• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Les notes en question

Les notes en question

Faudra-t-il noter cette ministre de l'éducation nationale ?

JPEG

 

Le socle est à leur portée

 

À l'école, peut-on supprimer les notes sans risquer la cacophonie ?

Un élève est-il amer quand on lui présente une note salée ?

La note chiffrée en français est-elle opportune ?

Faut-il faire preuve de diplomatie pour présenter une mauvaise note à ses parents ?

Risque-t-on le renvoi quand on a une mauvaise note en bas de page ?

 

La note de frais est-elle la suite logique des bons résultats scolaires ?

Une bonne note vous permet-elle de rester au diapason ?

Pourquoi les professeurs inscrivent-ils les notes sur un carnet et non sur une portée ?

Peut-on baisser la note d'un élève qui élève le ton ?

Le zéro est-il une note ou un soupir ?

 

Les professeurs qui reçoivent une note de service font-ils, eux aussi, la tête ?

La fin des notes enchantera-t-elle les élèves ?

La moyenne se dissout-elle dans le socle commun ?

Peut-on classer les notes dans les oubliettes de l'histoire scolaire ?

Les agences de notation auront-elles encore un avenir ?

 

Pour acquitter une note, faut-il apporter la preuve de sa bonne foi ?

Faut-il recueillir des notes perdues ?

Pour intercepter une note, doit-on arrêter un contrôle en cours ?

Les notes confidentielles restent dans la marge ?

Un examen attentif est-il nécessaire pour consulter ses notes ?

 

Infliger une mauvaise note relève-t-il de la sanction ou bien du salaire du labeur ?

Peut-on incorporer une note qui sort des rangs ?

Faut-il gonfler les notes pour sauver la face d'une institution qui manque d'air ?

Pour enseigner le fait religieux faudra-t-il présenter des notes d'autel ?

Peut-on élever un élève à qui l'on abaisse sa note ?

 

La note en bas de page n'est-elle pas de même nature que la note sur vingt ?

Le barème des notes est-il modulable en fonction des clients ?

Pendant le carême, peut-on grossir une note ?

Quand réglera-t-on la question des notes ?

La note est-elle un jeu de hasard ?

 

Faut-il mettre une note manuscrite à une copie dactylographiée ?

Un sale type qui commet des écarts aura-t-il droit à la moyenne ?

L'ascenseur social impose-t-il de faire monter artificiellement les notes ?

Un élève peut-il compulser ses notes pendant un contrôle ?

Une fausse note rompt-elle l'harmonie dans une classe ?

 

Une mauvaise note vous laisse-t-elle sur votre faim ?

Une bonne note est-elle la cerise sur le tableau ?

Peut-on accumuler des mauvaises notes sans payer la note ?

Peut-on rester dans la moyenne sans sortir du lot ?

Est-il permis d'être critique sur une note ?

 

Un bon élève doit-il partager ses notes avec les nécessiteux ?

Un professeur peut-il se passer de notes pour faire son cours ?

Faut-il noter le tricheur ?

Est-ce trop connoter que de vous demander vos notes ?

Les parents doivent faire une croix sur les notes qu'ils n'ont pas signées ?

 

Docimologiquement vôtre


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • astus astus 14 mars 2015 19:38
    On peut se demander si la suppression des notes ne relève pas surtout de la démagogie d’autant qu’il est rare que celles-ci ne soient pas assorties de commentaires visant à attirer l’attention sur un point particulier. Devra-t-on bientôt mettre des gomettes de couleurs au bac ? Ce n’est pas l’enfant ou l’adolescent, ni la famille, qui doivent être au centre de l’école, mais la connaissance, car elle seule élève.

    • C'est Nabum C’est Nabum 15 mars 2015 10:24

      @astus

      La démagogie ?

      Comme vous y allez !

      Comme si nos amis les socialistes étaient capables de démagagie ... 

      Comment, ils ne font que ça et c’est pourquoi ils sont si mal notés ! Et on ne me dit rien !

    • JMBerniolles 16 mars 2015 11:43

      Dommage de traiter cela sur un mode léger.


      Le débat actuel, d’une démagogie exécrable, se situe dans la ligne de la démolition de notre enseignement. Planifiée avec Jospin en 2000 à Lisbonne déjà.
      Où il y a une double action de régression :

      1) On vide les contenus de l’enseignement ; En particulier on liquide les deux piliers sur lesquels notre enseignement, auquel on reconnaissait des vertus, se basait : les sciences et la littérature (dont une part importante pour la poésie)

      2) On vide l’esprit de l’enseignement. La nécessité de l’effort. L’intérêt personnel et général d’être cultivé. Le fait qu’il y a des personnes plus douées que d’autres, mais que la culture est une démarche personnelle vers sa propre amélioration en tant qu’homme, citoyen, dans le cadre de la famille...

      Je dois malheureusement constater que les socialistes et les syndicats d’enseignants sont à la pointe de cette démolition en règle. En complément du point 2) il y a les attaques contre les gens qui essaient de défendre les valeurs de l’enseignement : ils sont réactionnaires, comme d’autres sont complotistes, .... 

      On a aussi dévoyé l’action des parents d’élèves qui au lieu de s’occuper de leur propre responsabilité de parents interviennent dans le domaine de l’enseignement.....

      La France aura fait un pas en avant lorsqu’elle sera débarassée du poids de la sociale démocratie 




      • C'est Nabum C’est Nabum 16 mars 2015 11:57

        @JMBerniolles

        Vous me faites grief bien injuste

        C’est justement en adoptant un mode faussement léger qu’on peut attirer l’attention d’un nombre plus grand

        Nous savons que notre enseignement est en danger mais comment atteindre ceux qui ne sont pas concernés.

        Tous les moyens sont bons pour dénoncer les agissements délirants de ceux qui nous gouvernent et ce billet dérisoire en fait partie 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès