• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le droit d’être contre le Droit

Le droit d’être contre le Droit

Avec le bac, un étudiant a la faculté de choisir de faire du Droit. Défendre la veuve et l’orphelin, vaste et noble programme. Mais vaste fumisterie ! 

 

 Le bon droit c’est comme le bon pain, il est rare et coûteux. L’(in)justice n’est pas aveugle au moment d’encaisser votre chèque. Le héro sera celui qui capable d’ajouter le plus de zéro.

Le Ministre de l’Intérieur n’est que le glaive ou l’épée. La justice c’est la balance. Pas Manuel Valls, mais RoberVal… (1) et cette balance nécessite l’utilisation de poids. Le poids de la politique et de l’argent peuvent corrompt les fléaux. (Ce qui devient un fléau pour le justiciable).

Lors de la réception de son épée d’Académicien, Edmond Giscard d’Estaing n’a pu en définir la symbolique : « Elle a servi jadis au combat, mais aujourd’hui elle sert surtout à incarner ce qui est irréfutable, ce avec quoi on ne transige pas. Elle est ce qui est droit, simple, direct, sans détours. Elle est la représentation de toutes les qualités qui nous obligent à penser juste…. » Mais elle est parfois fragile, comme celle de J.J.Cousteau. 

L’étudiant en droit devra enfiler une blouse de laboratoire pour disséquer et autopsier les textes de loi. Le masque sera obligatoire pour les mauvaises odeurs. Par la suite, après avoir « innocenté » des riches truands, il pourra revêtir le blanc manteau d’hermine. (2) 

Les français ne doivent pas oublier :

L’Karachi : les fonds secrets ont bien été mobilisés pour la campagne de M. Balladur en 1995

L'affaire Elf : avec l’illustre Roland Dumas et de sa maîtresse (La putain de la république). Avocat et homme politique, il présida le Conseil Constitutionnel de 1995 à 2000. (Cela se passe de commentaires…).

Deux exemples que le Droit n’est pas une valeur de droite ou de gauche…

 

Une décision de justice n’est pas (pour certain) une menace de liberté. La notification d'une décision de justice fait courir les délais de recours.

On désigne par "voies de recours" l'ensemble des procédures destinées à permettre un nouvel examen de la cause. Soit que la procédure ait été irrégulièrement suivie, soit que le juge n'ait pas tenu compte d'un élément de fait présenté par la partie, soit que le jugement n'ait pas été motivé ou ait été insuffisamment motivé, soit qu'il contienne une erreur de droit. Le recours est porté devant une juridiction hiérarchiquement supérieure à celle qui a rendu la décision critiquée.

Si la réformation est fondée sur un moyen de droit et que le jugement de première instance est insusceptible d'appel ou encore, si la violation de la loi est un reproche adressé à l'arrêt d'une Cour d'appel, la compétence pour sanctionner le jugement ou l'arrêt, appartient alors à la Cour de Cassation.

 

Avec les recours, les Tiberi, Guérini, Sarkozy… ne risquent pas de finir au chômage. Le barreau va leur éviter de finir derrière les barreaux.

 

Une petite dernière sur la justice. Suite à l’erreur d’un avocat, les victimes d’un pédophile vont devoir payer des dommages et intérêts à la fille du violeur ! Lien

Et Dutroux ( au trou) est traité comme un pacha. Lien.

 

(1)Cette balance doit son nom à son inventeur Gilles Personne, mathématicien et physicien français, connu sous le nom de Roberval, car il était originaire de Roberval dans l'Oise

(2)Aujourd'hui le manteau en fourrure d'hermine n'est plus à la mode et les magistrats français ont depuis accepté de troquer leur célèbre peau d'hermine pour une peau de lapin teinte en blanc.

 

Illustration : http://www.carminati.fr/pages/essais/le-droit-n-est-pas-si-vil.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • La râleuse La râleuse 3 octobre 2013 16:10

    bonjour Papybom,



    As-tu déjà eu l’occasion d’être « entendu » devant un tribunal ?

    Mon fils, oui... Enfin, « entendu » n’est peut-être pas le terme approprié.

    Il y a environ un an, il a eu l’outrecuidance de contester deux PV, dressés à 8 jours d’intervalle au motif de non apposition VISIBLE d’un macaron lui donnant droit à stationnement gratuit dans sa rue. 

    Ce qui était faux et les photos prises en témoignaient.

    Le juge ne lui a même pas laissé prendre la parole ! (AUTHENTIQUE). 

    Faut le comprendre aussi, ce juge ; des officiers assermentés ne sauraient être atteints de myopie smiley


    Il faut se rendre à l’évidence : la justice des hommes vaut celle de de Dieu. Elle est impénétrable aux... Innocents.


    Quant à ta liste, tu peux y ajouter cette petite dernière : http://www.europe1.fr/France/Toulon-un-violeur-presume-remis-en-liberte-1661517/


    Amicalement,


    • Papybom Papybom 3 octobre 2013 17:05

      Bonjour ma charmante Râleuse.

      Histoire vraie sur ma première confrontation avec la justice.

      Etant militaire célibataire en Allemagne, je suis venu sans prévenir en permission dans le Nord. Ma mère était contente mais gênée. Elle était convoquée le lendemain au tribunal pour des dettes.

      Je l’ai accompagné et devant son angoisse, j’ai arrêté un avocat qui passait dans sa belle robe corbeau. Il me conseilla de lui prendre un défenseur et que lui était libre.

      Il n’annonça un prix, et je lui remis l’argent en liquide, j’avais changé des Deutschmarks à la frontière.

      Il récupéra le dossier de ma mère et une heure plus tard, il plaida la causse d’un brave mère de six enfants et veuve d’un mineur mort au travail. Plaidoirie émouvante pour une femme dont qu’il ne connaissait pas l’existence deux heures avant.

      Le jugement fut favorable pour ma mère, c’était le principale. Je n’ai pas revu l’avocat après le procès et j’ignore son nom car ayant payé en liquide, je n’avais pas de reçu…

      Pour ma mère, je ne regrette pas. Mais depuis, j’ai un autre regard sur « La Justice ».

      De retour depuis trois semaines, je repars samedi pour plus d’un mois. Et dans le camping car, pas d’Internet ni d’Agoravox.

      Bien à toi.


    • La râleuse La râleuse 3 octobre 2013 17:20

      Bonne route, Papybom, Papybohème,


      mais fais gaffe quand même de ne pas croiser Valls sur les grands chemins smiley

      D’ici que tu te retrouves roumain comme devant smiley

      À bientôt

    • rocla+ rocla+ 3 octobre 2013 17:16

      Bon voyage Papybon , comme toi j’ emmerde cette justice de connards ...


      • Gasty Gasty 4 octobre 2013 10:46

        Il y a la justice et sa justice, le bien collectif et son bien. Parfois les deux ne s’accorde pas.


        • Jason Jason 4 octobre 2013 11:11

          Bonjour,
          Le public confond le plus souvent le froit et la morale. La morale, c’est la conscience et le sentiment du juste et de l’injuste. Le droit est une machine, avec ses codes et ses pratriques, érigés au nom d’un soi-disant intérêt général.

          Il y a eu, et il y a encore, des lois qui sont contre la morale. Le travail des enfants autrefois, le non -droit des femmes dans bien des domaines récemment, la spoliation au nom du droit de l’Etat, etc. en sont l’illustration.

          Il y a en France 63 code de lois, et il est facile de trouver des lois qui sont totalement aberrantes. Les lois ne sont souvent que des approximations du juste et de l’injuste. Il faut malheureusement s’en contenter. Et le juge n’est pas là pour appliquer la morale, mais ce que disent les textes. C’est un système à revoir entièrement, mais comment ?


          • Jason Jason 4 octobre 2013 11:34

            Pardon, je voulais écrire : LE DROIT ET LA MORALE ;


          • La râleuse La râleuse 4 octobre 2013 14:36

            Bonjour Jason,


            Je crois que les lapsus sont toujours très révélatifs de la pensée de ceux qui les commettent (ou en sont victimes).
            Et froid et droit en matière de justice me semblent parfaitement accordés.

            Cordialement,

          • Jason Jason 4 octobre 2013 17:49

            Bonjour la Râleuse,

            Ce n’est pas vraiment un lapsus, mais une faute de frappe, le F étant à côté du D sur le clavier. Quant à confondre le froid et la morale, il y a un très grand pas à franchir, bien que certains, de tous temps ont été en froid avec la morale. Et aujourd’hui plus que jamais.

            Cordialement.


          • soi même 4 octobre 2013 11:50
            Le droit d’être contre le Droit, cela est très à la mode aujourd’hui.

             Surtout si chacun, à une vue partisane de son points de vue !

            Avant de vouloir désherber et tailler se jardin d’Eden, qu’est la Justice et le Droit !

            Retrouvons le socle, les pavés qui sont à l’Origine du Droit, non pas pour les remettre au goût du jour, Juste de les utilisés comme outil de réflexion pour ôter les abus que le Droit à cumulé !.

            Je sais que je vais en faire hurler plus d’un si je fais allusion aux 7 Pêches Capitaux, mais à y regarder de plus prêt, objectivement, les grandes options du Droit que l’on pratique aujourd’hui, est bien le contenue justement de ces 7 Pêches Capitaux.

            • L’Orgueil (superbia en latin) : attribution à ses propres mérites de qualités ou de comportements qui sont des dons de Dieu (intelligence, vertus, etc.).
            • L’Avarice (avaritia en latin) : accumulation des richesses recherchées pour elles-mêmes.
            • L’Envie (invidia en latin) : la tristesse ressentie face à la possession par autrui d’un bien, et la volonté de se l’approprier par tout moyen et à tout prix (à ne pas confondre avec la Jalousie).
            • La Colère (ira en latin) : produit des excès en paroles ou en actes : insultes, violences, meurtre.
            • La Luxure (luxuria en latin) : plaisir sexuel recherché pour lui-même.
            • La Gourmandise (gula en latin) : ce n’est pas tant la gourmandise au sens moderne qui est blâmable que la gloutonnerie, cette dernière impliquant davantage l’idée de démesure et d’aveuglement que le mot gourmandise. Par ailleurs, on constate que dans d’autres langues ce péché n’est pas désigné par un mot signifiant « gourmandise » (gluttony en anglais, par exemple) 5.
            • La Paresse, anciennement l’acédie (acedia en latin). Le Catéchisme de l’Église catholique définit l’acédie, terme disparu du langage courant, comme « une forme de dépression due au relâchement de l’ascèse ». Il s’agit en effet de paresse morale. L’acédie, c’est un mal de l’âme qui s’exprime par l’ennui, l’éloignement de la prière, de la pénitence et de la lecture spirituelle.

            Il n’est pas question de revenir sur une application primaire de cette liste. C’est juste une grille de lecture possible pour ôter se qui est devenue nuisible, et renforcer ce qui est mis en péril par des réformes qui ressemble plus à des sabotages que de servir l’intérêt commun !


            • spartacus spartacus 4 octobre 2013 12:15

              On imagine que l’auteur n’a jamais eu a faire avec la justice, voire pire la justice administrative totalement aux ordres...


              L’état a inventé « l’abus de droit ». Pour tuer n’importe qu’elle personne morale invoquant le droit dans l’indifférence générale...
              Le recours "administratif est juge et partie faisant partie de l’état. La justice est de gauche, leurs syndicats sont de gauche, donc partiaux et partisans (dixit le mur des cons), et 30% des juges Français sont Franc maçons...
              A cela un corporatisme ubuesque (Juge Burgau promotionné hiérarchiquement)...

              Justice de gauche bien pourrie en France !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires