• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Je te promets le sel…

Je te promets le sel…

Hep ! Oui, vous. Vous ne savez pas pour qui voter, hein ? Peut-être même n’allez-vous pas voter du tout. Ça vous prend comme une envie, quand la ville est endormie… Je peux comprendre. Allez, montez dans ma vieille Ford Capri, je vous raconte. On sera tout seuls, peut-être, mais peinards.

Je sillonnais la campagne en pleine période électorale, un bras à la portière, un peu dégoutté de tout.

Dans un bourg, (la Hollandie, c’est limité à 50, faites attention), j’ai dû stopper car un candidat battait la pavé. François Netherland, un ancien gros qui voulait nous mettre au régime. Il y avait du monde derrière. Il serrait des mains, répondait aux questions, mais se retournait toujours au préalable vers un type qui le suivait de près avec une espèce de mallette. Une machine à promesses, j’imagine. A une question d’un jeune dame énervée sur la sécurité routière, il répondait sans ambages qu’à présent que la mortalité avait été diminuée par 4 en 35 ans, il fallait prendre des mesures drastiques : limitation à 50 km/h sur autoroute, 40 par temps de pluie. Seuls les non-imposables pourraient pousser une pointe à 60, mais par temps clair seulement.

En agglomération, c’était encore plus simple : il préconisait que chaque automobiliste descende inspecter la rue et les carrefours à pied pour détecter tout danger, et ne revienne à sa voiture qu’après. A un jeune homme qui lui faisait observer que dans le laps de temps, un danger pouvait survenir de nouveau, il répondit sèchement : « écoutez, je ne suis pas là pour polémiquer, la loi sera la même pour tous, et je la ferai respecter ».

 Dix kilomètres plus loin, j’étais bloqué à Nervousland (attention, le radar prend dans le dos). Un autre candidat était à l’oeuvre, sans doute plus important (un Président d’amicale bouliste ?), au regard du nombre plus conséquent de gardes du corps. Interpellé sur sa politique de santé publique, il indiquait que la prolongation de la durée de vie était certes un objectif louable, mais qu’on ne pouvait plus guère se permettre. Aussi préconisait-il qu’après avoir été taxés toute leur vie, les fumeurs de plus de 50 ans aient un accès gratuit aux cigarettes. Les buralistes seraient chargés de vérifier les pièces d’identité. Le but recherché était que le fumeur, après avoir cotisé toute sa vie pour sa retraite, décède vers 60/62 ans, et ne soit donc pas en mesure de la toucher. Une politique de redistribution transférerait la retraite inutilisée des fumeurs vers les joggeurs buveurs d’eau minérale, à condition qu’ils justifient de 15 ans de cotisation au Parti.

 

Bref, j’avais perdu une heure dans les bouchons et personne n’avait répondu à la question existentielle qui me taraudait depuis longtemps : quelqu’un va-t-il enfin prendre à bras le corps la question prégnante de l’interdiction de stationner devant chez moi ?

Je suis remonté dans ma vieille Ford Capri, et j’ai cru que c’était fini (Ndlr : elle vous plait celle-là, hein ?)

Mais non, j’ai tourné le bouton de la radio, et il y avait un mec, un vrai, qui chantait « je te promets le sel au baiser de ta bouche, le miel à ma main qui te touches… ».

Ca m’a plu.

D’autant qu’après, il ajoutait :

« Et même si c’est pas vrai, même si on te l’as trop fait

Si les mots sont usés, comme écrits à la craie

Légers comme du vent,

Peut être avec le temps,

A la force d’y croire

On peut juste essayer pour voir ».

 

C’était décidé, j’allais voter pour ce Johnny Ali Day.

 Avec lui, ça allait changer.

Les diesels et les monospaces seront taxés à 69%. Le retour du super plombé détaxé sera acté, comme les Buick Thunderbird déductibles des impôts, la suppression des couloirs de bus, remplacés par des couloirs pour Harley. Une politique sociale qui aura de l’allure : distribution gratuite de Gitanes sans filtres dans des entrepôts appelés « les poumons du cœur ». Détaxe complète sur le gin tonic et le Brouilly.

La chirurgie esthétique remboursée par la S.S. Le Viagra en vente libre dans des distributeurs de rue. Parce que les capotes, c’est bien, mais faut avoir quelque chose à mettre dedans. A quoi ça sert le cochonnet si t’as pas les boules, hein, comme disait un copain parti avec Kadhafi dans le désert de Gaby ?

Ouais, pas un programme commun, un programme sérieux.

Parce que les classes moyennes, les classes ouvrières, les classes laborieuses, basta, on s’en fout, on a donné.

Ce qu’il me faut, c’est un programme pour les classes malmenées. Malmenées par les années. Qui dira l’horreur des outrages subis depuis 15 ans ? Angeot, Nothomb, Pulitzer, MPokora, les cellules psychologiques en cas d’accident d’avion et photovoltaïques en cas de canicule, les radars automatiques, l’interdiction de fumer dans les restaurants en mangeant une andouillette 5A de chez Moodis. Le Livret A bloqué à 1,50%, les salaires des fonctionnaires gelés en plein février, par moins 14°c en forêt de Rambouillet.

On a morflé.

 Ouais, faut que ça change. Avec Johnny, c’est l’assurance de la réouverture des portes du pénitencier. Avec Pierre Botton comme Garde des Sceaux, parfaitement.

La reprise de relations diplomatiques normales avec la Suisse, ce grand voisin trop longtemps ignoré. Pour consacrer ce redoux sur le Cervin, il créera l’ « Helvète Underground », un band à tout pêter, ça aura de la gueule, avec des riff à réchauffer Lausanne et ses coucous de frangipane. Lou Reed se fera tout petit devant. Il prendra un billet pour écouter dans le noir, anonyme.

 Ça va changer, promis. La priorité à gauche. Les larmes dans les yeux des filles, qui seront les plus belles pour aller danser. Fini les retenues à la source : Johnny ne retiendra que la nuit.

 Avec lui, il ne suffira pas de dire que des têtes vont tomber. Il dira lesquelles, et vite.

Raphaël envoyé en Corée du Nord planter du cannabis dans les rizières en chantant l’Alléluia de Jeff Buckley, jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Camps de rééducation pour les rappeurs, les handicapés du sampler, les chanteuses énervantes.

Et Hop, dehors le Hip.

 

A queue oui, des mesures immédiates seront prises pour frapper l’opinion dans les premiers 100 jours de son mandat. Il me l’a dit.

 -Mettre le feu au Stade de France en cas d’hiver rigoureux, pour réchauffer gratuitement et durablement le 9.3, les précaires et les Rmistes. On verra la fumée jusque sur les plages de Cala di Volpe.

-Réouverture immédiate du Golfe Drouot et du Bus Palladium (financement par la RATP).

-Sylvie Vartan secrétaire d’Etat aux pays de l’Est.

-Partage des richesses et lutte contre la misère sexuelle : les mannequins de chez Elite devront passer deux nuits par semaine sur le matelas des précaires, des intermittents du spectacle de la bandaison, des laissés pour compte de la tirette. Pour tourner, ça tournera. Tournante assurée. Ca va couiner dans les chambres de bonnes. Du travail de pro, sans un seul amour, sans un seul ami, mais il flottera dans Paris comme une envie. Plus d’érections honteuses et solitaires, à l’heure où d’autres s’aiment à la folie.

-Introduction des tickets restaurant à la Coupole et à la Closerie des Lilas (pour intermittents du spectacle seulement)

-Limitation de vitesse à 120 miles sur les Nationales (200 km/h environ).

-Si d’aventure un conflit armé nous opposait à l’Ossétie du Nord ou aux Maldives, nos valeureux soldats ne reviendraient plus sous des bâches kaki alignées dans un Transall pour entendre la Marseillaise et la marche funèbre aux Invalides, devant un parterre d’emperruqués en costard pressés d’aller liquider leurs positions chez Bolloré avant de bouffer chez Taillevent. Non, Johnny sera là, en personne, pour rendre l’hommage de la Nation. Et ça aura de la gueule lorsqu’il chantera « Ô Marie, si tu savais, tout le mal que l’on m’a fait ». Et le silence se fera naturellement sur les Invalides, avec les poils des avant-bras qui se dressent et tout et tout…

 

-Enfin et surtout, une vraie politique de la mort. Cette salope d’édentée s’est trop servie

impunément des meilleurs morceaux ces dernières années, sous la droite comme sous la gôche. A ce sujet, le programme de Johnny est clair : ressusciter Bashung, Ferré, Nougaro et Jacno (éventuellement Brel, mais on ne peut pas non plus porter toute la misère du monde sur nos épaules, et puis les belges sont-ils des gens comme nous, hein ?)

 

On les échangera contre Mahé, Fiori, Biollay, Bruel et Raphaël.

 L’échange aura lieu à la tombée de la nuit sur le pont de Tancarville, sous contrôle d’un huissier de la SACEM. La camarde arrivera comme à son habitude, nonchalante et sûre de son coup dans sa vieille Camaro noire tous feux éteints. Derrière, elle traînera sa remorque avec tous nos potes, et ça fera du monde. Nous, on sera là, embusqués dans nos Ford Mustang à flammes oranges peintes sur le capot, et quand l’échange sera fait, on niquera la faucheuse au LRAC et au lance-flammes, ouais, on la pulvérisera façon puzzle, elle et ses dents pourries, sa langue violette, son tibia en guise de levier de vitesses et son air arrogant, oui, tout, je vous dis, on niquera tout et les humiliations disparaîtront.

Epicétou.

 

Voilà, j’étais content. Moi le blasé, le douteur systémique, je crois bien que pour une fois j’allais voter. Voter Johnny Ali Day. Ce mec m’avait redonné l’envie d’avoir envie. Je sifflotais un air du genre :

 "Ah, vous autres, hommes faibles et merveilleux
Qui mettez tant de grâce à vous retirer du jeu
Il faut qu'une main posée sur votre épaule
Vous pousse vers la vie, cette main tendre et légère"(1)

 Lorsqu’à un carrefour, j’ai décidé d’expérimenter la priorité à gauche. Quand le semi-remorque siglé « S.A.C.E.M » a voulu passer quand même, avec le vieil Aznavour au volant, j’ai rien lâché. Parce que Johnny, il aurait aimé que je ne lâche rien.

Ça a fait un bruit d’enfer de percussions, de batterie, de drums et de cuivres. J’ai eu même pas mal.

J’suis mort heureux, en chantant.

C’est pas encore cette année que je vais voter.

 

 

(1) Tennessee Williams


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Tall 5 mars 2012 10:20

    Chouette plume, comme dab ....

    J’ai juste un blème avec le truc du non-vote. C’est que si les mecs intelligents renoncent, ils laissent le terrain aux crétins qui se bougent.

    • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 mars 2012 13:29

      Salut Tall,
      Ce n’est pas le sujet de l’article, mais je pense que le vote blanc, s’il était réellement contabilisé ( et non assimilé aux bulletins nuls et aux pêcheurs à la ligne), serait un compromis acceptable. A condition bien sûr de le coupler avec un chorum minimal de suffrages exprimés sur un nom pour étre élu.
      Par exemple, il ne suffirait plus d’avoir obtenu au 2 eme tour plus de voix que son concurrent finaliste, il faudrait AUSSI ( condition cumulative) avoir obtenu par exemple plus de 40% des suffrages exprimés, y compris les votes blancs. Et là, vu la flambée des votes blancs, ils auraient un peu chauds aux fesses. Il ne suffirait plus de l’emporter sur l’adversaire, il faudrait faire la preuve d’une crédibilité minimum face au corps électoral dans son ensemble.
      On les verrait tous tenir un autre discours, s’ils n’étaient pas sûrs de passer cette barre-là...


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 mars 2012 13:36

      Correction : « 40% des suffrages exprimés, NON COMPRIS les votes blancs », évidemment.
      Et « comptabilisé » bien sûr, et pas « contabilisé », quoique tout cela soit en effet une fable...

      Bon, j’arréte d’étre sérieux ( il y a assez de gens qui le font à ma place...), je reprends une activité normale.


    • Tall 5 mars 2012 13:53

      salut Sandro

      oui dac, on ne va pas poursuivre ça ici .. moi aussi je préfère la rigolade quand c’est possible
      mais maintenant au moins, je sais que tu ne t’en fous pas tout-à-fait ... ce qui est quand même mieux


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 mars 2012 18:33

      Sandro ,vous avez raison,le sérieux sert aux imbéciles à cacher leur manque d’esprit.Un aphorisme bien trouvé peut remplacer toute une littérature.
      Tall,bonjour,les crétins ne bougent pas,on les fait bouger.


    • Tall 5 mars 2012 18:40

      salut Pea

      je reprendrais la formule de Churchill qui disait que la démocratie, on n’a pas encore trouvé moins pire ( ou un truc comme ça )

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 mars 2012 18:53

      Tall ,pour moi la démocratie est morte après la traitrise de Lisbonne.Je me fais donc pécheur en ligne,et ai décidé de ne plus participer à la messe !!


    • Tall 5 mars 2012 19:05

      c’est pas fini ... les cupides ne connaissent pas les limites ...

      ils ont tendance à freiner au panneau > « TROP TARD ! »

    • arobase 5 mars 2012 10:23

      bonjour sandro

      bayrou atteint le pen dans les sondages et la dépassera car elle perd du terrain, n’ayant plus rien à dire que sur le halal.

      mais bayrou est de droite..

      ce qui se passe en Europe est grave. 

      la merkel ameute les conservateurs de droite de tous les pays non pour venir en aide à cet idiot de sarkosy dont ils se moquent comme de leur chaussette, qui n’aurait jamais du demander l’aide du plus fort car après on se fait manger par lui, mais parce qu’ils ont la trouille du mouvement de masse qui va finir par submerger les rapaces.

      en fait ce que craignent les conservateurs européens qui se liguent contre hollande, c’est que les peuples commencent à réclamer à ceux qui l’ont totalement confisqué, leur part de gâteau.

      alors la lutte qui s’annonce sera à l’échelle mondiale entre les puissants affameurs qui sont une poignée et l’immense majorité des travailleurs qui font leur fortune pour un salaire de misère.

       ces gens qui créent les richesse par leur travail vont finir par se réveiller et se demander s’ils n’auraient pas intérêt de transpirer pour eux plutôt que pour les rapaces qui s e prélassent.

      le peuple de France, de l’extrême gauche aux gaullistes, en passant par les souverainistes, a tout intérêt de se grouper derrière la gauche, dernier rempart contre les esclavagistes de tout pays.

      vous avez pu voir comment eux savent se regrouper derrière merkel et s’entendre quand ils craignent pour leurs privilèges ! 

      puisque les dés sont jetés, que sarko ni lepen ne peuvent plus gagner autant que le peuple élise la gauche à 70%.
       contrairement à chirac, seraient nommés des ministres de tous bords et on ferait l’union nationale, qui pourrait ensuite déborder sur les autres pays pour une Europe des peuples.

      sinon ce sera sarkosy, et 20 millions de chômeurs dans 2 ans.

      c’est à nous de voir.

      • volpa volpa 5 mars 2012 11:18

        Beau texte.


        • le journal de personne le journal de personne 5 mars 2012 12:17

          Pour qui voter ?

          Enfant : ô mon capitaine... ils font de la peine
          Mère : tu as bien étudié leurs programmes ?
          Enfant : oui... Ams, tram, gram, Pic et pic et colégram !
          Mère : Et où se situe la différence ?
           
          http://www.lejournaldepersonne.com/2012/03/pour-qui-voter/


          • Gabriel Gabriel 5 mars 2012 12:43

            Bonjour Sandro,

            Serais je assez gonflé pour me rendre au bureau de vote ? Suis-je assez motivé pour élire un futur déjanté ? Parler du peuple lorsque l’on en a besoin pour son boulot de dans deux mois, assis le cul dans le cuir d’une berline avec chauffeur, est aisé. Surtout ne pas regarder dans le rétroviseur les nombreux citoyens que l’on a heurté ou écrasé par le passé. Repartir à neuf, après lavage et un lustrage à la cire, briller comme un miroir de bordel, oublier la crasse et les crasses que l’on a pu faire au pays. Citoyens, voici la nouvelle version toute équipée, essuies glace intermittents pour les fausses promesses, autoradio MP3 pour les concerts de pipeau et violon et phares au xénon pour éblouir le piéton qui se rend aux urnes. Bon c’est vrai, elle consomme 15 litres au cent, mais comme c’est vous qui payé ….


            • PhilVite PhilVite 5 mars 2012 13:05

              Ouais ! Et plus question de chercher du travail ! On pédalera dans les nuages au milieu des petits lapins et on se payera une tranche de bonheur, une bonne tranche de tagada tsoin-tsoin avec la fille du coupeur de joints... smiley


              • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 mars 2012 13:23

                Vous avez raison, tout n’est pas si noir, il y a des lueurs de temps en temps. Merci de me donner l’occasion de rappeller que samedi soir, « les professionnels de la profession » et ce cher public des « Victoires » viennent de se souvenir, au bout de 35 ans, que HF. Thiefaine existait.
                Il était temps. D’habitude, les hommages de ce genre ont lieu au Père Lachaise ou au Montparnasse, avec une rose rouge à la main.
                Et les fleurs, c’est périssable...c’est Brel qui me l’a dit.
                Mais là, après consultation des trygycérides et des arbres bronchiques, ils ont décidé de se dépêcher pour HFT et la veuve de Fred, lequel avait eu l’autre fois la mauvaise idée de les surprendre en partant en un mois, alors qu’ils étaient tous en train de bronzer aux Maldives.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 mars 2012 14:53

                Sandro,35 ans qu’ils oublient Thiefaine,des dingues et des paumés quoi !
                Mais bon il a finit par arriver par l’ascensseur de 22h43,avec Lorolei,qu’il avait aimé dans les mais !


              • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 mars 2012 15:01

                @Aita Pea Pea :
                Non, je suis obligé de corriger : il est arrivé sur un vol de la « Noctalopus Airlines », en compagnie de la «  femme de Loth ». Je suis formel.
                Il avait un peu mal à l’estomac, mais il a pris à temps un « Malox Texas Blues ».
                Ca va mieux depuis.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 mars 2012 15:12

                J’etais mal infomé alors !Mais egal a lui meme,sans fragments d’hébétude,il avait la splendeur d’un enterrement de 1ere classe,et n’était pas timide comme un enfant mort-né.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 mars 2012 13:46

                Bonjour Sandro,beau texte mais comme tous les politicens ,et comme le disait notre philosophe Alain,vous nous jouez du pipeau :
                La nuit vous mentez
                Vous prenez des trains à travers la plaine
                Vous avez dans les bottes des montagnes de questions
                Mais subsiste encore votre égo.
                Et pour les 100 premieres journées du mandat,je crains que ce ne soit au son des Marquis de Sade ,Na !!!!!


                • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 mars 2012 14:42

                  Ah, quelqu’un (une) qui sait me prendre par les sentiments ( un ancien du site revenu sous un autre nom ?)
                  « Notre philosophe Alain », c’est pas mal, ça lui aurait sans doute plu, mais il ne l’aurait jamais avoué...trop pudique.


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 mars 2012 14:58

                  Sandro,ia orana comme on dit aux antipodes.Je suis un nouveau,mais vous ai déjà lu avec plaisir depuis des années.


                • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 mars 2012 15:10

                  Mauruuru.
                  Bonjour à votre fenua et à votre fare. Bon maha. Méfiez-vous des fraanis, pei...
                  Préférez les italiens...


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 mars 2012 17:59

                  Hi a ,Sandro,j’suis qu’un popaa farani ,un taioro revenu il y a peu du fénua ,révant encore la nuit d’un bon poisson cru au lait de coco.


                • Yohan Yohan 5 mars 2012 15:05

                  Salut Sandro.
                  J’ai hâte que tout cela se termine au plus vite. Une campagne, cela s’appelle, drôle de nom...En tout cas, l’air y est vicié et ça sent le purin. Il n’y aura pas de joie au bout, quoi qu’il arrive, c’est sûr. Il n’y a que les gogos qui croient qu’avec de la poudre de perlimpinpin, on peut changer le crapaud en princesse bandante. smiley


                  • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 mars 2012 15:21

                    Salut Yohan.
                    Pour étre sérieux 1 mn 30, je dirais que le vrai problème pour moi, en dehors de l’offre décevante, c’est que fondamentalement, dès l’âge de 20 ans, j’ai compris que la (ou Le) politique était impuissante sur les grands drames ( comme les grandes joies) d’un individu.
                    Je ne crois pas que la politique puisse changer ma vie, en bien ou en mal.
                    Le politique est étanche aux bonheurs/ malheurs humains.
                    Ce n’est ni la gauche ni la droite ni la merluche qui empêchera qu’un type prenne le vol AF 444 de Rio à Paris le jour où il ne fallait pas et finisse à la baille nourir les poissons en faisant veuve et orphelins.
                    Et tout le reste est branlette. Il n’y a que les encartés, les syndicalistes ou les naifs de moins de 30 ans qui peuvent croire une seconde que la politique change la vie. Plus ceux qui vivent, de près ou de loin, de la « politicaillerie ». En comptant les familles, ça fait à peu près 30% du corps électoral.

                    Et comme aucune politique ne nous empéchera de crever, de chopper le crabe, d’étre cocu ou de se faire suriner dans un parking, la seule chose qu’on leur demande, c’est de nous lâcher la grappe en attendant. Or, il y a consensus aujourd’hui sur les mesures de « politiquement correct » qui gonflent presque tout le monde (radars à tous les coins de rue, fumeurs traqués comme jadis les délinquants, etc).
                    Sur ces sujets, aucun ne se démarque ni n’a le courage de dire « halte au feu ».
                    Donc, pourquoi faire croire à ces bouffons( bouffonnes) qu’ils sont dignes de me représenter ?


                    • Argo Argo 5 mars 2012 18:36

                      Salut Sandro,

                      Je te trouve dur avec MPokora. Je l’étais moi aussi. J’ai changé d’avis le jour où Whitney Houston est morte, quand les radios ont passé ses chansons en boucle pendant plusieurs jours. Au fond, je souhaite à MPokora, Y Noah, Christophe Mahé et pleins d’autres de vivre vieux. Très vieux.

                      • SANDRO FERRETTI SANDRO 5 mars 2012 18:57

                        Ave, Amiral
                        Ouais, je vois ce que tu veux dire.
                        Mais sur Raphaêl, je reste ferme : rizière obligatoire.
                        Si Pol Poth n’est plus disponible, on mettra Paul Beuscher et sa méthode de guitare qui nique les doigts.
                        Avant qu’il nous fasse l’ « Alléluiah » comme le regretté Jeff Buckley, de l’eau aura passé sous les ponts.


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 mars 2012 19:10

                        Sandro,pour l’hallé....c’etait un morceau du grand Cohen,mais c’est vrai que la version du Jeff dépasse le maitre,et ce jeu de guitare,en chantant,vaut mille graces.


                      • COVADONGA722 COVADONGA722 5 mars 2012 19:08

                        yep , Monsieur Sandro de passage , la journée enchainé aux machines n’aura pas été
                        que lassitude , ces salopes dévorent le carton mais des lambeaux de nos vie mon ami* « con permesso »Que n’ai je vos mots et votre distance pour dire le degout du spectacle offert par « l’étrange lucarne » Comme d’hab vous visez juste .
                        Pour le crabe je fais de mon mieux comme beaucoup , quand aux dés pipés de la politique pfff ils me sont tombés des doigts fort tot .
                        A vous croiser de nouveau
                        Asinus


                        • SATURNE SATURNE 5 mars 2012 21:11

                          Sandro,
                          Superbe texte, comme d’habitude.
                          Vous avez la désespérance polie, c’est à dire celle de l’humour et de l’ironie.
                          Mais, à regarder votre score de satisfaits, vous avez dû froisser tous les « encartés » et les idéologues du site, qui croient (ou font semblant de croire) que la politique va changer leur sort...
                          A moins que vous ne trimballiez à vos basques une cohorte de jaloux de votre plume, ceux qui écrivent leurs articles avec leurs doigts de pied et sans humour, et qui « moinssent » en silence.
                          Ouh, pas beau l’avion...


                          • Iren-Nao 6 mars 2012 05:15

                            Decidemment vous pondez du bien sympathique Sandro.

                            Merci a vous, beaucoup !

                            Iren-Nao


                            • Ariane Walter Ariane Walter 6 mars 2012 09:34

                              Très beau texte. La vie, quand on la vit, a l’air très calme. Ce sont les mots qui permettent de connaître sa force, son tumulte et quand nous rions, d’être sur le radeau qui permet d’échapper au naufrage.


                              • gordon71 gordon71 11 mars 2012 15:07

                                jour

                                 sinon le jour des élection on peut aussi essayer de faire hennir les chevaux 
                                1. A l’arrière des dauphines...

                                • SANDRO FERRETTI SANDRO 11 mars 2012 15:21

                                  Ouaips...
                                  ou « l’écheveau du plaisir ».
                                  Car l’ami Jean Fauque, un artiste de contre-bande, avait planqué plein de double sens grivois dans cette Jospéhine ( comme dans bien d’autres titres, du reste).
                                  Effectivement, on peut délaisser les grands axes et prendre la contre-allée. Beaucoup de dauphines, à cette époque, n’étaient pas contre.


                                • Abou Antoun Abou Antoun 11 mars 2012 23:47

                                  Voilà que cette élection prend un tour sérieux. Enfin un programme pour nous faire rêver.
                                  Je n’ai que deux revendications à ajouter :
                                  -Autoriser les couloirs de bus aux belles japonaises. Les Harley sont des machines pour vieux beaux pour leur donner l’impression qu’ils enfourchent encore quelque chose.
                                  -Négocier avec la camarde le retour de Tonton Georges. Je sais que ce sera difficile car il s’est payé sa tronche publiquement.
                                  -Attribution systématique de la légion d’honneur aux fumeurs invétérés qui clabotent à l’âge de la retraite et qu’un monument leur soit élevé sur une grande place parisienne.
                                  Pour le reste ça me parait parfait.
                                  Merci l’auteur, avec vous la campagne est moins chiante.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès