• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le Roi dépouillé

Le Roi dépouillé

La diagonale du fou 

La fuite à Varennes {JPEG}

Sa dame se fait la malle …

Voilà, ça devait arriver et la nouvelle terrible me surprend au saut du lit. Les radios s'empressent de nous annoncer cette information qui va changer la face de notre démocratie : le Roi est nu. Sa dame du moment a pris la poudre d'escampette et mis quelques milliers de kilomètres entre eux pour fuir le joli cœur. Nous, public voyeur, sujets rabaissés à la posture du courtisan au lever du Prince, nous devons nous émouvoir du drame personnel d'un homme qui se retrouve désespérément seul dans ce palais immense …

La farce continue, les digressions, les manœuvres d'évitement ne nous feront pas oublier la totale impuissance du pouvoir. La côte de popularité en berne, François comptait sur sa Julie pour faire remonter sa courbe personnelle. C'est peine perdue ; la tumescence des corps d'état n'a aucune incidence sur la santé économique d'une nation au bord de la crise de nerf. Le peuple a beau se faire du mauvais sang, celui-ci n'afflue nullement dans l'entrejambe de son maître.

Pour dérisoire et parfaitement absurde qu'est cette scène de ménage exposée au grand jour d'une société du spectacle de trottoir, elle ne fait que démontrer une fois encore, la rupture totale et définitive entre la société réelle et cette représentation d'ancien régime. Tout est à revoir dans notre république monarchique, tout est à repenser et, en premier lieu, le protocole et l'étiquette d'un palais de l'Élysée qui n'a plus de raison d'être la résidence d'un Prince élu.

Le faste, le décorum, la Lanterne et le fort de Brégançon sont des relents d'une époque révolue une certaine nuit du 4 août. Nous n'avons que faire de la vie privée du chef d'état ; nous n'avons pas à supporter financièrement son train de vie de Nabab. Il est grand temps de supprimer tous les avantages scandaleux liés à une fonction pour laquelle toutes ces paillettes, courbettes, autres breloques et titres ne sont strictement d'aucune utilité.

Première dame, légion d'honneur, co-Prince d'Andorre, Chanoine de Latran et j'en passe, tout ce cirque est antinomique du mandat républicain qui lui a été confié. Nous ne saurions endurer plus longtemps cette conception du pouvoir qui, pour se draper de dignité et de solennité, aurait besoin de se couper de la vie ordinaire.

Revoyons toutes les règles, faisons de cette fonction un emploi ordinaire, une activité qu'un homme abandonne en quittant ses bureaux pour retrouver dans la discrétion et la simplicité, un domicile personnel. Qu'il passe ses nuits avec Julie, Valérie ou bien Jean-Pierre, nous n'en avons absolument et définitivement rien à faire. Les soubresauts des hormones du monsieur ne sont pas affaire d'état et il serait bon que désormais il se passe du personnel mis à sa disposition pour garder sa personne lors de ses pirouettes clandestines.

Les mauvaises nouvelles s'empilent ; outre la séparation d'un couple présidentiel qui n'avait aucune légitimité légale, l'économie ne se sort pas du marasme, les licenciements poursuivent leur train d'enfer pour ceux qui subissent ce cataclysme et nous voici envahis par les interrogations de l'opposition en quête désespérée d'un chef ; choqués aussi sommes-nous par le déni de justice d'un sénat obsolète et déliquescent et par la violence des batailles pour les prochaines élections …

Ces oligarques n'ont plus aucune prise sur la réalité ; leur marge de manœuvre est pratiquement nulle, notre souveraineté ayant été bradée à Bruxelles en dépit d'un référendum où le peuple s'était clairement exprimé. Ce divorce à la Courteline est la goutte d'eau qui fait lâcher la bonde à nos colères devenues fureurs !

Il est grand temps de dissoudre cette République qui confond les allées du pouvoir avec un échiquier. Les vrais gens ne jouent pas, ils souffrent car ils voient leur niveau de vie régresser, leur capacité à bien se soigner reculer, leur espérance de vie en bonne santé ne plus progresser, leur environnement social se détériorer, les services de l'état se déliter, le lien social se dénouer dans des communautarismes qui ne sont pas notre nation.

Il n'est plus temps d'espérer un changement par les urnes ; l'offre finale restera toujours la même, l'argent et les appareils des deux grandes mafias leur assurant une suprématie à vie. Il faut désormais passer à une autre République, une République sans dorures, sans cérémonies princières, sans première dame ou premier monsieur. La dignité imposerait à tous nos pantins de se retirer mais sachez qu'il faudra les déloger et les envoyer tous à la Lanterne …

Exaspérément leur


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 27 janvier 2014 09:03

    Depuis le début elle sert de faire valoir au tout-mou (comme Cécilia avec Sarkozy)....Complètement bidon leur union...Faut vraiment être un veau pour gober ce machin.. ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 11:35

       claude-michel


      Chirac rêvait de tête de veau, les socialistes l’ont mise au pouvoir ...

    • claude-michel claude-michel 27 janvier 2014 13:38

      Par C’est Nabum...Excellent+++++


    • vesjem vesjem 27 janvier 2014 10:14

      merci pour cette excellente analyse à laquelle je souscris , tout comme un grand nombre de mes amis ;
      en effet , nous sommes dans un royaume dispendieux et sans noblesse .


      • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 11:36

         vesjem


        La noblesse est une vertue bien trop exigeante

        Seuls les privilèges les préoccupent

      • Ruut Ruut 27 janvier 2014 10:34

        Le pire étant a venir avec la destruction programmée de la Nation France.


        • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 11:37

          Ruut


          Et en premier lieu de son esprit

          Une élite aussi dépourvue d’esprit, c’est du jamais vu !

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 janvier 2014 10:38

          "Le faste, le décorum, la Lanterne et le fort de Brégançon sont des relents d’une époque révolue une certaine nuit du 4 août. Nous n’avons que faire de la vie privée du chef d’état".

          Je suis sans doute borné mais qu’ont à voir le protocole élyséen et les frasques de la vie privée du locataire actuel ?


          • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 11:38

            Olivier Perriet


            Même si ce monsieur a limité les délires du précédent, rien n’a fondamentalement bougé et pourtant il se prétendait Président Normal

          • colza 27 janvier 2014 10:41

            Tout à fait d’accord pour supprimer tous ce décorum d’un autre âge, qui en outre nous coûte les yeux de la tête.

            Pourquoi pas un grand bâtiment ordinaire regroupant tous les ministères, avec un parc commun de voitures de fonction (au cas où les transports en commun ne seraient pas adéquats), un restaurant commun à tous les occupants du bâtiment servant des plats simples.
            Et chaque ministre regagnant son propre domicile la journée finie.
            J’oubliais : justification de chaque dépense avec contrôle pour les citoyens sur simple demande.
            On pourrait conserver un bâtiment ayant une certaine classe pour les bureaux de la Présidence et la réception des responsables politiques étrangers, le président lui-même conservant son domicile personnel.
            Il y a sur Youtube quelques vidéos inspirantes sur la vie politique dans les pays scandinaves.

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 janvier 2014 10:43

              En somme « un Président normal » smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 11:39

              colza


              Allez, qu’on vende tous ces palais onéreux pour supprimer la dette ! 

            • Kookaburra Kookaburra 27 janvier 2014 11:00

              Tout à fait d’accord avec vous Nabum. Ce qu’il faut c’est une vraie République et une vraie démocratie. Pour les élites politiques, une fois élues, la démocratie est difficile à accepter, parce que le pouvoir est une drogue dure dont on ne se défait pas volontiers. Ainsi s’est constituée, dans nos démocraties bien assises, une caste de gouvernants finalement persuadés de leur légitimité définitive à décider pour les autres. Parce qu’ils détiennent à la fois le pouvoir, la culture, les médias et l’influence sur les intérêts économiques, ils n’ont pas de peine à contrôler la direction exclusive du pays, transformant, dans les faits, la démocratie en oligarchie. Ils leur faut ensuite déguiser la vrai raison de cette transformation - l’avidité pour le pouvoir - en raison plus noble : leur compétence magistrale, qui rend imprudente et contre-productive une distribution égalitaire des fonctions gouvernantes.

              La notion de démocratie implique la possibilité pour le peuple d’exprimer son opinion sur les propositions de lois, mais dans notre démocratie dite représentative les citoyens sont tout juste bons à donner les pleins pouvoirs à un président tous les cinq ans sans jamais plus avoir le droit ensuite d’être consultés sur aucun sujet.


              • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 11:40

                 Kookaburra


                Une seule élection puis retour à la vie ordinaire

                Il faut les calmer 

              • JL JL 27 janvier 2014 11:04

                Taratata !

                Beaux discours, belles paroles, mais aucune solution ! Ce texte n’est que du vent, le vent de la grogne, et j’ose dire en dépit du respect que je dois à l’auteur, de la bêtise.

                « Ce ne sont pas les mécontents qui prendront le pouvoir mais ceux qui auront su tourner le mécontentement à leur profit. » (Yvan Audouard)

                YA disait aussi, et ceci explique cela : «  L’exploitation de la bêtise n’est pas à la portée du premier imbécile venu »


                • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 11:41

                  JL


                  Le vent a parfois des vertues 

                  Il pousse les peuples à alller plus loin

                • JL JL 27 janvier 2014 13:56

                  Vous voulez dire : des vertus ?

                  Le vent n’a ni vices ni vertus, le vent est le vent. Ceux qui aiment le vent n’ont pas besoin d’en faire.


                • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 16:52

                  JL


                  C’est sans doute parce que j’en manque cruellement moi-même que je commets la faute systématiquement.

                • JL JL 27 janvier 2014 18:22

                  Oui, je sais, vous êtes plus que modeste, beaucoup plus !

                   smiley


                • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2014 18:28

                  Jl


                  Je ne suis qu’un blogueur normal 

                • christophe nicolas christophe nicolas 27 janvier 2014 17:23

                  Si on apprend qu’ils mettent leur relation amoureuse au service de la communication, c’est qu’ils sont devenus dingues. En général, c’est l’inverse, c’est l’amour qui débloque la communication.

                  Ce n’est pas interdit la grandeur dès lors qu’elle ne sert pas à rabaisser l’autre, dès lors qu’on reste humble. Les contraintes techniques et fonctionnelles nécessitent parfois de construire grand mais l’architecture doit respirer la spiritualité et la connaissance, pas la force et l’égo.

                  En tout cas la posture sans arrière pensée doit remplacer la communication manipulatrice parce que sinon, c’est l’incompréhension, une sorte de le langage ostentatoire artificiel qui détruit la communication. C’est du harcèlement d’état

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès