• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Il était une fois un « Je »

Il était une fois un « Je »

Dans ce monde merveilleux de la communication, « Je » regardait l’effervescence de ses contemporains avec un certain recul. Fier de ses racines latines, « Je » promenait son égo dans son existence personnelle.

JPEG - 10.2 ko

Par un bel après-midi d’automne, malgré le casque qui couvrait ses oreilles, l’isolant du monde, il perçut une rumeur. Sans but réel dans sa vie, comme dans ses déplacements, « Je », inconsciemment s’en approchât timidement.

Ce n’était pas grand-chose. Juste la réunion hebdomadaire des « Nous ». Intrigué par ce désordre dans son existence millimétrée, son atavisme de curieux, fut le plus fort. Les « Nous » s’indignaient de leurs situations.

L’un dit : Pourquoi avons-nous fait une révolution si l’évolution de notre niveau de vie ne change pas ? 

Marre, dit un autre. Les jours ce suivent et le calendrier des réformes ne progresse pas !

Mère, que dit la bourse ? Sommes nous toujours A,A,A, (bégaya, un lecteur des échos)… la veille d’un effondrement financier ?

Vendre, dit un autre, n’est pas une solution. Gardons notre patrimoine pour nos enfants.

Ca me dit rien non plus. Gronda un routier. Nous avons payé les autoroutes, mais nous payons toujours les péages.

Dit, manches tu à ta faim en fin de mois ? Questionna un étudiant.

Seul, « Je » dit rien. Son ces jours dans la foule, avait dérouté ses pensées et ses pas. L’individualisme, profondément ancré en lui, refusait cette vérité. Son petit bonheur n’était pas le bonheur. Sa faiblesse était une force pour les pré-dateurs. C’est à cette date et heure, qu’il se jura de ne plus être un mou ou un mouton.

Depuis nous attendons « la revanche du Jedi » car « Je » s’est libéré et il prend la parole avec les « Nous » et avec « Vous » les indignés.

Ce conte n’est en fin de compte qu’un choix de mots pour vous distraire. Mais attention car il arrive que « L’empire (du mal) contre-attaque ».

Pas de scoop pour faire un score mais l’espoir, encore, d’une réaction. Et pardonnez l’emploi abusif des « Guillemets », le texte est plus guilleret….

Illustration : http://www.xooimage.com/fr/?q=star+trek&p=64


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 13 octobre 2011 11:43

    Nourriture libre et énergie libre .... ca vous dit quelque chose, vous devez vous recentrer

    50 euro de matériel pour produire votre nouriture , ca serait un bon slogan politique

    Pour des habitants totalement autonomes, il ne manque plus que a) de l’énergie renouvelable , et b) des fertilisants et engrais, biologiques, ou produit à partir d’un écosystème … les algues par exemple pour obtenir l’équivalent pétro chimique naturel. c) Soit de la conscience, et de la conscience politique : pas de la décroissance, mais du partage inconditionnel de la sur abondance ! le pouvoir d’achat conditionne la prospérité réelle d) des échanges d’informations sur un réseau respectant à jamais la neutralité du net e) Une mobilité ‘verte’ garantie, f) De la justice, et une intégrité des données / entités / individus

    Ce n’est pas tant, ou pas seulement les moyens de productions qu’il faut se réapproprier, mais bien plus le droit au dividende sur les ressources – qui surabondent  : et donc ni une taxe, ni un pouvoir d’achat basée sur le travail. Espérons que vous comprenez comment fonctionne l’économie basée sur les ressources : prenons l’exemple du pétrole ou son prix est arbitraire, sa quantité en stock truqué … « pour des raisons politiques et économiques », il n’y a pas que le pétrole … l’énergie est abondante. Second exemple : le travail qui disparait car il y a sur abondance de force de travail – y compris machine – dans tous les secteurs est il un problème ? … Est ce que cela empêche le partage pourtant nécessaire ? L’effet de comprendre l’économie de l’abondance, et de l’infinité des ressources, et le passage psychologique vers celle ci permet une « ‘explosion’ de croissance économique » … ou sinon tout du moins une vie bien remplie, pour tous.

    Les hackers / citoyennistes doivent donc prendre le pouvoir politique, suivant eux mêmes les règles des pirates : partage – celui qui a besoin assouvi son besoin, la communauté et le bien commun avant tout, et le chef n’a pas plus que deux fois la part de celle d’un autre. A l’abordage !!!


    • Papybom Papybom 13 octobre 2011 13:42

      Coucou, le coucou Kalki

      Pour vous répondre, permettez-moi de détourner le message de Spaggiari  :

      « Sans armes autres que le rire, mais sans violence et sans haine »

      1° Ce petit article sans prétention, je l’ai envoyé sous la rubrique : Parodie. Votre commentaire est-il une parodie de votre pensée  ?

      2°Sans vouloir être désobligeant sur votre aspect physique que je ne connais pas, vous êtes Lourd. Et mon nid ne supportera pas le surpoids de votre lourdeur.

      3°Contrairement au titre de votre article en modération : Travailler ? Moi jamais. Je vous conseil de travailler votre sujet.

      4° Comme la mouche, il n’est nul besoin de vous agiter. Je coche une certaine aigreur dans vos propos.

      5°Plié de rire, je ne vais certes pas vous replier. Je laisse à la notoriété publique et Avogarienne, la sublime lecture de ce commentaire.

      Cordialement.


    • Kalki Kalki 13 octobre 2011 14:39

      Personne n’existe, meme pas le capitalisme

      qu’est ce qui n’est pas parodie alors ?


    • Kalki Kalki 13 octobre 2011 14:42

      Rien, tout, rien, tout, et rien

      des vérités inutiles

      des mensonges utiles

      des mensonges inutiles

      des vérités utiles

      non rien de tout cela est utile

      Rien, non rien de rien


    • gaijin gaijin 13 octobre 2011 12:12

      clap clap clap

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires