• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le « terrorisme » du genre

Le « terrorisme » du genre

 La « théorie du genre », si j’ai bien compris cherche à effacer les différences sexuelles entre deux humains. C’est vache pour les veaux qui bénéficient encore d’une différence de statut. Finirons-nous en hermaphrodite ?

 

Autrefois en arrivant à la maternité, le père ne cherchait pas à savoir s’il avait un beau gars ou une belle garce. La couleur bleue ou rose, lui donnait la réponse. Maintenant il ne reste que le blanc qui représente la pureté et la sérénité. Ce blanc est du genre neutre.

Le dimorphisme caractérise chez certains êtres vivants d’une même espèce, la différence morphologique sexuelle entre mâles et femelles. Les gouvernements semblent vouloir, à travers les textes reproduire le vœu de Salmacis. Mais franchement, est-ce bien raisonnable ?

Plutôt que continuer à me triturer les méninges, je suis allé faire un tour dans la nature. En arrivant dans une ferme voisine, je suis allé à la rencontre des animaux.

En premier, je suis tombé sur un bouc (pas DSK), et je lui ai demandé son avis :

« Pour vous les humains, je ne suis qu’une représentation du diable et du satyre. Mais la maturité sexuelle de la chèvre commence vers l’âge de 7 mois. Une chèvre en chaleur recherche notre présence et elles sont parfois très aguicheuses. Notre accouplement est rapide, ensuite la femelle nous ignore. C’est dans la nature des choses ».

 

Ensuite, je me suis adressé à un taureau placide qui broutait à quelques pas :

« Pitié, ne me parlait plus du rôle de reproducteur du mâle. Je pensais avoir de la chance en n’étant pas castré pour devenir un bœuf, juste un paquet de viande sur pattes. Mes ancêtres avaient des rapports sexuels avec de vrais vaches. Maintenant, grâce à votre science, je dois éjaculer dans une poupée gonflable et mon sperme est transformé en paillettes. Laissez faire vos politiciens, et dans quelques années, vous comprendrez mon désarroi ».  

 

Je me suis donc tourné vers notre emblème national.

« Les animaux doivent subir la loi des hommes. Parfois, je ne suis qu’un réveil matin. Dans certaines régions, comme mon ami le taureau, je dois combattre pour votre plaisir. Et, vous le savez, les poules n’ont pas besoin de nous pour pondre des œufs comestibles. On nous garde pour fécondés nos poules et avoir des poussins. Pour certains d’entre vous, nous sommes des fétiches. On nous emmène dans des stades, nous pouvons rencontrer des poules qui le recherchent pas le grain ou l’herbe, mais l’oseille… ».

 

 J’avoue que je ne comprenais pas leurs comportements pacifiques devant leurs vies sexuelles. La théorie du genre semblait le dernier de leurs soucis. Pourquoi ?

« C’est simple, me répondirent en cœur mes interlocuteurs, chez nous on ne vote pas. Alors ce n’est pas le baratin des politicards de droite ou de gauche qui vont nous nourrir. C’est la terre et la nature, alors notre sagesse est de la laisser faire ». 

 

 Petite vidéo :

Illustration : Les représentations d'Hermaphrodite sont fréquentes dans l'art, notamment antique. L'une des plus célèbres est l’Hermaphrodite endormi, une statue de l'époque hellénistique dont les principaux exemplaires sont exposés à la Galerie Borghèse et au musée du Louvre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.52/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • bluerage 8 février 2014 07:47

    Puisque les tenants de la théorie du genre veulent que les sexes soient indifferenciés, je suppose que leur but ultime est que tous les hommes se la coupent (aie ça doit faire mal non ?) pour devenir des femmes comme les autres...
    Brrrr, réveillez moi de ce cauchemar !!!


    • Croa Croa 8 février 2014 09:25

      Le but ultime est d’éluder les vrais problèmes.

      Sinon ces êtres à la fois fille et garçon sont extrêmement troublants....
      Belle créature que cette statue !  smiley


    • claude-michel claude-michel 8 février 2014 10:57
      Le « terrorisme » du genre...Pourtant la nature est bien faîte (jusqu’à un certain point)...Bon nombre de savants..de naturalistes célèbres nous racontent dans des livres la naissance de notre planète (il y a fort longtemps) et remontent lentement le temps pour nous montrer l’évolution de la terre...(quelques milliards d’années)...de tumultes..de chaos..de hasards..bref une histoire passionnante à découvrir...L’apparition de la vie..sa lente évolution..ses divers changements..prenant des voies parfois surprenantes plutôt que d’autres..L’époque fantastique des Dinausores..et leurs disparition...Puis vint le temps du super-chaos avec l’apparition de l’homme et son cerveau plus gros..lui permettant de penser légèrement plus que les singes...Jusque là la vie était organisée avec le mâle et la femelle..mais avec l’homme moderne vint le temps de la déviance sexuelle..celle de toutes les perversions...du mélange des genre..D’accouplement contre nature...et un parti politique (aux membres dépravés) trouva cela normal et leur fit une loi pour pouvoir paraître normaux.. ?..La décadence est amorcée et plus jamais l’humanité retrouvera un chemin normal...

      • Kookaburra Kookaburra 8 février 2014 11:55


        Dans l’actuelle « lutte contre l’homophobie », le gouvernement avait proposer d’introduire le sujet à l’école des la maternelle. Des éditeurs comme Bordas ont fourni des livres comme « Mon papa porte une jupe ». A présent, le gouvernement nie vouloir suivre ce projet, mais seulement promouvoir l’égalité homme/femme. Mais ils confondent l’égalité et parité - hommes et femmes sont égaux mais pas pareils : ils sont différents. Différents non seulement biologiquement mais aussi psychiquement.

        Dans le cadre de la biologie, les principes de la sexualité et la fécondation sont enseignées à l’école, mais le sujet de l’orientation sexuelle de l’individu, a-t-il sa place à l’école ? C’est un sujet délicat qui concerne la vie intime, mieux abordé en famille, qui peut choisir le bon moment de l’introduire selon le développement de l’enfant et selon les convictions de la famille. Avec la loi sur la famille, le gouvernement veut remplacer les parents en leur retirant leurs droits naturelles.


        • Croa Croa 8 février 2014 12:38

          En l’occurence il ne s’agit pas d’un droit mais d’un devoir naturel. L’école a aussi son rôle à jouer mais pas trop tôt (et de manière impersonnelle : sciences naturelles) car cela est trop délicat en ce qui concerne le vécu et c’est bien aux parents de faire ça.
          De plus aucun modèle ne devrait être imposé, dans un sens comme dans l’autre, par les institutions !


        • oncle archibald 8 février 2014 18:14

          Et surtout c’est bien entendu aux parents que devrait appartenir le choix du moment favorable pour parler de sexualité avec leurs enfants.


          Il y en a des précoces, d’autres pas du tout, il y en a des « travaillés » par leurs sens très tôt et d’autres très tard ... bref .. On dirait que l’EN n’a qu’un but en faire des obsédé sexuels dès la maternelle, des baiseurs acharnés dès le primaire, et des fumeurs de hach abrutis à partir de la seconde au lycée ... 

          Au nom de l’égalité bien sûr .. On ne va quand même pas tolérer qu’il n’y ait que les enfants des « cités défavorisées » qui soient dans la merde ! Ceux qui à quinze ans n’ont ni baisé ni fumé un joint sont évidemment la risée de la classe ... Je me demande même s’ils ne mériteraient pas quelques cours de rattrapage .. Faudra suggérer cela à Monsieur Peillon ... 

        • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 8 février 2014 13:41

          Il y a aussi une très belle copie en bronze de l’hermaphrodite endormi au musée du prado à Madrid.


          • oncle archibald 8 février 2014 18:01

            J’ai vu l’original en marbre au Louvre Lens ... Putain ! Il a des fesses à damner un homosexuel .... et son « petit chose » est tellement petit qu’on comprend bien que c’est juste manière de faire jaser les concierges ... 


          • Croa Croa 8 février 2014 22:39

            « son « petit chose » est tellement petit »

            Normal il dort ! ( En fait il ne doit pas faire chaud dans l’atelier du sculpteur, le modèle n’est pas à la fête smiley et le sculpteur reproduit ce qu’il voit !) 


          • oncle archibald 9 février 2014 10:01

            « le modèle n’est pas à la fête et le sculpteur reproduit ce qu’il voit !  »

            Oui, mais il y a les moments de pause ou le sculpteur et son modèle peuvent se « détendre » ... ces moments de « détente » ont souvent inspiré les artistes. 

          • Mendosa Mendosa 8 février 2014 14:51

            « La « théorie du genre », si j’ai bien compris cherche à effacer les différences sexuelles entre deux humains. »

            Vous avez mal compris.


            • Pere Plexe Pere Plexe 8 février 2014 16:05

              Ne sait pas.C’est embêtant.

              Ne cherche pas à savoir.C’est consternant
              Mais la ramène... !

            • foufouille foufouille 8 février 2014 16:41

              « La « théorie du genre », si j’ai bien compris cherche à effacer les différences sexuelles entre deux humains. »

              elle prétend que c’est dans la tète et que demain tu peut devenir homo comme dans « la cage aux folles »


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 février 2014 17:16

              Tiens ,cadeau Foufouille ...
              http://youtu.be/7FmhMVEfw_U.


            • Papybom Papybom 8 février 2014 16:03

              Bonjour,

              Dans la presse du jour :

              François Hollande, président deux en un.

              En rendant visite aux collégiens de Trappes avec Jamel Debbouze, François Hollande a rempli le rôle que Valérie Trierweiler aurait sans doute assumé si elle avait été encore Première dame.

              Sa visite impromptue vendredi à Trappes peut être interprétée comme la volonté évidente et spectaculaire d’assumer les deux casquettes : celle du chef de l’État, certes. Mais aussi celle, tout aussi protocolaire, qui était dévolue à Valérie Trierweiler, à savoir les activités caritatives, plus marginales mais tout aussi importantes puisque symboliques.

              Nouveau problème de genre ?

              Cordialement.


              • Plus robert que Redford 8 février 2014 16:30

                J’ai plussé sur le fond, mais la grammaire !!!

                Terrifiante !


                • gotjy gotjy 8 février 2014 18:40

                  A chacun son rôle,l’éducation de la vie reste aux parents,celle du SAVOIR incombe à l’école de la république,après c’est à chacun de se déterminer en fonction de ses affinités et de sa réflexion sur les sujets qui l’intéresse lui ou elle et personne n’a à décider à leur place.


                  • Grandloup74 8 février 2014 19:45

                     Le gouvernement est incapable d’assurer l’indépendance politique de la France, sa réussite économique, le plein emploi, et encore moins de sa grandeur.
                     Il se cantonne à un niveau où il estime être compétent : Celui situé au dessous de la ceinture.


                    • eric 9 février 2014 00:03

                      En même temps, il ne faut pas trop s’affoler.

                      Le genre est un alterpostneoaftermarixisme dégénéré. Sans plus. A cet egard, il est surtout une expression de la décadence intellectuelle de ce que l’on nommait la gauche et de l’hysterisation qui en résulte. Parce qu’ils en souffrent.

                      La base est la même. Il y a des exploites, des exploiteurs, et grâce a l’état et a l’éducation, on etablira l’égalité pour un avenir radieux.

                      Simplement, ce ne sont plus les ouvriers et les patrons, mais les hommes et les femmes.
                      Le genre, et l’accent mis sur les LGBT est surtout une proposition d’un territoire neutre, un objectif d’indifférenciation, qui est l’équivalent de la société sans classe. On ne comprendrait pas sans cela l’importance donne a des catégories qui représentent sensiblement de l’ordre de 1% de la population

                      C’est un constat d’échec politique. Dans la variante ouvriériste, cela n’a jamais marche.

                      C’est un constat d’incompétence économique. La gauche n’a jamais été concrètement sociale. Elle avait une pensée économique. Elle s’est avérée inopérante. Le passage au sociétal n’est en réalité pas un abandon du social qui ne l’a jamais réellement préoccupé que comme moyen politique. C’est un abandon de la tentative de comprendre l’économie.

                      C’est aussi bien sur un échec intellectuel. La tentative de remplacer les prolétaires par les herbettes et les petits oiseaux n’a pas vraiment fonctionné, parce que l’on est dans du rationnel facile a récupérer et a contester quand il dérape trop. Parce que aussi, la défense de la nature véhicule par trop des idées fondamentalement a droite. notamment un conservatisme certain. Il s’agit de préserver, de conserver, de protéger, de maintenir.
                      il se replient sur ce truc la, plus essentiellement « révolutionnaire », c’est a dire ayant vocation a tourner en rond.

                      Mais c’est un pensee tres faible au regard de la "modernité’ Ils n’ont jamais réellement réussi a faire croire a ceux qui travaillent qu’il n’y avait pas au moins autant d’interactions positives entre employeur et employés. Cette pensée tres19 eme siècle, qui ne voit que les conflits et pas les interactions, les luttes et pas les systèmes, qui aborde la société comme un problème de vase communiquant ou de baignoire ou de robinet ne peut sans doute représenter que les derniers feux du manichéisme socialisant.
                      C’est trop en contradiction avec l’expérience individuelle des individus normaux pour vraiment prendre.


                      • Prudence Gayant Prudence Gayant 9 février 2014 00:08

                        Un gars ou une garce ?

                        Les hommes sont des pauvres choses et les femmes des garces ?
                        A une époque je vous trouvais très « gentleman » aujourd’hui vous tombez dans l’ignoble pour être dans l’air du temps et faire plus jeune ?
                        Si les anciens tombent eux aussi dans l’attrape-nigaud, c’est bien dommage.

                        • Papybom Papybom 9 février 2014 09:30

                          Bonjour Prudence Gayant.

                          Une garce est selon l’étymologie du mot, le féminin de gars. Cela n’a rien de péjoratif. Dans le texte «  Les Chouans  » d’Honoré de Balzac  : «  C’est une fameuse garce, est un éloge peu compris que recueillit Mme de Stael dans un petit canton du Vendomois, où elle passa quelques jours d’exil  ». Ne faisons pas ce genre d’erreur * Un gars : c’est un jeune homme
                          * Une garce : c’est une pute * Un courtisan : c’est un proche du roi
                          * Une courtisane : c’est une pute * Un masseur : c’est un kiné
                          * Une masseuse : c’est une pute * Un coureur : c’est un joggeur
                          * Une coureuse : c’est une pute * Un rouleur : c’est un cycliste
                          * Une roulure : c’est une pute * Un professionnel : c’est un sportif de haut niveau
                          * Une professionnelle : c’est une pute * Un homme sans moralité : c’est un politicien
                          * Une femme sans moralité : c’est une pute * Un entraîneur : c’est un homme qui entraîne une équipe sportive
                          * Une entraîneuse : c’est une pute * Un homme à femmes : c’est un séducteur
                          * Une femme à hommes : c’est une pute *un traînard : c’est un homme qui est tout le temps en retard
                          *une traînée : c’est une pute * Un homme public : c’est un homme connu
                          * Une femme publique : c’est une pute * Un homme facile : c’est un homme agréable à vivre
                          * Une femme facile : c’est une pute * Un homme qui fait le trottoir : c’est un paveur
                          * Une femme qui fait le trottoir : c’est une pute * Un péripatéticien : c’est un élève d’Aristote
                          * Une péripatéticienne : c’est une pute

                          Cordialement.  

                        • Prudence Gayant Prudence Gayant 9 février 2014 16:05

                          Vos explications valent ce qu’elles valent lues par des adultes.

                          Mais en général chez moi lorsque l’on demande si c’est un gars (pour garçon) personne ne demandera si c’est une garce pour une petite fille qui vient de naître.
                          C’est ce qui m’a fait tiquer ! 
                          Vous avez un vocabulaire très étoffé concernant les femmes. Est-ce ainsi que vous appelez les femmes chez vous dans votre entourage ?

                        • Papybom Papybom 9 février 2014 16:53

                          Prudence Gayant.

                          Ne voyez pas en moi un satyre. Je serais plus pour le baisemain que pour le siffler admiratif. Dans mon admiration des femmes, je classe en premier ma défunte mère. Ensuite mon épouse (je sais, c’est vieux jeu) et mes petites filles.
                           Mon contact avec la gente féminine serait plus pour le tango et la valse, que pour les danses « modernes ». Une belle garce n’est pas péjorative. C’est un terme admiratif en milieu rural. Une femme qui est contrainte de vendre ses faveurs et son corps est une prostituée. Mais Marie de Magdala fut une disciple de Jésus, suivant le nouveau testament. Ce n’est pas moi qui lui lancerai la pierre…. Cordialement.

                        • Mowgli 9 février 2014 04:01

                          La théorie du genre, c’est du lyssenkoïsme réchauffé. Tout comme Lyssenko et son petit pote Mitchourine se vantaient de faire pousser les tomates au-delà du cercle arctique (la tomate c’est infiniment malléable génétiquement parlant) les « gendristes » nous racontent que l’Homme est lui aussi infiniment malléable, si bien que, né mâle, vous pouvez devenir femelle en vous appliquant un peu, le chromosome X ou Y n’ayant rien à voir à l’affaire.

                          Comme c’est absurde et bien évidemment faux ils appellent ça « genre » pour servir de... cache-sexe !


                          • Gonzague Gonzague 9 février 2014 09:26

                            Première phrase, une monumentale erreur « La « théorie du genre », si j’ai bien compris cherche à effacer les différences sexuelles entre deux humains »


                            C’est faux. La théorie du genre remarque que divers genres sont présents et tentent de les expliquer sans se concentrer sur la seule cellule « homme hétérosexuel »/« femme hétérosexuelle ». 

                            • eric 9 février 2014 10:03

                              Bien sur que non, sinon elle se contenterai de féminin masculin. Concepts entièrement suffisant pour rendre compte de 99,9% des situations...

                              Vous ne devez pas connaitre beaucoup d’homos...
                              Il y en a qui sont très virils, d’autres très féminins, d’autre enfin qui ne présente aucun « stéréotypes ». Et même dans les catégories trans, bi etc... on arriverait encore a faire ce genre de distinguo. L’androgynie complète, c’est combien d’individus ?

                              Si le « genre » était autre chose qu’une croyance obscurantiste sectaire nihiliste, il devrait y avoir des revendication d’égalité entre homosexuels ayant des comportement « sur-masculins » et des homosexuels « ravalés au rang de femme ».
                              De même il devrait y avoir des campagnes contre les « femmes biologiques » abusives portant le pantalon et opprimant des hommes soumis.
                              Statistiquement, ces deux cas sont plus significatifs que les transgenres. Vous connaissez combien de trans. et combien de mecs écrasés par une épouse « patriarcale » ou d’homo en « couple inégal ?
                              Du point de vue du genre, si il avait une cohérence intellectuelle interne, ce sont justement ces cas qui devraient passionner. Ils seraient la preuve vivante de la relativité des genres...

                              Non, l’ennemi, c’est l’homme hétéro dans un premier temps, la femme féminine viendra et il s’agit bien de faire disparaitre les »inégalités biologiques« .....
                              Ce sont vraiment des fous. Enfin, je veux dire, des »mal pensant« , des »handicapes« , des »personnes a mobilité intellectuelle réduite"... enfin, vous voyez ce que je veux dire..


                            • oncle archibald 9 février 2014 10:21

                              On en revient toujours à la même chose, expliquer aux enfants que l’exception c’est la norme ... Ras le bol de vouloir satisfaire encore et toujours un lobby puissant au service d’une poignée d’individus. 


                              Que l’on apprenne aux enfants la politesse, la courtoisie, la valeur intrinsèque de tout être humain, les règles du bien vivre en société en respectant l’autre et cela suffit. S’ils ont acquis ces bases ils sauront le moment venu être tolérants avec ceux qui sont sexuellement différents d’eux.

                              Ce souhait est formulé dans le sens du respect que les hétérosexuels doivent aux homosexuels, mais aussi dans l’autre sens, qui l’on occulte toujours. Cela évitera à ceux qui émettent des opinions à contre courant de la volonté de la majorité politique du moment de se faire traiter de cathos-fachos-homophobes juste parce qu’ils ne souhaitent pas que l’on bourre le crâne de leurs enfants dès la maternelle avec des théories fumeuses.

                              L’apprentissage de la vie en société dans le respect d’autrui fut longtemps dispensé par la famille. S’il s’avère qu’en 2014 ça n’est plus le cas il faut bien que l’école se substitue aux parents défaillants pour construire une société vivable, mais je continue à penser que c’est une anomalie. L’école devrait se concentrer sur sa mission : dispenser les bases du savoir et donner les méthodes pour acquérir plus de savoir par soi même.

                            • eric 9 février 2014 11:16

                              A Oncle Archibald, pas d’accord. Une large majorité de la population parvient très bien a élever ses enfants pour qu’ils n’aient nul désir d’aller taper sur des homos ou qui que ce soit d’autre. Vous défendez des idées de gauchiste exigeant une même pédagogie pour tous le monde au nom de l’égalité. Or, des besoins différents appellent des réponses différentes. A quoi cela sert de mélanger des gamins a problème avec d’autres qui en ont moins pour leur faire subir la même rééducation ? Il faut mettre ceux dont les familles on été désarticulées par la pauvreté, (par exemple beaucoup d’enfant de migrant), des chocs culturels, familiaux ( familles recomposées) des bourrages de crane obscurantistes ( gamins de gauchistes ou bobo a qui on a appris qu’il existerait une « bonne violence ») dans des classes spécialisées adaptés a leurs problèmes, le plus souvent liés a des désagrégation familiales. A Rennes, on vient encore de voir comment ces lacunes éducatives sont a la source de toutes les violences. http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140209.OBS5639/heurts-en-marge-d-un-meeting-du-front-national-a-rennes.html.

                              Oui, si un Clément Meric avait pu avoir accès a ce genre de classes spécialisées avec un Youssouf Fofanna, on aurait évité la mort de deux jeunes. Au passage, on aurait aussi assuré cette « mixité sociale » si chère aux pédagogues de gauche.

                              Mais cela ne veut pas dire que les autres gosses, largement majoritaires, relèvent du même système. Et je ne vois pas qu nom de quel principe on leur ferait courir le risque. mes gosses en classe avec un Meric... ?


                            • oncle archibald 9 février 2014 12:09

                              @ Eric : « A Oncle Archibald, pas d’accord. »

                              Vous avez omis de lire dans ma modeste prose « s’il s’avère » .... Nous sommes donc d’accord.

                              En revanche, à l’heure d’une société complètement matérialiste ou les critères de réussite sont le fric, l’apparence physique, l’apparence du niveau de vie, etc etc .... je crains que vous n’ayez pas une vision juste du « ratio » de familles qui donnent à leurs enfants comme valeurs le respect de soi même et d’autrui, la tolérance, la notion de ce qu’est la vraie égalité. Qui apprend à ses enfants qu’un homme vaut un homme, que cet « homme » soit un homme ou une femme, un enfant ou un adulte, un médecin ou un balayeur de rue, un hétérosexuel ou un homosexuel, un noir ou un blanc, un catholique ou un musulman, un juif ou un athée, un électeur de François Hollande ou un électeur de Marine le Pen, capable ou incapable de courir le 100m en 11 secondes, aveugle ou voyant, etc etc ... 

                              Chaque être humain sur la planète est unique, irremplaçable, et en cette qualité aussi respectable que n’importe quel autre humain et que soi même, quel qu’il soit et quoi et même qu’il ait fait .... Croyez vous que ce soit le respect et la tolérance que le ministère de l’EN et d’une façon plus générale notre personnel politique ait envie de transmettre aux enfants ? Quand je regarde la politique je vois plutôt que chacun méprise et essaye de salir celui qu’il désigne comme « son adversaire » au lieu d’argumenter pour démontrer que l’intérêt commun de la collectivité n’est pas dans son programme. 

                              Donc oui, je suis d’accord avec vous pour dire qu’il est de la responsabilité des parents de choisir très soigneusement à quels enseignants ils vont confier leurs enfants pour qu’on ne leur mette pas dans le crâne des idées fausses. Et c’est très difficile. 

                            • eric 9 février 2014 12:27

                              Bien sur que nous sommes d’accord et que je m’offrais juste la physionomie des pédagogues socialisant.
                              Combien ? la France des « sans familles » c’est de 25 a 30 % des gosses de mémoire. Un vrai problème de société mais qui reste minoritaire.
                              Choisir les profs ? Impossible, on a même pas le droit de choisir son école si on veut rester dans le public.
                              Une seule solution, s’occuper beaucoup de ses enfants. Problème, cela laisse moins de temps pour militer, aller aux réunions du parti tard le soir, participer aux commission civiles civiques citoyennes, etc..C’est une des raisons qui expliquent pourquoi des minorités actives parviennent a s’imposer, pourquoi il y a les enfants aux manifs pour tous et pourquoi les gauches militantes sont favorables a l’immigration clandestine et préoccupées de leurs conditions de vie. Les nounous au noir reviennent moins cher que les nounous déclarées, et sont quand même plus utiles au quotidien que les ouvriers, qui de toute façon n’habitent pas dans les mêmes régions. Les usines, on peut les mettre n’importe ou, les nounous, il vaut mieux qu’elles n’habitent pas trop loin...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès