• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > La ligne est coupée…

La ligne est coupée…

En direct de ma Segpa

Phénomène de société.

Le téléphone rapproche les hommes ! C'est du moins ce qu'on veut nous laisser croire et les tenants de ce phénomène qui n'en finit pas de modifier radicalement les relations humaines se gargarisent des innombrables avantages de leur insupportable petit engin. Je ne vais pas revenir sur les désastres qu'il provoque dans le champ de la courtoisie et des bonnes manières, il n'est ici que le reflet d'une éducation sociale en décrépitude.

C'est dans le cadre de notre école qu'il a considérablement interféré sur le fonctionnement de la scolarité de nos si chères têtes blondes, brunes, frisées, rases, peintes ou dressées. Il est le cauchemar des enseignants à moins que ceux-ci s'en servent avec la même frénésie que leurs élèves (ce qui est de plus en plus le cas).

Bien qu'interdit, il est toujours en action. Ils sont même devenus le seul sujet de préoccupation d'élèves qui n'apprennent plus rien dans nos murs. La communication a glissée sous la table, elle en a profité pour se situer désormais au ras des pâquerettes dans une logique géométrique qui n'échappera à personne. On s'échange joyeusement mots orduriers et propos scabreux, messages torrides et photographies douteuses.

Bien sûr, le fameux « Il est interdit d'interdire ce qui fait vivre la machine à fric » pousse sa logique à ne pas équiper les établissements de brouilleurs. Ils seraient d'ailleurs particulièrement mal venus auprès des mes collègues qui ne cessent, eux aussi, de s'évader de ces lieux honnis par la petite boîte magique.

Le seul avantage que je vois désormais à cette maudite machine infernale c'est la possibilité de faire venir dans la presque minute, des parents lorsque nous réussissons à prendre en flagrant délit un chenapan communiquant. C'est presque automatique, des familles qui ne répondent désormais plus jamais à nos invitations, nos demandes, nos convocations, le cas échéant, sortent soudain de leur cachette pour réclamer à hauts cris cet instrument vital pour leur enfant …

C'est alors que surgit un autre mystère de taille. Comment ont-ils su ? Eux qu'il n'est plus possible de joindre, eux qui, si on en croit les remarques innocentes de leur rejeton, n'ont plus de téléphone, sont prévenus par des voies bien mystérieuses et d'une rare efficacité. Il serait sans doute très pertinent que des ingénieurs se penchent sur ce qui pourrait constituer une nouvelle révolution technologique : la transmission de pensée ….

Car, voyez-vous, le grand, le formidable apport du téléphone portable à la scolarité c'est la rupture totale et définitive du lien entre les parents en difficulté et l'institution scolaire. Plus l'élève pose problème, plus sa famille est sujette au changement d'opérateur. Le mouvement est si rapide qu'il est impossible de l'accompagner, les secrétariats ne savent plus à quel numéro se vouer.

Bien vite même, l'enfant se fait complice et affirme que ses parents n'ont plus de ligne, qu'on leur a coupée, qu'il ne connaît pas le nouveau numéro ou même qu'on lui a interdit de le communiquer. « Circulez, il n'y a plus rien à voir avec nous. Nous ne voulons plus être ennuyés par l'école, nous ne sommes plus là pour personne ! »

Ce phénomène a bien des répercussions. Il est parfois impossible de joindre une famille alors que leur enfant est conduit à l'hôpital. C'est ce cas extrême qui démontre la folie d'une telle attitude, mais on n'est plus à une contradiction près dans ce monde de la liberté absolue. Le plus souvent, c'est la fin définitive du lien entre la famille et l'école. Nos appels sont sans réponse, nos lettres suivent la même impasse. Les mots sur le carnet de correspondance ne sont pas plus lus …

Des familles ont rompu le contact. Ces parents ne viennent plus chercher les bulletins, ils se présentent pas plus à un Conseil de vie scolaire ou pire encore à un conseil de discipline dont leur enfant est la vedette unique. Ils disparaissent totalement de la circulation et l'on se surprend alors à ne plus avoir de prise sur un élève totalement ingérable désormais !

Il y a dans ce comportement quelque chose qui relève de la cassure du contrat social. L'impunité qui accompagne cette stratégie folle est bien la preuve de la renonciation de l'état à défendre des valeurs à minima du lien qui devrait s'établir entre un citoyen et les services publics. C'est encore la démonstration que plus rien n'est fait pour sauver l'école. On accepte ainsi d'en faire un lieu de non droit, un espace ingérable où les familles peuvent se désengager sans aucun moyen de recours.

Je pourrais vous évoquer des cas individuels, des élèves pour lesquels nous ne joignons plus les parents depuis près de deux ans. Il est hélas inutile de décrire leur comportement, vous devez vous en douter. Si vous êtes de leurs intimes, passez leur un coup de fil pour les rappeler à leur devoir de parent. Nous n'avons plus de numéro pour le faire !

Incommunicablement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 30 mai 2013 10:11

    Bonjour

    Nos enfants et les adultes infantilisés on besoin de doudou
    Selon cette dépêche, [LONDRES (AFP) - "Les utilisateurs de téléphones portables peuvent ressentir du stress et de l’anxiété s’ils se trouvent séparés de leur téléphone portable pour une période prolongée, selon une étude britannique publiée jeudi.90% des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête ont affirmé ne pas pouvoir s’empêcher de consulter leur téléphone au moins une fois par heure.Quatre personnes sur cinq disent se sentir mal à l’aise si leur téléphone est hors de portée pour une période prolongée et 84% ne laissent jamais leur portable hors de vue.Perdre son portable est pire que perdre son porte-feuille ou ses clés de maison pour 60% des personnes ayant participé au sondage. Pour une personne sur 7, être séparé de son portable se traduit par un sentiment d’anxiété ."Les gens commencent à considérer leur téléphone portable comme un être humain car il symbolise contact, amitié et attention", a commenté le docteur David Nott, spécialiste des addictions au Priory hospital de Southampton (sud de l’Angleterre), consulté dans le cadre de cette enquête".]
    Le téléphone portable, dont l’absence peut être discriminante, est devenu un gadget de destruction massive-]



    • gaijin gaijin 30 mai 2013 10:49

      zen
      oui mais je crois que c’est plus profond qu’une question de doudou
      le portable est la dernière chose qui donne l’ illusion de faire partie d’une société de plus en plus désagrégée
      de plus en nous reliant a « l’ailleurs » il nous préserve de la réalité de ce qui est ici .........réalité de moins en moins construite et par conséquent de plus en plus vide

      sans le portable les utilisateurs addicts prennent conscience qu’ils sont eux mêmes devenus des êtres virtuels


    • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 11:57

      ZEN


      Et bien stresson-les six ou sempt heures par jour

      Ils le seront plus encore quand ils découvriront leur inculture pathologique !

    • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 11:57

      gaijin 


      Je ne suis donc pas de cette société et c’est tant mieux ! 

    • gaijin gaijin 30 mai 2013 16:31

      nabum
      bienvenue dans la résistance .....


    • lucille lucille 30 mai 2013 10:57

      Bonjour Nabum,

      Après la part donée, j’étais fatigué. Me voilà reposé.
      Un bon café-lecture en vue.


      • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 11:52

        Lucille


        Soyez détendue !

      • lucille lucille 30 mai 2013 17:41

        Nabum
        .
        Me défendez-vous de la réflexion ?


      • gaijin gaijin 30 mai 2013 11:02

        nabum
        il n’ y a plus d’abonné......... ?
        mais est ce si étonnant ?
        qu’attendent élèves et parents de l’école ?
        rien ! ce n’est plus qu’une obligation vide de sens
        coluche disait il y a déjà une génération
        « si tu travaille bien a l’école tu pourras devenir chômeur comme ton père »
        https://www.youtube.com/watch?v=8xW7p63gTUY
         smiley


        • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 11:53

          gaijin


          L’école n’a pas pour but de donner un travail mais une instruction.

          Il y a une grande confusion entretenue par les libéraux.

        • gaijin gaijin 30 mai 2013 16:51

          « L’école n’a pas pour but de donner un travail mais une instruction »

          ah bon ?
          j’ai pourtant passé pas mal de temps a l’école et ça m’a échappé
          j’ai toujours entendu dire que l’ important c’était d’avoir de bonnes notes pour « passer » et avoir un bon métier plus tard.....
          que si je travaillais mal je finirais dans un métier manuel ......
          c’était aussi le discours des professeurs.
          et quand en philosophie j’ai eut l’outrecuidance de faire preuve d’indépendance de la pensée je me suis fait royalement latter .....

          l’instruction ? la connaissance ?
          tout le monde s’en tape ......où presque
          on est censés être de bons perroquets a l’image de nos enseignants pour être de bons consommateurs bien dociles voilà les faits.
          et si les parents de vos élèves ont ce type d’attitude c’est probablement aussi parce qu’ils perçoivent cela sans avoir peut être les moyens de comprendre et d’analyser

          il y a une dichotomie entre le discours et le réel et ils n’ont pas besoin de connaître le mot pour savoir qu’ils l’ont dans l’os ......


        • oncle archibald 30 mai 2013 11:05

          Le 22 à Asnières ... Allo Tonton ? Pourquoi tu tousses ??? J’aime bien votre clin d’oeil à ce grand maître du rire ... 

          Pour le fond du problème ... Heureusement que la mode n’était pas encore à un enfant = un portable lorsque nos rejetons étaient au lycée ... Nos finances plutôt justes n’auraient pas pu faire face à trois abonnements en plus des nôtres ... Rassurez vous « les nôtres » se résumaient à une ligne fixe pro indispensable et une ligne fixe privée tout aussi indispensable. Maintenant que je ne travaille plus la ligne pro a été remplacée par une ligne de portable avec abonnement « a minima »... Mon premier portable je l’ai eu à 68 ans !!! Et c’est juste pour dire à quelle heure je vais arriver quand je rentre de la pêche !

          Avec le recul je m’attriste de voir comment des familles ou le budget est serré voire pire que serré sacrifient l’essentiel pour payer le futile, l’inutile, le nuisible .. mais comment faire autrement sans rendre nos chérubins malheureux .. tous les autres gamins ont des portables et il faudrait sans doute beaucoup de séances de psy pour effacer les traces de cet affreux traumatisme de n’être pas « comme les autres »... 

          Mais quoi .. ?? N’était-ce pas la même chose avec la télé .. Nos enfants étaient parmi les rarissimes de leurs classes dont les parents n’avaient pas de télé à la maison ... par choix bien assumé et pour que reste encore un brin « d’espace temps pour les dialogues » lorsque je rentrais tard le soir ... Pendant un temps les enfants en ont souffert, ils le cachaient à leurs copains, et puis un jour ils ont découvert que la situation pouvait se retourner à leur avantage et après un virage à 180 degrés ont décrété que c’était le must du must de ne pas avoir cette machine à abrutir chez soi ... 

          Ils ont la quarantaine maintenant et je ne vois aucune trace « d’affreux traumatisme » chez eux, peut être même au contraire, ils me paraissent plutôt plus équilibrés et libres que beaucoup de leurs potes du même âge ... Enfin .. Je dis peut être ça parce que je suis leur père ...

          • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 11:55

            oncle archibald


            Le futile est à la mode Canal + est la chaîne du futile et de la dérision. Comment échapper à l’injonction consumériste ?
            Plus on est fragile et plus on tombe dans ce piège affreux qui réduit les humains à n’être que de sporte-monnaies stupides.

          • spartacus spartacus 30 mai 2013 12:48

            la cassure du contrat social.....L’état qui défendrait des « valeurs »  smiley  smiley  smiley


            C’est bien le problème Français ! Vouloir imposer du social partout au lieu de considérer que le social est l’affaire des organismes dédiés à cela comme la CAF. 
            Considérer l’état comme défendeur de valeurs alors qu’il n’est que la caisse de résonance de groupes de pression. 

            L’école c’est pour instruire. C’est pas pour faire du social. 
            La sécu c’est de l’assurance maladie ou de l’assurance retraite.
            Le pole emploi c’est pour trouver des emploi et gérer l’assurance chômage, pas pour faire du Social.

            • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 18:38

              spartacus


              Il suffirait d’éliminer une bonne motié de la population pour que tout fonctionne selon vos critères.
              Ne désespérez pas, des tenants de cette radicalité existent da ns les allées du pouvoir. Patience, votre monde idylique est pour bientôt

            • Jean-Philippe 30 mai 2013 13:42

              Bonjour,

              Je crois pour ma part que les outils ne font jamais que refléter nos cultures.
              Donc je crois que le problème n’est pas dans le téléphone, mais dans l’Homme qui l’utilise.
              Le téléphone est un moyen comme un autre de mesurer l’évolution de notre rapport à autrui, en fait la montée d’un individualisme de confort, permis par une société d’abondance.
              Individualisme et ... relâchement, pour beaucoup, beaucoup de ces parents.
              Qu’on ne s’y trompe pas : ils sont eux-mêmes victimes de ce laisser-aller. Ils aimeraient en fait y mettre fin, seulement, ils n’en ont pas la force, ne sont pas prêts à en payer le prix.
              En cela, ils sont représentatifs de toute une société, qui a récolté les fruits de l’abondance, et espère que ça pourra toujours durer, surtout sans se poser de question.
              Je crois les désillusions profondes et proches.
              Spartacus, votre sens de l’ordre vous honore, mais sachez le, il y a du social dès qu’un Homme parle à un Homme, et ce quel que soit le contexte. Le social, ce n’est pas la mendicité. Le social, c’est vouloir prendre du recul dans l’action en vue de l’intérêt de tous. A ne pas confondre avec le politique, qui est l’organisation de la société.
              C’est un luxe que d’avoir pu transférer le social de la famille à la société. Car elle le fait souvent mieux que ne le faisait la famille.
              C’est Nabum, je crois que vous ressemblez davantage que vous ne le pensez aux libéraux.
              L’injonction consumériste ? C’est la vie. Simplement, consommer trop peu, c’est mourir, consommer trop c’est aussi mourir, la difficulté, pour chacun d’entre nous, est de trouver le juste milieu.
              Cela dit, si l’injonction consumériste c’est faite si forte, c’est parce que notre société est malade. Au point où nous en sommes, j’ai d’ailleurs de nombreuses raisons de penser qu’elle va mourir, et ce dans les dix ans qui viennent.
              Alors le reste n’a peut-être plus beaucoup d’importance.


              • spartacus spartacus 30 mai 2013 14:01

                @jean Philippe

                C’est un luxe que d’avoir pu transférer le social de la famille à la société. Car elle le fait souvent mieux que ne le faisait la famille.
                D’ou tenez vous cette affirmation qui n’est que dogmatique ?
                Ce n’est pas un luxe, c’est une victoire de groupe de pression.
                Bien au contraire, cette mentalité déresponsabilise l’individu. L’aide sociale volontaire est plus efficace que l’aide d’état. 

                Quand à votre affirmation elle est fausse. Les résultats sur le terrain montrent qu’en réalité, en fait de social étatique, tout le monde tente de prendre sa part du social aux dépens de tout les autres. (sécu, régimes spéciaux, statuts, subventions, aides).
                Vous croyez que la majeure partie du social étatique est donné aux plus pauvres ou au plus grands groupes de pression ? 

              • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 18:40

                Jean-Philippe


                Dix ans ... et ce système ignoble ne sera plus ?

                J’attends !

                Merci, vous me redonnez espoir

              • Jean-Philippe 30 mai 2013 22:33

                Bonjour,

                SpartaKus, tiens donc, mes affirmations sont dogmatiques et fausses ! Eh bien, je vais apprendre, j’ignorais même l’existence d’un dogme dans le domaine !
                En fait, ce sont des modélisations un peu pointues, et le regard d’un acteur du social qui me font tenir ces propos. Car oui, j’ai été accompagnateur social ou d’insertion, dans le cadre du dispositif RMI, j’ai siégé à la CLI qui était la gestionnaire locale de ce dispositif, j’ai par la suite géré des structures du social, dont une mission locale, structure visant à favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes. J’ai eu à concevoir, mettre en oeuvre et gérer des dispositifs d’aide à l’insertion, et je connais donc le secteur social depuis sa pratique de terrain jusqu’à sa conception et son financement. Je dispose donc d’un peu de recul sur ces questions, ayant parfois trouvé le temps de me demander ce que je faisais et à quoi ça servait.
                Mais c’est une autre passion, pour le vivant en général et l’Homme en particulier, qui m’a soufflé les réponses qui vous font tiquer. Je connais donc, parfois de manière assez pointue, éthologie, psychologie, neurologie, génétique ... j’ai donc des idées assez précises sur le fonctionnement du bonhomme, et par extension sur le fonctionnement social, car celui-ci est borné par le fonctionnement humain. Ce sont ces connaissances qui me font croire, sans beaucoup de doute, qu’aussi lacunaire que soit notre système actuel, il vaut avantageusement ce dont bénéficiaient les sociétés qui nous ont précédées.
                Je ne renterai pas ici de vous expliquer les éléments qui motivent ma réponse. Je vous ferais simplement remarquer quelque chose. C’est par abus de langage que j’ai évoqué une substitution. En vérité, il n’y a pas eu substitution, mais ajout d’un système social. Car la solidarité intra familiale fonctionne toujours, et est même encouragée fiscalement, tout comme la solidarité sociale. Alors certes, l’ajout de ce système a contribué à parfois déresponsabiliser les individus.
                Mais votre positionnement impliquerait que la mise en oeuvre des dispositifs sociaux a fait plus de dégâts qu’elle n’a soulagé. Je n’en crois rien, et suis même bien certain du contraire.
                Et d’ailleurs, le peu que je sais de l’histoire, et des modes de vie associés, ne m’incite guère à rêver d’un retour en arrière.

                Hélas, C’est Naboum, j’ai bien peur que les changements qui s’annoncent, à l’échelle mondiale, ne nous fassent regretter longtemps la période d’abondance qui nous permettait de nous plaindre bien fort ...


              • spartacus spartacus 31 mai 2013 12:39

                @Jean Philippe,


                Donc si on analyse votre expérience, comme salarié de l’aide sociale, vous avez profité de l’argent destiné au social, la mission d’aide sociale profite elle aussi de cet argent. Bien entendu comme spécialiste du fonctionnement social, vous ne pouvez nier que chaque aide sociale mise en place c’est accompagné de nouveaux organismes.
                Dans une foultitude d’organismes, ville, région, département conseil généraux associations, cela c’est accompagné d’embauches de gens salariés par l’aide sociale. 
                Ces organismes font tous double emploi et on étés créé pour créer des emplois administratifs sur le compte de l’aide sociale. 
                Jamais l’aide sociale n’a été informatisée pour que les ayants droit bénéficient sans demander, sinon on aurait licencié tous ces gens qui se « chargent » de l’aide sociale.
                Par ailleurs, vous avez indiqué bien connaitre l’humain, 33% des aides des ayants droits en France ne sont pas réclamées. Il y a certes le coté complexe, mais vous ne pouvez nier qu’une grande partiedes ayants droit ne souhaite pas être distingué, ni reconnu ou fiché dans la charité étatique, et seul peut venir en aide à ces gens une aide discrète et individuelle privée.


                1-L’aide sociale par l’état est déresponsabilisante. Elle a transformé le Français en égoïste. 

                Si on compare aux USA, pays ultra décrié par les ignorants, par exemple, 48% des adultes actifs donnent spontanément une partie de leur temps à une association caritative et 89 % des foyers donnent spontanément de l’argent. 

                Les organisations caritatives utilisent 6 millions de bénévoles et 7 millions de salariés, soit plus de 10 % de l’activité économique du pays. 

                Les organisations privées sont libres de leurs critères, et donc vont là ou c’est nécessaire, là ou en France les besoins sont établit en fonction de critères. 

                L’aide sociale par l’état est contrainte sur les contribuables, et elle est dirigée en fonction de critères contractuels, et phagocyté par le système redistributif. 

                L’aide sociale privée est volontaire, elle est donnée avec engagement, dirigée sur des besoins direct, elle est donc plus efficace et l’argent est mieux utilisé et n’est pas perdu par les structures.


                Mais que voulez vous, en France les gens apprennent en lavage de cerveau à l’école que l’état est « régulateur », jamais présenté comme organisation soumise à groupe de pression. La mondialisation présentée obligatoirement à charge, et les manuels oublient de dire qu’elle a diminué la malnutrition dans le monde. 

                http://lequidampost.fr/2012-a-ete-la-meilleure-annee-dans-lhistoire-du-monde/


              • oncle archibald 30 mai 2013 15:16

                Et qu’adviendrait-il si vous les enseignants brimés disiez enfin haut et fort la vérité ?? Que vous ne pouvez plus faire votre métier dans les conditions d’impolitesse et de je-m’en-foutisme que trainent avec eux un trop grand nombre de vos élèves ?? 

                Si vous donniez de grands coups de poings sur la table en exigeant un retour aux conditions qui permettraient l’épanouissement de ceux qui sont venus en cours pour apprendre et non pas pour papoter et rigoler avec les copains et les copines ?? Si vous exigiez que ceux qui y viennent pour ne rien foutre soient exclus de vos établissements ?? Si vous disiez aux parents ce que l’on vous oblige à faire pour qu’il y ait un pourcentage flatteur et défini d’avance de reçus au bac ??

                Bac qui ne veut plus rien dire sauf pour ceux qui sont recalés ... Cette première peau d’âne n’est plus la preuve que l’on a reçu une instruction convenable et que l’on est apte à poursuivre des études plus difficiles, elle signifie seulement que ceux qui ont été collés sont de sacrés fainéants même pas foutus de faire le minimum-minomorum nécessaire pour l’obtenir ...

                Mensonges, tromperie, démagogie ! Il y a des brouilleurs de portables dans les théâtres et les cinémas, mais il n’y en a pas dans les établissements scolaires .... Il est quasiment impossible de faire virer un élève malfaisant d’un lycée ... Quelle pitié ! 

                Et il y en a qui s’étonnent que certains parents mettent leurs gnards dans des établissements privés réputés pour la rigueur de la discipline ... On va revenir encore une fois à la sélection par l’argent alors que l’EN fût un temps l’outil merveilleux qui permettait à tous d’accéder au savoir, lui même clef de la réussite sociale ... Bouffe à deux vitesses, médecine à deux vitesses, école à deux vitesses, à défaut d’un vrai métier démerde fraude et débrouille pour réussir à gagner de l’argent .... On va droit dans le mur, ça va être la cata !

                • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 18:43

                  oncle archibald


                  Je fais ici action subversive car je dis la vérité du métier tel que je le vis au quotidien.

                  Bien sûr j’exerce dans des conditions différentes et avec un public particulier. Mais ne désespérons pas, ce qui survient chez nous, arrive un peu plus tard dans le circuit ordinaire.

                  La vérité. Puisqu’il est impossible de la faire remonter par nos instances, je la couche sur la toile.

                • volt volt 30 mai 2013 15:31

                  salut C’est Nabum,


                  vous dites le savoir-vivre est attaqué, mais c’est bien plus, il faut ici savoir être parano.
                  Jean-Philippe emploie l’expression « l’Homme qui l’utilise », c’est très mignon, parce que c’est valable pour sa génération... 
                  je n’irais pas jusqu’à pousser le curseur au point de dénier le mot « Homme » aux nouvelles générations, mais soyons réalistes, contrairement à gaijin, je pense que parler de « doudou » est très précis, c’est un combat entre homme et machine (je parle nouvelle génération, où une culture de la distanciation, et surtout, c’est le mot, de la « domestication » de la sauvagerie de l’appareil n’a pas lieu), 
                  dans ce combat entre homme et machine donc, l’enjeu n’est rien moins que :
                  la conscience, 
                  et tout éveil au sens large, 
                  car l’appareil décompose, on va dans tous les sens, on est susceptible d’être littéralement « sonné » à tout heure.
                  bilan ? 
                  c’est l’unité qui est attaquée, et un devenir-appendice qui est mis en place.
                  ça peut paraître exagéré, mais je n’ai aucun doute là-dessus : 
                  quand toute possibilité de se centrer est inter-dite, alors, vous pouvez dire adieu à tout espoir d’émergence.

                  de plus vous avez bien raison, très bonne intuition, de songer qu’il serait un réseau derrière le réseau, et que le réseau télépathique aurait en quelque sorte été mis à jour par le réseau cellulaire, j’ai eu l’occasion de le vérifier plus d’une fois, et l’on peut même, en poussant le vice avec certains interlocuteurs, aller jusqu’à prévoir à quel moment de la conversation, et sur quel sujet son phone va sonner, et appelé par qui...

                  L’Homme est derrière nous, mais comme nos reflets sont encore loquaces au miroir des années, nous avons l’impression que les homocules qui gigotent à côté sont encore de la même espèce, belle illusion. 
                  Souvent quand le danger prend les formes du paysage, nous ne pouvons le voir, même après qu’il a frappé.

                  seule solution : bien plus urgent que les cours d’éducation sexuelle ou morale, des cours de domestication de l’appareil ? 
                  inutile, un gosse suivra les lubies de ses parents.
                  et quelle merveilleuse invention : 
                  pouvoir ne plus penser à soi, ne plus voir le monde, ne plus voir sa vie, ne plus, 
                  pouvoir ne plus, et ne plus pouvoir, 
                  ô la joie indicible, ô l’orgasme sans fin et sans fond, et sans fonds, 
                  ô moi réparti entre tous, en finir avec moi, 
                  qui ne demanderait pas ça à corps perdu ?

                  • gaijin gaijin 30 mai 2013 16:58

                    volt
                    j’ai dit que ce n’ était pas précis ?
                    j’ai dit que c’était plus grave que simplement une question d’infantilisme ( il y a tant d’autres doudous ..)
                    et au demeurant ça semble aussi être votre avis non ?
                    « dans ce combat entre homme et machine donc, l’enjeu n’est rien moins que :

                    la conscience, et tout éveil au sens large,  »
                    .......
                    et là je suis bien d’accord ...et précis smiley

                  • volt volt 30 mai 2013 17:22

                    bien d’accord gaijin, j’avoue que je lis trop vite, mais accule pas..


                  • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 18:45

                    Volt


                    Analyse remarquable

                    Ceci est un billet qu’il ne faut pas hésiter à publier.

                    Je vous y encourage.

                  • gordon71 gordon71 30 mai 2013 17:49

                    salut l’orléaniste


                    passez leur un coup de fil pour les rappeler à leur devoir de parent.

                    éventuellement je suggère un bon coup d’autre chose ailleurs.....

                    • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 18:45

                      Gordon


                      Ça me démangge !

                    • ZEN ZEN 30 mai 2013 18:43

                      Et si on inventait le portable pédagogique ?
                      Allo ! non ?


                      • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 18:47

                        ZEN


                        Trop tard ! Le créneau est déja pris.

                        Ils appellent ça des Applis car ils n’ont plus le temps de finir leurs mots et ils vantent les mérites de ce miracle pour réviser le Bac qui de toute manière sera donné au rabais.

                      • urigan 30 mai 2013 18:56

                        Faut pas pleurer comme ça Nabum L’Éducation Nationale est morte et tu vis sa fin.

                        Comme dit Gaijin : "

                        « L’école n’a pas pour but de donner un travail mais une instruction »

                        ah bon ?
                        j’ai pourtant passé pas mal de temps a l’école et ça m’a échappé
                        j’ai toujours entendu dire que l’ important c’était d’avoir de bonnes notes pour « passer » et avoir un bon métier plus tard.....
                        que si je travaillais mal je finirais dans un métier manuel ......
                        c’était aussi le discours des professeurs.
                        et quand en philosophie j’ai eut l’outrecuidance de faire preuve d’indépendance de la pensée je me suis fait royalement latter .....

                        l’instruction ? la connaissance ?
                        tout le monde s’en tape ......où presque
                        on est censés être de bons perroquets a l’image de nos enseignants pour être de bons consommateurs bien dociles voilà les faits.

                        Moi qui était prof dans un Lycée Professionnel, j’ai bien connu les segpa et le travail d’excellence qui s’y faisait. Bref, j’ai vécu aussi ton calvaire et le désintérêt que notre administration manifestait en regard de la formation professionnelle.

                        Que veux-tu, les plombiers bolkensteinniens coûtaient mois cher que nos élèves qui étaient inemployables et qui ne savaient pas travailler.

                        Bref, l’ultra-libéralisme est la consumérisme sont devenus empereur et impératrice de ce monde dit « moderne ».

                        Tu as des élèves, soigne les bien . et fi des programmes qui sont obsolètes, parce que même après avoir obtenu leurs CAP (pour le peu qui l’auront, peu trouveront un travail correspondant.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 30 mai 2013 18:59

                           urigan


                          Je ne vais pas pleurer. 

                          Je dois me plier à la démocratie. Il y a tant de gens qui souhaitent la disparition de cette institution. Laissons donc les faire l’expérience de l’ignorance. Non pas pour eux, mais pour leurs enfants et les enfants de leurs enfants.

                          Ils verront mais ce sera trop tard !

                        • lucille lucille 31 mai 2013 14:52

                          Nabum,
                          .
                          J’ai quitté bon port, j’arrive en gare,
                          mon train bientôt va partir,
                          le temps d’un dernier thé, l’été dansoir.

                          Je ne manquerai pas de venir
                          vous faire un dernier baiser,
                          alors mon ami, la ceinture desserrez.

                          Entrez le plat dessert : « Ok, c’est au quai 7. »


                          • C'est Nabum C’est Nabum 31 mai 2013 16:16

                            Lucille


                            Je suis à l’arrêt justement le long d’un quai ! 

                          • lucille lucille 31 mai 2013 16:20

                            Babum

                            .
                            Mon histoire de 7, la croirez-vous ?


                          • lucille lucille 31 mai 2013 17:06

                            Nabum
                            .
                            Désolé pour le B, j’ai renversé mon thé, sans blaguer.


                          • C'est Nabum C’est Nabum 31 mai 2013 17:18

                            Lucille


                            Épongez je vous prie ! 

                          • lucille lucille 31 mai 2013 17:32

                            Nabum

                            Le clavier est souillé, j’y vais au sèche cheveux.
                            La souris épargnée mais l’écran est verdâtre.

                            Déjavanons ? Un mot inconnu à mon dico.


                            • lucille lucille 31 mai 2013 21:26

                              Nabum
                              .
                              Seriez-vous libre pour sept danses au Carrousele du Louvre ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires