courage mais bien une prime à la veulerie ! 

          • Michel DROUET Michel DROUET 7 mai 2013 08:26

            L’idée même d’attribuer une médaille à quelqu’un pour ses mérites supposés de son vivant ou à titre posthume m’est étrangère, même en ce qui concerne les médailles du travail que je me suis toujours refusé à demander malgré les relances de mon employeur qui voyait dans la cérémonie collective d’épinglage une occasion de se faire mousser à bon compte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires