• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > La modernité, c’est ici

La modernité, c’est ici

On nous rebat les oreilles avec l’audace électorale de ces Américains qui n’hésitent pas à élire un semi-Noir à la tête de l’Etat alors que nous Français ferions encore une fixation sur un profil de présidentiable correspondant exactement à la silhouette bonhomme et à la fiche signalétique de Georges Pompidou, estampillé pur produit du terroir ancestral, enfant de la France éternelle plus que lui, tu meurs.

Procès d’intention, bien sûr, et de la pire mauvaise foi.
Car, enfin, jusqu’au 4 novembre dernier, les Amerloques représentaient l’illustration même de la plouquerie high-tech, c’est-à-dire une nation qui, pour avoir marié le top de la technologie avec un gardien de bœufs maqué par des affairistes sans scrupules, en payait les conséquences économiques et militaires.
Avant cela, nous avons démontré que nous pouvions opposer en final d’une élection présidentielle une femme pas encore désexualisée et un descendant d’immigré d’Europe de l’Est, ce qui, il y a encore une génération eût été impensable, la place des Polacks et autres Magyars se trouvant à la mine ou à l’usine, celle des femmes à la cuisine.
Quant à montrer des divorcés le visage pas même flouté à la télé aux heures où les enfants regardent, n’en parlons pas, l’Eglise nous aurait excommuniés aussi sec et en bloc.
 
Un peu Hongrois, un peu Juif, vaguement Grec, hyper Franchouille, élégance de gérant de casino et gouaille d’avocat parigot, homme à femmes comme tous ceux qui, en plus du goût, en ont les moyens sociaux et financiers, Nicolas Sarkozy est notre Obama à nous, origines mêlées et pourtant si délicieusement Français, le matin à la messe, le soir à la...
Avec toutes ces qualités de base pour faire du neuf, il aurait ressemblé à Denzel Washington plutôt qu’à Ben Stiller, c’eût été incontestablement un plus, mais la nature est ainsi faite que, du côté de Budapest, il pousse plus de radis blancs que de cocotiers dorés.
Et pour ce qui en est de Ségolène, on peut bien renauder, faire la moue et se demander si le costard n’était pas un peu trop grand pour elle, il faut bien admettre qu’à côté d’elle Mamie Clinton possède à peu près le même charisme que Ol’John McCain auprès de Barack Obama. Ou, si vous aimez mieux, on jurerait une star de Broadway follement classe accompagnée de sa gouvernante irlando-mexicaine, grande gueule et rase-motte.
 
Vous ai-je convaincus que nos amis d’Amérique, loin de nous devancer, sont une fois de plus à la traîne, tout leur art consistant en fait à faire fructifier nos idées grâce à de bons scénaristes mieux rétribués qu’ici et à la manne de leurs dollars, apparemment inépuisable malgré la crise ?
 
Et puisque à toute fable il faut une morale, elle serait qu’avec Barack on cesse enfin de prêter quelque importance à la nature d’un genre, à la couleur d’une peau comme aux sources d’un sang.

Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Philippe D Philippe D 10 novembre 2008 12:30

    D’autant plus que nos Amis Américains n’ont pas encore inventé le recyclage permanent que nous réussisons si bien en France :
    Leurs candidats présidentiels déboutés n’ont même pas droit à une 2ème ou à une 3ème chance.

    Alors que nous c’est :
    Encore raté ? Recommence encore une fois !


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 10 novembre 2008 12:30

      Exact et joliment tourné.
      Sauf un point : "Sarkozy le matin à la messe", vous avez vu ça où ?
      Bref, pour faire une rime( méme pas riche, la povre) , vous étes laissé aller à une approximation qui explique probablement le ressentiment de FR3 à votre endroit....


      • Traroth Traroth 10 novembre 2008 14:02

        Le chanoine du Latran ? Dans ses déclarations de foi incessantes, peut-être ? "Un homme qui croit, c’est un homme qui espère", cité un nombre incroyable de fois par le dirigeant de notre nation laïque...


      • ARMINIUS ARMINIUS 10 novembre 2008 15:36

        Plume bien taillée et trempée dans une encre bien sympathique. De plus pas besoin de révélateur, c’est simple clair
        et non dénué d’humour, encore...


        • Daniel Roux Daniel R 10 novembre 2008 18:34

          La modernité n’est pas dans ces détails sans importance. La modernité serait de faire vraiment de la Politique, c’est à dire, en vrac :

          - Renoncer à la démagogie et au populisme et les dénoncer sévèrement.

          - Redéfinir le contrat social en rééquilibrant les droits et devoirs des différentes classes sociales.

          - Limiter l’enrichissement personnel à des niveaux décents et donc la transmission des patrimoines.

          - Respecter strictement la Constitution et la séparation des pouvoirs.

          - Rééquilibrer les rapports entre les élus et le peuple en créant un Code de l’élu, définissant ces droits et devoirs, prévoyant des procédures, une police, un tribunal indépendant et des sanctions réelles en cas de faute avérée à quelque niveau que ce soit.

          - Libérer le pouvoir judiciaire et législatif de la tutelle de l’exécutif.

          - Considérer les Français comme des citoyens et non comme des assujettis qui n’aurait que le droit de voter une fois tous les 5 ans sur un vague programme contenu dans de vagues promesses.

          - Répartir les impôts sur toute la population en fonction des revenus.

          - Assurer à chacun un revenu minimum vital et un logement décent.

          - Cesser de donner au peuple des leçons de morale bourgeoise et hypocrite.

          - Reconnaitre à chacun à le droit de vivre comme il l’entend à condition de ne pas nuire à autrui.

          - Ne pas créer de corvées obligatoires pour quelque cause que ce soit.

          - Respecter les principes de la laïcité dans la vie publique.

          - Interdire l’envoi de soldats à l’extérieur de l’Europe et renoncer à toute forme de colonialisme.

          - Dé-professionaliser la politique en limitant le nombre de mandats et leur durée.

          - Relocaliser les emplois en Europe et favoriser le développement durable en limitant le commerce hors Europe au seul nécessaire.

          - Mettre fin aux abus des entreprises monopolistiques en les transformant en Services publics.
          etc..





          • Mathias Delfe Mathias Delfe 10 novembre 2008 21:04

            Mais vous êtes un vrai socialiste, Daniel ! C’est dingue ! Pas encore éradiqué ? Et vous avez le culot de trouver ça moderne ?
            Il faut qu’ils fassent quoi, les ploutos, pour vous convaincre que l’avenir c’est l’hyperindividualisme, ma gueule et rien d’autre, faire la queue ravi chez Ikea ? La torture ?
            Ca vous pend au nez, mon petit vieux, ça vous apprendra à être aussi rétronaze !


          • Asp Explorer Asp Explorer 10 novembre 2008 22:19


            Renoncer à la démagogie et au populisme et les dénoncer sévèrement.

            Beau programme. Sauf que "la démagogie" et "le populisme", c’est vague. Une idée sera considérée - ou plutôt déconsidérée - comme démagogique ou populiste selon l’opinion de chacun. Par exemple moi, j’estime que le TCE/Lisbonne était indigne d’être voté. J’ai à l’appui de cette opinion toutes sortes d’arguments que j’estime rationnels et très bons. Mais que je ne peux jamais faire valoir car je suis taxé de "démagogue anti-européen qui n’a rien compris". A l’inverse, je considère qu’interdire aux soldats Français se battre à l’étranger est une proposition purement démagogique, car bien-pensante, stupide et contraire à l’intérêt du pays.


          • Daniel Roux Daniel R 11 novembre 2008 08:28

            @ Mathias
            Sait-on jamais au train où vont les choses.

            @ Asp
            Comme il s’agit de politique, les arguments présentés par les partisans du traité de Lisbonne n’étaient pas tenables. Il s’agissait ni plus ni moins que de confisqué encore un peu plus les procédures de décisions et d’empêcher toute alternance socialiste.

            En ce qui concerne les expéditions militaires hors d’Europe, vous auriez peut-être un exemple à citer où il ne s’agissait pas de protéger les intérêts économiques de notre oligarchie en sacrifiant quelques vies au passage ?


          • A. Nonyme Trash Titi 10 novembre 2008 22:24

            Excellent Mathias, ex-ce-llent !


            • caramico 11 novembre 2008 09:56

              Bien dit.

              Bien ri.


              • Céphale Céphale 11 novembre 2008 11:05

                Bravo Mathias !

                Tous les commentaires sont bons jusqu’ici (10 commentaires). Quelle chance que les pisse-froid ne se soient pas encore manifestés !


                • Bois-Guisbert 11 novembre 2008 12:01


                  il faut une morale, elle serait qu’avec Barack on cesse enfin de prêter quelque importance à la nature d’un genre, à la couleur d’une peau comme aux sources d’un sang.


                  Comme si on pouvait faire abstraction de la part africaine de son hérédité et sur l’incidence que cette part aura sur sa manière non seulement de gouverner, mais encore de se comporter en tant que chef d’Etat...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès