• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > « J’ai fait l’Auvergnat », le spectacle comique de Brice (...)

« J’ai fait l’Auvergnat », le spectacle comique de Brice Hortefeux primé...

...Devant les Tribunaux. C’est véritablement un scoop. Pas pour tout le monde, notamment Nicolas Sarkozy, celui qui avait produit le spectacle de feu Pascal Sevran, « La bite des noirs » qui s’était joué à huis clos, au temps pour moi, à guichets fermés, au Zénith, avant la mort tragique de l’humoriste de « La chance aux chansons. » Pour « J’ai fait l’Auvergnat », de mémoire d’homme, jamais, un spectacle n’a connu en l’espace de quelques heures, autant de réservations. Sarkozy, le producteur, envisage même le SDF (Stade de France), même comme il parle de décontraction en s’agissant de son comique favori.

 Brice Hortefeux se frotte les mains. Il apprécie visiblement le sobriquet de « Hors de propos » dont l’affublent tous les jaloux qui ne comprennent pas et n’expliquent pas un tel succès pour un nouveau comique. Quant au metteur en scène, Jean-François Copé, les médias se l’arrachent, surtout la télévision pour qui, il serait le nouveau Josée Dayan. Il a réaffirmé ce matin dans "Les 4 Vérités" sur France 2 devant Michael Darmon, que son poulain aimait les blagues auvergnates.

Par sa gestuelle, son jeu comique, ses mimiques dignes du mime Marceau, ses doux mots et ses beaux vocables, entre l’Auvergne, la Kabylie et l’Algérie, c’est le nec plus ultra de l’art des boulevards. Un vaudeville ubuesque, un jeu de massacre, une tuerie à la tronçonneuse qui lamine désormais, cette pseudo lutte antiraciste, plutôt galvaudée. François Filon est fan, et lui envoie à chaque représentation, un bouquet de fleurs, des croissants, tout en lui renouvelant sa confiance, pour mener à bien l’un des plus beaux spectacles qu’ait produit la Sarkozye, celui de la parole raciste et décomplexée...

Le tout Paris s’y rend. La Licra crie au génie. SOS Racisme demande des comptes pour une représentation publique alors que le Mrap, lui, n’y voit que du feu, et parle même de la résurrection du petit Jésus, que dis-je, du Dieu vivant mais regrette qu‘il n‘y ait pas assez d‘Arabes. L’association a d’ailleurs réclamé un représentation au TGI de Paris, hier. Succès total. Les répliques sont d’un réalisme époustouflant. Le folklore relevant d’une dialectique du théâtre des boulevards se marie avec celui des bataillons militaires. Ainsi, un passage à mourir de rire : « fissa, fissa, dégage ! » soulève la foule, ou encore celui-ci : « Il en faut toujours un, quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup que ça crée des problèmes ».
 


Un humour décapant. Des personnages pittoresques. Un volcan de tendresse. De l‘électricité dans l’air à chaque interprétation, à chaque représentation. Ainsi, de voir le personnage d’Amine faire son show, on ne peut s’empêcher d’y voir la contrainte dont il est victime. Ce sketch le présente comme étant l’ami d’un ministre. Il y croit d’ailleurs, avec une naïveté puérile. Paul Girot de Langlade, préfet viré par Brice Hortefeux pour propos racistes, est le seul people/politique, qui n’a pas encore assisté à ce spectacle qu’il juge insipide. 

Seul couac, l’heure du spectacle : 14h, ce qui fait des orphelins. Ce sont tous ces habitués des bougnats, pas forcément des saoulards patentés, mais, toutes les personnes qui recherchent un peu de convivialité dans ces espaces. Vous l’aurez compris, tous ces établissements restent clos en région parisienne pendant le spectacle. Au niveau de la tournée française, c’est le carton plein. En Auvergne notamment où le show fera escale, la rumeur raconte que le fils du pays, Brice, est attendu comme le Messie. C’est ainsi que de l’Aveyron au Cantal, en passant par la Lozère c’est l’effervescence.

Le concerné n’en revient pas. Telle une larve qui patauge dans la bouse, il s’en sort avec bonheur. C’est sans doute le spectacle de l’année. Il est vivement conseillé pour vos zygomatiques. A consommer sans modération en famille. C’est le must, le cru auvergnat à déguster à satiété. Même à l’étranger, le comique est réclamé. C’est dire. La crainte d’émeutes fait tempérer ses amis, qui lui demandent de tout laisser tomber. Il a juré qu’il est hors de question qu’il démissionne, il restera en place pour égayer la galerie. Et pour clore le tout, il vient d’avoir le prix comique le plus convoité, celui de "l’injure à caractère raciste" et rejoint ainsi l’humoriste Dieudonné ou l’animateur, Fogiel, condamnés pour les mêmes faits....No comment !
>>> Allain Jules
 
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Allain Jules Allain Jules 5 juin 2010 11:10

    Bonjour à tous et bon week-end.


    On a retrouvé les photos de tous les humanitaires assassinés par Tsahal en haute mer.

    De vrais têtes de terroristes, des fous de Dieu prêts à mourir pour une cause qu’ils disent.....     juste.

    Le monde est fou ! 



    • Nho 5 juin 2010 12:33

      Bon Dieu ! Que des barbus ! A commencer par vous Jules :)


    • Allain Jules Allain Jules 5 juin 2010 12:44

      @NHO,


      Avec moi ce qui fait 10 humanitaires. Mais, 5 barbus puisque je ne le suis pas.

      Pour des terroristes, c’est assez amusant. C’est de la poudre aux yeux.

      Cordialement !



    • Allain Jules Allain Jules 5 juin 2010 12:16

      @Calmos,


      Pas du tout !

      J’ai toujours pensé que certains problèmes, au lieu d’aller devant les Tribunaux, étaient préférables d’être tournés en dérision.

      Je crois que c’est plus efficace mais, aujourd’hui, que font les humoristes ? RIEN.

      Aussi, il faut, avec subtilité, faire ressortir le « deux poids deux mesures » de l’affaire. Brice Hortefeux a une protection rapprochée qui suinte le ridicule (UMP). Or, il faut donner l’exemple.





    • L. D. T. L. D. T. 5 juin 2010 13:35

      « Avec subtilité » ? Dans ce cas pourquoi est-ce vous qui écrivez ?


    • L. D. T. L. D. T. 5 juin 2010 13:32

      Allez, je place à l’occase en tête d’article.
      http://ldtsocioblogue.over-blog.fr/article-hortefeux-peut-il-etre-ministre-et-raciste-51685271.html
      "

      Mais oui ! Bien sûr ! Et ce pour une raison très simple. C’est qu’il n’est pas ministre. Et pas raciste.

      Il faut suivre un peu le milieu politique depuis longtemps pour comprendre en quoi Hortefeux peut être les deux en titre et aucun des deux dans les faits.

      En titre, il est le ministre le plus important après le Premier, et s’occupe de la sécurité du territoire et du respect des lois et ordres d’état en France. Il est ministre de l’intérieur, a les policiers, les gendarmes, un immense paquet de fonctionnaires et quelques autres services pour lui. Son pouvoir est énorme et il l’état tient entre autres parce qu’il est là pour en assurer la sécurité. Dans les faits, il est un incapable proche de Sarkozy qui est à ce ministère sans programme, sans idée et sans objectif en tant que ministre et n’y est installé que parce qu’il sert de courroie de transmission entre l’Elysée et les services de l’intérieur. Hortefeux ne sert qu’à être Sarkozy pendant que Sarkozy est à la Présidence. Il maintient ses décisions politiques, garde ses contacts et fait le garde-chiourme au cas ou un policier aurait la mauvaise idée de venir critiquer les merveilleuses décisions du Grande Conducator, mais politiquement ne sert à rien. Si, il répond aux questions à l’Assemblée, c’est tout. C’est un fonctionnaire, au

      pouvoir parce qu’il est incapable et ami du président, et qui n’a aucun rôle défini. Il attend les décisions de l’Elysée et les transmet. Donc il peut bien être accusé de racisme ou condamné, au fond cela ne change rien à son travail de télégraphiste de la place Beauvau. Vu la géographie, il peut même se tenir à la porte de l’Elysée et faire des signaux de la main à son bureau à l’Intérieur..."

      La suite au lien !


      • L. D. T. L. D. T. 5 juin 2010 13:33

        oups, deux liens...zut.


      • Pnyx - Daniel 5 juin 2010 14:03

        Les racistes, même quand il n’y en a qu’un, il y a problème !

        Sarkozy peut-il le conserver dans son gouvernement ? C’est la question-débat vue sur Pnyx.com La vraie question n’est pas « Devrait-il démissionner ? » mais, « Le Président de la République, garant des Institutions, peut-il compromettre l’honneur de celles-ci en conservant en leur sein un Ministre condamné en correctionnelle pour injure raciale ? »


        • Ronald Thatcher rienafoutiste 5 juin 2010 15:11

          ça commence à être n’importe quoi agoravox, non ?


          • alibaba alibaba 7 juin 2010 14:36

            Pas plus qu’Ortefeux qui veut se faire passer pour un auvergnat de souche. Il est né à Neuilly d’un père banquier, ça commence bien. Sa mère s’appelle Schuler, oups, c’est pas auvergnat, et cerise sur le gâteau sa femme s’appelle Dazzan. De souche en somme, mais un peu plus à l’est que Clermont-Ferrand. Faut dire la vérité aux gens.


          • Arafel Arafel 5 juin 2010 15:11

            Le plus étonnant, c’est que vous mettez en cause le ministre pour sa supposée phrase sur les arabes, mais quand il dit que l’on l’a mal compris et qu’il voulait parler des auvergnats, cela ne vous gene pas.
            Donc, il faut comprendre que dire cette phrase sur les arabes c’est du racisme, mais la même phrase sur les auvergnats, c’est pas raciste..................
            Foutez lui la paix à M. Brice Hortefeux, parce que l’on voit bien, que ce que vous voulez c’est lui chercher des noises à tout prix.
            J’aurais pu vous croire sincere si vous aviez mis sur le même plan auvergnat et arabe, mais vous ce qui vous interesse, c’est uniquement les personnes d’origine arabe, le reste vous vous en foutez completement.

            Bientôt, il faudra vous demander l’autorisation de peter.......



            • pigripi pigripi 5 juin 2010 15:51

              Khaled Mechaal, chef du bureau politique du Hamas demande des fonds à l’Iran pour indemniser les victimes de l’opération israéliennearticle original arabe, paru dans Al Seyassa (Koweit), repris ici du site Mediarabe.info, 3 juin 2010

               

              Khaled Mechaal, le chef du bureau politique du Hamas, dont le siège est à Damas, a adressé ses félicitations à la direction du mouvement à Gaza et loué ses efforts et son exploitation médiatique de l’attaque israélienne contre la flottille. Selon Mechaal, « les retombées de l’opération ont atteint, voire dépassé, les objectifs qui lui avaient été fixés ».

              Selon le quotidien koweïtien, Al Seyassah, Khaled Mechaal a exprimé, dans une lettre adressée aux dirigeants du Hamas à Gaza,

              « sa grande joie quant aux bénéfices engrangés par le mouvement islamiste grâce à la bonne coordination de la campagne médiatique pour dénoncer l’opération israélienne contre les navires humanitaires affrétés par des militants islamistes et pro-palestiniens, européens et arabes ».

              Dans son message, Mechaal, exilé à Damas, demande aux dirigeants du mouvement à Gaza d’insister sur le rôle turc et syrien dans cette opération, affirmant :

              « la coordination entre le bureau politique du Hamas, le ministère syrien des Affaires étrangères, et le cabinet du Premier ministre turc, a permis de financer la flottille et d’organiser le voyage vers Gaza ».

              Il a suggéré que les victimes de l’opération israélienne soient considérées comme des « martyrs de la cause palestinienne et que les noms de ces martyrs soient donnés à des rues de Gaza en guise de reconnaissance ».

              Par ailleurs, Mechaal s’est engagé à solliciter l’Iran pour obtenir une rallonge budgétaire afin d’indemniser les familles des morts et des blessés de cette campagne, étant donné que le Hamas traverse une crise financière due à la corruption qui le mine à Gaza, et n’est pas en mesure de verser lui-même ces indemnités.

              Le quotidien koweïtien croit en outre savoir que le bureau politique du Hamas, à Damas,

              « a sciemment provoqué Israël, dans le cadre d’une campagne minutieusement préparée depuis longtemps »,

              et ce, dans plusieurs objectifs :

              1 - D’abord, le Hamas entendait détourner l’attention de la population de Gaza et occulter, grâce à la flottille de la paix, la misère qu’il peine à contenir et pour faire oublier les scandales liés à la corruption du Hamas.

              2 - Ensuite, Mechaal, en coordination avec Damas, Téhéran et Ankara, entendait, par le biais de « l’opération humanitaire » et les accrochages voulus avec l’armée israélienne, empêcher la reprise des négociations de paix entre Tel-Aviv et l’Autorité palestinienne de Ramallah, sous l’égide des Etats-Unis, et mettre en échec les efforts de Georges Mitchell, l’émissaire de Barack Obama dans la région.

              3 - Le bureau politique du Hamas, dont le siège est à Damas, cherchait, par le biais de cette campagne et de la mobilisation politique, médiatique et populaire prévisible dans les pays arabes, à mettre un terme aux pressions des pays arabes modérés, lesquels exigent la conclusion de la réconciliation avec l’Autorité palestinienne (médiation de l’Egypte). Le Hamas cherchait également à endiguer les critiques liées à sa participation à la guerre au Yémen et contre l’Arabie saoudite, à la demande de l’Iran et de la Syrie, en soutenant les rebelles zaïdites (Al-Houthi) de Saada.

              4 - enfin, le Hamas entendait exploiter ces événements pour obtenir des concessions israéliennes dans le dossier des prisonniers, estimant que l’Etat hébreu serait obligé de céder sur ce terrain pour améliorer son image particulièrement ternie par l’assaut de la marine contre la flottille.

              Le quotidien conclut que « le Hamas est particulièrement satisfait de l’évolution de la situation » et espère profiter de quelques mois de répit grâce à ces événements pour se refaire une santé financière à travers les aides iraniennes, Téhéran étant sollicité pour augmenter le budget alloué au mouvement, et grâce à une campagne politique, diplomatique et médiatique coordonnée avec Damas et Ankara pour anéantir le processus de paix israélo-palestinien.

              Cependant, en affichant sa « joie », Khaled Mechaal se dévoile et atteste, une fois encore, que le cynisme syro-irano-turc est sans limite

              Il reconnaît avoir pris la population de Gaza en otage, et confirme l’exploitation de la misère à des fins politiques. Ce faisant, le Hamas sauve Israël, critiqué par le monde entier pour avoir utilisé une force disproportionnée contre des « pacifistes ».

              Dans ce cas, comment les militants pro-Hamas peuvent-ils encore justifier leurs appels aux manifestations en Europe, et particulièrement à Paris, dans les jours à venir ?


              Khaled Asmar


              © MediArabe.info


              • pigripi pigripi 5 juin 2010 15:54

                Hortefeux n’a pas dit le millionnième de ce qu’on peut lire d’insultant et de raciste, de haineux et d’antisémite, d’injurieux pour la france et les français, de discriminant et grossier vis à vis des femmes, etc.

                Et pourtant, il a été condamné. S’il y a deux poids et deux mesures, il me semble que les termes se sont inversés.

                Le racisme anti-blanc, la honte d’être français et respecter la culture française sont le politiquement correct d’aujourd’hui.

                Je trouve ça infiniment plus grave que les co...ies d’Hortefeux qui ne mérite pas tant d’attention, n’en déplaise à l’auteur.


                • pigripi pigripi 5 juin 2010 15:55

                  Et Julles, où en est la condamnation du bouquin « Nique la France » ?


                  • 65beve 65beve 5 juin 2010 17:04


                    Y aurait-il comme à la radio des interférences sur ce post ?

                    certains parlent de Hortefeu,
                    certains parlent de Gaza,
                    y’en a même un qui miaule (qui couine ?) un avertissement lugubre à Julles.


                    • Marc Viot Marc Viot 5 juin 2010 19:58

                      C’est un spectacle, ok, j’ouvre le bal :

                      [mode ouverture de bal ]
                      Un corbeau et un rossignol firent un concours de chant.
                      « Croa » croissait le corbeau - « Tchiouippitchou » sifflait le rossignol.
                      Aucun d’eux ne parvenant à décider du vainqueur, ils se lamentaient forts.
                      Un cochon, passant, fut pris à parti ; « voulez vous nous départager ? »
                      Le cochon accepta, écouta et jugea le corbeau meilleur.
                      Le rossignol se mit à pleurer« Vous pleurez parce que vous avez perdu » s’enquit le cochon ?
                      « Oh non » dit le rossignol « je pleure parce que j’ai demandé à être jugé par un cochon ... »
                      [/mode]

                      PS : Quitte à ouvrir autant ouvrir profond ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires