• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le dernier souffle (précisions)

Le dernier souffle (précisions)

J'ai démarré l'avion ce jour là fatigué, ma femme et mes gosses venaient de me larguer, pas mes crédits, mes espoirs déçus, mon boulot low cost. Enfin, low cost faut le dire vite. J'avais dû aligner 30 000 Euros pour travailler comme co-pilote d'avion, un métier bien payé avant, bien payé et top prestige, comme les anciennes hôtesses de l'air si jolies, belles comme des mannequins pas anorexiques. Et le prestige de l'uniforme faisait que n'importe quel pilote d'avion même moche emballait facile.

Mais voilà, le temps passe et avec lui la jeunesse, l'espoir, les salaires, les retraites, tout. Alors j'ai commencé à déprimer cher. À 15 000 mètres, au milieu des nuages véritables, si blancs et duveteux, ceux gris noirs de mes soucis insurmontables m'encerclèrent en bloc. Des images mainstream communes gore m'envahirent ; plus belle la vie, le 911 et ses terroristes aux cutters, Mérah, la bande à Charlie, tous ces djihadistes novateurs me parlèrent à l'oreille en plein ciel.

Allez fais le, montre leur qui tu es ! Débraye, oublie tout, efface ta vie de merde ! C'était aussi clair que Jeanne d'Arc ! La réflexion superflue, l'action divine !

Alors bon, pour moi qui vivait en Europe et m'intéressait presque à l'histoire, j'ai bien vu que l'espace entre les guerres se rallongeait pensez ; entre la guerre de 1870 et celle de 1914, même pas 45 ans passés. Entre 1918 et 1939, moins de 20 ans ! Normalement, à ce rythme là, vers 1960 la dernière guerre mondiale aurait dû irrupter cash. Je serais pas né...

Mais bon, il paraît qu'on a été sauvés par la bombe atomique.

Mais sauvés de quoi ?

À 28 ans, à la fin du mois, avec mon surendettement et la solitude qui va avec, la fuite de celle que je croyais la femme de ma vie, mes gamins traumatisés par des années de cris de disputes j'y voyais plus clair. J'avais carrément l'impression d'être un pion dans un mauvais jeu vidéo.

En plus le pilote avait pris l'habitude de m'humilier pour le plaisir. Il s'amusait à me prendre pour un con devant tout le monde, sabotait le café en rajoutant des gouttes de kérosène dedans. Alors j'ai entrevu la solution.

Au loin, une montagne nacrée, si petite vue de haut m'apparut comme un refuge définitif qu'il fallait que je percute à fond, une communion ultime avec la nature, la vraie. Le pilote s'était barré comme d'habitude en me laissant les responsabilités du vol. Et puis, depuis le 911, un sas nous séparait des passagers, une porte blindée, avec caméra et tout.

Trop facile, je claquais la porte, enclenchait le pilote automatique vers la descente finale tout en mesurant l'angle précis pour arriver à mes fins. À peu près10 minutes de silence, de méditation solitaire et puis BOUM !

Voilà, c'était sûr, les boîtes noires rouges enregistreraient mon exploit jusqu'à mon dernier souffle. Accompagné de 150 sacrifiés, tel un pharaon du 21ème siècle, je saisirai physiquement les neiges éternelles, je serai enfin reconnu, même à titre posthume.

 

Précisions : il ne s'agit pas de stigmatiser qui que ce soit ici, à commencer le 'responsable qui nous est est désigné aujourd'hui, à savoir le co-pilote de l'avion. Ce texte est à prendre au second degré et tente de traduire un état d'esprit 'suicidaire, proche de la folie réelle, c'est pour cela que je parle de 'voix qui parlent au désespéré, syndromes courants chez les gens très dépressifs.

Première constatation, la présentation des évènements qui nous est faite par le procureur est au minimum étrange. Selon lui, le co-pilote aurait voulu détruire l'avion… Ah bon ?

Sachant qu'il précipitait effectivement l'avion à environ 700 km/h contre une montagne, et si il a réellement activé la manoeuvre fatale, il apparaît évident que le co-pilote voulait détruire, non seulement l'avion, mais lui même plus les passagers, plus l'équipage, ce qui s'apparente qu'on le veuille ou non plus à un attentat terroriste qu'à un suicide. Mais pour le procureur mis en scène devant un drapeau européen, l'important c'est l'avion ?

Ensuite, il nous dit qu'on entend sur les 'bandes de la boîte noire plusieurs appels du pilote qui voulait réintégrer sa place dans le cockpit, bon, d'accord. Mais il nous dit également qu'on perçoit un souffle de respiration jusqu'à la fin, dans la cabine où le co pilote s'est enfermé. J'ignore le niveau de sensibilité des micros connectés aux boîtes noires, mais avec le bruit de fond des réacteurs, est ce possible que le rendu de l'enregistrement soit équivalent à une chaîne hifi haut de gamme avec enregistrement haute définition du support ?

La polémique dans ces conditions est inévitable, et à moins que les boîtes noires des appareils civils soient désormais protégés par le 'secret défense, la seule solution est de rendre publics les enregistrements des boîtes noires pour couper court aux spéculations 'complotistes.

Dans la mesure où cet 'accident a fait 150 morts, les familles des victimes ont le droit de connaître la vérité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 28 mars 2015 09:16

    L’apologie d’un criminel...faites en un film.. !


    • Piere CHALORY Piere Chalory 28 mars 2015 09:36

      @Le p’tit Charles
      j’ai précisé que ce texte était à prendre au second degré, il s’agit d’une interprétation subjective des dernières déclarations ’officielles qui accusent le co-pilote. Ce texte tente également de dénoncer l’absurdité des informations contradictoires et de toutes façon invérifiables que l’on reçoit à longueur de journée, du story telling forcené de chaînes d’informations qui racontent n’importe quoi pourvu que l’audience augmente. . effectivement, si on lit ce texte sans recul, on peut penser ce qu’on veut. Pour ma part je trouve que cette version du co pilote dépressif qui suicide 149 passagers en m^me temps que lui, est pour l’instant sujette à caution, et arrange bien les affaires de la compagnie aérienne, de l’état, et enfin du fabricant de l’avion ; Airbus...


    • Le p’tit Charles 28 mars 2015 09:39

      @Piere Chalory...ça vous regarde...mais je trouve cet article malsain...et inutile.. !

      Bonne journée.

    • Croa Croa 28 mars 2015 23:12

      À Le p’tit Charles,
      *
      Cet article ne fait pas l’apologie d’un crime et le personnage lui-même n’est pas un héraut. Tous les criminels ont droit à une défense et les circonstances atténuantes sont dues aux désespérés. 


    • klendatu2 28 mars 2015 09:29

      Il est à mon avis difficile de trouver à l’origine de cette tragédie une quelconque motivation syndicale, politique, ou religieuse, car dans le cas de ce type de passage à l’acte mélancolique, tout devient nul et non avenu et rien ne vaut plus rien. Il y a bien entendu différents niveaux de profondeur et de gravité, mais le fait est que des gens en proie à la souffrance bipolaire peuvent bien se hisser à un certain niveau de réussite extérieure, et même se révéler nettement plus efficients en phase haute que ne le sont les gens ordinaires. Cependant, lorsqu’ils tombent dans la dépression sans fond, c’est la catastrophe. Dans les cas les plus graves d’accès mélancoliques, ces gens ne « partent » pas seuls, et peuvent le faire avec les proches et l’entourage qui n’a rien demandé.

      Alors, évidemment, si l’on ajoute par dessus tout ça une panne de reconnaissance sociale, une vie affective désastreuse, des chefs et des conditions de travail qui laissent à désirer, les conditions propices à une crise s’en trouvent accélérées.


      • Piere CHALORY Piere Chalory 28 mars 2015 10:38

        @klendatu2

        Merci de votre commentaire pertinent ;

        ’’Alors, évidemment, si l’on ajoute par dessus tout ça une panne de reconnaissance sociale, une vie affective désastreuse, des chefs et des conditions de travail qui laissent à désirer, les conditions propices à une crise s’en trouvent accélérées.’’

        Quand on voit le nombre de suicides assez hallucinant en France, et plus largement dans les pays ’démocratiques civilisés’, chez les jeunes notamment, ont peut m^me s’étonner que finalement les passages à l’acte avec morts ’collatéraux ne soient pas plus nombreux. Quand je pense que dans les années 70 on se plaignait des conditions de travail, de l’avenir incertain ; que dire aujourd’hui ?

      • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 28 mars 2015 21:51

        @Piere Chalory

        2014 :
        55 policiers suicidés
        20 gendarmes suicidés

        (quiz = l’un d’entre eux a été « aidé », trouvez lequel) 

        quel gâchis, n’est-ce pas...


      • Croa Croa 28 mars 2015 23:23

        À klendatu2,
        *
        Les gens qui se syndiquent se suicident beaucoup moins justement. Ceux qui tombent dans la dépression sont souvent seuls avec leurs problèmes.
        *
        À tous je recommande le film «  7 morts sur ordonnance » si vous ne l’avez pas vu !


      • agauchtoute agauchtoute 5 avril 2015 10:47

        @klendatu2

        Cela n’excuse ni la folie du pilote ni sa mauvaise vue due a un accident de la route la NULLITE DES DRH ET DES PATRONS de lufthansa l’un savait sa grosse déprime l ’autre pas était il oui ou non déclaré inapte au pilotage par les usa ????

        ( neurologues et psychiatres ont eu une perquisition de leurs cabinets)
        il est idiot de suivre « le secret médical  » quand le patient est pilote d’avion ou de tgv  !!!! sinon on va dans le mur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • JL JL 28 mars 2015 09:43

        Bonjour Piere Chalory,

        Une parodie c’est une parodie. Pas mal.

        Mais ce n’est pas que ça. Vous dites : ’’J’ignore le niveau de sensibilité des micros connectés aux boîtes noires, mais avec le bruit de fond des réacteurs, est ce possible que le rendu de l’enregistrement soit équivalent à une chaîne hifi haut de gamme avec enregistrement haute définition du support ?’’

        Je reposterai ici ça :

        Il a été dit que dans la boîte noire, on entend la respiration du copilote, jusqu’au bout.

        Il faut savoir que cela n’est possible qu’au travers du micro-casque (sur la boîte noire il y a plusieurs pistes d’enregistrement dont une consacrée aux échanges par micro-casques).

        Je ne peux pas croire qu’une personne dans cette situation, qui aurait déjà coupé ce lien avec ceux auxquels le reliait son casque aurait gardé en place cet attirail encombrant.

        Par ailleurs, si l’on entend bien une respiration, qu’est-ce qui prouve que c’était celle du copilote ?

        Bref, un mystère de plus et qui confirme ce que je disais à Dugué l’autre jour : ce qui compte avec les mystères, c’est ce qu’on en fait.


        • Piere CHALORY Piere Chalory 28 mars 2015 09:51

          @JL


          Bonjour JL,

          Vous dites :

          ’’ Par ailleurs, si l’on entend bien une respiration, qu’est-ce qui prouve que c’était celle du copilote ?’’

          effectivement... Qui le prouve ?

        • bakerstreet bakerstreet 28 mars 2015 13:59

          @JL


          Pas la première fois qu’un parano décide d’en finir, en entraînant les autres dans la mort. 

          Les states sont remplis de faits divers illustrant ce postulat ! Mais là faut avouer que ce type avait dans les mains un objet de destruction inédit, à coté duquel une kalash ressemble à un gadget. 
          Que nous dit cette horreur.
          -Qu’à chaque fois on invente une riposte, qu’on croit avoir trouver une solutions, on met à jour un problème au moins aussi important que celui qu’on veut résoudre : En l’occurrence la porte blindée.
          - Que nous sommes victimes de nos pauvres prétentions à définir l’excellence : Les pilotes sont des cerveaux, et des athlètes, mais un parano passe en dehors des mailles du stéto......
          - Que peut être il va falloir faire le choix assez rapidement entre traffic aérien et centrales atomique : Mais ça je sais ca n’est pas possible.
          CONCLUSION : Nous verrons de plus en plus des docteur Folamour qui nous étonneront, si nous avons le temps pour ça !
          .


        • rocla+ rocla+ 28 mars 2015 18:56

          @boris


          Il est bête ce Boris , que des question à la con , on sait que le pilote qui 
          a quitté le cockpit parce que c ’est le mort qui a survécu . 

          Quand on est bête on est bête .

        • rocla+ rocla+ 28 mars 2015 19:06

          @boris

          Avoue le , t’ aurais jamais pensé à ça . 

          C ’ est ce qui fait la différence entre l’ intelligence et la bêtise .

        • Croa Croa 28 mars 2015 23:33

          À JL
          Les explications sont dans un autre forum. (Suivre notamment le lien « et contredit là » proposé par Philouie.)


        • klendatu2 28 mars 2015 10:24

          En plus, grâce a la défense maniaque, ils passent haut la main et les doigts dans le nez les épreuves de recrutement. C’est même a se demander si lesdites épreuves ne sont pas conçues pour retenir les maniaco-dépressifs.


          • astus astus 28 mars 2015 11:15

            Les articles suivants apportent des éclaircissements très importants pour comprendre le geste d’Andreas Lubitz :

             

            http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/crash-a320-le-copilote-voulait-que-tout-le-monde-connaisse-son-nom_1665882.html

            http://www.lepoint.fr/societe/crash-de-l-a320-bernard-debre-le-traitement-du-copilote-est-sans-doute-responsable-du-drame-27-03-2015-1916407_23.php

            Mais le mot de dépression, souvent utilisé, prête à confusion comme le fait que ceux qui le connaissaient pouvaient le décrire par ailleurs comme gentil poli et doux (vous remarquerez que c’est toujours ça qui est dit à la télé). Il existe en effet dans le public une image sur les troubles mentaux qui est fausse. En gros, et pour faire simple, un malade mental ça se voit forcement à cause de comportements bizarres comme porter un entonnoir sur la tête par exemple (pour rire un peu). Dans cette optique un employé modèle pourra être dépressif mais certainement pas un malade mental car sinon cela se verrait comme le nez au milieu de la figure. 

            Sous réserve d’informations plus précises, et avec toute la prudence nécessaire, il s’agit donc ici plus vraisemblablement d’une psychose paranoïaque avec clivage de la personnalité qui peut faire penser aux attentats commis en Norvège par Anders Behring Breivik en 2011. L’un comme l’autre voulaient par-dessus tout être reconnus par le monde entier pour pallier un effondrement narcissique majeur qui leur faisait projectivement porter la responsabilité de leur désarroi sur autrui.

            L’enfer c’est les autres, c’est bien connu, ce qui exempte toute responsabilité personnelle. Mais pour Breivik la cause apparente et supposée (car personne ne connait ses causes réelles à lui) justifiant ses actes était surtout politique, alors qu’elle semble plutôt de nature « sociale » pour Lubitz. Ce dernier, qui avait à cœur d’être parfait en tout, sur le plan sportif comme professionnel, s’est retrouvé profondément blessé par le fait qu’il a senti qu’il n’arriverait jamais à réaliser son moi idéal au lieu de se contenter, comme les gens normaux, de viser un idéal du moi. Il a donc vraisemblablement fait porter la responsabilité de cet échec sur les autres : la compagnie aérienne, les médecins, les passagers de l’avion, et finalement le monde entier ou tous ceux qui n’avaient pas compris qu’il était en réalité quelqu’un de brillant, peut-être même un génie de l’aviation méconnu, qui pourtant dans son sommeil rêvait à l’insu du plus grand nombre qu’il tombait … Ce qui a fini par arriver en effet. 

            D’où ce qu’il faut bien appeler un attentat-suicide, dont le but est de se venger d’une prétendue injustice, ce qui interroge d’ailleurs sur la personnalité profonde de tous ceux qui en commettent par ailleurs avec ces moyens, ou avec d’autres. 


            • Piere CHALORY Piere Chalory 28 mars 2015 11:37

              @astus

              Merci pour les liens,

              Au delà des faits, il est courant que les gens qui se suicident aient la sensation d’accomplir un acte héroïque, un exploit. Et il faut bien reconnaître qu’arriver à oublier l’instinct de conservation normalement insurmontable chez l’homme est, sinon un exploit, la preuve que quelque chose est cassé au sens psychiatrique chez les gens dépressifs au point de mettre fin à leur jours.

              J’en profite pour ajouter que la dernière phrase de mon texte est assez maladroite :


              ’’Voilà, c’était sûr, les boîtes noires rouges enregistreraient mon exploit jusqu’à mon dernier souffle. Accompagné de 150 sacrifiés, tel un pharaon du 21ème siècle, je saisirai physiquement les neiges éternelles, je serai enfin reconnu, même à titre posthume.’’

              parler ’d’exploit dans le cas d’un fait divers aussi dramatique est choquant, mais justement, en écrivant ce texte, je voulais  en quelque sorte ’m’identifier’ au co-pilote désespéré et malheureusement, si ce que dit son ex petite amie est vrai, à savoir qu’il lui aurait dit qu’un jour que ; ’tout le monde se souviendrait de son nom’, j’ai du ’m’identifier’ à lui un peu trop bien.


            • Piere CHALORY Piere Chalory 28 mars 2015 12:08

              J’ajoute que si Andreas Lubitz voulait ’que tout le monde connaisse son nom’, c’est plutôt réussi. à l’heure d’internet où le référencement est primordial, aussi bien sur Google France que Google USA, si vous tapez les lettres ’andr’ (google france) et ’an’ (google usa), le nom qui apparaît en premier est ; Andreas Lubitz. étonnant non ? 




            • bakerstreet bakerstreet 28 mars 2015 13:48

              @Piere Chalory


              Ce type ressemble comme deux gouttes d’eau à un psychopathe, genre Anders Behring Breivik . Il ne s’est pas suicidé dans sa salle de bain, il a tué 150 personnes.
               C’était son but, La confirmation est venue ce matin de la bouche de son ex qui sans doute n’avait sans doute pas penser à quelque chose de si radical.

              Sans doute que la porte blindée l’a renforcée dans sa paranoIa, sa conviction d’être invincible, au dessus des autres,dans tous les sens du terme. 
              Pas sûr qu’il aurait eu la force de le faire s’il n’y avait pas eu cet élément qui l’a enfermé un peu plus dans sa tour d’ivoire ajouté à celui du pilote automatique, deux conditions qui l’ont mis lui même en « pilote automatique » : Pensée folle, recroquevillée sur un postulat qu’il s’était inventé depuis quelques temps : FAIRE UN CARNAGE MONTRER QUI IL ETAIT ! 
              C’était bien un paranoïaque, très déterminé et froid. 

              On l’a échappé belle. 
              Vu la volonté de prédation du personnage, je pense qu’il aurait pu très bien viser une ville, ou pire le barrage de serre ponçon ou une cenrale atomique. 
              Mais sans doute ne s’est il pas senti le cran de diriger l’avion, sans trembler, avec le manche à balai : 
              Peur de redresser l’appareil au dernier moment. Il a du préférer fermer les yeux et jouir des cris qui l’accomapagnaient.
               C’est sans doute cette faiblesse humaine qui nous a sauvé


            • klendatu2 28 mars 2015 13:50

              @Piere Chalory

              Curieuse époque s’il en est. Un pêtage de plombs, et hop, a star is born. Et tout ça pour quoi ? Sûrement parce qu’il lui a fallu atterrir sérieusement par rapport à une vision probablement très idéalisée de son métier. Il devait probablement se voir sur la voie royale pour conquérir de jeunes et belles hôtesses de l’air nées de bonne famille. Cependant, celles ci rêvent plutôt d’épouser un pilote. Du coup, le chef passe le premier. Car lui, n’était que copilote. Suite à cela, il n’avait certainement plus en perspective que des nanas de seconde main devenues plus résistantes au barratin, et cela a dû le contrarier. Comme quoi le narcissisme, c’est quand même quelque chose.


            • astus astus 28 mars 2015 14:01

              @Piere Chalory


              Comme j’essaie de le montrer dans la réponse publiée plus haut à votre billet le mot « dépression » est un mot valise désignant pour le public tout et n’importe quoi qu’il vaudrait peut-être mieux oublier pour ne pas rajouter du malheur au monde en mal nommant les choses comme le dit Camus. On peut souffrir en effet d’une déprime passagère suite à des événements douloureux : deuil, divorce...etc. mais cela n’a que peu de rapport avec un état psychotique (mélancolie, paranoïa, schizophrénie).
               
              Dans le premier cas le sens de la réalité n’est pas beaucoup altéré. Dans le deuxième celui-ci est profondément modifié, ce qui n’empêche pas forcément certaines adaptations de surface en dépit du moi dissocié. Dans le cas qui nous occupe,  et sous réserve d’éléments complémentaires, la réalité semble avoir été interprétée dans le sens de l’injustice et de la persécution ce qui explique le primat de la pulsion de mort qui abolit toute différence entre le sujet et les autres, entre le vivant et le non vivant.
                
              Bien à vous.

            • bakerstreet bakerstreet 28 mars 2015 19:03

              @boris

              Il existe simplement des modes de fonctionnement, qui font école, et celui qui se rattache à cet événement n’est pas nouveau : Prendre son pied en entrainant les autres dans la mort. 
              C’est lié à un certain type de personnalité évident
              Ce qui fait catharsis, c’est l’ampleur inédite : Passer de la kalash à l’airbus, c’est inédit. 
              Sinon bla bla bla il est vrai. 
              L’avez vous remarqué. On est là pour causer, par clavier interposé.

            • Extra Omnes Extra Omnes 29 mars 2015 01:11

              @astus

              oui bon l’Express et le Point, c’est pas les évangiles, c’est meme du papier Q.

              D’autres explications la

               :http://www.brujitafr.fr/2015/03/vo

              La

              http://www.veteranstoday.com/2015/03/28/who-was-on-the-plane/

              et la

              http://reseauinternational.net/assez-de-mensonges-sur-le-crash-de-lairbus-a320/

              et même a Libe, ces abrutis vendus, pour une fois, ils lâchent une info qui ne va pas dans le sens officiel :

              http://www.liberation.fr/societe/2015/03/25/crash-de-l-a320-ce-qu-on-entend-sur-la-boite-noire-c-est-un-bruit-de-fond-epouvantable_1228481


            • Piere CHALORY Piere Chalory 29 mars 2015 09:40

              @Extra Omnes


              Merci pour les liens, je copie colle celui ci, qui confirme, selon Gérard Arnoux, Président du comité de veille de la sécurité aérienne et ancien commandant de bord, qu’il est impossible d’entendre un souffle de respiration
              dans la cabine d’un airbus a320 à cause du bruit de fond...


              Pour un spécialiste français, les explications données par le procureur de Marseille ne tiennent pas.
              Et si le procureur de Marseille était allé trop vite en besogne ?
               
              Près de 48 heures après le crash de la Germanwings, Brice Robin avait donné des explications détaillées au sujet des circonstances de la tragédie lors d’une conférence de presse en direct, uniquement en se basant sur les enregistrements de la boîte noire. « C’est un peu précipité », déclarent certains spécialistes, dont Gérard Arnoux, invité jeudi soir dans Le Grand Journal sur Canal Plus.
               
              Président du comité de veille de la sécurité aérienne et ancien commandant de bord, Gérard Arnoux s’est dit très étonné par les révélations faites par le procureur de Marseille, « qui a peut-être été mal informé ».
               
              Selon lui, plusieurs choses ne collent pas dans la version qu’il a donnée au cours de la conférence.
               
              1. La respiration du copilote. « Le procureur nous dit que, pendant toute la descente, on entend le souffle du copilote. Moi qui ai dix-huit ans d’expérience, je peux vous certifier qu’on ne peut pas entendre le souffle de qui que ce soit, à moins que ce ne soit un asthmatique. Et encore, je n’en suis pas sûr… Chez moi, on a par exemple demandé à la compagnie de nous donner des casques antibruit tellement on n’arrive pas à se parler… »
               
              2. Il actionne le système pour amorcer la descente. Le procureur de Marseille avait également signifié qu’on entendait, dans les enregistrements, le copilote actionner le système qui permet à l’avion d’entamer sa descente. « Cela ne fait strictement aucun bruit », indique Gérard Arnoux. « Il n’y a que l’enregistreur des paramètres de vol qui nous le dira (NdlR : soit la deuxième boîte noire). Par contre, la descente est cohérente avec une telle action. »
               
              3. « Où était le bruit strident de la porte ? » « C’est peut-être une omission mais normalement, quand le commandant de bord réclame l’ouverture de la porte avec un code standard au début, et si ça ne répond pas, il le fait avec un code d’urgence qui est spécifique à cette machine. Et à ce moment-là, au bout de 30 secondes, la porte doit s’ouvrir. Sauf si effectivement le pilote empêche la porte de s’ouvrir. Mais on ne nous a jamais parlé du bruit strident que ça fait pendant trente secondes. C’est une alarme extrêmement forte. »


            • JL JL 29 mars 2015 09:58

              @P Chalory,

              ’’il est impossible d’entendre un souffle de respiration dans la cabine d’un airbus a320 à cause du bruit de fond...’’

              Mais si la boîte noire enregistre sur une piste séparée ce qui passe dans les micros des casques pilote, alors, oui, il est possible d’entendre la respiration : à condition (peu-être) que le micro du (co)pilote soit ’ouvert’, ce qui serait surprenant si ledit (co)pilote a décidé de ne parler à personne.


            • Vipère Vipère 28 mars 2015 13:22


              Bonjour Chalory

              Votre texte est audacieux et tranche par sa singularité avec le ronron des articles du jour, et je suis partie prenante pour en faire une base de discussion, notamment sur le cheminement du processus du passage à l’acte suicidaire.

              En effet, qui n’ a pas formulé intérieurement les mêmes questionnements que vous, à la suite de la nouvelle du krash implicant le co-pilote Andréas LUBITZ, tristement célèbre, à l’échelle planétaire ? 

              Oui ! on ne parle que d’Andréas LUBITZ, partout, dans les journaux télévisés, la presse écrite, internet, dans les conversations privées... 

               Un acte volontaire de vengeance de cette ampleur, emportantant 150 victimes, sans être unique dans son genre, a rarement été perpétré par un européen, non issu du milieu terroriste, c’est ce qui a secoué les européens à l’annonce de la nouvelle, embarrassé les autorité politiques, les dirigeants de la Lufthansa, c’est la raison du cafouillage de l’information au public, des discours creux des journalistes qui ont tenté une fois de plus de manipuler l’information sur les ordres des gouvernements resptectifs.

              Faire exploser un avion avec à son bord 150 passagers est habituellement l’oeuvre des terroristes !

              Or, dans ce drame, c’est le co-pilote qui semble avoir volontairement détruit l’appareil.

              Et de se poser la question qui prime, mais qui était donc Andréas LUBITZ pour s’être comporté comme un terroriste ?

              Qu’est ce que a bien pu le conduire au passage à l’acte suicidaire de ce qui ressemble à un attentat aussi meurtrier ? 


                                                    .../...

               

              • Piere CHALORY Piere Chalory 28 mars 2015 13:58

                @Vipère


                Merci du commentaire,

                Oui, on peut légitimement se poser la question de la motivation des uns et des autres protagonistes de ce fait divers particulièrement ’innovant dans la forme. 

                Tous ces discours et affirmations contradictoires au fur et à mesure des avancées de ’l’enquête sont étonnants. Bon, contrairement aux Charlataneries récentes, personne n’a oublié sa carte d’identité sur place, et il a fallu quand même quelques jours pour qu’on connaisse enfin le coupable.

                C’est un suicide ! Avec 149 morts en plus... Ensuite, c’est du lourd ; au début on savait pas trop, mais aujourd’hui ça balance grave, m^me la petite amie d’Andreas s’y met ; ’’il voulait que tout le monde connaisse son nom ! La nuit il se réveillait même en criant ’nous tombons !’’

                Mais voilà, comment ne pas devenir ’complotiste quand on regarde froidement le courant mainstream glauque qui nous déverse sa propagande gorisée permanente, son lot d’atrocité émotionnelles terrorisantes ? 

                Et tout se joue, comme d’habitude sur la crédibilité des uns et des autres, et tout s’impose à nous par le fait qu’on était pas là pour voir

                Car n’étant pas dans l’avion -heureusement pour nous-, on est obligé de croire les ’révélations incroyables du formidable scénario de roman électro-chimique qui nous est asséné par tous les moyens de communication moderne disponibles, télé, journaux, radios, internet.

                Nous sommes condamnés ; au doute ou à la croyance manichéenne, l’accident bête ? Non ! C’est le méchant co-pilote complètement barjo, gavé de prozac, qui par passion des avions déchirait ses arrêts de travail et allait au turbin tranquille tout en cogitant son futur crime de masse pervers.

                Je sais pas, je sais plus quoi penser...

              • bakerstreet bakerstreet 28 mars 2015 14:13

                @Piere Chalory


                C’’est vrai je suis du même avis que vipère votre article est intéressant, alors que beaucoup qui sont carrément affligeants, comme celui qui explique gratuitement que ce type a du subir des traumatismes pendant son enfance, être discriminé ce genre de daube. 
                Déprimé...
                .Bon, plus d’un déprimé ne doit pas se sentir très bien ce matin, surtout au boulot s’il a eu deux ou trois arrêts dans l’année.
                 Dur dur pour eux. Ne pas faire d’amalgame surtout ! 
                Mais le risque demain et la pression sur les psy va être patente : 
                Réactions en chaine avec d’autres portes blindées au niveau de l’intelligence et des concepts. Sans évidemment ne pas omettre de désigner ce coupable du doigt, sans aucune indulgence, prendre conscience que notre société est une fabrique à petits ego surdimensionnés, propices aux développement des paranoïa et de ce genre de gestes, qui n’est pas que la marque de facture des djihadistes. 

              • Piere CHALORY Piere Chalory 28 mars 2015 14:51

                @bakerstreet


                J’aime bien votre phrase :


                ’’Réactions en chaine avec d’autres portes blindées au niveau de l’intelligence et des concepts’’

                Pour ce qui est de l’intelligence en effet ; l’immense majorité de la foule semble être & depuis & pour longtemps bien à l’abri de celle ci, derrière une porte blindée, ignifugée, capable de résister à tous les assauts d’ordre raisonnables, sensés, spirituels...

              • Jacques 28 mars 2015 14:53

                Ce texte est réussi, merci à son auteur. La littérature a cette vertu de nous mettre « à la place de » pour faire sentir de plus près le mystère de la nature humaine. Il ne s’agit pas ici de croire mais d’éprouver, de se soumettre par la lecture à l’épreuve (et à la preuve) de la sensation.

                De toute façon, ce co-pilote énigmatique est déjà devenu un personnage de fiction, un coupable idéal ; il est traité comme tel par les médias, les procureurs et enquêteurs, et par l’opinion publique manipulée. Comme à l’ordinaire, un roman- feuilleton ultra-médiatisé nous est servi comme biberon officiel, bâti sur des indices cachés (le prétendu « secret de l’enquête » et le prétendu « secret médical » : ils ont bon dos). Avec de l’invérifiable, on nous fait penser ce qu’il est utile que nous pensions.

                Dans ces conditions, la littérature - la vraie - a tous ses droits. La vérité romanesque vaut bien celle des bonimenteurs de télévision ; elle vaut même davantage. Le romancier veut faire vivre un personnage, le pouvoir médiatique veut enfumer, nuance. Faire accroire, faire avaler, tout cela dans un but qui n’est jamais désintéressé.

                Dans quel but ? Se poser la question c’est déjà y répondre.

                Il est évident que deux interprétations de ce drame seraient nuisibles aux dominants :

                • l’acte terroriste (engageant la responsabilité du pouvoir politique)

                • l’abus outrancier du « low cost » (engageant la responsabilité du système marchand)

                De ces deux interprétations, la plus redoutée par le système n’est pas celle du terrorisme. Le pouvoir politique nous a montré récemment qu’il savait très bien exploiter la sidération populaire face aux crimes dits terroristes. Qu’est-ce qui reste ? Faites la déduction vous-mêmes.

                Le système marchand ultra-libéral mondialisé développe fièrement sous nos yeux sa machine à sous de dernière génération : le transport low cost. Il s’agit de transporter des pauvres en exploitant des travailleurs précaires, et en affichant un mépris ricaneur pour toutes les législations du travail et de la sécurité. Quant aux transportés, n’en parlons pas : rien n’est compris dans le pris du billet, à part le mouvement de l’avion, on a vu jusqu’où. Ces compagnies hors-la-loi sont fières de gagner beaucoup d’argent de cette façon, et elles ont des raisons de l’être, vu qu’elles sont l’emblème du système global qui veut que le grand nombre (les pauvres) enrichisse perpétuellement le petit nombre (les riches) grâce au trucage des échanges appelé « commerce ».

                Cet accident est un scandale, oui. Mais ce n’est pas la faute d’un co-pilote endormi ou dépressif.

                En truquant le jeu, des compagnies-voyous ont réussi à ce que leurs pilotes apparaissent comme travailleurs indépendants ! Quand ils ne sont pas en vol, ils ne gagnent rien. Leur temps de repos n’est pas rémunéré, ni leur hôtel payé. Pour leur formation, ils ont d’abord dû payer 30.000 euros. N’étant pas des salariés, ils n’ont aucune protection sociale. Leur santé est à leur charge. L’arrêt-maladie ne leur donne droit à aucune indemnité, sauf s’ils ont cotisé à une assurance privée entièrement à leur charge.

                Dans ces conditions, le pilote (comme les autres employés) va au bout de ses forces. Même fatigué ou malade, il va au travail. Et s’il s’endort sur son siège, on sait pourquoi. Et si son souffle de dormeur est enregistré dans la boîte noire, on n’a pas à s’en étonner. Une grande saleté est passée sur lui, une grosse broyeuse mécanique, qui s’appelle le libéralisme avancé. Voilà le coupable !


                • joletaxi 28 mars 2015 17:19

                  @Jacques

                  turbocapitalismejudéo... etc .. blablabla

                  grave hein, les pauvres se déplacent en avion, les riches en TGV, c’est à plus rien comprendre, normalement cela devait être le contraire non ?

                  Curieusement, les lowcost ont les meilleurs scores à tout point de vue

                  et curieusement encore, crevé, le copilote s’endort quand le commandant sort, et ses doigts heurtent malencontreusement le pilote auto ?

                  Avox, un must


                • Piere CHALORY Piere Chalory 28 mars 2015 17:23

                  @Jacques


                  Merci de votre appréciation positive de ce texte fait vite hier soir après lecture des nouveaux développements de ’l’affaire Lubitz.

                  Vous soulignez justement que les infos abracadabrantes et innombrables que l’on nous biberonne sont toutes invérifiables, une source proche de l’enquête a dit, la petite amie a dit, le monsieur dans la télé a dit...

                  Après ça, comment ’savoir, 1 ? 

                  L’essentiel pour le ’pouvoir étant que le troupeau de veaux revienne généralement à ses repères idoines : tfone, marianne, itlaid, umps, darty.

                • Jacques 28 mars 2015 18:15

                  @joletaxi
                  « Les lowcost ont les meilleurs scores à tout point de vue » 


                  « Point de vue » est au singulier, comme par hasard. Les scores en question sont excellents du point de vue unique des bénéfices réalisés sur l’exploitation du travail d’autrui. Les transporteurs à bas coût sont des champions et des icônes, mais seulement pour le monde marchand. Un bel exemple à suivre ! 
                  Cette société du profit à tout prix va se crasher elle aussi.
                  C’est pour bientôt.
                  On ne pleurera pas


                • Vipère Vipère 29 mars 2015 12:40

                  Bonjour à tous et @Jacques



                  Cette affrmation péremtoire de Joletaxi « Les lowcost ont les meilleurs scores à tout point de vue«   a de quoi interpeller tout un chacun, sur les méthodes d’exploitation de main d’oeuvre de la compagnie Lufthhansa, notamment l’exploitation des pilotes non rémunérés, des pratiques illégales qui ont cours dans de nombreuses compagnies aériennes.


                  Il serait pertinent de comprendre quels étaient les relations contractuelles de travail entre la compagnie low coste et Andréas LUBITZ. 

                  Il est tout à fait, possible qu’il n’y ait eu aucun contrat de travail entre le co-pilote et la Lufthansa.

                  Nous savons tous et toutes, que des entreprises emploient des stagiaires, que ceux-ci occupent des postes à responsabilités, là où un salarié aurait dû être recruté, mais que rentabilité exige, un salaire n’est pas versé, de sorte que l’on travaille gratuitement, cela m’est arrivée et je suis loin d »être la seule. 

                  Cette pratique s’est intensifiée et le recours à la gratuité et aux stagiaires-esclaves n’est pas près de s’éteindre, dans le contexte ultra-capitaliste qui est le nôtre.

                  Andrés Lubitz travaillait-il pour la gloire de la compagnie Lufthansa, à laquelle il donnait de son temps pour accumuler le quota d’heures indispensables pour briguer un poste salarié de l’aéronautique, pendant qu’il peinait à payer ses factures et son loyer ?

                   Le relevé de son compe bancaire permettrait de lever sans ambiguité certaines réalités économiques à laquelles sont confrontés les jeunes pilotes !

                  A cet égard, un échange écrit sur les rémunérations salariales entre jeunes pilotes est parfaitement édifiant ! ils sont amenés à voler gratis pour justifier un quota d’heures de vol.


                  Le fait que la Lufthansa mette plutôt l’accent sur la santé d’Andras LUBITZ pour cacher certaines pratiques occultes que sont la la précarité de l’emploi et la grande pauvreté des jeunes pilotes, un secret de polichinelle dans le métier, démontre qu’elle ne désire pas mettre sur la place publique, la précarité des pilotes non salariés et les responsabilités qui en découlent, et qui sont les siennes.







                   


                • Vipère Vipère 29 mars 2015 13:04

                   Antoine

                  Pas de probleme pour les infos !
                  - Oui, en France j etais pilote prive, cad pilote loisir. Je suis venu au Quebec avec un total de 106 heures de vol
                  - Les licences obtenues ici ne seront pas valables en France, a moins de repasser tous les examens theoriques francais, et ils sont velus !! (Mais je m en fous j ai la residence) Par contre, elles sont valables a peu pres partout dans le monde et notamment dans les pays du Commonwealth (dont fait partie le Canada)
                  Il y a les licences = permis ; et les qualifications = specialisations.
                  La licence de base pour bosser est le CPL = Commercial Pilot Licence. La dessus tu greffes les qualifications Vol aux Instruments et Multimoteurs. Les 2 sont incontournables.
                  - L age est un probleme secondaire. J ai 30 ans et c est encore tout a fait bon. A la limite (question de maturite ?) les compagnies preferent embaucher un pilote de 35 ans plutot qu un jeunot de 20. Enfin, il parait...
                  - Cout total : 30 a 35 000 $, soit de 150 000 a 200 000 F (a l insupportable taux actuel)
                  - Les debouches ? C est hard. On ne peut etre embauche comme pilote en compagnie qu a partir de 1000 heures de vol ; Or, au sortir de ta formation, tu n en totalises que 250... La solution ? Exercer comme instructeur pour « monter des heures », mais cela implique of course de passer la qualification ad hoc (comprise dans le prix cite plus haut) Et un instructeur ne gagne pas lourd, il est paye a l heure d instruction entre 100 et 150 F... Au mieux, tu peux esperer le Smic la premiere annee (mais ca suffit pour tenir a Montreal) Par la suite tu progresses par etape, et des que tu es pilote de ligne en 1ere categorie (environ 3-4 ans apres la fin des cours) c est le jackpot.
                  C est un peu un metier « on/off » , ou plutot « off/on » : « off » tu gagnes des cacahuetes, « on » tu es bourre de fric. C est comme ca...
                  mon ecole s appelle Cargair.
                  J aurai peut-etre la chance d etre ton instructeur !!!
                  A + et a ta disposition,

                  Antoine

                  --------------

                  Salut Antoine,

                  Désolée de te décevoir mais pour espérer entrer comme pilote de ligne dans une compagnie digne de ce nom, il faut un minimum de 2000h + qualifications multi-turbines.
                  En général, c’est même 3000h, 4000h et +.
                  Les instructeurs ? Ils gagnent presque rien.
                  Je connais parfaitement le milieu aéronautique francophone et encore plus précisement
                  le professionnel québécois.
                  Je peux te dire que les pilotes ne trouvent pas de job bien payé (trop de monde pour pas assez de place) ou de job tout court.
                  J’ai un ami qui est parti de Montréal pour Madagascar il y a deux mois pour enfin voler
                  et gagner sa vie !
                  Beaucoup de pilotes francais viennent au Québec plein d’espoir mais hélàs déchantent
                  rapidement !
                  Un conseil... discutes si tu en as la possibilité et l’occasion avec les pilotes que tu croises à St-Hubert.

                  Amicalement,

                  MaGa

                  -----------------

                  Sujet : Re : Re : Abitibi-Temiscamingue - 1 (métier pilote)
                  De : Flying Antoine
                  10 Juillet

                  Aucun probleme pour repondre a tes questions, ca me fait plaisir.
                  - Aucune des licences canadiennes ne permet de voler en France (a moins de repasser le theorique, qui est chiant). Debile mais c est comme ca. C est la France et c est pour ca qu elle est mal vue.
                  - Oui, il faut d abord passer la licence avant de faire la qualif. En partant de zero, tu vas logiquement faire dans l ordre : 1 - pilote prive (loisirs) ; 2 - pilote professionnel (CPL) puis dans la foulee les qualifications vol de nuit, multimoteurs (en fait bimoteurs) puis Vol aux instruments (assez ardu).
                  Je precise que tous les avions de transport civils, et en particulier les gros porteurs, sont des multimoteurs et qu ils volent quasi exclusivement aux instruments.
                  Pour decrocher une licence il faut reunir 3 conditions : 
                  minima d heures de vol, en solo et en double-commande - reussite au test theorique (QCM) - reussite au test en vol.
                  - Non, 31 ans ce n est pas trop vieux. Ce qui serait vraiment genant, c est d avoir des enfants qui t empecheraient d aller la ou il y a du boulot. C est un metier ou on bouge beaucoup, et le Canada c est grand !!! (mais anglais obligatoire)
                  Voila, si tu as d autres questions, just ask !
                  flying Antoine... Et d ailleurs la je pars faire un vol de nuit au-dessus des buildings de Montreal. Quel pied !!!
                  ------------------

                  De : MaGa




                • Dom66 Dom66 28 mars 2015 16:30

                  Incroyable le nombre d’article sur ce crash, avec tous les experts en « n’avions » reste encore une supposition….CIA ou POUTINE

                   


                  • Gnostic Gnostic 28 mars 2015 16:53

                    Arretez de divaguer

                     

                    Le co-pilote a été mordu par un serpent

                    Car il y avait des serpents dans la cabine

                     

                    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=60077.html

                     

                    C’est un coup des reptiliens

                     

                    http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/la-franc-maconnerie-mene-t-elle-au-49406



                    • joletaxi 28 mars 2015 17:19

                      @Gnostic

                      ben oui, comme le 11/9


                    • coinfinger 28 mars 2015 17:54

                      C’est bizarre c’est bien présenté , on y croirait . J’y ai cru . Ce que je ne suis pas arrivé à croire c’est que le gars va sacrifier les autres qui y sont pôur rien . Bon si y avait que que le pilote qui humilie .
                      Mais les hotesses , elles savent se comporter quand méme . Et chez les passagers ?...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires