• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > J’ai interviewé De Gaulle ! / N°52

J’ai interviewé De Gaulle ! / N°52

Hier soir, j’ai assisté à une séance de spiritisme avec le "fameux" médium qui a fait récemment l’interview de Claude François depuis l’au-delà. Un peu au hasard, je lui ai demandé de me connecter avec le général, oui, vous avez bien lu avec LE général.

Je n’ai pas hésité : De Gaulle, c’est le même prix que pour se connecter avec Grégory Lemarchal, le chanteur qui fait pousser les nénés des filles - alors autant se faire plaisir.

 - Bonjour mon Général, je me présente : je suis...

- Laissez tomber, la Blanche, je sais qui vous êtes.

- Hein ?

- Oui, cher Monsieur, je lis même vos billets d’humeur.

- Oah ! Hé, arrêtez vos conn... heu... ah bon, mon général ?

- Oui, ils m’amusent beaucoup. Surtout celui sur le programme du Conseil National de la Résistance.

Je me suis immédiatement joui dessus ; le Général de Gaulle lit mon blog ! Incroyable ! Je l’ai prié de bien vouloir m’excuser, le temps que je me rende aux toilettes afin de nettoyer et je suis revenu, tremblant.

- Vous me flattez, mon général !

- Non, je trouve que vous êtes un sinistre con prétentieux... mais parfois vous m’amusez.

de_gaulle.jpg

- Ah ? Heu, merci mon général, c’est... heu... sympa, enfin... c’est franco, quoi.

Je regrettai immédiatement d’avoir gaché un orgasme pour ça et songeai, non sans regret, à tous les petits enfants que je venais de gaspiller.

- Et qu’est-ce que vous faites, là-haut ?

- Je contemple votre imbécillité

- La mienne, mon général ?

- Non, celle de la Frrrance ! Qu’est-ce que c’est que cette chienlit qui vous dirige ?

- Des gaullistes, mon général...

- Des gaullistes ? Ça ? Cette bande de soixante-huitards divorcés ? Je vais finir par avoir le tournis à force de me retourner dans ma tombe !

- Sarkozy ? Un soixante-huitard ? Mais c’est le contr...

- C’est bonnet blanc et blanc bonnet, la Blanche ! ces gens ne sont qu’une bande de jean-foutre sans vergogne et qui ne comprennent rien au sens de l’Histoâre.

- Vous exagérez, mon général !

- Des coups de pied au cul qui se perdent, oui ! je peux vous dire que ça fait bien rigoler Churchill. Et Mitt’rand aussi !

- Et c’est quoi le sens de l’histoire pour vous, mon général ?

- Rélféchissez un peu, la Blanche, et regardez où vous avez les pieds : sur terre, mon vieux, la planète ! Vous voyez quelque chose de plus important ? Tout le reste n’est que broutille. A quoi ça sert de réformer les retraites si la planète est fichue ? C’est cela, le sens de l’Histoâre, mon cher.

- Mon général, vous êtes en train de me dire que... que... vous êtes écologiste ?

- Restez poli, la Blanche ! Je ne suis pas écologiste, je suis terrien... enfin, j’étais. A quoi ça sert de gagner une bataille si à la fin, vous perdez la terre ?

- In-croy-able !

- C’est cela, avoir le sens de l’Histoâre, mon cher, c’est avoir une vision, savoir s’extraire de l’écume des choses. 

Je suis rentré à pied, tout penaud, en réfléchissant à ce que m’avait dit le général de Gaulle. Je n’en revenais pas : De Gaulle, écolo !

Je n’étais pas au bout de mes suprises : en entrant chez moi, je trouvai Eric Woerth, tout nu, dans mon lit, avec ma femme.

- Monsieur Woerth !? Mais qu’est-ce que vous faites là ? Vous sautez ma femme ?

eric-woerth-430174.jpg

- Je suis scandalisé quand j’entends ce qui est dit à mon propos (...). Cette dame, je ne la connais même pas. (...) Tout est faux, archi faux. (...) Depuis trois semaines maintenant, je subis une nouvelle accusation tous les jours. Ce sont des torrents d’insultes et de haine que je reçois, alors que je n’ai rien à me reprocher.

- Vous êtes quand même à poil dans mon lit !

- Ceci est une cabale politique orchestrée par le PS qui sans arrêt souffle du chaud pour essayer de nuire à la vie politique et vise à m’affaiblir et à affaiblir le président de la République, au moment ou je mène l’une de réformes les plus importantes, la réforme des retraites.

- Ok, ok, calmez-vous, je me suis trompé, c’est bon ! Ne bougez pas, hein, je vais aller dormir dans le salon.

Bonne nuit, M. Woerth.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • dawei dawei 20 août 2010 16:05

    merci pour ce billet ! Et bravo pour votre don de faire parler les morts !


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 21 août 2010 12:24

      Mdr, Woerth surpris dans le lit mais qui nie (encore et encore) contre tout évidence.


      • Phileas Phileas 21 août 2010 12:30

        Woerth dans votre lit, avec votre femme. Je trouve cela super excitant.


        • galien 21 août 2010 12:55

          Merci de nous faire profiter de votre talent la Blanche, poilant !
          C’est vrai qu’il faut avoir un esprit assez tordu pour imaginer Woerth avec cherchant la clef du coffre dans l’intimité de son couple smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires