Ces gugusses incultes, à l'haleine fétide, mal rasés, aux cheveux longs et gras, aux identités multiples et indéfinies, et aux mœurs dissolus, sont manipulés par des mouvements obscurantistes et archaïques qui avaient réussi, à force de désinformation éhontée, à inverser le résultat du référendum du 29 mai 2005 !

Dernièrement, l'un des leaders de ces forces du mal, un pseudo économiste du Front de gauche, J. Généreux a osé déclarer :

"Les Européens savent comme personne produire des pneus, des meubles ou des produits agricoles, mais ils préfèrent les importer à moindre coût. Pour les dissuader d'acheter à l'extérieur, il suffirait de rétablir des taxes aux frontières de l'Union européenne." [1]

Cet esprit dérangé espère plonger le continent européen dans les terribles années de l'après-guerre, qu'il appelle les Trente glorieuses, où la concurrence, le commerce, l'esprit d'entreprise étaient brimés et bridés ! Un enfer où le plein emploi et la fiscalité oppressante régnaient en compagnie des syndicats révolutionnaires d'obédience bolchevik.

Dans cette entreprise de sabotage, d'autres individus crypto-mélenchonistes répandent des paroles délirantes comme ce Jacques Sapir qui préconise à la gauche française :

"de s'asseoir sur les critères budgétaires imposés par Bruxelles pour donner l'exemple aux autres pays.

Mes chers bambins, le pire est que dans cette histoire, ces funestes paroles de propagande sont parfois publiées dans les médias dominants acquis à la cause de l'Union. Certes, cette pratique chevaleresque - qui consiste à accorder exceptionnellement une minuscule tribune marginale à l'opposition marxistoïde coincée entre deux pages de pub à la fin du journal - est démocratique mais extrêmement dangereuse.

N'ayez crainte, ces gauchistes minoritaires sont peu lus. De plus, l'Union dispose de supporters à gauche, de hauts responsables, équilibrés, et surtout normaux qui défendent avec acharnement la justice sociale et la démocratie de l'Union européenne, parfois au prix de grands écarts dialectiques dignes des plus grands gymnastes...

manifesto1.jpg

L'un de nos plus éminents représentants de gauche libérale est ce cher Hrançois Follande qui restera dans l'Histoire grâce à ces paroles visionnaires :

« Nous ne nous opposerons pas à ce traité parce qu'il permet, même s'il est très compliqué (...), de sortir l'Europe de l'impasse. (...) Nous aurons un choix responsable et européen »

Rendons aussi justice à un autre brillant esprit de notre temps, un peu tombé dans l'oubli, Lack Jang :

« Ce texte est un bon texte et il faut que la réponse de la gauche socialiste soit claire, par fidélité aux combats européens que nous avons menés avec François Mitterrand, en harmonie avec les autres partis socialistes européens »

D'ailleurs, depuis 2002, le PS français a opéré une mutation idéologique remarquable qui ferait passer Bony Tlair pour un trotskyste de Lutte Ouvrière. Son adhésion au Manifesto a été sans ambiguïté, au point que la plupart des députés du PSE ont réélu avec enthousiasme notre grand dirigeant, le président B. Marroso !

Enfin, mes chers petits, n'oublions pas nos amis d'Europe Écologie Les Verts, les fers de lance de la croissance du capitalisme vert, dont la devise est "produire plus en polluant propre", qui comptent dans leurs rangs des européens sincères et dévoués, parfois un peu rebelles, mais fidèles et durs au combat comme Moël Namère qui avait déclaré :

« nous voterons pour ce traité parce que nous pensons qu'il est un pas et qu'il y a quelques progrès démocratiques »[2]

Aussi, mes chers enfants ne gobez surtout pas ces histoires à dormir debout qui contestent grossièrement la prospérité européenne. L'Union européenne est un merveilleux système politique, économique et surtout social qui garantit la liberté de travailler ainsi que la concurrence libre et non faussée entre les travailleurs.

euu.jpg

Nos incorruptibles et efficaces dirigeants déjouent les plans machiavéliques des fous de gauche, complètement décomplexés et encore en liberté, qui voudraient revenir aux temps préhistoriques, quand le peuple choisissait librement ses représentants au parlement, et par ricochet au gouvernement.

Imaginez le peuple, cette masse inculte et sanguinaire, fainéante et revancharde , légiférer et réglementer pour garantir une école gratuite, un système de santé de gratuit, des services publics bon marché, la planification écologique, la nationalisation du secteur bancaire, les 32 heures par semaine, l'encadrement des loyers, la retraite à taux plein à 60 ans pour tous, le revenu maximal dans tous les secteurs, des taxes sur les produits importés contrevenants aux normes sociales et environnementales ? Ce serait la révolution citoyenne ! L'assemblée constituante !

Fort heureusement, l'Union nous préserve de ces desseins cauchemardesques de rupture avec la mondialisation heureuse, le libre-échange sans entrave et le merveilleux dumping social. [3]

D'ailleurs, dans le cadre du Traité de Lisbonne modifié, l'UE créera très prochainement un super ministre des finances de l'Union comme l'a déclaré le génial Jean-Tlaude Crichet dans les colonnes du bloug du journaliste d'investigation Qean Juatremer :

« Je pourrais imaginer que les autorités européennes aient le droit d’opposer leur veto à certaines décisions de politique économique nationale. Cette compétence pourrait en particulier concerner les principaux postes de dépense budgétaires et les facteurs déterminants pour la compétitivité du pays » [4]

Néanmoins mes chers enfants, je ne vous cache pas que la prospérité de l'Union cause parfois des difficultés passagères et marginales, notamment en matière budgétaire, en raison de l'attitude irresponsable de petits pays qui ont voulu s'affranchir des règles gravées dans les tables de la loi du traité de Lisbonne...

euuu.jpg

Sachez que la barre est en de très bonnes mains en Grèce, en Espagne et au Portugal où nos amis sociaux-démocrates, après avoir fait illusion et endormi le peuple, administrent avec promptitude et zèle les remèdes du FMI de DSK. Dans quelques semaines, ces pays recouvreront santé et prospérité grâce à la suppression de honteux privilèges, tels que la retraite à 60 ans, le salaire minimum, l'indemnisation du chômage et le fonctionnariat. Les actionnaires devraient enfin vivre décemment et les patrons s'enrichir sans le moindre risque !

L'Union vit seulement une crise de croissance comme un enfant en bonne santé qui grandit à l'adolescence : c'est une preuve de bonne santé économique, sociale et politique !

Mes chères petites têtes blondes, la démocratie est harmonieuse dans l'Union. Elle se déroule sans à-coup grâce au bipartisme entre la droite, voire la droite extrême en cas de difficultés politiques pour contrer les rouges, et la gauche libérale qui donne au libéralisme un visage humain.

Dans ce contexte politique, l'Union européenne a permis des avancées sociales CONSIDÉRABLES : baisses générales de salaires et de pensions de retraites, travail de nuit des femmes, autorisation de la commercialisation des OGM sur la base des études objectives réalisées par les industriels, généralisation des retraites par capitalisation, fin systématique des services publics de l'éducation, de la santé, des transports ferroviaires et des postes et télécommunications, allongement conséquent de la durée des année de cotisation,généralisation de la précarité, massification du chômage, privatisations dans tous les secteurs d'activité !

Dans quelques mois, l'établissement du grand marché transatlantique renforcera la prospérité de la concurrence libre et du dumping social non faussé. Sans l'apport actif de la social-démocratie, de telles avancées sociales auraient été impossibles. Mes petits, soyez rassurés, l'avenir de l'Union est radieux. »

Ryrup Nasmussen

Notes

[1] L'Expansion - Jean-Luc Mélenchon : l'art de tisser sa toile antilibérale

[2] les citations de Hollande, Lang et Mamère sont extraites du NouvelsObs - Traité simplifié : François Hollande votera "oui"

[3] programme partagé du Front de gauche - sortir du traité de Lisbonne

[4] Coulisses de Bruxelles - Jean-Claude Trichet propose un saut fédéral pour sauver l’euro